Mitsubishi Ki-30

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mitsubishi Ki-30
Vue de l'avion.
Mitsubishi Ki-30 en vol appartenant au Hiko Dai 31 Sentai (Chine, décembre 1940)[1]

Constructeur Drapeau : Japon Mitsubishi Jukogyo K. K.
Rôle Bombardier léger
Statut Retiré du service
Premier vol
Mise en service
Nombre construits 704 exemplaires environ[2] (de 1938 à septembre 1941)
Équipage
2 (pilote, observateur-mitrailleur)
Motorisation
Moteur Nakajima Ha-5-kai Suisei
Nombre 1
Type Moteur à 14 cylindres double étoile refroidi par air
Puissance unitaire 950 ch (708 kW)
Dimensions
Envergure 14,55 m
Longueur 10,35 m
Hauteur 3,65 m
Surface alaire 30,58 m2
Masses
À vide 2 230 kg
Avec armement 3 320 kg
Performances
Vitesse de croisière 380 km/h
Vitesse maximale 423 km/h
Plafond 8 570 m
Vitesse ascensionnelle 500 m/min
Rayon d'action 850 km
Endurance 1700
Charge alaire 108,6 kg/m2
Armement
Interne 2 mitrailleuses Type 89 de 7,7 mm (1 dans l'aile et 1 en défense orientable manuellement)
Externe 450 kg de bombes (en soute et sous les ailes)

Le Mitsubishi Ki-30 (九七 式 軽 爆 撃 机, Kyunana-shiki keibakugekiki) est un bombardier léger japonais de la Seconde Guerre mondiale. Pendant la guerre, il est connu par les Alliés sous le nom de Ann.

Conception et développement[modifier | modifier le code]

Le Ki-30 est développé en réponse à une demande en mai 1936 de l'armée impériale japonaise afin de remplacer le bombardier léger Kawasaki Ki-3. Mitsubishi et Kawasaki sont appelés à construire deux prototypes chacun en décembre 1936 ayant pour principale spécification une vitesse de pointe à 400 km/h à 3 000 m d'altitude. La capacité de monter à 3 000 m en huit minutes, une charge de bombe normale de 300 kg et maximum de 450 kg, la possibilité d'effectuer des bombardements en piqué à 60° et un poids de charge de moins de 3 300 kg[3].

Le premier prototype vole le 28 février 1937. À l'origine conçu avec un train d'atterrissage rétractable, des tests en soufflerie indiquent que les gains de vitesse étaient minime avec ce poids supplémentaire. Un train d'atterrissage fixe avec carénage aérodynamique est choisi à la place. Le pilote est assis juste au-dessus du bord d'attaque de l'aile et le copilote juste derrière le bord de fuite de l'aile dans une longue verrière qui leur permet d'obtenir une excellente vision des alentours.

Un deuxième prototype, équipé du moteur Nakajima Ha-5 un peu plus puissant, est achevé le même mois. Bien qu'avec deux mois de retard et en surpoids, les deux prototypes atteignent ou dépassent toutes les spécifications requises. Le Service aérien de l'Armée impériale japonaise passe une commande pour 16 services d'essais. Ils sont livrés en janvier 1938, et le résultat des essais est que l'armée ordonne la production des Ki-30 en mars sous la désignation de Army Type 97 Light Bomber[4].

Histoire opérationnelle[modifier | modifier le code]

Mitsubishi Ki-30 survolant la ligne principale sur Bataan en 1942.

Les Ki-30 sont utilisés la première fois en combat pendant la Seconde Guerre sino-japonaise à partir du printemps 1938. Ils s'avèrent fiable dans les opérations sur terrain rugueux tout en fonctionnant avec des escorte de chasseurs. Ce succès continue dans les premiers stades de la guerre du Pacifique, et les Ki-30 participent largement à des opérations aux Philippines. À la fin de 1942, la plupart des modèles produits relèguent à un rôle de formation. De nombreux avions sont utilisés dans des attaques kamikazes vers la fin de la guerre[5].

Fin 1940, le Ki-30 est en service dans la Force aérienne royale thaïlandaise, et est notamment utilisé durant la Guerre franco-thaïlandaise.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Eduardo CEA, Japanese Military Aircraft: Aircraft of the Imperial Japanese Navy, Casemate Publishers, (ISBN 8496935108)
  2. (en) René J. Francillon, Ph.D., Japanese Aircraft of the Pacific War, Londres, Putnam & Company Ltd., (ISBN 0-370-30251-6)
  3. Francillon 1979, p. 165.
  4. Francillon 1979, p. 166.
  5. Francillon 1979, p. 167.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) René J. Francillon, Japanese Aircraft of the Pacific War, Londres, Putnam & Company Ltd., (ISBN 0-370-30251-6)
  • (en) Bill Gunston, The Illustrated Directory of Fighting Aircraft of World War II, Londres, Zenith Press, (ISBN 0-86101-390-5)
  • (en) Jon Lake, Great Book of Bombers, Londres, Zenith Press, (ISBN 0-7603-1347-4)
  • (en) Robert C. Mikesh et Shorzoe Abe, Japanese Aircraft 1910-1941, Annapolis, MD, Naval Institute Press, (ISBN 1-55750-563-2)
  • (en) David Mondey, The Concise Guide to Axis Aircraft of World War II, Londres, Chancellor Press, (ISBN 1-85152-966-7)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Avions aux rôles et aux configurations comparables