Solbach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Solbach
Descente sur Solbach.
Descente sur Solbach.
Blason de Solbach
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Bas-Rhin (Strasbourg)
Arrondissement Molsheim
Canton Mutzig
Intercommunalité C.C. de la Vallée de la Bruche
Maire
Mandat
Ervain Loux
2014-2020
Code postal 67130
Code commune 67470
Démographie
Gentilé Solbachois(es)
Population
municipale
108 hab. (2014 en stagnation par rapport à 2009)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 25′ 41″ nord, 7° 12′ 07″ est
Altitude Min. 367 m
Max. 750 m
Superficie 2,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Solbach

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Solbach

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Solbach

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Solbach
Liens
Site web http://solbach.valleedelabruche.fr/

Solbach est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Solbach se situe à cheval entre la vallée de la Rothaine et la vallée de la Schirgoutte. Commune étagée au-dessus des forêts de Fouday, elle est proche du col de la Perheux, alors haut lieu du Ban de la Roche qui culmine à 699 mètres d'altitude. Le point culminant de la commune est le mont Saint-Jean, à 710 mètres d'altitude, grande colline de chaumes qui surplombe l'agglomération. De nombreuses dessertes reliant le village au col de la Perheux contournent cette colline, très prisée des randonneurs.

Solbach a pour communes limitrophes Rothau au nord, La Broque au nord-ouest, Fouday à l'ouest, au sud-ouest et au sud, Waldersbach au sud-est et à l'est et Wildersbach au nord-est.


À retenir que Solbach est à ce jour la moins peuplée des huit anciennes annexes du Ban de la Roche, et l'avant-dernière des 23 communes des cantons de Schirmeck et de Sâales réunis en termes de population, devant Blancherupt.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Composé du germanique sol (salé) et bach (ruisseau)[1], ce qui se traduit par « ruisseau salé ».[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

Solbach faisait partie de l'ancienne seigneurie du Ban de la Roche. L'étymologie de ce village viendrait de langue alsacienne « Solbach » qui voudrait dire « Ruisseau Salé ». Autrefois ce village s'étalait au bord de la schleiffe de Berhine, qui mène du chemin vicinal de la folie à l'actuelle rue Principale, à environ 150 mètres au-dessus du panneau d'entrée du village.

Le chemin de la Folie est le chemin reliant Rothau et Fouday et se trouvant sur les bans communaux de ces deux dernières communes ainsi que le ban communal de Solbach, séparant les deux communes au niveau du croisement avec le chemin de Berhine. Le chemin de la Folie est humide en conséquence, même lors de sécheresses, puisqu'il longe la Bruche sur sa rive Est.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Solbach

Les armes de Solbach se blasonnent ainsi :
« Parti : au premier de gueules aux trois rocs d'échiquier d'argent, au second d'argent à la fasce de sinople, à la bordure de gueules. »[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Ervain Loux[3]    
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Jumelage avec Woolstock.

Comme sept autres communes du Ban de la Roche (Bellefosse, Belmont, Fouday, Neuviller-la-Roche, Rothau, Wildersbach et Waldersbach), Solbach est jumelée depuis le avec Woolstock, une petite localité américaine de l'Iowa qui a accueilli au XIXe siècle des immigrants en provenance du Ban de la Roche.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5].

En 2014, la commune comptait 108 habitants[Note 1], en stagnation par rapport à 2009 (Bas-Rhin : +1,68 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
160 144 190 208 222 222 236 225 230
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
204 209 201 198 191 199 194 173 158
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
149 149 145 128 139 126 106 138 110
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
119 126 116 109 95 100 106 107 112
2014 - - - - - - - -
108 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église surplombant la vallée.
L'église surplombant la vallée.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Carlos Fischer, Alsace Champêtre. Le parfait village, E. Sansot, Paris, 1907, 95 p. (réédité : Le parfait village. Solbach, Ban de la roche, 1904, Jean-Pierre Kruch éd., 1979, 91 p.)
  • R. Godié et J. Elringer, « De "pile" en fontaine », L'Essor, no 181
  • ISC, « Ah ! qu'il est beau mon village (Solbach) », L'Essor, no 16
  • Arnold Kientzler, « Jean Bernard, de Solbach. Le dernier sabotier du Ban de la Roche », L'Essor, no 133
  • Denis Leypold, Le Ban de la Roche au temps des seigneurs de Rathsamhausen et de Veldenz (1489-1630), Oberlin, Strasbourg, 1989, 119 p.
  • Denis Leypold, Solange Hisler, Pierre Moll, Eva Braun, Jean Frédéric Oberlin au Ban de la Roche, Association du Musée Oberlin, 1991, 89 p.
  • Claude Mayens, « Une commune d'ouvriers paysans : Solbach », L'Essor, no 97
  • « Les anciens commerces disparus », L'Essor, no 200 (travail réalisé par les écoles primaires)
  • « Solbach », in La Haute vallée de la Bruche, Patrimoine d’Alsace, Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, Éditions Lieux Dits, Lyon, 2005, p. 64-66 (ISBN 978-2-914528-13-9)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 715
  2. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.labanquedublason2.com (consulté le 24 mai 2009)
  3. [PDF] Liste des maires au 1er avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin.
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.