Nuria Gorrite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nuria Gorrite
Illustration.
Nuria Gorrite en 2016.
Fonctions
Conseillère d'État du canton de Vaud
Département des infrastructures et des ressources humaines
En fonction depuis le
Élection
Réélection 30 avril 2017
10 avril 2022
Législature 2012-2017, 2017-2022
Présidente du Conseil d'État du canton de Vaud
Législature 2017-2022
Prédécesseur Pierre-Yves Maillard
Successeur Christelle Luisier
Syndique de Morges
Prédécesseur Éric Voruz
Successeur Vincent Jaques
Députée au Grand Conseil du canton de Vaud
Législature 2007-2012
Biographie
Date de naissance (52 ans)
Lieu de naissance La Chaux-de-Fonds
Nationalité Suisse
Espagnole
Parti politique PS

Nuria Gorrite, née le à La Chaux-de-Fonds, est une femme politique hispano-suisse[1], membre du Parti socialiste suisse. Elle est présidente du Conseil d'État vaudois de 2017 à 2022.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire du Pays basque, elle obtient sa naturalisation suisse à l'âge de 19 ans, avant ses parents, tous deux syndicalistes et d'origine modeste[2]. Sa famille s'installe à Morges en 1975[3].

Après des études inachevées[3],[4] en Faculté des Lettres (français, espagnol et histoire de l'art[4]) à l'Université de Lausanne de 1992 à 1996[5], elle devient conservatrice du musée Alexis-Forel à Morges.

La presse rapporte jusqu'en 2017 qu'elle est en couple avec le conseiller national vaudois libéral-radical Olivier Feller[6],[7] et mère d'une fille[2],[3].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Après s'être engagée en 1987 auprès d'Amnesty International, elle adhère en 1993 au Parti socialiste. Elle est élue conseillère communale la même année, puis municipale en 2000[3].

En 2008, elle est élue syndique de la ville de Morges à la suite de l'élection d'Éric Voruz au Conseil national[réf. nécessaire]. Elle est largement réélue à cette fonction en 2011. avec 61,2 % des voix[3]. En 2007, elle est élue députée au Grand Conseil du canton de Vaud[3],[8].

Conseillère d'État[modifier | modifier le code]

Le , elle est élue au second tour au Conseil d'État[9] où elle reprend le département des infrastructures et des ressources humaines dès le . Elle est réélue en 2017 pour une nouvelle législature au sein du gouvernement du canton de Vaud. Le , elle est élue à la présidence de l'exécutif vaudois et succède donc à son collègue de parti Pierre-Yves Maillard.

Elle devient ainsi la première femme à occuper ce poste[10] selon la nouvelle constitution vaudoise[11]. Lors de sa prise de fonction, elle déclare : « Faisons preuve de probité dans l’exercice de nos responsabilités, sachons sortir de notre confortable quant à soi et ouvrons le dialogue plus largement »[12][pertinence contestée].

Sources[modifier | modifier le code]

  1. « La Valdo-Espagnole Nuria Gorrite critique le référendum catalan », RTS Info,‎ (lire en ligne)
  2. a et b Aïna Skjellaug et Stéphane Benoit-Godet, « Lorsque l’on vient d’un milieu modeste, on a tendance à s'excuser d'être là », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  3. a b c d e et f Justin Favrod, « Nuria Gorrite ferait une magistrate rose atypique » Accès payant, sur 24 heures, (consulté le )
  4. a et b Nadine Richon, « Il n'y a pas un ordre naturel en faveur des hommes », L'uniscope 632,‎ , p. 16 (lire en ligne)
  5. David Prego, « Portrait | Nuria Gorrite » (consulté le )
  6. Caroline Gebhard, « S'aimer tout en militant séparément », 20 minutes,‎ (lire en ligne)
  7. Patrick Chuard, « Politiciens en couple, et alors? », 24 heures,‎ (lire en ligne)
  8. « Gorrite Nuria », sur vd.ch,
  9. « Election du Conseil d'Etat du 1 avril 2012 », sur elections.vd.ch,
  10. « Vidéo: VD / Nuria Gorrite, première femme à présider le Conseil d’Etat: les précisions de Laurent Dufour, à Lausanne », sur Play RTS,
  11. « Paris Match Suisse - Nuria Gorrite | Paris Match Suisse », (consulté le )
  12. Mathieu Signorell et Renaud Bournoud, « Le Canton jure dans ses habits d’apparat », 24Heures,‎ (ISSN 1424-4039, lire en ligne, consulté le )

Sur les autres projets Wikimedia :