Adèle Thorens Goumaz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Adèle Thorens Goumaz
Portrait d'Adèle Thorens Goumaz
Portrait d'Adèle Thorens Goumaz
Fonctions
Conseillère nationale
En fonction depuis le 3 décembre 2007[1]
Législature 48e (2007-2011)
49e (2011-2015)
Coprésidente du parti écologiste suisse (Les Verts)
En fonction depuis le 21 avril 2012
Conseillère communale (législatif) à Lausanne
novembre 2002novembre 2007[1]
Présidente du groupe des Verts au Conseil communal (législatif) de Lausanne
avril 2005novembre 2007[1]
Vice-présidente du groupe des Verts au Conseil communal (législatif) de Lausanne
avril 2004 – avril[1]
Biographie
Date de naissance 15 décembre 1971 (43 ans)
Lieu de naissance Soleure[1]
Parti politique Les Verts
Diplômé de Université de Lausanne (UNIL)

Adèle Thorens Goumaz, née le 15 décembre 1971 à Soleure[1], est une personnalité politique suisse, membre des Verts et coprésidente du parti depuis le 21 avril 2012.

Biographie[modifier | modifier le code]

Petite-fille d'une famille d'industriels et du député libéral Robert Thorens[2], sa famille est à l'origine de la fabrication des tourne-disques Thorens. Son père est médecin et sa mère enseignante[3].

Elle passe une licence en philosophie, histoire et sciences politiques à l'Université de Lausanne[4].

Elle est élue en 2002 au conseil communal de Lausanne, où elle siège jusqu'en 2007. Entre avril 2005 et novembre 2007, elle est également présidente du groupe vert au Conseil communal de Lausanne[5]. Elle est également coprésidente du groupe interparlementaire de biodiversité et gestion des espèces.

En 2006, elle est directrice intérim du siège romand de la WWF Suisse, une association pour laquelle elle est consultante externe[6].

Depuis octobre 2007, elle est élue au Conseil national pour le canton de Vaud[1].

Le 21 avril 2012, elle est nommée avec Regula Rytz coprésidente des Verts suisses, succédant à Ueli Leuenberger[7].

En avril 2013, Adèle Thorens Goumaz porte plainte auprès de la commune de Lausanne où elle réside, se plaignant que deux villas vont être construites à proximité et fair de l'ombrage de sa maison écologique qui fonctionne en partie à l'énergie solaire[8].Elle vit dans cette maison avec son mari Julien Goumaz[9].

Positions politiques[modifier | modifier le code]

Dès 2012, Adèle Thorens Goumaz se positionne contre la légalisation des OGM en Suisse et demande une étude officielle de grande ampleur[10], se mettant à dos la communauté scientifique suisse[11].

En 2013, et à la suite de l'affaire Cahuzac, elle se dit favorable à la mise à disposition du public du patrimoine des politiciens suisses[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Biographie de Adèle Thorens Goumaz sur le site Web de l'Assemblée fédérale suisse. (réf. 27.01.2010)
  2. a et b « Patrimoines des politiciens suisses: réaction de la conseillère nationale vaudoise verte, Adèle Thorens Goumaz », sur Rts.ch,‎ 21 avril 2013
  3. Eric Felley, « La fée verte qui fait du bien Adèle Thorens Goumaz », sur Hebdo.ch,‎ 7 août 2008
  4. « Biographie », sur adelethorens.ch (consulté le 20 novembre 2008)
  5. « Adèle Thorens Goumaz », sur verts-vd.ch (consulté le 20 Novembre 2008)
  6. « La Vaudoise Adèle Thorens à la tête des Verts suisses », sur Lematin.ch,‎ 21 avril 2012
  7. Assemblée des Verts - Adèle Thorens et Regula Rytz élues à la présidence, 20 minutes, 21 avril 2012
  8. « Adèle Thorens craint l'ombre de ses voisins », sur 20min.ch,‎ 17 avril 2013
  9. Philippe Ciot, « C’est une maison verte... », sur Illustre.ch,‎ 12 mai 2009
  10. Patrick Chuard, «La Suisse doit mesurer les risques des OGM à long terme», sur Tdg.ch,‎ 20 septembre 2012
  11. Xavier Alonso, «Deux tiers des Suisses ne veulent pas d'OGM», sur Tdg.ch,‎ 19 mars 2013

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]