Le Genest-Saint-Isle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Genest-Saint-Isle
Le Genest-Saint-Isle
Église Saint-Sulpice du Genest.
Blason de Le Genest-Saint-Isle
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Mayenne
Arrondissement Laval
Canton Loiron
Intercommunalité Laval Agglomération
Maire
Mandat
Nicole Bouillon
2014-2020
Code postal 53940
Code commune 53103
Démographie
Population
municipale
2 131 hab. (2016 en augmentation de 2,35 % par rapport à 2011)
Densité 115 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 05′ 57″ nord, 0° 53′ 16″ ouest
Altitude 92 m
Min. 82 m
Max. 166 m
Superficie 18,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Mayenne

Voir sur la carte administrative de la Mayenne
City locator 14.svg
Le Genest-Saint-Isle

Géolocalisation sur la carte : Mayenne

Voir sur la carte topographique de la Mayenne
City locator 14.svg
Le Genest-Saint-Isle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Genest-Saint-Isle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Genest-Saint-Isle

Le Genest-Saint-Isle est une commune française, située dans le département de la Mayenne en région Pays de la Loire, peuplée de 2 131 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Genest est une discrète localité qui s'intègre au charme du bocage mayennais. Elle est associée à la petite commune voisine de Saint-Isle depuis 1973.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Le Genest-Saint-Isle[modifier | modifier le code]

Le Genest-Saint-Isle vit paisiblement à 92 mètres d'altitude, à 11 kilomètres de Laval et à 7 kilomètres de Loiron, chef-lieu de canton. Son territoire couvre 1 557 hectares.

Ce territoire accidenté — qui est bordé par le Vicoin — se trouve limité, à l'est et à l'ouest, par deux affluents du Vicoin. L'altitude varie, du sud au nord, de 96 à 167 mètres. En 1696, un huitième de sa superficie était couvert de landes. Neuf métairies qui faisaient valoir « de bonnes terres et de bons prés », produisaient du seigle, de l'avoine et du sarrasin et récoltaient également des pommes. L'abbé Angot note que cette récolte de pommes fut très abondante en 1628 et qu'en janvier 1629 « on en voyait encore beaucoup dans les arbres et dessous ». Le Genest recensait 49 fermes en 1843. De nos jours, la commune vit au milieu de ses nombreux pâturages. Les agriculteurs s'adonnent à la pratique de la polyculture et à l'élevage des bovins et des porcins. Jadis, ses anciennes mines d'or et d'antimoine de La Lucette lui ont fait connaître une grande notoriété, avec l'existence d'une fonderie d'antimoine au moulin du Bas-Coudray exploitée par la Compagnie des mines de La Lucette.

Saint-Isle[modifier | modifier le code]

Le Genest-Saint-Isle est constituée par la fusion des communes du Genest et de Saint-Isle depuis 1999.

À 12 km de Laval et 4 km de Loiron, son chef-lieu de canton, le petit bourg de Saint-Isle occupe le sommet d'une colline dont le versant descend jusqu'à la rivière le Vicoin. Il s'intègre au paysage du bocage mayennais et, depuis son association avec la commune voisine du Genest distante de 8 km, on oublie qu'il était la plus petite commune du département de la Mayenne. Son modeste territoire recouvre une superficie de 301 ha et la rivière le Vicoin constitue sa limite nord.

En 1696, Miroménil notait que les 3 métairies de la paroisse possédaient « de bonnes terres labourables ». Dans leur cahier de doléances de 1789, les habitants ne se plaignaient vraiment que « du tarif ou octroi de Laval qui les empêchait de vendre leurs denrées » ; ils soulignaient que leur paroisse « était un trop maigre sujet pour y borner leurs vœux » ; ils souhaitaient néanmoins être rattachés judiciairement à Laval et demandaient que les sépultures soient gratuites, « à moins qu'il n'y ait cérémonie ». La localité comptait 15 fermes en 1843. De nos jours, ses agriculteurs pratiquent la polyculture et l'élevage des bovins et des porcins. À Saint-Isle, comme dans toute la région de Loiron, le miel est reconnu d'excellente qualité.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune a abrité d'importants gisements d'antimoine, parmi les plus importants au monde, et d'or, exploités aux XIXe et XXe siècles par la Compagnie des mines de La Lucette

Le gisement est découvert en 1891 puis exploité de 1898 à 1934 sous la direction d'un ingénieur métallurgiste, Henri Herrenschmidt et par la Compagnie des mines de La Lucette, créée en 1898 par la banque Mirabaud et Cie[1],[2]. La compagnie voit sa production décoller entre 1904 et 1914, car en 1903, la découverte que la stibine du gisement est fréquemment aurifère[3] provoque l'accélération de l'extraction, sous la direction de Pierre Theuriot, ex-directeur de la Compagnie du Boléo, exploitant du cuivre en Basse-Californie, au Mexique.

La Compagnie des mines de La Lucette a ainsi produit 2,7 millions de francs-or en 1909 et 10 000 à 12 000 tonnes d'antimoine. Une augmentation de capital, créé 40 000 actions, donnant droit à 44 % des bénéfices[4]. En 1908, les mines de la société fournissent en produits antimoniés le quart de la production mondiale. Sur les seules mines de la Lucette, la compagnie a extrait 1910 environ 7 600 tonnes de minerai d'antimoine et 740 kg d'or pur[5]. La rentabilité de ces quelques années d'exception a permis de racheter d'autres mines, en Métropole et en Algérie, un peu avant et après la Première Guerre mondiale. Le gisement de Mayenne décline après la fin de celle-ci et ses mines seront abandonnées depuis 1934.

Histoire[modifier | modifier le code]

Armoiries : Tiercé en chevron : au premier d'azur aux trois fleurs de lys d'or mal ordonnées, au deuxième d'argent aux cinq mouchetures d'hermine de sable, au troisième de gueules au lion d'or.

La commune du Genest-Saint-Isle est issue de la fusion en 1972 de deux communes, Le Genest et Saint-Isle.

Le Genest[modifier | modifier le code]

Une borne milliaire du IVe siècle s'est « trouvée encastrée dans les angles de la façade de l'ancienne église » du Genest-Saint-Isle, comme l'explique l'abbé Angot dans son dictionnaire. Elle est « coupée en deux tronçons de 0,94 m et dédiée à Constance Chlore ». Elle porte le sigle: « CCOR, CIVITAS CORIOSOLITUM ». Elle fut découverte vers 1881. L'abbé Angot signale qu'elle pouvait être l'indication d'une voie romaine qui traversait le territoire de la paroisse, Son inscription figure dans l'Epigraphie de la Mayenne.

Le Genest est mentionné vers 1040, sous le nom de « C. de Genesto ». À cette époque, l'église appartenait à l'abbaye de La Couture. Au fil des siècles la localité s'est appelée « Presbytère de Gensto » vers 1130, « Prioratus de Genesta » en 1224 et Genest en 1433.

La terre et les fiefs du Genest relevaient du comté de Laval par la châtellenie d'Olivet: elle était redevable de quarante jours de garde à la Porte Peinte de Laval. La seigneurie connut aux XIe et XIIe siècles, une famille du Genest. Vers 1150, on découvre un Hugues du Genest qui voulut faire don d'une dîme, sur deux moulins et sur une maison de la paroisse (une dîme déjà donnée par son père, Hugues aux Bénédictins de La Couture du Mans), à l'abbaye de la Roë. Il se heurta évidemment à la très vive opposition des Bénédictins, et ce fut Guillaume de Passavant qui dut régler le litige créé par les mêmes prétentions des deux abbayes. Il attribua à chacun des établissements religieux la moitié de l'objet en litige. Héritier de Hugues, Jean de Méral « oublia » ce règlement et s'empara de tous les biens des abbayes. Il ne réussit qu'à se faire excommunier. Après avoir, bon gré mal gré, reconnu sa faute, il accepta de faire amende honorable. Les religieux de La Couture conservèrent leurs biens et ceux de La Roë reçurent « une compensation à Astillé ».

Avant le XVe siècle, et par alliance avec les Chéorchin, la terre du Genest était la propriété de la famille de Quatrebarbes. Gilles de Quatrebarbes en rendait aveu, en 1407, « pour son refoul du Genest et pour son droit d'usage dans la forêt de Concise ».

Pendant la tourmente révolutionnaire, la commune « montra une opposition courageuse aux mesures vexatoires du Directoire de Laval contre les prêtres et les religieuses d'école ». Elle fournit à Jean Chouan ses premières recrues qui vinrent, dans la nuit du 13 au 14 mai 1793, enlever une vingtaine de fusils dans une maison du bourg, À cette date, le maire fut emprisonné comme « aristocrate » et la municipalité « suspendue pour incivisme ».

Saint-Isle[modifier | modifier le code]

D'après l'abbé Angot, Saint-Isle est « l'Illa Isla » qui figure dans la liste des « fondations supposées » de saint Thuribe. Ce lieu peut devoir son origine à l'existence d'une chapelle (ou oratoire) Saint-Avit fondée par l'ermite du même nom (dont le souvenir subsiste également au village de Saint-Avit à Brecé), avant l'établissement des religieux de La Roë et du prieuré-cure. Mentionné, vers 1130 et 1184, sous le nom de « Capella Sancti Aviti » (cartulaire de La Roë), l'agglomération s'est appelée « Saint-Isle » en 1554 et « Saint-Avy » en 1628. De « Saint-Avit-de-l'Isle », elle est devenue tout simplement Saint-Isle. Propriété de l'abbé de Clermont, par son fief du Coudray relevant de Saint-Ouën-des-Toits, la seigneurie paroissiale devint un arrière-fief de Laval après l'annexion de Saint-Ouën par le comté.

Sous la tourmente révolutionnaire, les jeunes gens de la commune, rassemblés pour la levée du , suivent le mot d'ordre donné dans toute la région en protestant qu'ils « ne veulent ni tirer ni partir, à moins que tous partent, exempts ou non ». Le , les Vendéens viennent à Saint-Isle pour enlever la caisse du percepteur et ses rôles sans oublier de faire payer ceux qui étaient en retard. En janvier 1794, un détachement de La Gravelle arrive dans le bourg en nourrissant le dessein de descendre la cloche de Saint-Isle ; il repartira après avoir brisé la chaire et les bancs de l'église. Le 15 avril de la même année, Kléber fait fortifier le cimetière et le sanctuaire est doté de meurtrières afin de pouvoir abriter le détachement qui finit par aller se poster à La Gravelle, dès le 6 juin, après avoir vidé les caves.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1971 mars 2001 Roger Janvier[6]   Chef d'entreprise
mars 2001 En cours Nicole Bouillon[7] DVD Gérante d'entreprise, conseillère générale (2004 → 2015), conseillère départementale (depuis 2015)
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[9].

En 2016, la commune comptait 2 131 habitants[Note 2], en augmentation de 2,35 % par rapport à 2011 (Mayenne : +0,21 %, France hors Mayotte : +2,44 %). Le Genest a compté à lui seul 915 habitants en 1726, 1079 en 1803, 1082 en 1841, 1008 en 1871 et 1048 en 1908. On recensait à Saint-Isle 91 habitants en 1972 contre 165 en 1726, 188 en 1831, 176 en 1841 (date à laquelle 35 habitants de la commune voisine de Saint-Berthevin (Mayenne) lui étaient rattachés). 130 en 1891 et 200 en 1906 avec « la population flottante des mineurs ».

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1008301 0401 0601 0721 0821 0561 0731 034
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0269761 008944955884817832823
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
9381 0481 2769681 000905757717833
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
8477771 2311 6641 8771 9072 0302 0242 129
2016 - - - - - - - -
2 131--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Églises[modifier | modifier le code]

L'église de Saint-Isle.
  • L'église du Genest, de style néo-gothique, fut reconstruite en 1881. Ses travaux s'élevèrent à 70 143 francs, une somme qui ne put être réunie que grâce à un don considérable de l'ancien vivaire de la paroisse, M. Guyon. Tenté une première fois, le jeudi , son inventaire ne put avoir lieu, Ce jour-là, l'agent préposé à cette besogne rencontra « l'opposition ferme des paroissiens ». Après la protestation du curé, on raconte que cet agent eut la bonne idée « de chanter des cantiques avec les fidèles ». Il reçut de la préfecture un ordre de surseoir à l'inventaire, congédia les gendarmes et regagna la gare par des chemins détournés. Il revint au Genest le lundi 19 février, « fit enfoncer la porte et fit son semblant d'inventaire, chapeau sur la tête ».
  • L'église actuelle de Saint-Isle a remplacé, en 1872 un édifice dédié à saint Avit. Elle coûta dit-on 32 000 francs et endetta la commune pour un montant de 5 000 francs. Son inventaire eut lieu le 12 février 1906. Il rassembla une soixantaine de manifestants soit la moitié de la bourgade et 15 gendarmes qui occupèrent l'édifice dès son ouverture ! « M. le curé et ses fabriciens refusèrent de se prêter en rien à l'inventaire ».

Les extrémités sud et est de la commune sont coupées par la ligne LGV Bretagne-Pays de la Loire.

Autres monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Le Genest-Saint-Isle Blason D’azur, à un besant accompagné en chef de deux trèfles, le tout d’or ; au chef d’argent, à une aigle issante de gueules, becquée d’azur.
Détails
- Créé par Jean-Claude MOLINIER, héraldiste amateur, et adopté par la municipalité en février 2000:

L’azur et les deux trèfles rappellent le blason du seigneur Véron qui possédait les fiefs de l’Esnaudière sur le Genest et du Cormier sur Saint-Isle. Son blason exact est “d’azur au chevron accompagné en chef de deux trèfles et un pointe d’un brochet surmonté d’un trèfle, le tout d’or”. La reprise intégrale du blason de seigneur étant interdite pour les municipalités, il suffit d’en emprunter un ou plusieurs éléments.

L’azur image aussi les nombreux cours d’eau et étangs qui parsèment le territoire communal dont le Vicoin qui séparait autrefois les deux anciennes communes.

Le besant, qui représente les anciennes pièces d’or de Byzance, symbolise les anciennes mines d’or de la commune.

Le chef est partiellement la reprise du blason du seigneur d’Andigné qui avait le fief du Maineuf. Son blason exact est “d’argent à trois aigles de gueules, onglées , becquées et membrées d’azur”. L’observation faite pour le seigneur de Véron est valable ici aussi.

Les ornements sont deux deux gerbes de blé d’or, mises en sautoir par la pointe et liées d’azur afin d’honorer l’activité agricole.

Le listel d'argent porte le nom de la commune en lettres majuscules de sable.

La couronne de tours dit que l’écu est celui d’une commune ; elle n’a rien à voir avec des fortifications.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2016.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « la Maison Mirabaud, banque d'affaires justement renommée pour ses entreprises minières », par Isabelle Chancelier [1]
  2. Isabelle Dumielle, Messieurs Mirabaud et Cie : d'Aigues-Vives à Paris, via Genéve et Milan, , p. 103-107
  3. "Le génie civil", volume 110, 1937
  4. Arthur Raffalovitch, Le Marché financier, 1910
  5. « Site officiel de la commune », sur www.le-genest-saint-isle.mairie53.fr (consulté le 17 avril 2017)
  6. L'espace Roger Janvier inauguré en présence de l'ancien maire, Ouest-France, 1er février 2016.
  7. Réélection 2014 : « Nicole Bouillon a été réélue maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 15 avril 2014)
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.