Nakajima G8N

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nakajima G8N Renzan
{{#if:
Vue de l'avion, ici repeint postérieurement aux couleurs des États-Unis d'Amérique.
Vue de l'avion, ici repeint postérieurement aux couleurs des États-Unis d'Amérique.

Constructeur Drapeau : Japon Nakajima Hikoki k.k.
Rôle Bombardier lourd, à ailes médianes et train tricycle rentrant
Statut Retiré du service
Premier vol
Date de retrait 1946
Équipage
10
Motorisation
Moteur Nakajima Homare NK9K-L 24
Nombre 4
Type 18 cylindres en étoile
Puissance unitaire 2 000 ch
Dimensions
Nakajima G8N1 Renzan - 3D drawing.svg
Envergure 32,54 m
Longueur 22,94 m
Hauteur 7,2 m
Surface alaire 112 m2
Masses
À vide 17 400 kg
Avec armement 26 800 kg
Performances
Vitesse maximale à 8 000 m  592 km/h
Plafond 10 200 m
Vitesse ascensionnelle 457 m/min
Rayon d'action 7 465 km
Charge alaire 239 kg/m2
Rapport poids/puissance 0,14 kg/ch
Armement
Interne 4t de bombes
Externe 3x2 canons Type 99-2 de 20 mm en tourelles, 2 mitrailleuses type 2 de 13,2 mm en tourelle avant, 2 mitrailleuses type 2 de 13,2 mm en sabord

Le Nakajima G8N Renzan (code allié « Rita »), ou « Avion d'assaut basé au sol Type 18 », est un bombardier lourd quadrimoteur japonais, de la Marine impériale japonaise de la Seconde Guerre mondiale.

Histoire[modifier | modifier le code]

À la fin 1942, la Marine impériale japonaise se met en tête de trouver un remplaçant au Mitsubishi G4M bimoteur pour le aéronavale. La finalité du nouvel appareil était le bombardement du sol américain, et le soutien de la flotte combinée japonaise. Ce projet est confié à la firme Nakajima.

Le 23 octobre 1944, le Nakajima Renzan en version bombardier (Nakajima G8N1), prend son premier envol, un an à peine après sa validation pour construction. Malgré des problèmes mineurs de suralimentation, l'avion est bien né, doté de bonnes qualités de vol, bien armé (tourelles à commandes électriques). Il possède un bon blindage pour les réservoirs et la protection de l'équipage.

Jusqu'en juin 1945, quatre exemplaires furent achevés, le manque de métaux stratégiques et les bombardements ne permirent pas plus. Ces bombardements détruisirent trois des appareils finalisés. À la capitulation japonaise, les américains convoyèrent l'avion survivant pour évaluation sur la base de Wright Field (Wright-Paterson Airbase) à Dayton, dans l'Ohio. Il y était encore visible aux couleurs US en 1946, et fut ferraillé peu après.

Conception[modifier | modifier le code]

LE G8N est motorisé par 4 Nakajima NK9K-L 24 Homare à 18 cylindres en étoile refroidis par air et équipé de compresseur Hitachi 92 développant 2 000 ch chacun. Ils entraînent des hélices propulsives quadripales métalliques à pas constant.

Pour sa défense, il est armé de canons Type 99-2 jumelés de 20 mm répartis dans trois tourelles (dorsale, ventrale et caudale), aussi que de deux mitrailleuses type 2 de 13,2 mm en tourelle avant et deux mitrailleuses type 2 aux sabords gauche et droit du fuselage.

Versions envisagées[modifier | modifier le code]

  • G8N1: version de bombardement.
  • G8N2: version prévue pour le transport de l'avion bombe volante Okha.
  • G8N3: version tout acier.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Enzo Angelucci, Paolo Matricardi, Les avions, 4/la seconde guerre mondiale, USA, Japon, URSS, etc..., Édition Elsevier Séquoïa, Bruxelles, 1978, ISBN 2-8003-0277-1, pages 194 et 195.