Problème synoptique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le problème synoptique est l'ensemble des relations ambivalentes qu'entretiennent les trois Évangiles synoptiques : Matthieu (Mt), Marc (Mc) et Luc (Lc). Devant les nombreuses similitudes et divergences de ces trois textes, il s'agit de déterminer l'ordre chronologique de leur rédaction et les traditions sur lesquelles ils se sont appuyés.

Avec les quêtes du Jésus historique, le problème synoptique est l'un de ceux qui séduisent le plus les exégètes. Dès les premiers siècles du christianisme, la question des différences entre ces trois textes retient l'attention. Pour Augustin d'Hippone, elles s'expliquent par l'ordre d'écriture[1]. Ce n'est que plus tard, en particulier depuis Griesbach au XVIIIe siècle, que la question des similitudes, et non plus seulement des divergences, est soulevée.

L'exégèse néotestamentaire a franchi une étape décisive avec la théorie des deux sources formulée en 1838 par Christian Hermann Weisse, et qui a pour corollaire l'hypothèse de la Source Q.

Les éléments du problème[modifier | modifier le code]

Les théories prétendant résoudre le problème synoptique doivent être capables d'expliquer comment les trois évangiles synoptiques ont été rédigés. En particulier ils doivent expliquer :

  • la triple tradition, c'est-à-dire les passages identiques, ou quasiment identiques, entre les trois textes ;
  • la double tradition, c'est-à-dire les passages communs à Mt et à Lc, mais inexistants dans Mc ;
  • les sémitismes du texte de Mc ;
  • les convergences mineures, c'est-à-dire des propositions identiques n'existant que dans Mt et Lc, dans les passages appartenant à la triple tradition ;
  • l'ordonnancement identique des récits entre les différents évangiles.

Stephen C. Carlson a calculé qu'il existe mathématiquement 1 488 théories[2]possibles, viables et utilisant les trois évangiles synoptiques et, au plus, deux sources hypothétiques (6 solutions sans source hypothétique, 91 solutions avec 1 seule source hypothétique et 1391 solutions avec 2 sources hypothétiques).

La triple tradition[modifier | modifier le code]

La triple tradition peut être expliquée par l'antériorité de l'un des évangiles, utilisé par les deux autres.

La double tradition[modifier | modifier le code]

La double tradition peut être expliquée par l'utilisation de deux évangiles comme source du troisième texte.

Les modèles de dérivation d'un modèle commun[modifier | modifier le code]

Hypothèse d'un évangile primitif[modifier | modifier le code]

UrGMtMcLc.jpg

Cette hypothèse, émise initialement au XVIIIe siècle par G. E. Lessing, postule que les trois évangiles ont été écrits par abréviation d'une traduction grecque d'un proto-évangile en hébreu, la «source Q». Ce proto-évangile, également appelé Ur-Gospel et abrégé parfois UrG serait l'un des textes parfois évoqué par les auteurs antiques, l’évangile des Hébreux ou l'évangile des Nazaréens qui aurait raconté l'histoire complète du Christ. Cette idée vient d'Origène rapportant les propos de Papias. Ce modèle permet d'expliquer les similitudes majeures et l'ordre des histoires mais elle peine à rendre compte, selon ses détracteurs, des sémitismes de Marc corrigés de manière identique dans Matthieu et Luc, ou alors introduits par Marc. Elle ne permet pas non plus de comprendre pourquoi certains passages auraient été coupés[M 1]. Par ailleurs, ce proto-évangile n'est qu'une conjecture puisque aucun texte ou fragment de texte n'a jamais été retrouvé qui permettrait d'appuyer cette idée[M 2].

Une variante de cette théorie explique les abréviations de Marc en supposant que ce dernier ne disposait pas du proto-évangile intégral mais d'une version abrégée[M 2].

Hypothèse des fragments[modifier | modifier le code]

Plutôt que d'imaginer un seul texte, certains auteurs à l'instar de Friedrich Daniel Ernst Schleiermacher imaginent qu'il a existé un grand nombre de documents brefs développant l'un un miracle, l'autre une parabole, etc. et que chacun des évangélistes aurait pioché dans cette masse pour construire son texte. Cependant, cette hypothèse ne permet pas d'expliquer comment des séries semblables se retrouvent dans les trois textes[M 1].

Hypothèse de la tradition orale[modifier | modifier le code]

J.C.L. Gieseler (1792-1854) et J.G. Herder ont insisté sur le rôle de la mémoire et de la transmission orale qui permet la souplesse dans les compositions. Au vingtième siècle, Jérémias, Black et Gaechter ont continué de montrer combien la transmission orale était importante dans le processus de composition des Évangiles. Cependant ces thèses restent marginales dans la critique exégétique car l'appel à une « tradition orale » floue et peu connue ne permet pas d'appliquer au premier abord des théories scientifiquement attestées.

Le père jésuite Marcel Jousse, professeur d'anthropologie à l'École des hautes études et à la Sorbonne, revalorise la solidité de ces thèses car si en Occident, la « tradition orale » est vite éliminée comme peu fiable, il montre comment fonctionnent les traditions orales d'un point de vue anthropologique et prouve la fiabilité des traditions orales et décrit leur mode de fonctionnement avec l'écrit. Dans sa thèse « Anthropologie du geste » Il retrouve dans les Évangiles des traces incontestables d'oralité (textes rythmés, balancés, structuration des textes de manière pédagogique, procédés mnémotechniques...). Ce travail est lié à son intérêt pour l'ethnologie du peuple palestinien du premier siècle[3].

Après la deuxième guerre mondiale, ce genre de recherche a été poursuivi par des chercheurs tels que le cardinal Eugène Tisserant, Jean Daniélou ou encore Birger Gerhardsson (Suède). Aujourd'hui, les travaux de Pierre Perrier (chercheur à l'académie des Sciences et Technologies française) cherchent à reconstituer l'enseignement oral primitif des apôtres (ce qu'il appelle des « colliers évangéliques », où chaque « unité de texte » est considéré comme une « perle »).

Les partisans de la transmission orale rejettent donc une hypothétique dépendance unique d'un Évangile original supposé. L'intérêt de cette thèse d'un point de vue linguistique est le renouveau qui en découle pour l'étude de l'araméen (langue dans laquelle prêchait Jésus) et envers les anciens manuscrits syriaques (Peshitta).

Les modèles généalogiques[modifier | modifier le code]

Le modèle de l'utilisation[modifier | modifier le code]

Dans ce modèle, l'un des évangiles est le premier, le second le réutilisant et le troisième réutilisant les deux précédents.

Avec trois évangiles, il y a six hypothèses : toutes ont été sérieusement défendues. Néanmoins celles d'Augustin, de Griesbach, en partie pour des raisons historiques, ainsi que celle de Farrer, conçue en réaction à la dominante théorie des deux sources, ont eu plus de succès que les trois autres.

L'hypothèse d'Augustin d'Hippone[modifier | modifier le code]

MtMcLc.jpg

Les évangiles sont classés dans les éditions du Nouveau Testament selon l'ordre de rédaction réaffirmé par Augustin [4] dans De consensu evangelistarum (c. 400) [la] (de l'accord des évangiles), c’est-à-dire Matthieu, Marc, Luc chacun dépendant du précédent..

L'hypothèse de Griesbach[modifier | modifier le code]

MtLcMc.jpg

Griesbach modifie l'hypothèse d'Augustin d'Hippone : Matthieu serait le premier évangile dont Luc se serait inspiré tandis que Marc aurait utilisé Luc et Matthieu. Cette hypothèse est conçue en 1764 et formulée en 1783. Elle a été reprise par de nombreux exégètes jusqu'à William Reuben Farmer 1964 qui la rebaptise hypothèse des deux évangiles (en)[5]. Des variantes plus récentes donnent la priorité à Luc[6].

L'hypothèse de Farrer[modifier | modifier le code]

McMtLc.jpg

Elle fut conçue en 1934 et formulée par Austin Marsden Farrer en 1955. Son plus brillant défenseur actuel est le Dr. Mark S. Goodacre à Birmingham. Son site[7] en donne les derniers développements. C'est aussi un portail sur tous les sites d'exégèse du Nouveau Testament. Dans l'hypothèse de Farrer, Marc est le plus ancien évangile, Matthieu s'en inspire et Luc utilise Marc et Matthieu[8]

L'hypothèse de Wilke[modifier | modifier le code]

McLcMt.jpg

C'est une variante de l'hypothèse de Farrer, ci-dessus. Elle est développée par Christian Gottlieb Wilke (1838), et soutenue par Bruno Bauer (1841). Elle expose la priorité de Marc ; le matériel de la Double Tradition résulte d'une copie de Matthieu sur Luc.

De nos jours, elle est soutenue par Ronald V. Huggins (1992).

L'hypothèse de Büsching[modifier | modifier le code]

LcMtMc.jpg

Anton Büsching (1766) soutient une variante de l'hypothèse de Griesbach selon laquelle, Marc compile les textes de Matthieu et Luc, avec une priorité de Luc.

L'hypothèse de Lockton[modifier | modifier le code]

LcMcMt.jpg

Elle est soutenue par W. Lockton (1922). Comme l'hypothèse de Busching, elle confère la priorité à Luc mais Matthieu se nourrit de Luc et Marc.

La théorie des deux sources[modifier | modifier le code]

2SH.jpg
Article détaillé : Antériorité de Marc.

Mc fut la source de Mt et de Lc, qui utilisèrent en outre une source annexe. Cette théorie des deux sources fut conçue en 1838 par Christian Hermann Weisse. Elle suppose l'antériorité de Marc et l'existence d'une source Q dont on peut identifier le corpus inclus en Mt et Lc mais on n'a pas encore retrouvé une telle source jusqu'à ce jour. Selon ce modèle, les rédacteurs de Mt et de Lc ont eu accès à des éléments propres (le Sondergut, littéralement « bien propre ») qui se présentaient sous la forme souple d’une tradition orale araméenne. Les chercheurs débattent encore sur la partie du matériel du Sondergut matthéen et lucanien qui provient en fait de Q[9].

La théorie des deux sources[10] est défendue par John S. Kloppenborg (en) et Raymond Edward Brown, parmi d'autres chercheurs, et tend à être admise par le consensus des spécialistes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  1. a et b p. 36
  2. a et b p. 35

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. Dans De consensu evangelistarum, vers 400, il déclare :« Donc, ces quatre évangélistes, bien connus à travers le monde entier (et peut-être sont-ils quatre parce que le monde a quatre parties (...) ont écrit dans cet ordre : d'abord Matthieu, puis Marc, troisièmement Luc, et en dernier Jean. » Cette chronologie n'est plus retenue aujourd'hui par la majorité des chercheurs.
  2. Synoptic Enumeration
  3. Fabienne Martin-Juchat, « Marcel Jousse, L’Anthropologie du geste I », sur Questions de communication, (consulté le 21 août 2015)
  4. (en)[1]
  5. Daniel Marguerat, Introduction au Nouveau Testament: son histoire, son écriture, sa théologie, Labor et Fides, (lire en ligne), p. 38.
  6. Synoptic Problem
  7. Case Against Q
  8. évolution de l'hypothèse de Farrer
  9. Frédéric Amsler, Andreas Dettwiler, Daniel Marguerat, La source des paroles de Jésus (Q). Aux origines du christianisme, Labor et Fides, , p. 79.
  10. The Two Source Hypothesis

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • P. Benoit, Marie-Émile Boismard, Synopse des quatre évangiles en français avec parallèles des apocryphes et des Pères, Tome I, Textes, Éditions du Cerf, Paris, 1965
  • M.-E. Boismard, P. Benoit, A. Lamouille et P. Sandevoir, Synopse des quatre évangiles en français, vol. II, Commentaire, Éditions du Cerf, Paris, 1972.
  • M.-E. Boismard, A. Lamouille et G. Rochais, Synopse des quatre évangiles en français, vol. III, L'évangile de Jean, Éditions du Cerf, Paris, 1977.
  • Raymond E. Brown, Que sait-on du Nouveau Testament ? , Bayard 2011
  • Hans Conzelmann et Andreas Lindemann, Guide pour l'étude du Nouveau Testament, Labor et Fides, 1999
  • Philippe Rolland, Les Premiers Évangiles, un nouveau regard sur le problème synoptique, Paris, Éditions du Cerf, 1984
  • Andreas Dettwiler, Daniel Marguerat (dir.) et al., La source des paroles de Jésus (Q) : Aux origines du christianisme, Genève, Labor et Fides, coll. « Le monde de la Bible » (no 60), , 408 p. (ISBN 978-2-8309-1341-5)
  • Daniel Marguerat, « Le problème synoptique », dans Daniel Marguerat, Introduction au Nouveau Testament : Son histoire, son écriture, sa théologie, Labor et Fides, (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]