Antériorité de Marc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
L'Évangile selon Marc, rédigé le premier, aurait servi de source à Matthieu et à Luc.

L’antériorité de Marc, ou priorité de Marc, est la thèse selon laquelle l’Évangile selon Marc est le plus ancien des trois synoptiques. L’exégèse biblique traditionnelle a longtemps attribué cette antériorité à l’Évangile selon Matthieu, en accord à la fois avec l’ordre canonique et avec les explications d’Augustin d’Hippone dans son De consensu evangelistarum.

La thèse de l’antériorité de Marc, désormais admise par la communauté des spécialistes, constitue la base de la théorie des deux sources. Elle se situe au centre du problème synoptique.

Histoire : la question de l'antériorité[modifier | modifier le code]

L'ordre des quatre Évangiles canoniques est le suivant : Matthieu-Marc-Luc-Jean. Cette tradition ecclésiastique, qui date du IIe siècle, est systématisée par Augustin d'Hippone vers l'année 400 dans son ouvrage De consensu evangelistarum, où il estime que cette séquence reflète l'ordre chronologique dans lequel les textes ont été écrits : Matthieu est le premier des quatre évangiles, thèse restée indiscutée pendant des siècles. Son argumentation, qui répond à un dessein apologétique, est mise à mal dès que l'exégèse biblique s'affranchit de la version officielle en la passant au crible de la lecture historico-critique, autrement dit à partir de la fin du XVIIIe siècle[1]. Cette tradition ecclésiastique est initialement remise en cause par des théologiens protestants[2] : d'abord par Gottlob Christian Storr (en) en 1786[3] puis par Johann Gottfried Herder en 1820[4]. La publication en 1835 de La Vie de Jésus (Das Leben Jesu) de David Strauss qui remet en cause l'historicité des évangiles, rend la critique du problème synoptique encore plus vive chez les exégètes.

C'est à la lumière de la philologie que ce schéma théorique est contesté en 1835 par Karl Lachmann, dont l'analyse tend à prouver que, à l'inverse du modèle augustinien, Marc n'est pas le « résumeur » de Matthieu : au contraire, son évangile a probablement été utilisé par Matthieu ainsi que par Luc[1]. Deux autres théologiens allemands, Christian Gottlob Wilke (en)[5] et Christian Hermann Weisse[6], reprennent l'hypothèse de la priorité marcienne en 1838 pour combattre la thèse mythiste de Strauss[7]. Dans la seconde partie du XIXe siècle, des théologiens comme Heinrich Julius Holtzmann (Die synoptischen Evangelien, 1863) et Bernhard Weiss (Lehrbuch der Einleitung in das Neue Testament, 1886) tentent de démontrer cette hypothèse afin de prouver la crédibilité des Évangiles comme témoins de l'activité de Jésus[8]. Leur théorie attire l'attention des exégètes britanniques et américains au début du XXe siècle[9] et devient populaire[10] grâce aux travaux critiques d'E. J. Rawlinson[11] et d'Étienne Trocmé[12].

Les cinq critères[modifier | modifier le code]

La démonstration se fonde sur cinq critères : la structure, la succession des péricopes, le contenu, le style et enfin le commentaire[13].

L’analyse de la structure révèle que Matthieu et Luc reprennent la narration de Marc tout en l’adaptant ; dès qu’ils s’en éloignent, ils s’écartent l’un de l’autre, par exemple lorsqu’ils abordent les Évangiles de l'enfance[13]. La succession des péricopes fait apparaître que Matthieu et Luc se détachent volontiers de l’ordre adopté par Marc, mais sans respecter un enchaînement commun indépendant de lui ; en d’autres termes, Marc leur sert de fil conducteur.

L’étude du contenu, quant à elle, permet d’appréhender la part déterminante du matériau marcien chez Matthieu et Luc[13]. Selon les chiffres indiqués par Daniel Marguerat, Matthieu (texte de 1 068 versets) utilise 523 versets de Marc sur 661 ; et Luc (texte de 1 149 versets), environ 364 sur 661. Seuls 26 versets restent propres à Marc. Au total, le texte marcien se retrouve presque intégralement dans les deux autres synoptiques, soit 635 versets sur 661[14]. Les 523 versets de Marc repris par Matthieu correspondent à près de 50 % du texte matthéen[15], et les 364 versets de Marc utilisés par Luc représentent 35 % du texte lucanien[16].

Le style de Marc se caractérise par sa simplicité : il procède par juxtapositions (la parataxe), s’exprime au présent de narration, accumule les tournures sémitiques. À l’inverse, Matthieu emploie l’aoriste, Luc recourt à une syntaxe élaborée et le vocabulaire de ces deux auteurs est plus recherché, d’où il ressort qu’ils ont amélioré le niveau linguistique[13]. Enfin, le récit de Marc est développé par les deux autres évangélistes sous la forme de commentaires intégrés à leur texte : ils expliquent, ils explicitent, ils rectifient, tant sur le plan événementiel que dans une intention théologique[13].

Ces cinq séries d’observations plaident en faveur de l’antériorité de Marc. Elles se voient complétées par le fait que Matthieu et Luc présentent 235 versets communs qui ne se retrouvent pas chez Marc. Selon la théorie des deux sources, ce corpus de 235 versets, principalement constitué de paroles de Jésus (les logia), provient d'un second texte de référence : la Source Q[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Sur les traces de la Source des paroles de Jésus (Document Q) : Une entrée dans le judéo-christianisme des trois premiers siècles » par Frédéric Amsler sur le site d'Évangile et Liberté, 2004.
  2. (en) Hajo Uden Meyboom, A History and Critique of the Origin of the Marcan Hypothesis, 1835-1866, Mercer University Press, , p. 16.
  3. (de) Gottlob Christian Storr, Über den Zweck der evangelischen Geschichte und der Briefe Johannis, Tübingen, (lire en ligne), p. 274.
  4. (de) Johann Gottfried Herder, Samtliche Werke zur Religion und Theologie, Büreau der deutschen Classiker, (lire en ligne), p. 19.
  5. (de) Christian Gottlob Wilke, Der Urevangelist oder exegetisch kritische Untersuchung über das Verwandtschaftsverhältniss der drei ersten Evangelien, Gerhard Fleischer, (lire en ligne).
  6. (de) Christian Hermann Weisse, Die evangelische Geschichte kritisch und philosophisch bearbeitet, Breitkopf u. Härtel, (lire en ligne).
  7. Louis Perriraz, Histoire de la théologie protestante au XIXe siècle, H. Messeiller, , p. 169.
  8. (en) Vincent Taylor, Gospel According to St. Mark: An Introduction and Commentary, MacMillan, , p. 10.
  9. (en) Vincent Taylor, Gospel According to St. Mark: An Introduction and Commentary, MacMillan, , p. 10-12.
  10. (en) Sang-Il Lee, Jesus and Gospel Traditions in Bilingual Context: A Study in the Interdirectionality of Language, Walter de Gruyter, , p. 25.
  11. (en) E. J. Rawlinson, St. Mark, Methuen, , p. 31.
  12. (en) Étienne Trocmé, The formation of the Gospel according to Mark, S.P.C.K., , p. 69.
  13. a, b, c, d, e et f Daniel Marguerat, Introduction au Nouveau Testament : Son histoire, son écriture, sa théologie, Labor et Fides, 2008 (ISBN 978-2-8309-1289-0), chapitre 2, « Le problème synoptique », p. 39-41.
  14. Daniel Marguerat, Introduction au Nouveau Testament : Son histoire, son écriture, sa théologie, Labor et Fides, 2008, chapitre 2, « Le problème synoptique », p. 32.
  15. Élian Cuvillier, « L'Évangile selon Matthieu », in Daniel Marguerat (dir.), Introduction au Nouveau Testament : Son histoire, son écriture, sa théologie, Labor et Fides, 2008, p. 92.
  16. Daniel Marguerat, « L'Évangile selon Luc », in Introduction au Nouveau Testament : Son histoire, son écriture, sa théologie, Labor et Fides, 2008 (ISBN 978-2-8309-1289-0), p. 111.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]