Montpont-en-Bresse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Montpont-en-Bresse
Rue du bourg.
Rue du bourg.
Blason de Montpont-en-Bresse
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Louhans
Canton Cuiseaux
Intercommunalité Communauté de communes Terres de Bresse
Maire
Mandat
Michel Puget
2014-2020
Code postal 71470
Code commune 71318
Démographie
Gentilé Montponnais
Population
municipale
1 100 hab. (2014)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 33′ 29″ nord, 5° 09′ 54″ est
Altitude Min. 182 m
Max. 213 m
Superficie 37,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Montpont-en-Bresse

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Montpont-en-Bresse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montpont-en-Bresse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montpont-en-Bresse
Liens
Site web Site de Montpont-en-Bresse

Montpont-en-Bresse est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté ; elle fait partie de la Bresse louhannaise. Elle s'étend sur 3 746 hectares, ce qui fait d'elle la commune la plus étendue de l'arrondissement de Louhans[1].

Ses habitants sont appelés les Montponnais et les Montponnaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de Montpont-en-Bresse (cliquez pour agrandir).

Localisation[modifier | modifier le code]

Elle est située à 9 kilomètres de Louhans, 32 km de Lons-le-Saunier, 35 km de Chalon-sur-Saône, 37,5 km de Mâcon et à 39 km de Bourg-en-Bresse à vol d'oiseau[2].

Selon le classement établi par l'Insee en 1999, Montpont-en-Bresse était une commune rurale non polarisée[3].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le relief de Montpont-en-Bresse est typique de la Bresse, c'est-à-dire qu'il est légèrement vallonné (jusqu'à trente mètres de dénivelé). L'altitude minimale (182 m) de la commune se situe dans la vallée de la Sâne Vive, lorsque la rivière entre dans La Chapelle-Thècle et l'altitude maximale (213 m) est établie dans un bois tout au sud de la commune, à proximité de la limite avec Curciat-Dongalon[4] ; l'altitude moyenne est comprise entre 190 et 200 mètres. Le bourg est bâti sur une hauteur qui dépasse tout juste les 200 m, dominant la Sâne Vive et ses petits affluents.

La plus grande partie des sols de la commune reposent sur les formations pliocènes du fossé de Bresse (argiles, marnes, sables et limons)[5]. Au sud-ouest de la commune (hameau de Rachessiat, forêt de Lhomont) débute la formation quaternaire dite « de Saint-Cosme », constituée par des alluvions d'origine lacustre[6]. Les fonds de vallée sont quant à eux constitués d'alluvions récentes à actuelles (Sâne Vive, Sâne Morte, Souchon) ou de colluvions[5].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les routes départementales 12, 39, 101, 150 et 339b[4] ; seule la dernière ne passe pas par le bourg.

Le village est à 17 km de l'autoroute la plus proche (sortie du Miroir), l'A39, suivie par l'A6 à 24 km (sortie de Tournus).

La gare la plus proche est celle de Louhans, située sur la ligne Dijon-Ville - Saint-Amour.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Sâne Vive observable près de la D 39.

Plusieurs cours d'eau traversent la commune : la Sâne Vive, la Sâne Morte (limite avec Varennes-Saint-Sauveur), le Souchon, ainsi que d'autres ruisseaux[7].

Un plan d'eau, appelé « plan d'eau de la Vavre », destiné à la pêche et à la promenade, a été aménagé à la sortie sud du village. D'autres étangs ou mares existent également, mais ils sont moins importants.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Montpont-en-Bresse possède une limite avec 7 communes différentes[4] :

Rose des vents Ménetreuil La Chapelle-Naude Sainte-Croix Rose des vents
La Chapelle-Thècle N
O    Montpont-en-Bresse    E
S
Romenay Curciat-Dongalon
(Ain)
Varennes-Saint-Sauveur

Climat[modifier | modifier le code]

La climat est de type tempéré à tendance continentale (étés chauds contrastés avec des hivers froids). Les précipitations sont inégalement réparties sur l'année. Les vents dominants sont le vent (sud), amenant une grande douceur et la bise (nord), qui accentue la sensation de froid en hiver. La saison estivale est marquée par des orages assez fréquents. Le brouillard est courant par temps calme en automne ou en hiver.

Mâcon

Pour la ville de Mâcon (216 m), les valeurs climatiques de 1961 à 1990 :

Relevés Mâcon 1961-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,6 0,7 2,5 5,2 8,9 12,3 12,4 13,9 11,1 7,5 2,9 0,1 6,6
Température moyenne (°C) 2,1 4 6,8 10 13,9 17,5 20,1 19,4 16,4 11,7 6 2,7 10,9
Température maximale moyenne (°C) 4,9 7,3 11,1 14,8 18,9 22,8 25,7 24,9 21,7 15,9 9,1 5,3 15,2
Précipitations (mm) 66,3 60,9 58,7 69,4 85,9 74,7 58,1 77,1 75,7 71,7 72,7 70,4 841,4
Source : Infoclimat : Mâcon (1961-1990)[8]


Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Comme la plupart des communes de la Bresse, le territoire de Montpont compte de nombreux hameaux, de dimensions très différentes, qui peuvent varier de deux ou trois habitations, souvent des fermes, ou des anciennes fermes, jusqu'à un ensemble de plusieurs dizaines d'habitations.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Montpont présente sur son territoire une cinquantaine de hameaux et de lieux-dits, la liste, ci-dessous, étant non-exhaustive :

  • Ardignat,
  • la Bauche,
  • les Bois Blanchins,
  • Boutière,
  • la Bredandière,
  • le Buet,
  • les Cabanes,
  • le Caton,
  • Chante-Merle,
  • le Château de Durtal,
  • le Château de Montpont,
  • les Chavannes,
  • la Chavonnaise,
  • la Chevrotière,
  • le Colombier,
  • la Colonge,
  • les Communes,
  • Corlin,
  • les Courtelets,
  • la Craffe,
  • Denizet,
  • Durtal,
  • la Follatière,
  • Forteresse,
  • les Fougères,
  • Gratalou,
  • la Grille,
  • Labergement,
  • Labergement Vieux,
  • Lessot,
  • Lhomont,
  • Limay,
  • la Mare,
  • le Moulin,
  • le Molard [Note 1] ,
  • la Petite Grange,
  • le Petit Molard,
  • les Peuples,
  • la Plaine,
  • le Pontet,
  • les Quatre Huteaux,
  • Rachessiat,
  • Reure,
  • les Rigaudières,
  • les Rippes Loisy,
  • Sulignat,
  • la Tauge,
  • les Trois Champs,
  • la Vavre,
  • Verrières.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Une présence gallo-romaine est relevée sur la commune actuelle, à travers un chemin[A 1].

Moyen Âge et Renaissance[modifier | modifier le code]

Montpont était le siège de la baronnie du même nom qui appartenait au duché de Bourgogne, à la limite de la Bourgogne et de la Bresse (de l'Ain). La paroisse était comprise dans le diocèse de Lyon[A 2]. Elle dépendait de la Châtellenie de Cuisery.

Seigneuries[modifier | modifier le code]

Montpont comprenait sur son territoire 8 seigneuries, dont 3 principales et 5 moins importantes[A 3] :

  • Durtal[Note 2] : elle était la plus importante de toutes. Elle possédait un château-fort ;
  • Lessot : elle avait de grandes terres ;
  • Montpont : elle était le siège de la baronnie, mais possédait peu de terres ; son château fort a été détruit au début du XVIIIe siècle ;
  • Ardignat ;
  • Grange ;
  • Reure ;
  • Denizet ;
  • Verrières.

Les 5 dernières comprenaient juste quelques parcelles ou un petit domaine.

Période moderne[modifier | modifier le code]

Les plus petites seigneuries tombèrent aux mains de leurs voisins plus puissants au cours du XVIIe siècle ou du XVIIIe siècle : Grange rejoignit Durtal ; Lessot, Verrières et Denizet furent annexées par Montpont, tout en gardant leur propre administration.

Reure et Ardignat gardèrent leur propre seigneur jusqu'à la Révolution. En ce qui concerne Ardignat, Bertrand David seigneur d'Ardignat n'eut qu'une fille qui épousa le 1er baron de Courbouzon, et s'installa donc au château à Courbouzon. C'est ainsi qu'à sa mort ses petits enfants héritèrent du domaine d'Ardignat qu'il vendirent aux anciens métayers avec l'ensemble des terres.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, la commune est animée par de nombreuses ventes de terrains, notamment vers Lessot[A 4].

Durant la Seconde Guerre mondiale, Montpont était en zone libre jusqu'à l'occupation par les Allemands en novembre 1942. La Résistance était présente dans la commune, comme en témoigne l'unité du Maquis de Romenay[A 5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune a tout d'abord été « Mons Pavonis », avant de devenir « Montpaon », puis « Montpont », et enfin, depuis 1961, « Montpont-en-Bresse »[9]. « Mont » indique une position surélevée, le village se situant sur une butte.

Le nom de Montpont pourrait provenir de ses seigneurs : la première mention qui en est faite signale Hugues de Monte Pavone dans une charte de 936[10].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 mars 2008 Noël Cureau UDF Conseiller général
mars 2008 en cours Michel Puget    
Les données manquantes sont à compléter.

Avant le redécoupage cantonal de 2014 en France, Montpont-en-Bresse était le chef-lieu du canton de Montpont-en-Bresse qui comprenait 5 communes.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[12],[Note 3].

En 2014, la commune comptait 1 100 habitants, en augmentation de 1,57 % par rapport à 2009 (Saône-et-Loire : 0,19 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 025 2 146 2 126 2 260 2 401 2 467 2 577 2 542 2 641
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 521 2 508 2 636 2 616 2 731 2 703 2 627 2 567 2 662
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 544 2 545 2 568 2 257 2 100 2 005 1 862 1 763 1 669
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
1 387 1 217 1 106 1 009 1 016 1 013 1 034 1 114 1 100
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Vie locale[modifier | modifier le code]

La fête patronale de Montpont-en-Bresse a lieu le deuxième week-end de septembre. Plus tôt dans l'année, durant le dernier samedi de mai, le village est animé par sa foire annuelle, où sont notamment exposés bovins, ovins et chevaux.

Tous les samedis matins, la place du village accueille le marché[15].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Un groupe scolaire est présent, composé d'une maternelle et d'une école primaire, qui a été construit en 1959. L'école est en RPI avec celle de La Chapelle-Naude : ainsi, certains élèves du CE2 et ceux du CM1 et CM2 vont à l'école de La Chapelle-Naude, alors qu'à l'inverse, une partie des élèves du CE2 et ceux des classes inférieures vont à celle de Montpont-en-Bresse.

Santé[modifier | modifier le code]

Il y a deux médecins et une infirmière dans la commune, ainsi qu'une pharmacie.

Sports[modifier | modifier le code]

La commune possède un stade de football ainsi qu'un court de tennis et un terrain de pétanque. Le village dispose par ailleurs d'une équipe locale de football baptisée « Entente Sportive Montponnaise ».

Cultes[modifier | modifier le code]

Montpont-en-Bresse dépend du diocèse d'Autun, du doyenné de la Bresse et du secteur paroissial Saint-Jean-Baptiste en Bresse. Les offices catholiques sont célébrés dans l'église du village, en alternance avec d'autres paroisses[16].

Associations[modifier | modifier le code]

De nombreuses associations existent, elles sont au total 18[17].

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

La commune de dispose de nombreux commerces de proximité[18], ainsi que plusieurs entreprises installées sur son territoire, ce qui favorise le développement du village[19].

On y trouve plusieurs gîtes ruraux qui sont pour la majorité dans d'anciennes fermes bressanes[20].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Montpont-en-Bresse bénéficie de plusieurs AOC, dont celle de la poule de Bresse. L'agriculture, comme partout dans la Bresse est très présente : on relève la culture du maïs et du blé (entre autres), de nombreuses fermes et l'élevage de volailles. Le paysage est plus ou moins bocager et la polyculture est pratiquée.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tourisme en Saône-et-Loire.

Le château de Durtal[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Château de Durtal (Bourgogne).

Le château de Durtal est situé sur une butte, à proximité du Grand Bois Durtal. Construit au XIVe siècle, il a en partie été rasé au début du XIXe siècle. Il est aujourd'hui utilisé en tant que ferme.

L'Église[modifier | modifier le code]

D'époque romane, l'église de Montpont est un vaste édifice en brique. Elle comprend une vaste nef voûtée en anse de panier, communiquant avec le transept par une grande arcade flanquée de passages berrichons (petites arcades étroites), et se terminant par un chevet plat. Le clocher, établi à la croisée, est couvert d'une flèche en ardoise.

La Chou des Cayons[modifier | modifier le code]

La Chou des cayons (signifiant en bressan « la soue des cochons ») est un petit bâtiment situé non loin de la pharmacie qui aurait dû être démonté en 2009. Toutefois, des habitants s'y sont opposés, et la démolition annulée. Une association, portant le nom du bâtiment, a été créée[21] et le bâtiment, qui devrait être restauré, a participé aux journées européennes du patrimoine 2012[22].

Les moulins[modifier | modifier le code]

Les principaux moulins de la commune sont celui de Montpont (ou de Mathy), celui de Lessot et celui de Durtal.

Architecture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tuile.

La limite entre les toits pointus à tuiles plates du nord et ceux ayant une pente plus douce à tuiles canal (ou romaines) du sud passe par Montpont, ainsi que par Tournus, Cuisery, La Chapelle-Thècle et Sainte-Croix[23]. Ceci est visible par exemple au bourg, où les deux types de toits se côtoient.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Galerie photos[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Martinet, Documents historiques sur les seigneuries, communauté et paroisse de Montpont, Agence presse, (1re éd. 1760), 303 p. (présentation en ligne)
  • (fr) Pierre Ponsot (Directeur), La Bresse, les Bresses, Saint-Just, A.Bonavitacola, , 327 p. (ISBN 2-908208-32-6)
    Plusieurs auteurs différents en fonction des études réalisées.
  • (fr) Pierre Ponsot (Directeur), La Bresse, les Bresses II, Saint-Just, A.Bonavitacola, , 447 p. (ISBN 2-908208-50-4)
    Plusieurs auteurs différents en fonction des études réalisées.
  1. Volume II, carte p. 56-57
  2. Volume II, p. 95
  3. Volume I, p. 159-160
  4. Volume I, p. 159 à 171
  5. Volume I, p. 215

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Orthographié sur les pancartes Mollard
  2. Aussi orthographié « Duretal »
  3. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Montpont-en-Bresse sur http://www.annuaire-mairie.fr » (consulté le 12 août 2012)
  2. « Communes proches de Montpont-en-Bresse » (consulté le 28 octobre 2010)
  3. « Cartes thématiques - Statistiques locales », sur site de l'INSEE (consulté le 16 avril 2010)
  4. a, b et c Carte IGN sur Géoportail.
  5. a et b « Carte géologique harmonisée sur InfoTerre » (consulté le 12 août 2012)
  6. [PDF]Françoise Bergerat, Jean-Jacques Puisségur, Geneviève Farjanel, Jean Putallaz et Régis Fleury, Carte géologique de la France à 1/50 000 : Montpont-en-Bresse, vol. 603, Orléans, Bureau de Recherches Géologiques et Minières, , 41 p. (lire en ligne), p. 19-20.
  7. Recherche de Montpont-en-Bresse sur le site du SANDRE
  8. Archives climatologiques mensuelles - Mâcon (1961-1990) Consulté le 2 juin 2010
  9. « Montpont-en-Bresse sur le site de l'INSEE » (consulté le 28 novembre 2010)
  10. http://www.montpont-en-bresse.fr/mons_pavonis.html
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  15. « Marché du samedi sur le site officiel de la commune » (consulté le 27 février 2013)
  16. Doyenné de la Bresse, Diocèse d'Autun
  17. Les associations sur le site officiel de la commune
  18. http://www.montpont-en-bresse.fr/commercants.html
  19. http://www.montpont-en-bresse.fr/entreprises.html
  20. http://www.montpont-en-bresse.fr/carte_du_tourisme_local.html
  21. http://montpont-en-bresse.fr/_la_chou_des_cayons.html
  22. Matthieu Auclair, « Terroir. La Chou des Cayons, à Montpont, participe ce week-end aux journées du patrimoine de pays. », sur Le Journal de Saône-et-Loire, (consulté le 13 août 2012)
  23. Traditions bressanes : la maison, sur www.artagnan.net Section Deux types de toits pour deux régions historiquement dissociées.
  24. http://www.lejsl.com/actuvideo/20090304.JSL3853.html