Aichi D3A

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aichi (homonymie).
Aichi D3A
(caract. D3A2)
Image illustrative de l'article Aichi D3A

Constructeur Drapeau de l'Empire du Japon Aichi Kokuki KK
Rôle Bombardier en piqué
Premier vol
Mise en service
Nombre construits 1 495 exemplaires
Équipage
2 membres : 1 pilote + 1 mitrailleur
Motorisation
Moteur Mitsubishi Kinsei 54
Nombre 1
Type 14 cylindres en étoile
Puissance unitaire 1 300 ch, soit 969 kW
Dimensions
Envergure 14,37 m
Longueur 10,19 m
Hauteur 3,85 m
Surface alaire 34,9 m2
Masses
À vide 2 570 kg
Avec armement 3 800 kg
Maximale 4 120 kg
Performances
Vitesse maximale 430 km/h
Plafond 10 500 m
Vitesse ascensionnelle 517 m/min
Rayon d'action 1 350 km
Armement
Interne 2 mitrailleuses fixes de capot de 7,7 mm tirant vers l'avant
1 mitrailleuse mobile de 7,7 mm au poste arrière
Externe 1 bombe de 250 kg sous le fuselage
2 bombes de 60 kg sous les ailes

L'Aichi D3A, ou « Bombardier embarqué de Marine Type 99 » (en japonais : « 99式艦上爆撃機 »), est un bombardier en piqué biplace en tandem japonais, en service de 1940 à 1945, pendant la Seconde Guerre mondiale.

Dénommé Val par le code des Alliés du Pacifique, il fut le premier avion japonais à bombarder des objectifs américains, et aussi celui qui parvint à couler la plus grande quantité de navires de combat alliés. Cet appareil a participé à pratiquement toutes les opérations aéronavales japonaises de la Seconde Guerre mondiale.

Origine[modifier | modifier le code]

Au cours de l'été 1936, la Marine impériale japonaise lança une fiche-programme (11-Shi) concernant un monoplan d'attaque en piqué embarqué destiné à remplacer les biplans Aichi D1A. Aichi, Nakajima et Mitsubishi se portèrent candidats, seuls les deux premiers se voyant commander chacun deux prototypes. Le projet développé par Aichi Tokei Denki Seizo Co associait une voilure elliptique, inspirée du Heinkel He 70, et un fuselage au dessin assez proche de celui du Mitsubishi A6M Zero, malgré un poste de pilotage biplace en tandem. De construction entièrement métallique avec surfaces mobiles entoilées, il était conçu pour résister à une attaque en piqué, et pour simplifier la construction, un train d'atterrissage classique fixe caréné fut retenu, la traînée engendrée ne devant pas influer de façon importante sur les performances.

Propulsé par un moteur 9 cylindres en étoile Nakajima Hikari 1 (en) d'une puissance de 710 ch au décollage entraînant une hélice tripale métallique, le prototype débuta ses essais en . Les premiers essais se révélèrent décevants : sous-motorisé, l'Aichi AM-17 (désignation constructeur) était instable en évolutions larges, se mettait facilement en vrille en virage serré, les freins de piqué vibraient de façon dangereuse à 370 km/h, alors que la Marine demandait de porter la vitesse d'attaque à 440 km/h.

Le second prototype subit donc toute une série de modifications avant de voler à son tour : Le moteur Hikari fut remplacé par un 14 cylindres en étoile Mitsubishi Kinsei 3 de 840 ch sous un capot-moteur plus profond, l'empennage vertical fut agrandi pour améliorer la stabilité de l'appareil, la voilure fut légèrement allongée avec modification du dessin du bord d'attaque, et les aérofreins consolidés. Si la stabilité longitudinale laissait encore à désirer, ces modifications furent jugées suffisantes pour que l'Aichi AM-17 soit préféré à ses concurrents, et le biplace Aichi fut commandé en comme « Bombardier embarqué de Marine Type 99, modèle 11 », ou « D3A1-11 ».

Les versions[modifier | modifier le code]

  • Aichi D3A1 : Premier modèle de série, remotorisé avec un Kinsei 43 de 1 000 ch, les derniers exemplaires recevant un Kinsei 44 de 1 070 ch. La voilure était légèrement raccourcie, mais surtout une longue arête dorsale faisait son apparition, résolvant le problème de l'instabilité, au point que, devenu très maniable, le bombardier en piqué fut parfois utilisé comme chasseur. Outre six appareils de présérie, 470 D3A1 furent construits par Aichi à Funakata, entre 1939 et  ;
  • Aichi D3A2 : En , un D3A fut équipé d'un moteur Kinsei 54 de 1 300 ch. Désigné « Type 99 modèle 12 », cet appareil perdait de l'autonomie, en raison de la consommation plus importante du moteur. Des réservoirs supplémentaires étaient donc nécessaires, mais avec 900 litres de carburant, le Type 99 modèle 22 avait un rayon d'action suffisant pour être engagé dans les Îles Salomon. L'usine Aichi de Funakata produisit 815 D3A2 entre et , mais 201 exemplaires furent également construits entre et par Showa Hikoki Kogyo KK, à Tokyo. Le D3A2 se distinguait extérieurement du D3A1 par une verrière plus longue et plus pointue vers l'arrière, ainsi que le montage d'une casserole d'hélice ;
Alignement de D3A2 se préparant à décoller.
  • Aichi D3A2-K : Appareils modifiés et dotés d'une double commande pour l'entrainement, désignés « Bombardier école de marine Type 99 modèle 12 » par la Marine Impériale ;
  • Nakajima D3N : Nakajima tenta, sans succès, de développer une version réduite du D3A avec un train escamotable ;
  • Yokosuka D3Y1-K Myojo : Pour assurer la formation des pilotes avec un appareil n'utilisant pas des matériaux stratégiques, le chantier naval de Yokosuka développa une version en bois du D3A, propulsé par un moteur Kinsei 54. Cinq exemplaires seulement furent construits, le retrait progressif des Val de première ligne permettant de disposer de « vrais » D3A2-K dans les unités d'entraînement.

En opérations[modifier | modifier le code]

Aichi D3A1 se préparant à décoller pour attaquer Pearl Harbor, le . Le porte-avions au second plan est le Sôryû.

Si l'Aichi D3A1 fut peu utilisé en Chine ou en Indochine en 1940, 126 Val constituèrent la première vague japonaise partie surprendre les installations militaires américaines de Pearl Harbor le . Le D3A1 participa ensuite à toutes les opérations aéronavales japonaises durant les dix premiers mois de la guerre (12e, 14e, 31e, 32e, 35e, 40e, 541e et 582e Kōkūtai). Entre autres, le , durant le raid de la Marine Impériale dans l'océan Indien, ils envoyèrent par le fond les croiseurs HMS Cornwall et HMS Dorsetshire. Quatre jours plus tard, le porte-avions HMS Hermes, dépourvu d'avions, fut localisé au large de Ceylan et coulé à son tour avec son escorte : le destroyer HMAS Vampire, la corvette Hollyhock et deux pétroliers ravitailleurs.

À l'automne 1942, le D3A2 entra en service, les modèles antérieurs étant envoyés dans les écoles. Toutefois, après la bataille de Midway, le manque de pilotes expérimentés, combiné aux performances insuffisantes de cet appareil, commença à poser de sérieux problèmes. L'arrivée en première ligne du Yokosuka D4Y Suisei entraîna, en 1943, la relégation du Val aux unités basées à terre ou opérant depuis les porte-avions de petite taille.

En 1944, les forces américaines reprirent pied aux Philippines, où les D3A2 qui n'avaient pas regagné les unités d'entraînement au Japon, totalement dépassés, subirent de très lourdes pertes. En 1945, on trouvera encore des D3A2 en opérations, utilisés pour des attaques kamikazes.

En 1945, la guérilla indonésienne récupéra un certain nombre de D3A sur les anciennes bases japonaises, appareils qui furent rapidement détruits par l'aviation néerlandaise durant les opérations de police coloniale, entre 1945 et 1949.

Le D3A au cinéma[modifier | modifier le code]

Réplique d'Aichi D3A au Geneseo Airshow. En 1968, un BT-13 Valiant (N56867) fut converti en réplique de Val pour être utilisé dans le tournage du film « Tora ! Tora ! Tora ! », volant sous les couleurs du Val « AI-244 » (Porte-avions Akagi). Le BT-13 a été maintenu dans cette configuration depuis, et est visible dans des shows aériens sous le code « BI-211 » avec les marquages du porte-avions Sōryū.

Des BT-13 Valiant furent utilisés par la Twentieth Century Fox pour le tournage du film « Tora ! Tora ! Tora ! », en 1970. Neuf exemplaires furent achetés en 1968 et modifiés pour ressembler à des bombardiers en piqué Aichi D3A Val, en allongeant leur fuselage et en modifiant la forme de leurs pare-brises et verrières. Les chasseurs Zéro et les bombardiers-torpilleurs Kate dans ce film étaient des Harvard IV modifiés.

Après le tournage du film, le studio vendit les avions modifiés à des propriétaires privés. Quatre étaient encore en état de vol en 2007, servant au sein de l'escadron « Tora ! Tora ! Tora ! » de la Commemorative Air Force, qui réalise des reconstitutions de combats aériens pendant des meetings aériens. Plusieurs des appareils de « l'escadron Tora » ont également refait apparition sur le grand écran dans le film Pearl Harbor (film), tourné en 2001.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • AirToAirCombat.Com : Aichi D3A Val.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) René J. Francillon, Japanese Aircraft of the Pacific War, Londres, Royaume-Uni, Putnam & Cie., , 570 p. (ISBN 978-0370302515).
  • (en) Enzo Angelucci, World aircraft : World War II, Volume II, Maidenhead, UK, Sampson Low, (ISBN 0-5620-0096-8)
  • (en) David Brown, Warship losses of World War Two, London New York, NY, Arms and Armour Distributed in the USA by Sterling Pub. Co, , 256 p. (ISBN 978-0-853-68802-0, OCLC 23052489)
  • (en) Louis S Casey, Christy Campbell (éd) et Jeff Gurney (design) (ill. John Batchelor), Naval aircraft, Secaucus, N.J, Chartwell Books, , 128 p. (ISBN 978-0-702-60025-8)
  • (en) Christopher Chant, Aircraft of World War II : 300 of the World's Greatest aircraft 1939-4, New York, Barnes & Noble Books, , 320 p. (ISBN 978-0-760-71261-0, OCLC 41383513)
  • (en) Seweryn Fleischer et Zygmunt Szeremeta, Aichi D3A "Val", Nakajima B5N "Kate", Warszawa, Wydawnictwo Militaria, (ISBN 978-8-372-19118-2, OCLC 749656033)
  • (en) Seweryn Fleischer et Zygmunt Szeremeta, Aichi D3A "Val", Nakajima B5N "Kate", Warszawa, Wydawnictwo Militaria, (ISBN 978-8-372-19118-2, OCLC 749656033)
  • (en) René J. Francillon (ill. Ronald Percy), Imperial Japanese Navy bombers of World War Two, Windsor, Berkshire, UK, Hylton Lacy Publishers Ltd., coll. « Japanese bombers of World War Two » (no 1), (ISBN 978-0-850-64022-9, OCLC 199384)
  • (en) Bert Kinzey (ill. Rock Roszak), Attack on Pearl Harbor : Japan awakens a sleeping giant, Blacksburg, Virginia, Military Aviation Archives, , 80 p. (ISBN 978-0-984-46650-4, OCLC 698094874)
  • (en) "Pacific Predator... the Aichi Type 99". Air International, Vol. 33, No. 6, décembre 1987, p. 285–290. Bromley, UK: Fine Scroll. (ISSN 0306-5634).
  • (en) Robert Sinclair Parkin, Blood on the sea : American destroyers lost in World War II, New York, Sarpedon Publishing, , 360 p. (ISBN 978-1-885-11917-9 et 978-1-873-37652-2, OCLC 33244939)
  • (en) Jonathan B. Parshall et Anthony P. Tully, Shattered sword : The Untold Story of the Battle of Midway, Dulles, Va. Poole, Potomac Chris Lloyd distributor, , 613 p. (ISBN 978-1-574-88924-6 et 978-1-574-88923-9, OCLC 254107709)
  • (en) M.C. Richards et Donald S. Smith, Aircraft in Profile, Volume 13 Aichi D3A ('Val') & Yokosuka D4Y ('Judy') Carrier Bombers of the IJNAF, Windsor, Berkshire, UK, Profile Pubs, (ISBN 978-0-853-83022-1), p. 145–169
  • (en) Theodore Roscoe et Thomas L. Wattles (research and technical editing) (ill. Fred Freeman), United States destroyer operations in World War II, Annapolis, Maryland, Naval Institute Press, , 581 p. (ISBN 978-0-870-21726-5, OCLC 219891751)
  • (en) Peter C. Smith, Aichi D3A1/2 Val, Marlborough, Wiltshire, UK, Crowood Press Ltd., coll. « Crowood aviation series », , 192 p. (ISBN 978-1-861-26278-3, OCLC 41017986)
  • (en) Osamu Tagaya et Tony Holmes (series editor), Aichi 99 Kanbaku 'Val' units 1937-42, Oxford Long Island City, NY, Osprey Publishing, coll. « Osprey combat aircraft » (no 63), , 96 p. (ISBN 978-1-841-76912-7, OCLC 775471769)
  • (en) Richard Worth, Fleets of World War II, Cambridge, MA, Da Capo Press, (ISBN 978-0-3068-1116-6)