Romanisation Wade-Giles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wade.

Le Wade-Giles, parfois abrégé en Wade, est une romanisation du chinois mandarin. Il a été développé d'après un système créé par Thomas Wade au milieu du XIXe siècle et modifié par Herbert Giles dans son dictionnaire chinois-anglais de 1912. Il a été le principal système de transcription dans le monde anglophone pendant la majeure partie du XXe siècle.

Le système pinyin, maintenant plus largement utilisé, est le système officiel de la République populaire de Chine.

Un argument courant contre le système Wade-Giles est la représentation du caractère aspiré ou non de certaines consonnes par des apostrophes : p, p', t, t', k, k'. Les Occidentaux, peu familiers avec le système, enlèvent souvent les apostrophes s'ils ne savent pas qu'elles représentent des informations essentielles.

Le système pinyin répond à ce problème en employant les caractères latins dénotant les variantes sonores (b, d, g) des consonnes sourdes (p, t, k) pour représenter les consonnes non aspirées, la distinction entre sonore et sourde n'ayant pas lieu en chinois. Le système pinyin a également l'avantage important de représenter les tons par des accents au lieu des numéros.Wade-Giles utilise des numéros en exposant pour indiquer les tons (¹, ², ³, ⁴), alors que le pinyin utilise des accents (̄, ´ , ̆, `).

Le Wade-Giles utilise des traits d'unions poWade-Giles utilise des numéros en exposant pour indiquer les tons (¹, ², ³, ⁴), alors que le pinyin utilise des accents (̄, ´ , ̆, `).ur séparer toutes les syllabes (par exemple : Hsi-an (西安) et Hsi-fan (稀飯)), alors que le pinyin ne sépare que les syllabes ambiguës, avec une apostrophe (par exemple : Xi'an, mais Xifan). Aucun des deux systèmes ne sépare les syllabes des noms d'institutions ou de lieux.

Voici d'autres différences avec le pinyin :

  • Ü (comme dans 玉 « jade ») a toujours un tréma au-dessus, tandis qu'en pinyin, le tréma est employé uniquement lorsqu'il est absolument nécessaire.
  • la diphtongue pinyin ong est ung en Wade-Giles (comme gong fu / kung fu).
  • Wade-Giles utilise le j de la même façon qu’en français, ce son étant transcrit r en pinyin.
  • Wade-Giles utilise des numéros en exposant pour indiquer les tons (¹, ², ³, ⁴), alors que le pinyin utilise des accents (̄, ´ , ̆, `).
  • Après une consonne, la diphtongue Wade-Giles uei est écrite ui en pinyin. Sinon[pas clair], ces deux romanisations, contrairement à quelques autres, utilisent iu et un à la place des syllabes complètes iou et uen.
  • i n'est jamais précédé par y, comme en pinyin. La seule exception est dans le nom de lieux, qui sont sans traits d'unions, donc sans un y, une ambiguïté de syllabe peut se produire.

En français, quelques mots gardent leur orthographe à la Wade-Giles (comme taoïsme au lieu de daoïsme) ce qui entretient des confusions. Par exemple, celle entre le « chi » de tai-chi-chuan et celui de ch'i kung, alors qu'en pinyin la distinction est évidente : taiji quan et qi gong.

Initiales et finales[modifier | modifier le code]

Les tables ci-dessous montrent les représentation Wade–Giles de chaque son chinois selon la prononciation du mandarin standard (en caractères gras)[1], mis côte à côte avec le symbole phonétique de l'alphabet phonétique international (entre crochets), et les représentations équivalentes en Zhùyīn Fúhào (Bōpōmōfō) et en Hànyǔ Pīnyīn.

Initiales[modifier | modifier le code]

Bilabiale Labio-dentale Dentale/Alvéolaire Rétroflexe alvéolo-palatale Vélaire
non voisée voisée non voisée non voisée voisée non voisée voisée non voisée non voisée
Nasale m [m]
ㄇ m
n [n]
ㄋ n
Occlusive non aspirée p [p]
ㄅ b
t [t]
ㄉ d
k [k]
ㄍ g
Aspirée [pʰ]
ㄆ p
[tʰ]
ㄊ t
[kʰ]
ㄎ k
affriquée non aspirée ts [ts]
ㄗ z
ch [ʈʂ]
ㄓ zh
ch [tɕ]
ㄐ j
Aspirée tsʻ [tsʰ]
ㄘ c
chʻ [ʈʂʰ]
ㄔ ch
chʻ [tɕʰ]
ㄑ q
Fricative f [f]
ㄈ f
s [s]
ㄙ s
sh [ʂ]
ㄕ sh
hs [ɕ]
ㄒ x
h [x]
ㄏ h
Liquide l [l]
ㄌ l
j [ɻ~ʐ]
ㄖ r

Au lieu de ts, tsʻ et s, Wade–Giles utilise tz, tzʻ et ss avant ŭ (Voir plus bas).

Finales[modifier | modifier le code]

Coda
/i/ /u/ /n/ /ŋ/ /ɻ/
Medial ih/ŭ
[ɨ]
U+312D.svg -i
ê/o
[ɤ]
ㄜ e
a
[a]
ㄚ a
ei
[ei]
ㄟ ei
ai
[ai]
ㄞ ai
ou
[ou]
ㄡ ou
ao
[au]
ㄠ ao
ên
[ən]
ㄣ en
an
[an]
ㄢ an
ung
[ʊŋ]
ㄨㄥ ong
êng
[əŋ]
ㄥ eng
ang
[aŋ]
ㄤ ang
êrh
[aɚ̯]
ㄦ er
/j/ i
[i]
ㄧ i
ieh
[je]
ㄧㄝ ie
ia
[ja]
ㄧㄚ ia
iu
[jou]
ㄧㄡ iu
iao
[jau]
ㄧㄠ iao
in
[in]
ㄧㄣ in
ien
[jɛn]
ㄧㄢ ian
iung
[jʊŋ]
ㄩㄥ iong
ing
[iŋ]
ㄧㄥ ing
iang
[jaŋ]
ㄧㄤ iang
/w/ u
[u]
ㄨ u
o/uo
[wo]
ㄛ/ㄨㄛ o/uo
ua
[wa]
ㄨㄚ ua
ui/uei
[wei]
ㄨㄟ ui
uai
[wai]
ㄨㄞ uai
un
[wən]
ㄨㄣ un
uan
[wan]
ㄨㄢ uan
uang
[waŋ]
ㄨㄤ uang
/ɥ/ ü
[y]
ㄩ ü
üeh
[ɥe]
ㄩㄝ üe
ün
[yn]
ㄩㄣ ün
üan
[ɥɛn]
ㄩㄢ üan

Wade–Giles utilise -uei après et k, ou dans les autres cas -ui: kʻuei, kuei, hui, shui, chʻui.

Dans cette méthode, [-ɤ] s'écrit -o après , k et h, sinon : kʻo, ko, ho, shê, chʻê. Lorsque [ɤ] forme une syllabe par elle même, elle est écrite ê ou o en fonction du caractère.

Avec Wade–Giles [-wo] s'écrit -uo après , k, h et sh, dans les autres cas, elle s'écrit -o: kʻuo, kuo, huo, shuo, chʻo. Giles Pour -ih et , voir plus bas.

A Chinese-English Dictionary de Giles, inclus également les syllabes chio, chʻio, hsio, yo, qui sont à présent prononcée comme chüeh, chʻüeh, hsüeh, yüeh.

Syllabes commençant par une médiale[modifier | modifier le code]

Coda
/i/ /u/ /n/ /ŋ/
Médiale /j/ i/yi
[i]
ㄧ yi
yeh
[je]
ㄧㄝ ye
ya
[ja]
ㄧㄚ ya
yai
[jai]
ㄧㄞ yai
yu
[jou]
ㄧㄡ you
yao
[jau]
ㄧㄠ yao
yin
[in]
ㄧㄣ yin
yen
[jɛn]
ㄧㄢ yan
yung
[jʊŋ]
ㄩㄥ yong
ying
[iŋ]
ㄧㄥ ying
yang
[jaŋ]
ㄧㄤ yang
/w/ wu
[u]
ㄨ wu
wo
[wo]
ㄨㄛ wo
wa
[wa]
ㄨㄚ wa
wei
[wei]
ㄨㄟ wei
wai
[wai]
ㄨㄞ wai
wên
[wən]
ㄨㄣ wen
wan
[wan]
ㄨㄢ wan
wêng
[wəŋ]
ㄨㄥ weng
wang
[waŋ]
ㄨㄤ wang
/ɥ/
[y]
ㄩ yu
yüeh
[ɥe]
ㄩㄝ yue
yün
[yn]
ㄩㄣ yun
yüan
[ɥɛn]
ㄩㄢ yuan

Avec Wade–Giles [i] s'écrit i ou yi en fonction du caractère.


Voyelles et symboles finaux[modifier | modifier le code]

Consonnes syllabiques[modifier | modifier le code]

Comme Yale et les Symoles phonétiques du Mandarin II (zh) (SPM II, 國語注音符號第二式), Wade–Giles transcrit les deux types de consonnes syllabique ((zh); Wade–Giles: kʻung1-yün4; Hànyǔ Pīnyīn: kōngyùn) différemment:

  • est utilisée après sibilants écries à cette position (et cette position seulement) comme tz, tzʻ et ss (Pīnyīn z, c et s).
  • -ih est utilisé après la rétroflexe ch, chʻ, sh, et j (Pīnyīn zh, ch, sh, et r).

Ces finales sont toutes écries comme -ih en Tongyòng Pinyin, comme -i en Hànyǔ Pīnyīn (Donc, distinguables uniquement par l'initiale de [i] comme dans li), et comme -y dans Gwoyeu Romatzyh et Wade simplifié. Elles sont typiquement omise dans Zhùyīn (Bōpōmōfō).

API ʈ͡ʂɨ ʈ͡ʂʰɨ ʂɨ ɻɨ t͡sɯ t͡sʰɯ
Yale jr chr shr r dz tsz sz
SPM II jr chr shr r tz tsz sz
Wade–Giles chih chʻih shih jih tzŭ tzʻŭ ssŭ
Tongyòng Pinyin jhih chih shih rih zih cih sih
Hànyǔ Pīnyīn zhi chi shi ri zi ci si
Gwoyeu Romatzyh jy chy shy ry tzy tsy sy
Wade simplifié chy chhy shy ry tsy tshy sy
Zhùyīn

Voyelle o[modifier | modifier le code]

La finale o dans Wade–Giles à deux prononciations en Mandarin moderne : [wo] et [ɤ].

Ce qui est prononcé aujourd'hui comme une voyelle mi-fermée postérieure non arrondie [ɤ] est généralement écrit ê, mais parfois o, en fonction de la prononciation historique (à l'époque où la romanisation Wade–Giles a été développée). En particulier, après les initiales vélaires k, et h (et un ng historique, qui a disparu au moment ou Wade–Giles a été développée), o est utilisée ; par exemple, «  » est ko¹ (Pīnyīn ) et "刻" est kʻo⁴[2] (Pīnyīn ). En Mandarin moderne, o après une vélaire (et ce qui a été auparavant ng) s'est décalé vers [ɤ], ainsi, elles sont écrites ge, ke, he et e en Pīnyīn. Lorsque [ɤ] forme seule une syllabe, Wade–Giles l'écrit ê ou o en fonction du caractère. Dans toutes les autres circonstances, elle écrit ê.

Ce qui est prononcé aujourd'hui comme [wo] est généralement écrit o en Wade–Giles, à l'exception de wo, shuo (e.g. shuo¹) et les trois syllabes kuo, kʻuo, et huo (comme dans 過, 霍, etc.), qui contrastent avec ko, kʻo, et ho qui corespondent au pīnyīn ge, ke, et he. C'est parce que des caractères comme 羅, 多, etc. (Wade–Giles: lo², to¹; Pīnyīn: luó, duō) ne portaient pas, à l'origine, la médiale [w]. En Mandarin moderne,, la distinction phonétique entre o et -uo/wo a été perdue (à l'excpetion des interjections, lorsqu'elles sont utilisées seules), et la médiale [w] est ajouté devant -o, créant ainsi le [wo] moderne.

API pwo pʰwo mwo fwo two tʰwo nwo lwo kʰɤ ʈ͡ʂwo ʈ͡ʂʰwo ʐwo t͡swo t͡sʰwo swo ɤ wo
Wade–Giles po pʻo mo fo to tʻo no lo ko kʻo ho cho chʻo jo tso tsʻo so o/ê wo
Zhùyīn ㄨㄛ ㄨㄛ ㄨㄛ ㄨㄛ ㄨㄛ ㄨㄛ ㄨㄛ ㄨㄛ ㄨㄛ ㄨㄛ ㄨㄛ
Pīnyīn bo po mo fo duo tuo nuo luo ge ke he zhuo chuo ruo zuo cuo suo e wo

Il est a noter que les translittérations Zhùyīn et Pīnyīn écrivent Modèle:APIR comme ㄛ -o après ㄅ b, ㄆ p, ㄇ m et ㄈ f, alors qu'elles sont écrites ㄨㄛ -uo après toutes les autres initiales.

Références[modifier | modifier le code]