Maldegem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maldegem
Blason de Maldegem
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région flamande Région flamande
Communauté Drapeau de la Flandre Communauté flamande
Province Drapeau de la province de Flandre-Orientale Province de Flandre-Orientale
Arrondissement Eeklo
Bourgmestre Johan De Roo (CD&V) (2007-12)
Majorité CD&V (2007-12)
Sièges
CD&V
N-VA
OpenVLD
Groen!
27 (2013-18)
12
9
4
2
Section Code postal
Maldegem
Adegem
Middelburg
9990
9991
9992
Code INS 43010
Zone téléphonique 050
Démographie
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
23 226 ()
50,17 %
49,83 %
245 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
()
19,47 %
61,74 %
18,79 %
Étrangers 1,88 % ()
Taux de chômage 4,98 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 13 386 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 51° 12′ nord, 3° 26′ est
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
94,64 km2 (2005)
76,27 %
6,09 %
16,90 %
0,75 %
Localisation
Image illustrative de l'article Maldegem

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Maldegem

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Maldegem
Liens
Site officiel www.maldegem.be

Maldegem est une commune néerlandophone de Belgique située en Région flamande, dans la province de Flandre-Orientale. Elle est la plus étendue de la province de Flandre orientale.

Points d'intérêt : Le Stoomcentrum Maldegem (chemin de fer touristique), l'église, le cimetière canadien, l'hôtel de ville.


Histoire[modifier | modifier le code]

  • Commune rurale au sol marécageux, elle ne comptait que quelques hameaux jusqu'au XIVe siècle, où un édit de Louis II de Flandre, dit Louis de Mâle, dont la ville tire son nom, accorde à la ville d'organiser un marché annuel.
  • On trouve trace en 1404 d'une sentence des échevins de Maldegem, par laquelle l'Abbaye du repos de Notre-Dame de Marquette est condamnée à payer au prieuré de Papingloo, une redevance de 5 liv. 15 esc. pour ses terres situées à Maldeghem[1].
  • Au milieu du XVIe siècle, la région adopte les idées Calvinistes et les édifices religieux font les frais de l'iconoclasme.
  • Au début du XVIIe siècle, aux armées hollandaises succèdent alternativement les françaises et espagnoles, exigeant au passage des vivres et de l'argent. En 1684, les Français brûlent les maisons car les paysans ne peuvent honorer leurs visiteurs.
  • La baronnie de Mâle est propriété du chevalier Gaspard de Gourcy.
  • Cette période de misère se termine avec la signature de la paix d'Utrecht en 1713 qui place la région sous régime autrichien.
  • Après quelques décennies de calme, le pays reste pauvre et un courant patriotique se crée : la Révolution brabançonne se libère de la domination autrichienne et voit l'émergence éphémère des États belgiques unis.
  • Le pays se développe sous la domination française entre 1795 et 1815 (routes, enseignement, code civil...) bien que les populations locales, très catholiques, vivent mal cette période (au moins jusqu'au Concordat de 1801).
  • La courte période hollandaise n'a pas eu beaucoup d'impact sur Maldegem. L'industrialisation de l'activité textile, qui prive les ménages ruraux des revenus du tissage, et une récolte de pommes de terre calamiteuse en 1845 affaiblissent la région, alors qu'en 1847 une épidémie de typhus décime la moitié de la population
  • En 1859, le creusement du Canal de Schipdonk apporte à l'entité une installation industrielle. En 1862, le chemin de fer entre Gand et Bruges connecta définitivement l'entité aux régions avoisinantes.
  • Après la charge de Burkel et le combat de Maldegem le lendemain, l'entité sera bombardée lors du retrait des forces ennemies en 1918, et beaucoup plus fréquemment durant la seconde guerre mondiale, du fait de la présence d'un champ d'aviation qui servait de relais aux aviateurs allemands et italiens partant vers l’Angleterre. Une fois libérée, la piste servit de base aux Canadiens qui perdirent plusieurs hommes lors de bombardements ennemis, comme en témoigne le cimetière canadien de la ville.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Auguste van Lokeren -Histoire de l'Abbaye de Saint-Bavon et de la crypte de Saint-Jean à Gand - page 101 volume 1 - 1855 - éditeur: L. hebbelynck - archive de la New-York public library - numérisé par Google Books