René La Combe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
René La Combe
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Député
Sixième circonscription de Maine-et-Loire
-
René La Combe
Député
Sixième circonscription de Maine-et-Loire
-
René La Combe
René La Combe
Suppléant de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (d)
-
Suppléant de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (d)
-
Député
Sixième circonscription de Maine-et-Loire
-
René La Combe
René La Combe
Député
Sixième circonscription de Maine-et-Loire
-
René La Combe
René La Combe
Député
Sixième circonscription de Maine-et-Loire
-
René La Combe
René La Combe
Député
Sixième circonscription de Maine-et-Loire
-
René La Combe
René La Combe
Député
Sixième circonscription de Maine-et-Loire
-
René La Combe
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Homme politique, résistantVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de

René La Combe dit Bottin alias Melville, né le à Combrée (Maine-et-Loire) et mort le à Saint-Germain-des-Prés (Maine-et-Loire), est un homme politique et un résistant français, Compagnon de la Libération.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Louis la Combe, consul de France à Londres, René La Combe fait ses études à Londres et effectue son service militaire dans le Génie. Mobilisé en mars 1939, il est affecté dans la réserve générale du Génie.

Interprète à la 51st (Highland) Infantry Division, il est fait prisonnier le 12 juin et envoyé à l'Oflag V A (de) de Weinsberg près de Stuttgart. En octobre 1940, il est transféré au Stalag V-A de Ludwigsbourg (Wurtemberg).

Le , il s'évade. Dans le Gard, il devient agent de liaison d'Albert Thomas, qui est chef départemental de l'Armée secrète et de Combat. En septembre 1942, La Combe est responsable de Combat à Alès et adjoint du chef de l'AS René Pagès. Le , il est nommé adjoint du chef du NAP-fer (Noyautage des administrations publiques) en zone sud, René Hardy, qu'il remplace en juillet 1943.

Le 20 novembre 1943, arrêté, il est emprisonné à Nîmes, puis aux Baumettes de Marseille. Le , il est transféré au Fort Hatry (Belfort). Le , il saute du train entre Belfort et Mulhouse pendant sa déportation en Allemagne. Caché à Montreux-Château (Territoire de Belfort), il réussit à se réfugier en Suisse. Le , il rentre en France.

René La Combe fait une carrière de parlementaire. De 1958 à 1986, il est député gaulliste de Maine-et-Loire et vice-président de l'Assemblée nationale de 1965 à 1967. Il est maire de Saint-Germain-des-Prés (Maine-et-Loire) de 1959 à 1989. Il est représentant de la France au Parlement européen de 1967 à 1968.

Il habite le château de la Missonnière que son grand-père avait modifié à la fin du XIXe siècle et y vécut jusqu'à sa mort en 1994.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Commandeur de la Légion d'Honneur
  • Compagnon de la Libération (décret du )
  • Croix de Guerre 1939-45
  • Médaille de la Résistance
  • Médaille des Évadés

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Frenay, La Nuit finira, Laffont, 1973
  • Claude Bourdet, L'Aventure incertaine, Stock, 1975
  • Pierre Péan, Vies et Morts de Jean Moulin, Fayard, 1998
  • Fabrice Sugier, « La Combe René Bottin Melville (1915-1994) », dans La Résistance dans le Gard, Paris, Association pour des études sur la résistance intérieure, (ISBN 978-2-915742-23-7) — notice individuelle non paginée.

Liens externes[modifier | modifier le code]