Saint-Marcel (Morbihan)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Marcel.
Saint-Marcel
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Vannes
Canton Moréac
Intercommunalité De l'Oust à Brocéliande Communauté
Maire
Mandat
Marie-Hervé Jeffroy
2017-2020
Code postal 56140
Code commune 56228
Démographie
Gentilé Marcellais, Marcellaises[1]
Population
municipale
1 052 hab. (2014)
Densité 82 hab./km2
Population
aire urbaine
16 453 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 48′ 18″ nord, 2° 25′ 03″ ouest
Altitude 55 m (min. : 12 m) (max. : 112 m)
Superficie 12,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Saint-Marcel

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Saint-Marcel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Marcel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Marcel

Saint-Marcel Prononciation du titre dans sa version originale Écouter [sɛ̃ maʁsɛl] est une commune française située dans le département du Morbihan, en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Dans la nuit du 5 au 6 juin 1944, deux sticks (18 Français Libres) du 4e Bataillon d’infanterie de l’Air SAS français (4e BIA) sont parachutés dans le cadre de l'opération Dingson près de Plumelec. Après avoir établi une base à Saint-Marcel, et mené une campagne de guérilla assistés par les résistants de la région, ils sont rejoints par plusieurs centaines d'autres SAS, qui continuent le travail commencé. Le , le village de Saint-Marcel est entre les mains des Allemands. Le commandant Chenailler et près de 3000 soldats (des « Bretons résolus » selon les mots du général de Gaulle), accompagné par un détachement de 200 hommes du 2e régiment de chasseurs parachutistes (SAS soldats français), commandés par le commandant Pierre Bourgoin, résistent avec courage et détermination, mais évacuent la base dans la nuit.
  • Ainsi, le 27 juillet 1947, le général de Gaulle rend-il hommage aux combattants de Saint-Marcel devant le monument élevé à la mémoire des résistants et des parachutistes tombés dans le Morbihan (Charles de Gaulle, Discours et Messages, Tome II, Dans l'Attente, p. 94).
  • Les FFI encadrés y prennent part et subissent de sérieuses pertes : 116 morts dont 30 à Saint-Marcel. Mais ces maquis retiennent huit divisions allemandes qui manqueront à la bataille du débarquement allié. Une partie formera, dès 1944, le 41e RI dont le drapeau porte l’inscription : Saint Marcel 1944.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  mars 2001 Gilles Possémé    
mars 2001 avril 2013 Henri Briand    
avril 2013 mars 2014 Armel Rousselot    
mars 2014 janvier 2017[2] Joël Leveau    
janvier 2017 24 mars 2017 Didier Thebaud (par intérim)[3]    
24 mars 2017[4] en cours Marie-Hervé Jeffroy    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 052 habitants, en augmentation de 1,35 % par rapport à 2009 (Morbihan : 3,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
466 418 480 402 388 448 452 456 467
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
469 432 476 468 492 505 501 524 508
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
538 562 538 503 522 503 539 523 531
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
581 558 560 732 845 854 951 1 038 1 052
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La commune compte quatre monuments historiques :

  • l'allée couverte de Trélan, classée par décret du 10 février 1964[9] ;
  • la croix Catherine, inscrite par arrêté du 6 juin 1933[10] ;
  • la croix du Champ-des-Morts, inscrite par arrêté du 6 juin 1933[11] ;
  • les dolmens de Béhellec, inscrits par arrêté du 7 novembre 1966[12].

Autres sites d'intérêt[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :