Cesla Amarelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Amarelle.

Cesla Amarelle
Illustration.
Portrait de Cesla Amarelle
Fonctions
Conseillère d'État du canton de Vaud
En fonction depuis le [1]
Élection 21 mai 2017
Législature Législature 2017-2022
Prédécesseur Anne-Catherine Lyon
Conseillère nationale
[2]
Législature 49e (2011-2015)
50e (2015-2019)
Présidente du Parti socialiste vaudois
[2]
Prédécesseur Josiane Aubert
Organe législatif de la ville d'Yverdon-les-Bains
[2]
Députée au Grand Conseil du canton de Vaud
[2]
Législature législature 2007-2012
Biographie
Date de naissance (46 ans)
Lieu de naissance Montevideo
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Parti politique Parti socialiste
Conjoint M. Müller
Enfants 2 filles
Diplômé de Université de Lausanne
Profession Enseignante

Cesla Virginia Amarelle, née le à Montevideo, est une personnalité politique suisse, membre du Parti socialiste vaudois et actuellement Conseillère d'Etat vaudoise[2]. Elle réside à Yverdon-les-Bains.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Cesla Amarelle naît le à Montevideo, Uruguay, trois mois après le coup d'état de juin 1973. Le prénom « Cesla » est donné par ses parents, militants de gauche, comme acronyme de « Communauté des États socialistes latino-américains »[3].

Fuyant la dictature, ses parents viennent travailler pour des organisations internationales à Genève, et la famille s'installe à Yverdon en 1977, où elle reste jusqu'à la fin de ses études secondaires. Elle y revient après avoir vécu et étudié à Lausanne. Cesla Amarelle est mariée et a deux filles, nées en 2007 et 2009.

Carrière académique[modifier | modifier le code]

Cesla Amarelle fait ses études de droit suisse à l'Université de Lausanne à partir de 1992. Elle obtient une licence en 1996, et devient assistante diplômée à la Chaire de droit constitutionnel européen de 1996 à 1999, puis première assistante jusqu'en 2001.

Elle soutient sa thèse « Le processus d'harmonisation des droits migratoires nationaux des États membres de l'Union européenne : historique, portée et perspectives en droit communautaire d'asile et d'immigration » à Lausanne en 2005, alors qu'elle est chercheuse du Fonds national suisse (2003-2005).

En 2008-2009, elle est chargée de cours à l'Université de Fribourg pour la Chaire de droit international public et de droit européen.

En 2009, elle est nommée professeure assistante en droit des migrations à l'Université de Neuchâtel[4]. Depuis janvier 2016, elle y occupe le poste de professeure ordinaire de droit public et droit des migrations[5].

Politique[modifier | modifier le code]

Elle rejoint le Parti socialiste suisse en 1999. Elle occupe la vice-présidence du Parti socialiste vaudois de 2004 à 2008, puis sa présidence de 2008 à 2012[2].

En 2006, elle est élue au Conseil communal de Lausanne avec 6 920 voix (25e position). Elle en démissionne en 2007[6].

En 2007, elle est élue au Grand conseil du canton de Vaud sur la liste socialiste du sous-arrondissement de Lausanne-ville, avec un score de 5 919 voix[7].

En 2009, après avoir déménagé à Yverdon-les-Bains, elle entre au Conseil communal en tant que « vient-ensuite ». Elle est réélue en 2011 avec 1 688 voix[8] mais démissionne après son élection au Conseil national[9].

En 2011, elle est élue au Conseil national pour le canton de Vaud avec 37 619 suffrages[10]. Elle en préside la Commission des institutions politiques[11], de 2013 à 2015.

En 2015, elle est réélue au Conseil national avec 44 078 suffrages[12]. Elle siège dans la commission des finances[13] et celle des institutions politiques[11].

En 2016, elle se porte candidate à la candidature en vue des élections au Conseil d'Etat vaudois[14]. Elle est opposée à Roxanne Meyer-Keller, syndique d'Avenches et Fabienne Freymond-Cantone, municipale à Nyon. Le Congrès du Parti socialiste vaudois la choisit le 14 janvier pour accompagner les conseillers d'Etat sortants Pierre-Yves Maillard et Nuria Gorrite sur sa liste[15].

Le 21 mai 2017, elle est élue au gouvernement vaudois avec près de 67 000 votes contre 61 000 pour son concurrent, l'UDC Jacques Nicolet. Elle entre en fonction en tant que Conseillère d'Etat vaudoise, Cheffe du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture (DFJC), le 1er juillet 2017.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Code annoté de droit des migrations, Stämpfli, 2014 (éd. avec Minh Son Nguyen).
  • Le droit d'asile face aux réformes : fondements et enjeux dans la pratique, Stämpfli, 2013 (éd.)
  • L'intégration des étrangers à l'épreuve du droit suisse : fondements et applications pratiques, Stämpfli, 2012 (éd.)
  • Migrations et regroupement familial, Stämpfli, 2012 (avec Nathalie Christen et Minh Son Nguyen).
  • Les renvois et leur exécution : perspectives internationale, européenne et suisse, Stämpfli, 2011 (collectif).
  • Geld im Griff : schuldenfrei konsumieren (2. Auflage), Lehrmittelverlag des Kantons Zürich, 2011 (avec Nicolas Peter, illustré par Mix & Remix).
  • Migrations et économie : l'accès des étrangers à la vie économique : les normes et leur application, Stämpfli, 2010 (collectif).
  • Le principe de non-refoulement : fondements et enjeux pratiques, Stämpfli, 2010 (collectif).
  • Droit suisse, Loisirs et Pédagogie, 2008 (avec Vincent Kucholl et Nicolas Peter, illustré par Mix & Remix).
  • Petit manuel pour acheter et consommer sans dettes, Loisirs et Pédagogie, 2007 (avec Nicolas Peter, illustré par Mix & Remix).
  • Le processus d'harmonisation des droits migratoires nationaux des États membres de l'Union Européenne : historique, portée et perspectives en droit communautaire d'asile et d'immigration, Schulthess, 2005 (version publiée de sa thèse de doctorat en droit).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Cheffe du Département », sur www.vd.ch (consulté le 17 août 2017)
  2. a b c d e et f « Biographie de Cesla Amarelle », sur le site web de l'Assemblée fédérale suisse. (page consultée le 17 août 2017).
  3. « 24 Heures, mercredi 3 juin 2010 », sur www.cesla-amarelle.ch (consulté le 11 juin 2015)
  4. « Biographie », sur www2.unine.ch (consulté le 11 juin 2015)
  5. « Biographie », sur unine.ch (consulté le 26 janvier 2017)
  6. « Résultat des élections au Conseil communal de Lausanne, 2006 », sur www.lausanne.ch (consulté le 11 juin 2015)
  7. « Résultats des élections 2007 sur le site du Canton de Vaud », sur www.elections.vd.ch (consulté le 11 juin 2015)
  8. « Elections communales Yverdon 2011, Suffrages par candidat et par liste », sur www.yverdon-les-bains.ch (consulté le 11 juin 2015)
  9. « Conseil communal d'Yverdon, séance du 01.12.2011 », sur www.yverdon-les-bains.ch (consulté le 11 juin 2015)
  10. « Canton de Vaud: Résultat officiel votation / élection », sur www.elections.vd.ch (consulté le 11 juin 2015)
  11. a et b « Commissions des institutions politiques », (consulté le 22 décembre 2015)
  12. « Votations et élections - Vaud », sur www.elections.vd.ch (consulté le 20 octobre 2015)
  13. « Commissions des finances », (consulté le 22 décembre 2015)
  14. « Cesla Amarelle juge avoir «la légitimité» pour briguer le Conseil d'Etat », sur 24heures.ch/ (consulté le 8 novembre 2016)
  15. Aïna Skjellaug, « Les socialistes vaudois misent sur Cesla Amarelle », Le Temps,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]