Robert Bourgi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Robert Bourgi
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (75 ans)
DakarVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Jaffar BourgiVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
Fratrie
Albert Bourgi (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Directeur de thèse
Distinction

Robert Bourgi, né le à Dakar, est un avocat et conseiller politique français.

Spécialiste des questions africaines, personnage controversé, il est considéré comme un représentant de la « Françafrique ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Né le à Dakar, au Sénégal, Jaffar (dit Robert[1]) Bourgi appartient à une fratrie de 13 enfants, issus d'une dynastie libano-sénégalaise. Il perd son jumeau monozygote à 2 ans[2]. Il est le fils de Mahmoud Bourgi, un riche négociant en textile chiite[3] qui a quitté le Liban en 1918[4]. Il est le frère du professeur d'Université agrégé de droit public Albert Bourgi[5],[6].

Marié le à l'avocate Catherine Vittori, il a trois enfants[7],[8].

Le , son épouse et lui sont témoins de l'attentat du drugstore Publicis. Ils témoignent au procès dirigé contre le terroriste Carlos en mars 2017 puis en appel en .

Formation[modifier | modifier le code]

Après des études au lycée Van-Vollenhoven à Dakar et des études de droit à l'université de Nice et à l'université Paris-I, il devient docteur d'État en droit public en 1978, son sujet de thèse porte sur « De Gaulle et l'Afrique »[9], et diplômé d'études supérieures en science politique[7].

Bien qu'il ait prêté serment en 1993, Robert Bourgi est un avocat qui n'a jamais plaidé[4].

Carrière[modifier | modifier le code]

Proximité avec des chefs d'Etat africains[modifier | modifier le code]

Son père Mahmoud Bourgi, important commerçant gaulliste, avait noué des relations d'affaires avec Jacques Foccart[8]. Ce dernier le présentera notamment au président gabonais Omar Bongo[8], dont il deviendra proche.

Figure discrète de la « Françafrique », il a également été proche du président sénégalais Abdoulaye Wade (en fonction de 2000 à 2012), du président congolais Denis Sassou-Nguesso (en fonction depuis 1979 avec une interruption de quelques années)[10] et du président ivoirien Laurent Gbagbo (2000-2011). Il a également endossé le rôle de délégué national du Club 89, chargé des pays en développement de 1981 à 1996, en plus d'être chargé de mission du Rassemblement pour la République (RPR), responsable des relations politiques avec les pays africains du Sud du Sahara.

Il participe à gérer l'argent versé par des chefs d'Etat africains à certains partis politiques français, le sort d'opposants, de journalistes, de maîtresses ou encore d'enfants cachés[8].

Il est la source d'information du journaliste Pierre Péan qui lui a révélé les liens entre Bernard Kouchner et le président Omar Bongo, et les émoluments versés par ce dernier à l'ancien ministre français pour des rapports sur le système de santé gabonais (objet de l'ouvrage Le Monde selon K. de Pierre Péan publié en 2009)[8].

En 2009, il porte la demande d'Omar Bongo et de Denis Sassou Nguesso auprès du président Sarkozy d'évincer Jean-Marie Bockel de son poste de secrétaire d'État chargé de la Coopération et de la Francophonie (qui avait promis la fin de la Françafrique moribonde)[11],[12]. Ce dernier sera remplacé par Alain Joyandet[8].

Financement des partis politiques français[modifier | modifier le code]

Le , il assure avoir transporté à de nombreuses reprises dans les années 1990 « des millions d'euros » versés par certains chefs d'Etat africains au profit de Jacques Chirac, précisant que Dominique de Villepin était au courant de cette situation[13],[14]. Il affirme aussi le lendemain que la campagne électorale de Jean-Marie Le Pen de 1988 avait bénéficié du même type de financement. Jacques Chirac et Dominique de Villepin ont annoncé leur intention de déposer plainte contre l'avocat mais seul Jean-Marie Le Pen agit[8] et obtient du tribunal correctionnel de Paris la condamnation de Robert Bourgi pour diffamation le [15].

Le , Jean-François Probst, un ex-collaborateur de Jacques Chirac, l'accuse d'avoir dépensé sans compter pour Sarkozy auprès de nombreux chefs d’États africains lors de la présidentielle de 2007[16].

Libération de Clotilde Reiss[modifier | modifier le code]

Robert Bourgi participe à la médiation sénégalaise menée par le président Abdoulaye Wade et son fils Karim[17],[18] pour la libération de l'étudiante française Clotilde Reiss, emprisonnée par les Iraniens à Téhéran depuis 2009. Ces négociations menées à l’écart des ministères et des ambassades[19] aboutiront le .

Sous la présidence Hollande[modifier | modifier le code]

Il tente d'approcher le président François Hollande, notamment avec l'aide du secrétaire d'État à la Francophonie Jean-Marie Le Guen, mais ses tentatives restent vaines[8]. En 2015, Robert Bourgi loue l'action du président en Afrique : Il faut reconnaître au président Hollande une qualité, celle d'avoir très rapidement compris l'Afrique. L'interventionnisme militaire et politique de la France est très fort. La Françafrique est plus vivante que jamais[20].

Crise gabonaise de 2016[modifier | modifier le code]

Robert Bourgi soutient publiquement la candidature d'Ali Bongo Ondimba lors de la présidentielle 2009 : Au Gabon, la France n'a pas de candidat, mais le candidat de Robert Bourgi, c'est Ali Bongo. Or je suis un ami très écouté de Nicolas Sarkozy. De façon subliminale, l'électeur le comprendra[3].

En revanche, lors de l'élection présidentielle gabonaise de 2016, il soutient ouvertement Jean Ping, le principal opposant d'Ali Bongo. Lors des violences qui ont suivi ce scrutin, il déclare dans les médias que son soutien à Ali Bongo en 2009 avait enfanté un monstre.

Du soutien à Sarkozy à l'affaire Fillon[modifier | modifier le code]

D'abord conseiller politique de Michel Aurillac (alors ministre de la Coopération de Jacques Chirac sous la première cohabitation, de 1986 à 1988) puis de Dominique de Villepin (dont il s'est senti méprisé et écarté de son entourage[8]), il passe dans le camp de Nicolas Sarkozy en . Robert Bourgi, qui intègre le Premier Cercle des donateurs de Nicolas Sarkozy, est présent lors de son investiture présidentielle. Ce dernier le décore de la Légion d'honneur en [21],[22].

D'après Le Monde, nombre de diplomates craignent que son influence auprès de Nicolas Sarkozy reflète l'idée que le président se fait de l'Afrique, celle d'un continent qu'on ne tient que par les barbouzes[3].

En 2012, il se rapproche de François Fillon et aurait contribué à l'organisation de son voyage au Sénégal puis en Côte d'Ivoire fin [23] et ce alors que, dès , François Fillon prend la peine de déclarer que Robert Bourgi ne l'accompagnera pas dans ce voyage[24]. En 2014, pour Noël, Robert Bourgi offre à François Fillon un ensemble blazer pantalon d'Arnys à 5180 euros[8].

Le , il participe au meeting de rentrée de Fillon, ce qui provoque la colère de Nicolas Sarkozy. Il déclare : Je conserve mon estime et mon affection à Nicolas. Mais ses dernières déclarations sur l'islam et l'immigration ne passent pas. Le , il tente en vain d'approcher Alain Juppé, alors favori des sondages, mais qui lui en veut d'avoir raconté qu'il l'avait emmené au Gabon et au Sénégal après sa condamnation de 2004 (en conséquence, lorsqu'il était devenu ministre des Affaires étrangères, il l'avait écarté de l'investiture du président ivoirien Alassane Ouattara)[8]. Il déclare finalement début soutenir Nicolas Sarkozy pour la primaire présidentielle des Républicains[25], bien que celui-ci ne soit pas encore candidat : C'est Sarko que j'aime. C'est un bandit mais je l'aime. Il est comme moi : un affectif, un métèque. D'ailleurs, je ne l'ai jamais trahi, je lui racontais tout de mes discussions avec Fillon[8].

En , Robert Bourgi est identifié comme la personne ayant offert pour 13 000 euros de costumes au candidat Les Républicains à l'élection présidentielle François Fillon[26]. Cette information révélée par la presse mène le Parquet national financier à accorder aux juges chargés de l'affaire Fillon l'ouverture d'un réquisitoire supplétif contre X pour « trafic d'influence ». Dans une interview accordée au magazine Vanity Fair, il explique avoir « appuyé sur la gâchette » en révélant son rôle au journaliste Laurent Valdiguié[27] en réaction à un commentaire blessant de François Fillon à son égard et à la volonté de l'entourage de ce dernier de l'écarter des affaires africaines au profit du député Bernard Debré[28]. Robert Bourgi affirme que Nicolas Sarkozy lui a dit ensuite à propos de François Fillon : T'as vu Robert : on l'a bien niqué[8].

Autre[modifier | modifier le code]

Alors qu'il envisageait de publier ses mémoires de son vivant, Robert Bourgi a finalement abandonné ce projet : Trop dangereux. Ce sera pour les Archives nationales après ma mort[8].

En , Robert Bourgi est condamné à 1 mois de prison avec sursis et 2 500 € d'amendes pour avoir donné 7500 € à l'UMP et 7500 € à Force républicaine en 2014 comme en 2015, ces dons atteignant le double du plafond autorisé par la loi de 2013[29]. Une condamnation inédite : selon Mediapart, il est le premier condamné pour dépassement des plafonds depuis la réforme de 2013.

En , une procédure disciplinaire pour manquement aux principes essentiels de la profession d’avocat est ouverte par la bâtonnière de Paris Marie-Aimée Peyron contre Robert Bourgi suite aux propos insultants tenus fin janvier et début février dans deux documentaires sur l'affaire Fillon[30]. Robert Bourgi devait passer le devant le conseil de discipline du conseil de l'ordre du barreau de Paris[31]. Il est suspendu de la Légion d'honneur pour cinq ans par décret du [32].

Robert Bourgi est membre du Comité consultatif international de l'Organisation de la presse africaine (APO), qui assure notamment ses relations presse[33].

Ouvrage[modifier | modifier le code]

  • Le Général de Gaulle et l'Afrique noire : 1940-1969, Librairie générale de droit et de jurisprudence, Paris, Nouvelles éditions africaines, Dakar, Abdijan, 1980, 515 p. (ISBN 2-275-01134-X) (texte remanié d'une thèse d'État en droit public).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jaffar est son prénom musulman chiite.
  2. « M. Françafrique », sur Libération.fr, (consulté le 28 juin 2019)
  3. a b et c « Robert Bourgi, vétéran de la Françafrique », Le Monde, 29 août 2009.
  4. a et b Jules Pecnard, « Costumes de Fillon: quatre choses à savoir sur Robert Bourgi », sur lexpress.fr, .
  5. Voir sur lemonde.fr .
  6. « Françafrique / Au cœur de la famille Bourgi : Voici le vrai visage de Robert et Albert », L'intelligent d'Abidjan,‎ (lire en ligne)
  7. a et b Jacques Lafitte, Stephen Taylor, Qui est qui en France, Jacques Lafitte, , p. 373.
  8. a b c d e f g h i j k l m et n Sophie des Déserts, « L'homme qui aimait trop Fillon », Vanity Fair n°48, juillet 2017, pages 72-79.
  9. Sous la dir. de Pierre Dabezies, Le Général de Gaulle et l'Afrique noire, 1940-1969 (thèse d'État en droit public), Paris, université Paris-I, (SUDOC 041007840).
  10. Philippe Bernard, « Robert Bourgi, vétéran de la Françafrique », sur lemonde.fr,
  11. « Robert Bourgi : "La France n'avait pas de candidat au Gabon" (vidéo) », RTL, 7 septembre 2009.
  12. Pierre Haski, « Virer un ministre ? C'est simple comme un coup de fil de Bongo », Rue89, 7 septembre 2009.
  13. AFP, « Accusés de financement occulte africain, Chirac et Villepin portent plainte », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  14. Laurent Valdiguié, « Bourgi : "J'ai vu Chirac et Villepin compter les billets" », Le Journal du dimanche,‎ (lire en ligne).
  15. « Robert Bourgi condamné pour avoir diffamé Jean-Marie Le Pen », liberation.fr, 13 décembre 2012.
  16. « Financement occulte : un témoignage accable Nicolas Sarkozy », sur letelegramme.com, consulté le 12 septembre 2011.
  17. « Clotilde Reiss libre grâce au Sénégal », lepoint.fr, 16 mai 2010.
  18. « Clotilde Reiss, la libération des polémiques », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  19. « Bourgi et Wade dans l´ombre de la libération de Clotilde Reiss », Laurane Provenzano, jeuneafrique.com, 18 mai 2010.
  20. « Bourgi : "Hollande se débrouille très bien avec l'Afrique" », sur europe1.fr, (consulté le 5 février 2018)
  21. Discours de Nicolas Sarkozy lors de la décoration de Robert Bourgi.
  22. Thomas Hofnung, Portrait « M. Françafrique », Libération, 10 juillet 2009.
  23. « Un pilier de la "Françafrique" aurait payé les costumes de François Fillon », Radio Television Suisse,‎ (lire en ligne)
  24. « Fillon en Afrique: Bourgi n'est plus le bienvenu », sur lexpress.fr, (consulté le 5 février 2018)
  25. Tristan Quinault Maupoil, « Pilier de la Françafrique, Robert Bourgi lâche Fillon pour Sarkozy », lefigaro.fr, 4 avril 2016.
  26. « L’avocat Robert Bourgi a bien réglé les costumes Arnys de François Fillon », lemonde.fr, 17 mars 2017.
  27. « L'avocat Robert Bourgi assume avoir remis de l'huile sur le feu dans la campagne de Fillon : "J'ai appuyé sur la gâchette" », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne, consulté le 7 juillet 2017).
  28. https://www.20minutes.fr/politique/2091199-20170621-affaires-costumes-robert-bourgi-raconte-comme-coule-campagne-fillon
  29. « Robert Bourgi, l'homme derrière les costumes de Fillon, condamné pour avoir donné trop d'argent à la droite », sur europe1.fr, (consulté le 11 octobre 2017)
  30. « Affaire Fillon. Procédure disciplinaire ouverte contre l’avocat Robert Bourgi », sur ouest-france.fr, (consulté le 19 février 2018)
  31. « Affaires des costumes de François Fillon : Robert Bourgi bientôt jugé par ses pairs », sur nouvelobs.com,
  32. BFMTV, « L'avocat Robert Bourgi privé de sa légion d'honneur pour 5 ans », sur BFMTV (consulté le 11 mars 2019)
  33. « Maître Robert BOURGI dément catégoriquement l'information publiée dimanche sur le site internet de Jeune Afrique », Afrikeco.com, 26 septembre 2010 : communiqué distribué par l'Organisation de la presse africaine pour Robert Bourgi.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]