Sagy (Saône-et-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sagy.
Sagy
Sagy (Saône-et-Loire)
La maison du Bailli.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Louhans
Canton Louhans
Intercommunalité Bresse louhannaise intercom'
Maire
Mandat
Denis Parisot
2014-2020
Code postal 71580
Code commune 71379
Démographie
Population
municipale
1 245 hab. (2015 en augmentation de 2,3 % par rapport à 2010)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 36′ 07″ nord, 5° 18′ 34″ est
Altitude Min. 182 m
Max. 218 m
Superficie 34,21 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sagy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sagy

Sagy est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sagy fait partie de la Bresse louhannaise.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Ratte Le Fay Savigny-en-Revermont Rose des vents
Saint-Martin-du-Mont N Flacey-en-Bresse
O    Sagy    E
S
Bruailles Frontenaud Le Miroir
Situation de Sagy.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1289, le comte de Savoie Amédée V cède la seigneurie de Sagy au duc de Bourgogne Robert II[1].

Le 22 mars 1641, lors de la guerre de Comté, le village est incendié par les troupes du capitaine Lacuzon, patriote comtois, qui y commettent des exactions : « [...] sur le soleil levant, les gens de guerre du comté de Bourgogne parurent du côté du village de La Varenne, en nombre de 250 chevaux et environ 1 000 à 1 100 hommes de pied, auquel lieu et en toutes les maisons il y mirent le feu, et de là se jetèrent au village de Novillard [...] ».

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1971 1991 Robert Petit PS Conseillé général du Canton de Beaurepaire-en-Bresse
1991 mars 2014 Paul Colas DVG Retraité
mars 2014 en cours Denis Parisot DVG  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3].

En 2015, la commune comptait 1 245 habitants[Note 1], en augmentation de 2,3 % par rapport à 2010 (Saône-et-Loire : -0,05 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 102 2 118 2 469 2 257 2 418 2 525 2 649 2 730 2 605
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 471 2 380 2 513 2 477 2 592 2 563 2 476 2 421 2 515
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 537 2 547 2 524 2 020 2 007 2 010 2 005 1 755 1 572
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
1 446 1 299 1 172 1 156 1 155 1 109 1 198 1 223 1 245
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tourisme en Saône-et-Loire.
  • Un parc animalier : « Les animaux des petits bois », ferme-exposition créée en 1996[6].
  • Un tilleul planté en 1551, proclamé « arbre de la Liberté » en 1792[7].
  • Le manoir-ferme bressan de Sagy, route de Beaufort.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Ferdinand Berthier (1803-1886) : professeur à l'école des sourds-muets de Paris de 1829 à 1865. Il fut un des créateurs de la société universelle des sourds-muets. Il fut le premier sourd-muet fait chevalier de la Légion d'honneur, en 1849. Il décède à Paris en 1886, sa tombe se trouve à droite du porche de l'église.
  • Jacques Buatois (1819-1900) : poète bressan né à Sagy le 25 février 1819 (au hameau des Bullets)[8].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérard Taverdet, Le patois francoprovençal de Sagy (Bourgogne du Sud, Saône-et-Loire, canton de Beaurepaire-en-Bresse), Fontaine-lès-Dijon, 2012, 152 p. .
  • Marcel Baroe, Quelques notes sur l'histoire de Sagy, revue « Images de Saône-et-Loire » n° 59 (automne 1984), pp. 5, 6 et 21.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Kersuzan, Défendre la Bresse et le Bugey - Les châteaux savoyards dans la guerre contre le Dauphiné (1282 - 1355), collection Histoire et Archéologie médiévales n°14, Presses universitaires de Lyon, Lyon, 2005, (ISBN 272970762X), p. 31.
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  6. « La ferme des animaux des petits bois à Sagy », article de Maurice et Michel Goujon paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 135 de septembre 2003 (pages 15 à 17).
  7. Arbre qui, avec la pierre dite « Guenachère » de Saint-Émiland, le cèdre de La Chaux (Cuisery), la roche de Solutré et la roche dénommée « La Pierre-Qui-Croule » visible à Uchon, est le site ayant été le plus anciennement classé du département de Saône-et-Loire (par arrêté de classement du 14 juin 1909). Source : « La protection des sites en Saône-et-Loire », article de Bernard Gourguechon (inspecteur régional des sites à la DRAE de Bourgogne) paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 50 (été 1982), pages 17 à 20.
  8. « Jacques Buatois », article de Robert Petit paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 62 (été 1985), page 12.


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :