Saint-Pierre-le-Moûtier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moutier (homonymie).
Saint-Pierre-le-Moûtier
Le moulin « Les Éventées ».
Le moulin « Les Éventées ».
Blason de Saint-Pierre-le-Moûtier
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Nièvre
Arrondissement Nevers
Canton Saint-Pierre-le-Moûtier
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Nivernais bourbonnais
Maire
Mandat
Pierre Billard
2014-2020
Code postal 58240
Code commune 58264
Démographie
Gentilé Saint-Pierrois, Saint-Pierroises
Population
municipale
1 979 hab. (2014)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 47′ 30″ nord, 3° 07′ 08″ est
Altitude Min. 188 m – Max. 264 m
Superficie 47,67 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nièvre

Voir sur la carte administrative de la Nièvre
City locator 14.svg
Saint-Pierre-le-Moûtier

Géolocalisation sur la carte : Nièvre

Voir sur la carte topographique de la Nièvre
City locator 14.svg
Saint-Pierre-le-Moûtier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-le-Moûtier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-le-Moûtier
Liens
Site web www.mairie-stpierrelemoutier.fr

Saint-Pierre-le-Moûtier est une commune française, située dans le département de la Nièvre en région Bourgogne-Franche-Comté.

Ses habitants sont les Saint-Pierrois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située entre la Loire et Allier, la commune possède une riche et puissante histoire, mais qui est un peu oubliée aujourd'hui du fait de son isolement routier « relatif » et du manque d'infrastructures touristiques. Saint-Pierre-le-Moûtier est à proximité de Magny-Cours et son circuit automobile qui a accueilli le Grand Prix de France de Formule 1 de 1991 à 2008.

Géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Villages, hameaux, lieux-dits, écarts[modifier | modifier le code]

  • Hameau de Marcigny

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Langeron Saint-Parize-le-Châtel Rose des vents
N Azy-le-Vif
O    Saint-Pierre-le-Moûtier    E
S
Livry Chantenay-Saint-Imbert

Histoire[modifier | modifier le code]

Le le bailliage de Saint-Pierre rendit une sentence, contraignant les habitants de la terre de Poussery au finage de Montaron à assurer le guet et garde au château de Poussery, comme le demande le seigneur des lieux : Gaucher de Couvol. Ce bailliage rendit au fils de ce dernier : Philibert de Courvol, une autre sentence le , l'autorisant à faire passer le ruisseau des Ruaux, dans son pré de Chaulgy[1].

La ville est prise d'assaut[2], puis libérée par Jeanne d'arc le .

Elle fut chef-lieu de district de 1790 à 1795.

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune porta provisoirement les noms de Brutus-la-Vallée, de Brutus-le-Magnanime et de Brutus-le-Moutier[3].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
« De gueules, à l'église d'argent et à la clef double de même posée en face en pointe, au chef cousu d'azur, chargé de trois fleurs de lys d'or. »

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Baillis[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 [Quand ?] François Clostre   Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Saint-Pierre-le-Moûtier fait partie de la communauté de communes du Nivernais bourbonnais.

Le canton est composé de :

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 979 habitants, en diminution de -1,2 % par rapport à 2009 (Nièvre : -3,1 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 000 1 980 1 765 1 928 2 110 2 256 2 319 2 483 2 406
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 883 2 989 3 420 3 153 3 173 3 080 3 107 3 139 2 937
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 792 2 766 2 602 2 408 2 206 2 185 2 164 2 031 2 037
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
2 200 2 227 2 250 2 261 2 091 2 029 1 997 2 010 1 979
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

La démographie de Saint-Pierre-le-Moûtier décline lentement.

Essor[modifier | modifier le code]

Il reste quelques usines en activité notamment dans le secteur de l'automobile, de la métallurgie et du textile. La ville s'appuie désormais sur la proximité de Magny-Cours et les services à la personne et le développement agro-touristique.

L'accès à Nevers et Moulins reste facilité par quelques trains TER et autocars. Saint-Pierre-le-Moûtier ayant perdu ses trains Grandes Lignes, les voyageurs doivent changer à Nevers ou Moulins pour rejoindre Paris ou encore Clermont-Ferrand. La mise à 2 × 2 voies de la RN7 (prochaine A77) rapprochera la ville des grandes agglomérations à proximité, telles que Nevers ou Moulins.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Civils
Statue de Jeanne D'arc après déplacement et rénovation en 2017.

Depuis le centre ville, une promenade s’impose au gré de chaque ruelle pour admirer cette ancienne ville fortifiée et son riche patrimoine historique qui subsiste :

  • Hôtel de ville, ancien Présidial.
  • La porte gothique du presbytère (XVe s.).
  • Les six tours médiévales de l’ancienne place forte, tour Berthelot (XIVe, XVIIe s.).
  • Le moulin Les Éventées.
  • Les nombreux châteaux privés aux alentours de la commune.
  • Statue de Jeanne d'Arc par Lucienne Signoret-Ledieu (1858-1904), commandée à l'artiste par la ville pour célébrer l'anniversaire de la ville par la sainte.
Religieux
  • la porte de l’ancien prieuré bénédictin (1640).
  • Le cloître de l’ancien couvent des Ursulines (1647).

Saint-Pierre-le-Moûtier est également ville étape sur l’itinéraire des pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. La commanderie de Bou, Saint-Jean de Boucq, dite aussi de Bout. 46° 46′ 00″ N, 3° 06′ 46″ E. Faisait partie des membres de la commanderie des Bordes au XVIIe siècle[11].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Baudiau 1965, p. 572
  2. Martin 1990, p. 146
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Saint-Pierre-le-Moûtier », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 5 août 2012)
  4. Abbé Jacques-François Baudiau, op.cit, t.II,p.152.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun, Charte N°: XVIII.
  10. Dépliant touristique du diocèse de Nevers, Visitez les églises de la Nièvre, Pastorale Tourisme & Loisirs, 2013
  11. Émile Le Goazre (comte de Toulgoët-Tréanna), « Les commanderies de Malte en Berry », Mémoires de la Société des antiquaires du Centre, vol. XXXI,‎ 1907-1908, p. 133-134, disponible sur Gallica

Annexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]