Famille de Dietrich

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dietrich.
Logo de l'entreprise familiale

La Famille de Dietrich est une famille alsacienne des Vosges du Nord, à la tête de l'entreprise du même nom, spécialisée dans l'électroménager, le ferroviaire et le chauffage.

Histoire[modifier | modifier le code]

1684 : Johann von Dietrich acquiert la forge de Jaegerthal.

1719 : La famille obtient le titre de baron du Saint-Empire.

1761 : Jean Dietrich, petit-fils du précédent, est anobli par Louis XV. Il devient le plus grand propriétaire terrien d’Alsace par l’acquisition de seigneuries et bâtit un empire industriel par l'acquisition ou la construction de forges et de hauts-fourneaux.

1778 : Louis XVI octroie à Jean de Dietrich une marque en forme de cor de chasse pour protéger sa production des contrefaçons. Ce symbole de qualité est aujourd’hui encore le logo du Groupe De Dietrich.

1792 : Philippe-Frédéric de Dietrich (fils de Jean), premier maire constitutionnel de Strasbourg, commande un chant patriotique au capitaine Rouget de l'Isle qui compose "La Marseillaise".

Poêle De Dietrich à l'église de Fouday

1804 : Après la tourmente de la Révolution française, Napoléon Bonaparte aide la famille de Dietrich à reconstruire une entreprise familiale et indépendante.

1848 : De Dietrich aborde l'ère industrielle en délaissant progressivement la production de fonte et de fers marchands et en transformant ses forges en ateliers de construction de matériel ferroviaire et mécanique.

1870 : Après l'annexion de l'Alsace-Lorraine par l'Allemagne, la famille de Dietrich décide de rester sur place. Ce choix l'oblige à diversifier les fabrications pour s'adapter à un marché allemand excluant l'entreprise du domaine ferroviaire. L'entreprise se tourne vers la production de biens de consommation durables – poêles, cuisinières, mobilier en bois, baignoires en fonte émaillée – et d'équipements urbain ou industriel – tramways, appareils à distiller, wagons spéciaux.

1896 : De Dietrich se lance dans la construction automobile sous licence Amédée Bollée.

1902 : De Dietrich embauche Ettore Bugatti pour la conception des automobiles et Émile Mathis pour leur commercialisation.

1905 : De Dietrich abandonne la fabrication automobile pour se consacrer, au fil des décennies, à la construction mécanique, la production de matériel de chemin de fer, d'équipements pour l'industrie chimique, d'appareils de chauffage central, puis d'équipement de cuisine et d'appareils de voies ferroviaires.

1992 : De Dietrich prend le contrôle du groupe Cogifer, spécialisé dans les installations ferroviaires fixes, et cède le contrôle de son activité électroménager à Thomson, racheté depuis par le groupe cooperatif espagnol Fagor-Brandt.

1995 : De Dietrich cède le contrôle de son activité de matériel ferroviaire roulant (usine De Dietrich Ferroviaire de Reichshoffen) à Alstom.

2000 : Après les acquisitions de Rosenmund-Guedu et QVF, De Dietrich rebaptise sa division équipement chimique "De Dietrich Process Systems" De Dietrich fait l'objet d'une OPA amicale de la Société Industrielle du Hanau (SIH), contrôlée par ABN AMRO Capital Investissement France.

2001 : En juillet 2001, après 50 ans de cotation, De Dietrich sort de la bourse et poursuit son développement dans ses différentes activités.

2002 : En septembre 2002, De Dietrich cède le contrôle de ses filiales Cogifer et Cogifer TF, au groupe industriel allemand Vossloh spécialisé dans les équipements ferroviaires. En décembre 2002, la Société Industrielles du Hanau absorbe De Dietrich & Cie et reprend le nom "De Dietrich"

2004 : En juillet 2004, De Dietrich cède le contrôle de sa filiale De Dietrich Thermique, spécialisée dans les appareils de chauffage à eau chaude, au fabricant hollandais Remeha. Le nouveau groupe ainsi constitué, De Dietrich Remeha, devient l'un des acteurs majeurs de l'industrie européenne du chauffage, en particulier dans les chaudières à condensation et les énergies renouvelables.

En décembre 2004, la Financière Jaegerthal, détenue en totalité par la famille De Dietrich, reprend le contrôle à 100 % de De Dietrich, réduite à son activité de fourniture d'équipements de process, de systèmes et de services pour les industries chimiques et pharmaceutiques : De Dietrich Process Systems.

2013 : Le 6 novembre 2013, Fagor-Brandt, la filiale française du groupe qui emploie 1.800 salariés, annonce son dépôt de bilan[1]. Le même jour, mais quelques heures plus tard, les autorités espagnoles annoncent également le dépôt de bilan de l'ensemble du groupe[2] .

2014 : le groupe Fagor-Brandt est racheté par le conglomérat algérien Cevital.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

L'histoire de la famille de Dietrich est liée à celle de la France et de l'Europe industrielle depuis le XVIIIe siècle. Parallèlement, la société De Dietrich est un acteur majeur de la vie économique alsacienne depuis plus de trois siècles.

Du fait de la longue continuité des informations historiques, familiales et techniques, le patrimoine De Dietrich est riche et divers. L'Association De Dietrich a pour mission principale de le préserver et de le valoriser ; cette mission fut reconnue d'utilité publique par arrêté préfectoral du 16 juin 1996.

L'Association De Dietrich a établi son siège au Château de Reichshoffen, construit en 1770 par Jean de Dietrich. Siège de la direction générale du Groupe, il a gardé tout son caractère du XVIIIe siècle et est classé Monument historique.

Le château abrite toutes les archives et près de 54 000 plans et 1200 plaques photographiques en verre de constructions ferroviaires et automobiles. Galerie de portraits, objets de collection, "boiseries de la Marseillaise", toiles et ouvrages anciens, automobile construite par De Dietrich en 1898 et restaurée en 1996, poêles en fonte et taques de cheminée sont des éléments du patrimoine De Dietrich conservés au Château de Reichshoffen.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Généalogie[modifier | modifier le code]

Demange Dietrich (1549-), bourgeois de Strasbourg
x Anne Heller
│
└── Jean Dietrich (17 février 1579-1642), conseiller et marchand à Strasbourg
    x Agnès Meyer
    │
    └── Dominique Dietrich (1620-1694), amnestre de Strasbourg
        x Ursule Wencker (1627-1662)
        │
        └── Jean-Nicolas Dietrich (1688-1726), marchand, banquier
            x Marie-Barbe Kniebs (1665-1747)
            │
            └── Jean de Dietrich (1719-1795), comte du Ban de la Roche
                x Amélie Hermanny (1729-1766)
                │
                ├── Jean de Dietrich (1746-1805)
                │   x Louise-Sophie de Glaubitz (1751-1806)
                │
                └── Philippe-Frédéric de Dietrich (1748- guillotiné 1793), maire de Strasbourg
                    x Sybille-Louise Ochs (1755-1806)
                    │
                    └── Jean-Albert de Dietrich (1773-1806), conseiller général du Bas-Rhin
                        x Amélie de Berckheim (1776-1855)
                        │
                        ├── Amélie de Dietrich (1799-1854)
                        │   x Guillaume de Turckheim (1785-1831), chef d'escadron
                        │
                        ├── Baron Albert de Dietrich (1802-1888), maître des forges
                        │   x 1828 Octavie von Stein (1801-1839)
                        │   │
                        │   ├── Baron Albert de Dietrich (1831-)
                        │   │   x Sophie von und zu der Tann-Rathsamhausen (1832-1890)
                        │   │
                        │   x 1840 Adélaïde von Stein
                        │   │
                        │   └── Eugène-Dominique de Dietrich (1844-1918), député au Reichstag
                        │       x Cécile Vaucher
                        │       │
                        │       └── Dominique de Dietrich (1892-1963), maître des forges
                        │           x Inès-Agnès de Pourtalès
                        │           │
                        │           └── Gilbert de Dietrich (1928-2006), PDG de la société De Dietrich de 1968 à 1996
                        │               x Suzanne Syz (29 août 1925 - 15 février 1975)
                        │               │
                        │               └── Baron Marc-Antoine de Dietrich, actuel président du conseil de surveillance de la société De Dietrich
                        │                   x Catherine Probst
                        │
                        └── Jean-Sigismond de Dietrich (1803-1868), maître des forges
                            x Virginie Mathis (1810-1867)
                            │
                            └── Amélie de Dietrich (1841-1874)
                                x Baron Édouard de Turkheim

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • De Dietrich depuis 325 ans : 1684-2009, Association De Dietrich, Reichshoffen, 2009, 200 p. (ISBN 978-2-9525943-3-2)
  • Laure Hennequin-Lecomte, Le patriciat strasbourgeois (1789-1830) : destins croisés et voix intimes, Presses universitaires de Strasbourg, Strasbourg, 2011, 397 p. (ISBN 978-2-86820-474-5) (texte remanié d'une thèse d'Histoire)
  • Jean-Pierre Kintz (dir.), De Dietrich : le tricentenaire, Éd. de la Nuée bleue, Strasbourg, 1986, 207 p. (numéro spécial de la revue Saisons d'Alsace)
  • Mélanie Riffel, Relations sociales, culture et patrimoine de la famille De Dietrich à Strasbourg au siècle des Lumières, 1681-1789, Université Strasbourg 2, 1997 (mémoire d'Histoire)
  • Thierry Sarmant (et al.), Guerre, pouvoir et finance dans l'Alsace du Roi-soleil : la famille Dietrich de 1681 à 1715, Service historique de l'armée de terre, Vincennes, 2000, 108 p. (ISBN 2-86323-128-6)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :