Secrétaire d'État

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Un secrétaire d'État est, dans plusieurs États, un membre du gouvernement ou un fonctionnaire.

Belgique[modifier | modifier le code]

Les secrétaires d'État sont membres du gouvernement, au dernier échelon de la hiérarchie ministérielle et placés sous l'égide d'un ministre, ou parfois du seul Premier ministre. Par exemple, Vincent Van Quickenborne a été secrétaire d'État chargé de la simplification administrative sous l'égide du Premier ministre. Les secrétaires d'État ne sont pas conditionnés par la règle constitutionnelle d'avoir autant de ministres francophones que néerlandophones. Les secrétaires d'État belges ont très souvent des compétences propres afin de soutenir le ministre dans ses tâches. Par exemple, le secrétaire d’État adjoint au ministre des finances Bernard Clerfayt était chargé de la modernisation du département des finances, de la fiscalité environnementale et de la lutte contre la fraude fiscale dans les gouvernements Leterme I, Van Rompuy I et Leterme II.

L'appellation apparaît en 1972 et succède à différentes appellations dont la plus ancienne est « ministre sous-secrétaire d'État », créé en 1960 au sein du Gouvernement Gaston Eyskens III. Le statut devient ensuite « ministre-adjoint », puis « ministre secrétaire d'État »[1].

Canada[modifier | modifier le code]

Il existait auparavant dans le gouvernement canadien un secrétaire d'État des Affaires extérieures (Secretary of State for External Affairs, remplacé depuis par un ministre des Affaires étrangères) et un secrétaire d'État du Canada (dont le portefeuille a varié) mais ces titres ont disparu en 1993.

Entre 1993 et 2003, le titre de secrétaire d'État a été accordé à plusieurs membres du parlement canadien chargés d'assister un ministre dans un domaine particulier.

Espagne[modifier | modifier le code]

En Espagne, la charge de secrétaire d'État (Secretario de Estado) fut exercée, entre 1714 (réformes de Philippe V) et 1833 (fin du règne de Ferdinand VII et de la restauration absolutiste), par les dirigeants du pouvoir exécutif, par délégation et sous le contrôle direct du roi, qui n'en restait pas moins monarque absolu.

Aujourd'hui, les secrétaires d'État sont des hauts responsables de l'administration gouvernementale.

États-Unis[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, les ministres du cabinet portent tous le titre de « secrétaire ». Le poste de secrétaire d'État (Secretary of State) correspond au ministre des Affaires étrangères des autres pays et son ministère est le département d'État.

Dans les États, le secrétaire d'État est également un ministre responsable de multiples fonctions gouvernementales qui dépendent de la constitution et des lois de chacun des États mais incluent souvent la supervision des élections. Dans trois États (Massachusetts, Pennsylvanie et Virginie), on parle de secrétaire du Commonwealth.

France[modifier | modifier le code]

Actuellement[modifier | modifier le code]

Actuellement en France, un secrétaire d'État est un membre du gouvernement au dernier échelon de la hiérarchie ministérielle. Les secrétaires d'État sont souvent placés sous la tutelle d'un ministre ou parfois du Premier ministre et sont en principe chargés d'un secteur d'activité particulier. Ils ne siègent au Conseil des ministres que lorsqu'un point de l'ordre du jour est du ressort de leurs attributions. Les gouvernements ne comportent pas tous de secrétaires d'État.

Fonctions historiques[modifier | modifier le code]

  • Sous l'Ancien Régime, les secrétaires d'État étaient des officiers de la Couronne au rôle équivalent à celui des ministres actuels.

La collection de cartes et plans et les archives[2] de la Secrétairerie d’État de Napoléon Ier[3] sont conservées aux Archives nationales (France).

Irlande[modifier | modifier le code]

Un Secrétaire d'État (en anglais : Minister of State , en irlandais : Aire Stáit) est un poste gouvernemental en Irlande attaché à un ou plusieurs Départements d'État du gouvernement de l'Irlande et assiste un ministre de ce gouvernement.

Italie[modifier | modifier le code]

Fonctions historiques[modifier | modifier le code]

Monaco[modifier | modifier le code]

Le secrétaire d’État est le secrétaire du prince souverain de Monaco. Actuellement : Jacques Boisson (–)

Norvège[modifier | modifier le code]

En Norvège, les secrétaires d’État (statssekretær) sont membres du gouvernement avec un rang inférieur à celui de ministre.

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

Les secrétaires d’État (staatssecretaris) sont membres du gouvernement avec un rang inférieur à celui de ministre. Ils ne siègent au conseil des ministres que lorsque leurs attributions sont à l'ordre du jour.

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Au Royaume-Uni, secrétaire d'État (Secretary of State) est le rang ministériel le plus élevé. Les secrétaires d'État font partie du Cabinet et dirigent un Département ministériel.

La fonction de secrétaire d'État a son origine au Moyen Âge. Les clercs chargés de mener la correspondance du monarque avec ses agents sont devenus au fil des siècles les principaux responsables de la conduite du gouvernement. Jusqu'au XVIe siècle il n'y avait qu'un seul secrétaire d’État, et que deux encore au XVIIIe siècle.

Suisse[modifier | modifier le code]

En Suisse, le secrétaire d'État n'est pas un personnage politique, mais un haut fonctionnaire.

Il a été question de nommer un secrétaire d'État par département, mais cette réforme fut repoussée en votation populaire[réf. nécessaire].

Secrétaire d’État du DFAE[modifier | modifier le code]

Négociateur en chef avec l'Union européenne :

Secrétaire d'État à l'économie (SECO)[modifier | modifier le code]

Secrétaire d'État à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI)[modifier | modifier le code]

Secrétaire d'État aux questions financières internationales (SIF)[modifier | modifier le code]

Secrétaire d'Etat aux migrations (SEM)[modifier | modifier le code]

Vatican[modifier | modifier le code]

Le secrétaire d'État du Saint-Siège est le principal responsable du gouvernement de l'Église après le pape. Il est parfois assisté d'un substitut à la secrétairie d'État, dit aussi prosecrétaire d’État.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Havaux, « Cinq ministres en 1831, un casting très confédéral », Le Vif/L'Express, 32e année, n° 43, 24-30 octobre 2014, p. 26-29.
  2. http://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/IR/FRAN_IR_003821
  3. http://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/IR/FRAN_IR_000982

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]