Mitsubishi Ki-15

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mitsubishi Ki-15
Vue de l'avion.
Vue de l'avion.

Constructeur Drapeau : Japon Mitsubishi
Rôle Avion de reconnaissance
Premier vol
Mise en service
Nombre construits 489
Équipage
2
Motorisation
Moteur Nakajima Ha-8
Nombre 1
Type 9 cylindres en étoile
Puissance unitaire 640 ch
Dimensions
Envergure 12 m
Longueur 8,7 m
Hauteur 3,35 m
Surface alaire 20,36 m2
Masses
À vide 1 400 kg
Avec armement 2 033 kg
Maximale 2 300 kg
Performances
Vitesse maximale 480 km/h
Plafond 11 400 m
Rayon d'action 2 400 km
Armement
Interne 1 mitrailleuse de 7,7 mm

Le Mitshubishi Ki-15 /C5M Karigane (oie sauvage) appelé « babs » par les alliés est un avion de reconnaissance japonais utilisé au début de la Seconde Guerre mondiale.

Le Ki-15 fut employé dans des missions de reconnaissance, mais aussi de bombardement léger et de soutien aux troupes au sol et se comporta honorablement jusqu'à sa relégation à l'instruction à la fin de 1942.

Conception et développement[modifier | modifier le code]

L'appareil, monoplan à ailes basses train fixe et moteur en étoile se fit connaître en en effectuant un raid Tachikawa-Londres de 15 353 kilomètres en 51 h 17 minutes, aussitôt il intéressa à la fois la marine et l'armée (chose rare) et fut mis en production en mai sous la désignation de Ki-15-I pour l'armée et C5M-1 pour la marine. 489 exemplaires en trois versions avec des moteurs allant de 750 à 950 ch furent produits, le dernier en .

Record et autres usage civil[modifier | modifier le code]

Malgré un faible moteur, le Ki-15 était remarquablement rapide. Lors d'un vol d'essai, le journal Asahi Shinbun a obtenu la permission d'acheter le deuxième prototype. L'avion a reçu la désignation Karigane (oie sauvage) le avant d'être nommé Kamikaze et enregistré comme J-BAAI.

Il a été le premier avion construit au Japon à s'envoler pour l'Europe et à faire sensation en 1937 en faisant le vol entre Tokyo et Londres pour le couronnement du roi George VI et la reine Elizabeth entre le et avec un temps de vol de 51 heures, 17 minutes et 23 secondes.

Un record du monde à l'époque. Après ce succès mondial, un petit nombre de Ki-15 ont été vendus à des clients civils.

Histoire opérationnelle[modifier | modifier le code]

Le Ki-15-I a été presque immédiatement mis en service opérationnel au début de la guerre avec la Chine en 1937. L'avion s'est avéré utile dans la première période de la Seconde Guerre sino-japonaise et a effectué des missions en profondeur dans les zones stratégiques chinoise. Sa grande vitesse a donné un net avantage jusqu'à ce que la force aérienne chinoise ait acquis l'avion de combat soviétique Polikarpov I-16. Cet avion a été utilisé pour le bombardement léger, l'appui rapproché et la reconnaissance photographique avant d'être finalement remplacé par le Mitsubishi Ki-30.

Variantes[modifier | modifier le code]

  • Karigane I (version prototype à usage civil)
  • Ki-15-I (Army Type 97 Command Reconnaissance Plane Model 1) (version de production initiale de l'armée japonaise avec un moteur Nakajima Ha-8 (Type Armée 94))
  • Ki-15-II (Army Type 97 Command Reconnaissance Plane Model 2) (version améliorée avec un moteur Mitsubishi plus petit et plus puissant)
  • Ki-15-III (projet de version améliorée mais n'est pas entré en phase de production)
  • C5M1 (Navy Type 98 Reconnaissance Plane Model I) (version améliorée du Ki-15-I pour la marine japonaise)
  • C5M2 (Navy Type 98 Reconnaissance Plane Model 2) (version améliorée du C5M1 avec un moteur plus puissant pour la marine japonaise)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Enzo Angelucci et Paolo Matricardi, Les avions, t. 4 : La Seconde Guerre mondiale - U.S.A., Japon, U.R.S.S., etc..., Elsevier Sequoia, coll. « Multiguide aviation », (ISBN 2-8003-0277-1), p. 134-135.