Kobeseiko Te-Gō

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Kobeseiko Te-Gō
Vue de l'avion.
Le prototype du Te-Gō, photographié en 1942.

Constructeur Drapeau de l'Empire du Japon Kobe Steel, Ltd.
Rôle Avion de liaison/observation expérimental[1].
Statut Resté à l'état de prototype
Premier vol
Nombre construits 1 exemplaire
Équipage
2 membres : 1 pilote + 1 observateur
Motorisation
Moteur Kobeseiko-Argus As 10C
Nombre 1
Type Moteur V8 à cylindres inversés
Puissance unitaire 250 ch, soit 190 kW
Dimensions
Envergure 14,3 m
Longueur 9,8 m
Hauteur 3,1 m
Surface alaire 20 m2
Masses
À vide 950 kg
Avec armement 1 310 kg
Performances
Vitesse maximale 172 km/h
Plafond 4 500 m
Rayon d'action 375 km
Charge alaire 37,75 kg/m2
Rapport poids/puissance 3,8 kg/ch
Armement
Interne mitrailleuse défensive mobile Type 89 (en) de calibre 7,7 mm (calibre .303) dans le cockpit arrière.
Externe grenades sous-marines ou bombes de 60 kg (sur certaines versions uniquement)

Le Kobeseiko Te-Gō (en japonais : « テ号観測機 », Te-gō Kansoku-ki), était un avion biplace expérimental ADAC de liaison et d'observation japonais, conçu en 1942 par Kobe Steel, Ltd. pour servir pendant la Seconde Guerre mondiale. En accord avec la requête de l'armée japonaise, le professeur T. Miki, de l'Université impériale d'Osaka, conçut l'avion, tandis que sa fabrication fut effectuée par Kobe Seikojo.

Aucun numéro de code de type « Ki » ne fut attribué à l'avion, car le projet était en dehors de la juridiction des quartiers généraux de l'aviation de l'armée impériale japonaise.

Conception et développement[modifier | modifier le code]

Cet avion fut l'un des deux compétiteurs ayant été présentés pour devenir l'ADAC de liaison et d'observation standard de l'armée impériale japonaise. Fortement inspiré par le Fi 156 Storch allemand de la même période, le professeur Tetsuo Miki conçut le Te-Gō mais, bien qu'il lui était très ressemblant, l'avion n'en était absolument pas une copie.

Employant des méthodes de fabrication courantes à cette époque, l'avion reçut des ailes dont les armatures étaient faites en bois et recouvertes de tissu et contreplaqué. Des becs de bord d'attaque automatiques étaient installés sur les bords d'attaque, de grands volets de type « Fowler » étaient installés sur les bords de fuite et les ailerons pouvaient également être utilisés comme volets pour effectuer des décollages très courts. Le fuselage était fait d'une structure tubulaire en acier, recouverte de tissu à partir du cockpit jusqu'à l'arrière de l'avion et recouverte de panneaux métalliques sur le nez. La queue était conçu de la même manière que les ailes. Une mitrailleuse défensive mobile Type 89 (en) de calibre 7,7 mm (calibre .303) aurait dû être installée dans le cockpit arrière.

L'avion s'écrasa pendant ses essais, avec des dégâts importants au niveau de ses ailes et de son train d'atterrissage. À cause de cet accident, le deuxième appareil compétiteur, l'autogire Kayaba Ka-go, fut sélectionné et entra en service, sous la désignation de Kayaba Ka-1.

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (vi) « Nhungdoicanh : Gallery các loại phi cơ » (consulté le 9 janvier 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]