Tréal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Morbihan
Cet article est une ébauche concernant une commune du Morbihan.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Tréal
Image illustrative de l'article Tréal
Blason de Tréal
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Vannes
Canton Guer
Intercommunalité De l'Oust à Brocéliande Communauté
Maire
Mandat
Bernard Loiseau
2014-2020
Code postal 56140
Code commune 56253
Démographie
Gentilé Tréalais, Tréalaises
Population
municipale
659 hab. (2014)
Densité 34 hab./km2
Population
aire urbaine
10 480 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 50′ 24″ nord, 2° 13′ 21″ ouest
Altitude Min. 27 m – Max. 101 m
Superficie 19,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Tréal

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Tréal

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tréal

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tréal
Liens
Site web http://www.treal.sup.fr

Tréal [tʁeal] (Teria en gallo) est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

En dehors du quart septentrional, le sous-sol de la commune est constitué de schistes briovériens. Depuis le nord, se succèdent une bande de siltstones grossiers, une autre bande de siltstones de la formation de Traveusot, une fine bande de grès armoricain, puis de formation de Pont-Réan. Le sol est dans cette partie d'une valeur agricole plus faible que dans la partie schisteuse où elle est globalement excellente[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous sa forme latine Treal Plebs (« la paroisse de Tréal ») dès 858[2]. Tréal vient de "Tre" (passage) et de "al" (lieu pierreux).

Histoire[modifier | modifier le code]

Tréal est un démembrement de la paroisse primitive de Ruffiac.

Tréal est mentionné au IXème siècle dans le cartulaire de Redon (charte du 24 février 858) : "Anauan donne la vigne qui est dans son jardin, en Tréal, pour en jouir à jamais, aux moines de Redon, et à l'abbé Conwoïon….".Tréal trouve son origine dans le monastère de Conoch ou de Sainte-Leuférine, dont Sulmin était abbé en 830 et 867 (Cartulaire de l'abbaye de Redon, 117, 118). Sainte Zéphirine, patronne de Tréal, paraît être la même que Sainte Leuférine. — En 858, « le clerc Anauan donna à l'abbaye de Saint-Sauveur la vigne qu'il avait dans son jardin de Tréal, pour racheter sa main droite, qu'il avait été condamné à perdre, après avoir battu et tenté de tuer le prêtre Anauhoiarn » (lb. 157, 158). Ce rachat est un acte curieux à noter ; l'existence d'une vigne dans un pays où il n'y en a plus, est également intéressante. Dans ces textes, Tréal ne porte point la qualification de paroisse, plebs ; aussi pense-t-on que sa séparation de Ruffiac ne date que du XIème siècle (J-M. Le Mené).

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Tréal.svg

Les armoiries de Tréal se blasonnent ainsi :

De gueules au croissant burelé d’argent et d’azur, à la bordure engrêlée d’argent
(Armes de la famille de Tréal brisée d'une bordure).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1945 Marcel Genuit - -
1945 1947 Louis Plantard - -
1947 1957 Jules Touzé - -
1957 1977 Arthur Genuit - -
1977 1983 Marie-Thérèse Riallin née Lebreton - Retraitée
1983 1989 Maurice Morhan - -
1989 1992 Maurice Coué - -
1992 2008 Yvonnick Racouet - -
2008 2014 Pierre Colomberon - Retraité directeur de société
2014 en cours Bernard Loiseau - Professeur technique retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 659 habitants, en diminution de -0,6 % par rapport à 2009 (Morbihan : 3,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
995 945 925 963 1 012 965 969 979 1 017
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
974 1 007 1 050 1 027 1 016 1 063 1 032 1 106 1 148
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 152 1 179 1 137 1 036 1 033 999 1 001 915 830
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
813 714 639 641 634 672 660 656 659
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006 [6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. * Grenville Astill, Wendy Davies, Un paysage breton ; De l'archéologie à l'histoire dans le sud de la Haute-Bretagne, Les Dossiers du Ce.R.A.A., suppl. X, 2001, 214 p.
  2. Dans le cartulaire de l'abbaye de Redon
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :