Saint-Broladre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint-Broladre
Saint-Broladre
L'église de Saint-Broladre.
Blason de Saint-Broladre
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Saint-Malo
Canton Dol-de-Bretagne
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Dol et de la Baie du Mont Saint-Michel
Maire
Mandat
Guy Videloup
2014-2020
Code postal 35120
Code commune 35259
Démographie
Population
municipale
1 123 hab. (2015 en diminution de 1,49 % par rapport à 2010)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 35′ 12″ nord, 1° 39′ 24″ ouest
Altitude Min. 1 m
Max. 102 m
Superficie 23,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Saint-Broladre

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Saint-Broladre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Broladre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Broladre
Liens
Site web www.saint-broladre.fr

Saint-Broladre est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne, peuplée de 1 123 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Broladre est un village donnant sur la baie du mont Saint-Michel, là où se trouve la chapelle Sainte-Anne. Il est entouré des communes de Roz-sur-Couesnon, Saint-Marcan, Sains, La Boussac, Baguer-Pican et Cherrueix.

Flore[modifier | modifier le code]

Comme certaines de ses voisines, concernant la richesse de la flore, Saint-Broladre fait partie des communes du département possédant dans leurs différents biotopes le plus de taxons, soit 578 pour une moyenne communale de 348 taxons et un total départemental de 1 373 taxons (118 familles). On compte notamment 40 taxons à forte valeur patrimoniale (total de 207) ; 27 taxons protégés et 13 appartenant à la liste rouge du Massif armoricain (total départemental de 237)[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Parochia Sancti Petri et Sancti Broeladri en 1081[2], ecclesia Sancti Petri de Sancto Broladrio en 1316, Sanctus Broladrus en 1516.

Le nom de la commune proviendrait de saint Brévalaire, d'origine galloise (connu au Pays de Galles sous le nom de saint Branwallader et de saint Breladre à Jersey), à ne pas confondre avec un autre saint Brévalaire, plus connu sous le nom de saint Brandan[3] et honoré également à Kerlouan (Finistère).

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse de Saint-Broladre faisait partie du doyenné de Dol relevant de l'évêché de Dol et était connue sous le vocable de Saint-Brandan.

L'abbaye Notre-Dame du Tronchet y possédait des biens en 1575[4]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1er mars 1874 28 novembre 1885 Broladre Richard[5]    
29 novembre 1885 15 janvier 1887 Placide Sorre[5]    
16 janvier 1887 15 décembre 1892 Broladre Richard[5]    
16 décembre 1892 23 juin 1906 Jean-Marie Sorre[5]    
24 juin 1906 9 mai 1907 Jean Yves[5]    
10 mai 1907 22 mai 1909 Jean-Marie Sorre[5]    
23 mai 1909 1er août 1914 F. Guillier[5]    
2 août 1914 24 novembre 1945 Louis Goble[5]    
25 novembre 1945 8 mai 1970 Pierre Pince[5]    
9 mai 1970 17 mars 1983 Louis Belloir[5]    
18 mars 1983[6] mars 2008 Maurice Fantou UMP  
mars 2008[6] en cours Guy Videloup[7] SE Chef d'entreprise
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[9].

En 2015, la commune comptait 1 123 habitants[Note 2], en diminution de 1,49 % par rapport à 2010 (Ille-et-Vilaine : +5,54 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 0851 4021 4711 6051 6131 6401 6061 7081 744
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 8581 7191 7191 7071 8121 8841 8621 7981 987
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 8211 7081 6901 4751 3711 3231 2721 2521 058
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 0089468818659921 0141 0171 0941 123
2015 - - - - - - - -
1 123--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La chapelle Sainte-Anne des Grèves.
  • Le chemin Dolais, ancienne voie côtière aménagée au Moyen Âge sur le cordon dunaire dont la chapelle Sainte-Anne des Grèves marque la limite orientale.
  • Le site mégalithique du Champ des Tombes, classé au titre des monuments historiques en 1966[12].

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2015, légale en 2018.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Diard, La flore d'Ille-et-Vilaine, Atlas floristique de Bretagne, Rennes, Siloë, 2005, carte p. 170.
  2. Dans une charte de 1081
  3. http://nominis.cef.fr/contenus/Branwallader.pdf
  4. Déclaration de l'évêque de Dol, 1575.
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Bulletin municipal Saint-Broladre no 2, 2e semestre 1995, pp. 16-17
  6. a et b « Guy Videloup dans le fauteuil de maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 12 juillet 2015)
  7. « Ils ont été élus maires hier soir », Ouest-France (éd. Rennes), no 19320,‎ 22-23 mars 2008, p. 7 (ISSN 0999-2138)
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  12. « Hemicycle mégalithique dit Les Tombes », notice no PA00090765, base Mérimée, ministère français de la Culture

Liens externes[modifier | modifier le code]