École de Tübingen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article traite du courant protestant de l'université de Tübingen. Pour le courant catholique, voir l'article École catholique de Tübingen. Ne pas confondre non plus avec une nouvelle interprétation de Platon appelée également « École de Tübingen et de Milan ».

L'École de Tübingen ou Jeune École de Tübingen, ou encore Nouvelle École de Tübingen, est un courant d'exégèse biblique et de théologie chrétienne fondé par Ferdinand Christian Baur au sein du Tübinger Stift, séminaire protestant de l'université de Tübingen. Ses principaux continuateurs sont David Strauss, Albert Schwegler, Adolf Hilgenfeld et Eduard Zeller. L'École de Tübingen est à l'origine de la critique radicale de la Bible.

Principes exégétiques[modifier | modifier le code]

Les principes de l'École de Tübingen s'inspirent de la dialectique hégélienne. S'éloignant d'une vision surnaturelle du christianisme, son approche du Nouveau Testament insiste sur les divergences entre les Évangiles synoptiques d'une part et celui de Jean d'autre part, sur les thèmes principaux des Épîtres de Paul et sur le rôle respectif des premiers dirigeants de l'Église primitive. À cet égard, Baur met en opposition une Église juive initiale dont le principal représentant serait l'apôtre Pierre, et une Église hellénistique, celle des Gentils, plus élaborée, incarnée par Paul de Tarse.

André Gounelle écrit : « Ferdinand-Christian Baur et l'école de Tübingen appliquent au Nouveau Testament le schème hégélien de la thèse, de l'antithèse et de la synthèse. Pierre représenterait la thèse judéo-chrétienne, Paul l'antithèse pagano-chrétienne et Jean opérerait la synthèse. La synthèse reprend et situe les vérités partielles de la thèse et de l'antithèse ; on doit juger et apprécier à partir d'elle ce qui la précède[1]. »

Les textes néotestamentaires correspondraient dès lors à une synthèse entre ces deux courants. Baur suggère, à titre de critère d'authenticité, la présence des traces de ce débat idéologique.

L'École de Tübingen est à l'origine de la lecture historico-critique de la Bible et des premiers textes chrétiens, parfois connue sous le nom de critique radicale.

Histoire[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Reinhard Breymayer, Freimaurer vor den Toren des Tübinger Stifts: Masonischer Einfluss auf Hölderlin? In: Tubingensia: Impulse zur Stadt- und Universitätsgeschichte. Festschrift für Wilfried Setzler zum 65. Geburtstag. Hrsg. von Sönke Lorenz und Volker [Karl] Schäfer in Verbindung mit dem Institut für Geschichtliche Landeskunde und Historische Hilfswissenschaften der Universität Tübingen. Redaktion: Susanne Borgards. (Ostfildern:) Jan Thorbecke Verlag, 2008 (Tübinger Bausteine zur Landesgeschichte, 10), p. 355 – 395. - (ISBN 978-3-7995-5510-4)
  • (en) Horton Harris, The Tübingen School, Clarendon Press, 1975
  • (en) P. C. Hodgson, The Formation of Historical Theology : A Study of Ferdinand Christian Baur, New York, Harper & Row, 1966
  • (de) Ulrich Köpf (Hrsg.): Historisch-kritische Geschichtsbetrachtung: Ferdinand Christian Baur und seine Schüler, Thorbecke, Sigmaringen, 1994. (ISBN 9783799532341)
  • (de) Martin Leube, Das Tübinger Stift: 1770 – 1950; Geschichte des Tübinger Stifts. Stuttgart, Steinkopf, 1954
  • Eduard Zeller, Christian Baur et l'école de Tubingue, traduit de l'allemand par Charles Ritter, Paris, Éd. Germer Baillière, coll. «Bibliothèque de philosophie contemporaine», 1883

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]