Troisième épître de Jean

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le christianisme
Cet article est une ébauche concernant le christianisme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

III Jean
Auteur traditionnel Jean
Auteur(s) selon l'exégèse inconnu, issu de l'école johannique
Datation historique vers 110
Nombre de chapitres 1
Canon chrétien Épîtres catholiques
Précédent II Jean Jude Suivant

La Troisième épître de Jean est un livre du Nouveau Testament.

Auteur, lieu et date de production[modifier | modifier le code]

L'auteur de cette épître et des deux précédentes ne donne pas son nom mais se nomme l'« Ancien » qui est à considérer comme une figure importante de l'école johannique et dont l'assimilation parfois propose à Jean le Presbytre relève de la conjecture. La lettre provient d'Asie Mineure, peut-être d'Éphèse, où elle a été rédigée vers 110[1]

Eusèbe de Césarée, dans son Histoire ecclésiastique, III,24, doute que l'épitre soit de la plume de l'évangéliste :

« Pour ce qui est des écrits de Jean, en dehors de l'Évangile, la première de ses épîtres est aussi reconnue par nos contemporains et par les anciens comme hors de toute contestation ; les deux autres sont discutées. »

Contenu[modifier | modifier le code]

Jean félicite quelqu'un du nom de Gaïus pour sa fidélité et l'aide qu'il apporte à ceux qui aiment la vérité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Zumstein, « Les épîtres johanniques », dans Daniel Marguerat (dir.), Introduction au Nouveau Testament, Labor et Fides, , 4e éd. (1re éd. 2001), p. 408

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]