Baguer-Morvan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Baguer-Morvan
Mairie de Baguer-Morvan.
Mairie de Baguer-Morvan.
Blason de Baguer-Morvan
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Saint-Malo
Canton Dol-de-Bretagne
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Dol-de-Bretagne et de la Baie du Mont Saint-Michel
Maire
Mandat
Jean-Paul Erard
2014-2020
Code postal 35120
Code commune 35009
Démographie
Population
municipale
1 598 hab. (2011)
Densité 69 hab./km2
Population
aire urbaine
13 118 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 31′ 33″ N 1° 46′ 21″ O / 48.5258333333, -1.7725 ()48° 31′ 33″ Nord 1° 46′ 21″ Ouest / 48.5258333333, -1.7725 ()  
Altitude 36 m (min. : 15 m) (max. : 87 m)
Superficie 23,11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Baguer-Morvan

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Baguer-Morvan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Baguer-Morvan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Baguer-Morvan

Baguer-Morvan est une commune française, située dans le département d'Ille-et-Vilaine en Région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Villages, hameaux, écarts, lieux-dits[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

  • Vaudoré

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse de Baguer-Morvan faisait partie du doyenné de Dol relevant de l'évêché de Dol et était sous les vocables de saint Pierre et saint Paul.

Le bailliage de Vaudoré appartenait à l'Abbaye Notre-Dame du Tronchet, qui l'aliéna.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D’azur à un casque d’or taré de profil, au chef du même chargé de trois pommes de pin de sinople.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Joseph Gardan[1]    
mars 2008   Jean-Paul Erard[2]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 598 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 750 1 805 1 852 1 911 1 979 1 931 1 994 1 959 2 055
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 123 2 131 2 115 2 162 2 144 2 070 2 115 2 113 2 030
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 994 1 969 1 860 1 648 1 588 1 558 1 433 1 394 1 338
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 253 1 150 1 326 1 347 1 306 1 337 1 503 1 488 1 564
2011 - - - - - - - -
1 598 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4])
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre et Saint-Paul.
  • Église Saint-Pierre et Saint-Paul: tour de 1779 et corps de l'édifice érigé vers 1850 par l'architecte Eugène Hawke.

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Château de Beauregard (Baguer-Morvan) XVIe siècle.
  • Malouinière Delaunay-Blot XVIIe siècle.
  • Château d'Assis XIXe siècle.
  • Manoir du Bois-Fesloux, à la Maison de la Moussaye en 1513.
  • Manoir de la Guénidais, à la Maison de la Moussaye en 1523
  • Manoir de Bois-Hamon, au Québriac seigneurs de la Hirlaye en 1513
  • Manoir de la Hellandaye, aux Noguez en 1513
  • Manoir des Salles, sur la route de Miniac-Morvan
  • Manoir de la Touraude, avait jadis une chapelle privée, sous le vocable de Saint-Pierre. Prpiétaire en 1513, Amaury de la Moussaye, puis à la famille des Gouyon; Charles en 1652 et en 1682, Nicolas. La Chapelle qui était jadis dans un coin du jardin n'existait plus qu'à l'état de ruines en 1723 et en 1741, on y trouvait un chêne qui avait déjà quelques années.
  • Manoir de Vaudoré, à la Maison de Lanvallay en 1428 et 1513
  • Manoir de Vouroux ou de (Vaurouault), à la Maison de la Moussaye en 1513

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Baguer-Morvan est le plus ancien berceau des familles de Miniac et Miniac (en filiation avérée), familles ayant donné Olivier de Mauny ou de Miniac (compagnon d'armes de Du Guesclin, XIVe siècle), Jean-François de Miniac (parlementaire breton, XVIIIe siècle), Alexandre Miniac (architecte, XXe siècle), Edmond Miniac (avocat général à la cour de cassation de 1945 à 1947- 1884-1947), Jean Miniac (poète, XXe siècle), Jean-François Miniac (écrivain, XXe). Au XVe siècle, les registres de catholicité de Baguer-Morvan ne distinguent pas les Miniac des de Miniac.

De fait, les de Miniac, famille de noblesse capétienne originaire de Baguer-Morvan, sont des lointains cousins d’Albert II de Monaco (via la Maison de Gouyon Matignon), qui leur doit son titre de comte de Torigni encore aujourd'hui, ainsi que le fait d'être un lointain cousin de Bertrand Du Guesclin. Baguer-Morvan est aussi la patrie de l'amiral Duperré.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

  • Les Grandes Affaires criminelles d'Ille-et-Vilaine, Christophe Bessler, octobre 2006, De Borée. (pour Edmond Miniac)