Christelle Luisier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Christelle Luisier
Illustration.
Fonctions
Conseillère d'État du canton de Vaud
En fonction depuis le
Élection
Législature 2017-2022
Prédécesseur Jacqueline de Quattro
Députée au Grand Conseil du canton de Vaud
Législature législature 2007-2012
législature 2012-2017
législature 2017-2022
Syndique de Payerne
En fonction depuis le
Prédécesseur Michel Roulin
Biographie
Date de naissance (45 ans)
Lieu de naissance Sion (canton du Valais, Suisse)
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Parti politique Parti libéral radical (PLR)
Diplômé de Université de Fribourg
Université d'Augsbourg
Profession Avocate
Femme politique

Christelle Luisier Brodard, née le à Sion, est une personnalité politique vaudoise, membre du Parti libéral-radical. Elle a été syndique de Payerne (2011-2020), députée au Grand Conseil du canton de Vaud (2012-2020) puis Conseillère d'État vaudoise (dès 2020)[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Née le à Sion, Christelle Luisier grandit à Payerne où ses parents tenaient le Café de la Poste. La famille vivait à l’étage situé au-dessus du restaurant. Depuis son plus jeune âge, Christelle Luisier prenait ses repas au bistrot et y passait ses soirées. C'est en écoutant les habitués du bistrot parler de la vie et de la politique locale que Christelle Luisier développa tôt un goût pour l'engagement politique[2].

A l'obtention de sa maturité gymnasiale à Yverdon-les-Bains, elle intègre l'Université de Fribourg où elle étudie le droit public puis obtient son brevet d'avocate[3].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Christelle Luisier est mère de deux adolescents[4].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Christelle Luisier rejoint dès 1997 les rangs des radicaux et accède au Conseil communal (législatif) de Payerne, ville de 10 000 habitants dans la Broye vaudoise. A 25 ans, elle est nommée cheffe du groupe radical à la Constituante vaudoise (1999-2002)[3], puis présidente du Parti radical vaudois de 2008 à 2012[5], l'année de la fusion avec le Parti libéral. Depuis 2012, elle est députée au Grand Conseil du canton de Vaud.

Christelle Luisier fut également juriste à l'Institut du fédéralisme de Fribourg de 1999 à 2002, puis secrétaire générale adjointe du Département des finances de Pascal Broulis de 2006 à 2008, et enfin secrétaire générale adjointe de Retraites populaires de 2008 à 2011[1].

Municipalité de Payerne[modifier | modifier le code]

Au niveau communal, Christelle Luisier est élue à l'exécutif payernois en 2009 puis en devient syndique de 2011 à 2020[1].

Elle a œuvré au développement de l'Aérodrome de Payerne, un projet comprenant un nouveau bâtiment de 177 mètres de long et 100 000 m3 pour un coût global de 30 millions de francs et dont la construction démarra en 2017[6]. Un tarmac de 18 000 m2 et une voie de circulation de 8 000 m2 ont été mis en fonction en 2016[7]. Le terminal d’aviation d'affaires a été mis en exploitation en 2019[8],[9].

Conseillère d'État[modifier | modifier le code]

Christelle Luisier est candidate à l'élection complémentaire au Conseil d'État vaudois pour succéder à Jacqueline de Quattro, élue au Conseil national[10].

Le 9 février 2020, Christelle Luisier est élue au Conseil d'État vaudois au premier tour avec 56 % des voix, ce qui est considéré comme un score « moyen »[11],[12] (le président du Parti libéral-radical vaudois avait annoncé que moins de 66 % serait une surprise[13]). Juliette Vernier, la candidate tirée au sort de 19 ans du collectif des jeunes de la Grève du climat, obtient 23 %, résultat élevé décrit comme un « tremblement de terre politique et sociétal » (deux autres candidats se partagent les 21 % restants)[12]. Christelle Luisier dit prendre ce score « pour un signal à l’ensemble des élus » que « la question environnementale a pris une importance conséquente pour la population vaudoise »[14].

Elle entrera en fonction le 18 mars 2020 et sera cheffe du Département des institutions et du territoire[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Jérôme Cachin, « Christelle Luisier seule candidate à l'investiture PLR », 24 heures,‎ (lire en ligne, consulté le 25 décembre 2019).
  2. Aïna Skjellaug, « Christelle Luisier, l’instant de vérité », Le Temps, (consulté le 25 décembre 2019).
  3. a et b « Christelle Luisier veut succéder à Jacqueline de Quattro », Tribune de Genève, (consulté le 25 décembre 2019).
  4. « Christelle Luisier se rapproche du Conseil d'État vaudois », Swissinfo, (consulté le 25 décembre 2019).
  5. Christian Aebi, « Christelle Luisier quittera la présidence des radicaux », 24 heures, (consulté le 26 décembre 2019).
  6. Ludovic Rocchi, « Le chantier du futur aéroport civil de Payerne débute », sur RTS info, (consulté le 26 décembre 2019).
  7. Christian Aebi, « Payerne inaugure son tarmac civil », 24 heures, (consulté le 26 décembre 2019).
  8. Agence télégraphique suisse, « Mise en service du nouveau terminal de l’aéroport de Payerne », Le Temps, (consulté le 26 décembre 2019).
  9. Sébastien Galliker, « Swiss Aeropole SA déploie ses ailes sur le tarmac civil de l’aérodrome », 24 heures, (consulté le 26 décembre 2019).
  10. Agence télégraphique suisse, « Christelle Luisier seule candidate PLR pour le Conseil d'État », La Liberté,‎ (lire en ligne, consulté le 25 décembre 2019).
  11. Aïna Skjellaug, « Dans le canton de Vaud, Christelle Luisier remporte « l’élection de tous les dangers » », Le temps,‎ (lire en ligne, consulté le 9 février 2020).
  12. a et b Aïna Skjellaug, « Élection au Conseil d'État vaudois : le climat a changé [éditorial] », Le temps,‎ (lire en ligne, consulté le 9 février 2020).
  13. « La PLR Christelle Luisier élue avec 56 % des voix au Conseil d’État vaudois : interview de Christelle Luisier et Steven Tamburini », sur RTS info, (consulté le 9 février 2019).
  14. « « Je vais m'engager sur les questions climatiques » », 24 heures,‎ (lire en ligne, consulté le 9 février 2019).
  15. « Une mini-rocade des départements après l'élection de Christelle Luisier », RTS info,‎ (lire en ligne, consulté le 11 février 2019).

Liens externes[modifier | modifier le code]