Piet de Jong

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir De Jong.
Piet de Jong
De Jong, en 1970.
De Jong, en 1970.
Fonctions
9e Premier ministre des Pays-Bas
(43e chef du gouvernement)
Monarque Juliana
Prédécesseur Jelle Zijlstra
Successeur Barend Biesheuvel
Ministre de la Défense
Premier ministre Victor Marijnen
Jo Cals
Jelle Zijlstra
Prédécesseur Sim Visser
Successeur Willem den Toom
Secrétaire d'État à la Défense
Premier ministre Jan de Quay
Prédécesseur Michael Calmeyer
Successeur Joop Haex
Biographie
Nom de naissance Petrus Jozef Sietze de Jong
Date de naissance
Lieu de naissance Apeldoorn (Gueldre)
Date de décès (à 101 ans)
Lieu de décès La Haye
Nationalité Drapeau des Pays-Bas Néerlandaise
Parti politique Parti populaire catholique
Appel démocrate-chrétien
Conjoint Anneke Bartels
Diplômé de Instituut voor de Marine
Profession officier de marine
Religion Catholicisme

Piet de Jong
Premiers ministres des Pays-Bas

Petrus « Piet » Josef Sietse de Jong (prononcé en néerlandais : [ˈpit də ˈjɔŋ]), né le à Apeldoorn et mort le 27 juillet 2016 à La Haye, est un homme d'État néerlandais, Premier ministre des Pays-Bas du au sous la bannière du Parti populaire catholique (KVP).

Ancien officier de marine, il a servi sur plusieurs navires durant la Seconde Guerre mondiale et atteignant à la fin de la guerre le grade de Capitaine de vaisseau devenant ainsi un des rares survivants des sous-marins néerlandais. En 2016, il était le plus ancien Premier ministre des Pays-Bas encore en vie et l'un des chefs de gouvernement ayant le plus longtemps vécu [1],[2] après Willem Drees, décédé en 1988, à l'âge de 101 ans.

Biographie[modifier | modifier le code]

De Jong comme kapitein-ter-zee.

Piet de Jong quitte l'école secondaire, rejoint la Marine royale comme aspirant en 1931, puis entre au Collège royal naval néerlandais à Den Helder. En 1934, il reçoit son grade de sous-lieutenant, avant de servir brièvement aux Indes orientales néerlandaises, puis dans les sous-marins à partir de 1935.

Durant la Seconde Guerre mondiale, il navigue à bord du sous-marin O 24, d'abord en tant que premier officier et à partir de la mi-1944 en tant que commandant de bord. En avril 1946, il retourne aux Pays-Bas. En 1947, il est attaché à l'état-major naval de l'Amirauté et devient adjoint au ministre de la Marine l'année suivante.

De 1951 à la fin 1952, De Jong commande la frégate navale Hr. Ms. De Zeeuw, après quoi il s'est joint au personnel de l'Allied Commander-in-chef de la Manche dans la base britannique navale de Portsmouth. En 1955, il a été nommé chef de cabinet adjoint à l'inspecteur général de la Marine royale néerlandaise, le Prince Bernhard des Pays-Bas et aide-de-camp de la reine Juliana, après quoi il est retourné à la mer en 1958 en tant que commandant du sous-marin chasseur Hr. Ms. Gelderland[3].

Politique[modifier | modifier le code]

Piet de Jong en tant que ministre de la Défense en 1965.
De Jong, lors de la présentation de son cabinet en 1967.
Piet de Jong en tant que Premier ministre, en 1969.

Du au , De Jong a été secrétaire d'État à la Défense dans le cabinet de Quay et, peu de temps après, ministre de la Défense dans les Cabinets Marijnen, Cals et Zijlstra. Du au , il a été Premier ministre et ministre des Affaires générales. Son cabinet, la cabinet De Jong, a été le premier depuis la Seconde Guerre mondiale à effectuer un mandat complet de quatre ans.

Au cours de son mandat, De Jong a rencontré des dirigeants de nombreux Chefs d'État, notamment Richard Nixon, Charles de Gaulle et Georges Pompidou.

Après avoir servi en tant que Premier ministre, il est devenu sénateur de 1971 à 1974 et président de son groupe parlementaire. Après la fin de sa carrière politique active, De Jong a occupé de nombreux postes dans l'industrie et des sièges de plusieurs conseils de surveillance.

Durant son mandat, il a été accusé par certains médias, dont les médias publics, de ne pas avoir agi avec assez de force. Il a souvent été étiqueté comme « vieux jeu ». Cette image a été renforcée par son chapeau melon, avec lequel il est souvent apparu à l'extérieur. Trente ans plus tard, il est cependant considéré par beaucoup comme un politicien qui a pris des décisions réfléchies. En 2001, l'ancien vice-Premier ministre Hans Wiegel fait son éloge[4]. Dans un reportage de l'émission de télévision néerlandaise « Netwerk » en 2005, il est considéré comme le meilleur Premier ministre de l'après-guerre.

Retraite[modifier | modifier le code]

Le , De Jong, alors âgé de 94 ans, a fait un discours à Nieuwspoort sur la publication d'une biographie de l'ancien ministre des Affaires étrangères et ancien Secrétaire général de l'OTAN, Joseph Luns[5]. Le , pendant la session annuelle de l'Appel démocrate-chrétien De Jong dénonça l'ancien vice-Premier ministre Wouter Bos comme étant le responsable de la chute du cabinet Balkenende IV[6]. Après les élections législatives néerlandaises de 2010 et la défaite de l'Appel démocrate-chrétien, l'union entre le Parti populaire libéral et démocrate (VVD) et le Parti pour la liberté (PVV) de Geert Wilders fut désapprouvée par De Jong[7],[8]. Il meurt en 2016.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Après la Seconde Guerre mondiale, Piet de Jong a épousé une ancienne résistante locale, Anneke Bartels. Ils se sont mariés le et ont eu deux fils et une fille. Anneke Bartels est décédée en 2010 à l'âge de 94 ans[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]