Lycée français Charles-de-Gaulle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour le lycée français du même nom à Ankara en Turquie, voir Lycée français Charles-de-Gaulle d’Ankara.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lycée Charles-de-Gaulle.
Lycée français
Charles-de-Gaulle
Image illustrative de l'article Lycée français Charles-de-Gaulle
Logo du lycée adopté à l'occasion du centenaire.
Généralités
Création 1915
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Coordonnées 51° 29′ 43″ N 0° 10′ 37″ O / 51.49527778, -0.1769444451° 29′ 43″ Nord 0° 10′ 37″ Ouest / 51.49527778, -0.17694444  
Adresse 35 Cromwell Road
SW7 2DG Londres
Cadre éducatif
Proviseur Olivier Rauch
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

(Voir situation sur carte : Royaume-Uni)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Angleterre

(Voir situation sur carte : Angleterre)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Londres

(Voir situation sur carte : Londres)
Point carte.svg
Un bâtiment du lycée

Le lycée français Charles-de-Gaulle est un établissement d'enseignement français à l'étranger situé à Londres au Royaume-Uni. Il est sous la gestion directe de l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger[1]. Il accueille deux programmes académiques distincts : une filière britannique (GCSE et A-Levels) et une filière française (baccalauréat).

Situation[modifier | modifier le code]

Le lycée regroupe sur son site principal de South Kensington des classes primaires et secondaires (collège et lycée).

Afin de répondre aux besoins croissants de scolarisation de la communauté française de Londres, trois écoles primaires ont été créées :

  • en septembre 1993, l’annexe de Wix’s Lane, dans le quartier de Clapham ;
  • à la rentrée 1995, l’annexe d’Ealing, baptisée École André Malraux en mai 1997 ;
  • rentrée 2008, l’annexe de Fulham, appelée École Marie d'Orliac.

Suite à la croissance continuelle de la population française de Londres, un collège a été créé : à la rentrée 2012 : le collège de Kentish Town, appelé Collège français bilingue de Londres.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines (1915-1939)[modifier | modifier le code]

Le lycée a été fondé en par une jeune Française, Marie-Jeanne d'Orliac, sous le patronat de l'université de Lille, pendant la Première Guerre mondiale près de la Gare de Victoria au centre de Londres. La première rentrée compte 120 élèves, principalement de familles réfugiées belges. En , le lycée a été déplacé aux Cromwell Gardens (en), en face du Victoria and Albert Museum. En raison de sa croissance soutenue, l'école fut déplacée une troisième fois dans les années 1930 dans un grand bâtiment scolaire, le « Petit lycée », (dont l'auteur fut A. J. Thomas, associé du grand architecte Edwin Lutyens)[2] attenant l'Institut français de Londres sur Queensberry Place, l'œuvre de Patrice Bonnet, architecte et conservateur du palais de Versailles.

Seconde Guerre mondiale et « Grand lycée » (1939-1958)[modifier | modifier le code]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le lycée fut évacué au Cumberland dans le Nord de l'Angleterre. Le général de Gaulle, réfugié à Londres pendant son exil de la France occupée à l'époque par les forces nazies, établit ses bureaux dans les locaux. Suite aux bombardements sur Londres qui ont détruit les maisons derrière l'école, et l'arrivée d'une nouvelle population francophone après la guerre, le proviseur, Augustin Gaudin, a pu acquérir les immeubles ruinés en face du Musée d'histoire naturelle de Londres sur Cromwell Road, devenus temporairement des courts de tennis, et initia le long projet ambitieux de la construction d'un « Grand lycée », muni de laboratoires modernes de science et de nouvelles salles de classe secondaires, ainsi qu'un hall d'entrée lumineux et spacieux qui devint, après plus de dix ans en , le bâtiment actuel du 35, Cromwell Road. À cette même période, une petite succursale pour les petits (jardin d'enfants et les classes supplémentaires de 12e et 11e) fut établie dans Les Boltons à un kilomètre du lycée dans le quartier de Chelsea. Elle servit de modèle pour les futures succursales primaires.

Période contemporaine (depuis 1958)[modifier | modifier le code]

L'ère de la distribution des prix (dans le Royal Festival Hall ou le Royal Albert Hall) cède à une période de réformes scolaires où l'épanouissement des élèves est favorisé. Le lycée augmente ses activités extra-scolaires et propose des arts à l'école, expositions, théâtre et voyages à l'étranger. L'arrivée de technologies nouvelles, du management, de la comptabilité modernisent l'enseignement et l'administration.

Contrairement au déclin général de la population scolaire de Londres durant les annèes 1970 et 1980, le lycée a connu une expansion de demande continue qui mena à une nouvelle étape de constructions, avec entre autres, le bâtiment des classes primaires dans la cour de récréation sur Harrington Road, la disparition de la petite cour d'entrée du Petit lycée sur Queensberry Mews et l'acquisition quasiment totale des Mews à l'est de l'école, d'où la dernière écurie fût enlevée avec ses chevaux.

En , l'école prit le nom du « lycée français Charles de Gaulle », en honneur de l’ancien chef de la France libre ensuite, président de la République française et co-fondateur du Marché commun, si lié personnellement avec l'établissement français de South Kensington, qu'il visita une dernière fois en 1960.

En raison de l’espace limité à South Kensington, un nouveau bâtiment (architecte, Roeven Vardi) fut construit pour les classes primaires en dans la cour de récréation sur Harrington Road. Les expansions du lycée faites en et ont pris la forme de deux écoles primaires basées à Wix's Lane (Clapham) et Ealing. Depuis mai , cette dernière a pris le nom d'école André Malraux.

Élèves[modifier | modifier le code]

Établissement scolaire réputé de Londres, il accueille outre des enfants de la communauté française, des enfants de hauts cadres résidant à Londres, ainsi que des boursiers de familles modestes (du moins dans le passé). L'effectif actuel est de près de 4 500 élèves[3] mais on[Qui ?] a décidé ces dernières années de réduire ces effectifs[4]. Majoritairement, les élèves sont de nationalité française, 75% , 13% sont britanniques et 12% sont des ressortissants de 48 nationalités différentes. Il accueille notamment en première et en terminale des lycéens venus de France dans le cadre du programme des bourses dites « de Londres » ouvert également dans cinq autres six établissements français de l'étranger : Munich, Vienne, Barcelone, Madrid et Dublin[5]. Il est réputé pour ses résultats au baccalauréat et son niveau académique. Placé 15e en 2007 dans le classement du Financial Times des mille meilleurs établissements pour les résultats au A-level (section britannique), le lycée a également été classé 1er parmi les vingt meilleurs lycées français à l’étranger pour le critère des résultats au baccalauréat. En 2010, la section britannique[6] a été placée parmi les cinquante meilleurs établissements britanniques.

Création d'un Plan École pour l'enseignement français au Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Devant la saturation des capacités du lycée, un Plan École pour l'enseignement français au Royaume-Uni a été initié en 2008 par l'Ambassade de France pour contribuer au désengorgement de l’établissement et, plus largement, à satisfaire la demande d'enseignement en langue française en Grande-Bretagne, particulièrement dans l'agglomération londonienne[7]. Les partenaires de ce plan, outre le lycée Charles-de-Gaulle et ses annexes, sont les autres structures homologuées par l'Éducation nationale, les écoles bilingues et les associations soutenues dans le cadre du Programme FLAM. Certains établissements pourront postuler au LabelFrancÉducation.


Section britannique[modifier | modifier le code]

Fondée en 1952 par Augustin Gaudin[8] pour rapprocher les cultures françaises et anglaises, la section à l'origine « anglaise »[9] comprend un nombre fixe de 230 élèves. La différence principale entre les deux sections réside dans les examens que passent les élèves, les GCSE et A-Levels en section britannique. En 2012, La section britannique de Londres a fêté ses 60 ans[10]. Cinq personnes se sont succédé à sa direction depuis sa création[11] :

  • Anthony Morgan (1958-1979)
  • Alan Harrison (1979-1994)
  • Rachide Bennamar (1994-2000)
  • Rosalind Nichol (2000-2010)
  • Kelvin Zane (depuis 2010)

Résultats[modifier | modifier le code]

Baccalauréat français[modifier | modifier le code]

Les résultats du baccalauréat 2014[12]

Série Nombre de candidats Admis % Mention Très bien Mention Bien Mention Assez bien Total mentions
L 28 28 100 14 7 4 25
ES 86 84 97.6 21 31 15 67
S 150 148 98.6 69 43 23 135
Totaux 264 260 98.4 104 81 42 227
  • Pourcentage de mentions Très bien : 39% des élèves présentés
  • Pourcentage de mentions Bien : 30.7% des élèves présentés
  • Pourcentage de mentions Assez bien : 16% des élèves présentés
  • Pourcentage total de mentions : 85.7% des élèves présentés

A-levels[modifier | modifier le code]

Résultats A-levels 2013 :

  • 100% des élèves présentés ont obtenu leurs A-levels.
  • 57.7 % ont obtenu A*+A (la moyenne nationale étant de 27%) ;
  • 23.2 % ont obtenu B ;
  • 17.9 % des élèves ont obtenu entre C et E[13].

GCSE[modifier | modifier le code]

Résultats GCSE 2013 :

  • 100% des élèves présentés ont obtenu leur GCSE ;
  • 68.5% ont obtenu A*+A ;
  • 20.4% ont obtenu B ;
  • 11% des élèves ont obtenu entre C et E[13].

Quelques élèves et professeurs connus[modifier | modifier le code]

Condamnation pour discrimination[modifier | modifier le code]

Le 5 avril 2011, un tribunal britannique d'emploi (Employment Appeal Tribunal) a confirmé en appel une décision de condamner le Lycée Français Charles de Gaulle à  48 709,79 pour discrimination sur l'âge concernant une aide de cantine scolaire[16].

Ouverture d'un second lycée français[modifier | modifier le code]

Un établissement de droit privé, le lycée international de Londres Winston-Churchill, initié et financé par le French Education Charitable Trust (FECT), ouverira ses portes en septembre 2015 sur le site classé de l’ancien hôtel de ville de Brent, un bâtiment situé à Wembley datant des années 1940 et racheté à cet effet en 2012[17]. Une aide spécifique de l'AEFE, sous la forme de la nomination et de la prise en charge financière d'un proviseur expatrié, a été accordée pour faciliter le démarrage de ce lycée, bien qu'il reste en attente d'homologation par l'Éducation nationale française, celle-ci ne pouvant être accordée qu'après le démarrage, après inspection des classes déjà ouvertes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Agence pour l'enseignement français à l'étranger », sur http://www.aefe.fr/,‎ (consulté le 7 mars 2015)
  2. http://openhouselondon.org.uk/london/search/factsheet.asp?ftloh_id=3966
  3. Site Internet du lycée français
  4. name ="Libération"
  5. Programmes de mobilité pour les élèves : bourses « de Londres » sur le site Éduscol du ministère de l'Éducation nationale le 25 mars 2014
  6. « Fonctionnement de la British section », sur Lycée français Charles-de-Gaulle Londres,‎ 2015 (consulté le 9 février 2015)
  7. En route pour le « plan École pour tous », édition 2014-2020 sur le site d'Olivier Cadic, 13 juillet 2014
  8. « Fonctionnement de la British Section » (consulté en 2015-03-31)
  9. http://www.lyceefrancais.org.uk/college-lycee-bs/bs
  10. « Save the British Section of the Lycée Charles de Gaulle, London », sur Facebook (consulté en 2015-03-31)
  11. informations issues de l'ouvrage de Charlotte Faucher, Olivier Rauch, Floriane Zuniga et Éric Simon, Le Lycée français Charles de Gaulle de Londres, 1915-2015.
  12. « Lycée Français Charles De Gaulle de Londres » (consulté le 19 mars 2015)
  13. a et b Résultats donnés par le secrétariat de la Section Britannique le Lundi 16 mars 2015
  14. Jean-Marie Benoist, "Marx est mort", Paris PUF 1970
  15. http://www.liberation.fr/actualite/societe/298849.FR.php
  16. Alain-Christian Monkam, "Lycée français Charles de Gaulle versus Delambre", Village de la Justice, 2011, http://www.village-justice.com/articles/Lycee-Francais-Charles-Gaulle-versus,10831.html
  17. « Independent French school in Wembley to be named after Winston Churchill », sur Brent and Kilburn Times

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Charlotte Faucher, Olivier Rauch, Floriane Zuniga et Éric Simon, Le Lycée français Charles-de-Gaulle de Londres, 1915-2015, Royaume-Uni, Association des Anciens du Lycée français de Londres,‎ , 224 p. (ISBN 9780993097706)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]