Hans Wiegel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Hans Wiegel
Illustration.
Hans Wiegel, en .
Fonctions
Commissaire de la Reine en Frise

(11 ans, 7 mois et 16 jours)
Monarque Beatrix
Prédécesseur Hedzer Rijpstra
Successeur Loek Hermans
Vice-Premier ministre des Pays-Bas
Ministre des Affaires intérieures

(3 ans, 8 mois et 23 jours)
Premier ministre Dries van Agt
Gouvernement Van Agt I
Prédécesseur Gaius de Gaay Fortman
Successeur Joop den Uyl (Vice-PM)
Ed van Thijn (Intérieur)
Chef politique du Parti populaire libéral et démocrate

(9 ans, 6 mois et 28 jours)
Président Haya van Someren
Frits Korthals Altes
Jan Kamminga
Prédécesseur Molly Geertsema
Successeur Ed Nijpels
Biographie
Date de naissance (77 ans)
Lieu de naissance Amsterdam (Pays-Bas)
Nationalité Néerlandaise
Parti politique VVD
Résidence Heeze, Brabant-Septentrional

Hans Wiegel, né le à Amsterdam, est un homme politique néerlandais membre du Parti populaire libéral et démocrate (VVD).

Il est élu député à la Seconde Chambre en , à l'âge de 26 ans. Cinq ans plus tard, il devient président du groupe parlementaire du VVD. En , il est choisi à 31 ans comme chef politique de son parti.

Ministre des Affaires intérieures du cabinet de coalition de coalition de Dries van Agt entre et , il retrouve brièvement la présidence du groupe libéral à la Seconde Chambre. En , il est désigné commissaire de la Reine en province de Frise et accomplit deux mandats de six ans.

Il intègre le secteur privé en , en tant que dirigeant de mutuelle complémentaire, et exerce un mandat de sénateur de à . Il est depuis retiré de la vie politique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts et ascension[modifier | modifier le code]

Il adhère au VVD en 1963, à 22 ans. Quatre ans plus tard, il est élu député à la Seconde Chambre aux élections législatives du .

Chef politique du VVD[modifier | modifier le code]

À la suite des législatives du , au cours desquelles les libéraux ne remportent que 10,3 % des voix et 16 sièges de parlementaires, il est désigné président du groupe des députés du VVD. Le , il devient à 31 ans chef politique du Parti populaire libéral et démocrate et succède ainsi à Molly Geertsema.

Deux mois plus tard, il mène sa première grande bataille électorale à l'occasion des élections législatives anticipées du . Les libéraux améliorent nettement leur score avec 14,4 % des suffrages exprimés et 22 mandats. C'est à l'époque leur meilleur résultat depuis 1945.

Le travailliste Joop den Uyl ayant constitué une « grande coalition » avec les chrétiens-démocrates et la gauche chrétienne, le VVD prend la place de la principale force d'opposition parlementaire.

Ministre de l'Intérieur[modifier | modifier le code]

Il est de nouveau chef de file libéral aux élections législatives du . À cette occasion, le VVD connaît une nouvelle progression avec 17,9 % et 28 députés, passant pour la première fois la barre des 15 % des voix. Il constitue au bout de sept mois une alliance majoritaire avec la liste de l'Appel chrétien-démocrate (CDA), qui rassemble les trois partis historiques de cette tendance mais pas encore sous la forme d'un parti unique. Le , Hans Wiegel est nommé à 36 ans vice-Premier ministre et ministre des Affaires intérieures du premier cabinet du chrétien-démocrate Dries van Agt.

Après le gouvernement[modifier | modifier le code]

Le Parti populaire libéral et démocrate cale aux élections législatives du , remportant toujours 17,3 % des suffrages mais 26 députés. La perte d'un siège par les travaillistes rend la coalition minoritaire et Van Agt se tourne alors vers le centre gauche pour se maintenir au pouvoir.

Renvoyé dans l'opposition, Wiegel renonce à ses responsabilités un an après ce scrutin, le . Il démissionne de l'assemblée le suivant. Le 16 juin suivant, il est nommé commissaire de la Reine dans la province de Frise.

Dirigeant du secteur privé[modifier | modifier le code]

Il démissionne le , pour prendre la présidence de KLOZ, une mutuelle complémentaire. Il mène à bien la fusion avec la VNZ et devient ainsi le président de la mutuelle ZN. Aux élections sénatoriales du , il est élu à la Première Chambre.

Réélu en 1999, il démissionne le afin de se concentrer sur ses fonctions à la ZN. Il les quitte le , après dix-sept années en poste.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]