Marcillac-Vallon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour le vin, voir Marcillac (AOC).

Marcillac-Vallon
Marcillac-Vallon
Vue sur Marcillac-Vallon.
Blason de Marcillac-Vallon
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aveyron
Arrondissement Rodez
Canton Vallon
Intercommunalité Communauté de communes Conques-Marcillac
(siège)
Maire
Mandat
Anne Gaben-Toutant
2014-2020
Code postal 12330
Code commune 12138
Démographie
Gentilé Marcillacois(e)
Population
municipale
1 683 hab. (2015 en augmentation de 0,96 % par rapport à 2010)
Densité 115 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 28′ 29″ nord, 2° 27′ 55″ est
Altitude Min. 275 m
Max. 534 m
Superficie 14,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative de l'Aveyron
City locator 14.svg
Marcillac-Vallon

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique de l'Aveyron
City locator 14.svg
Marcillac-Vallon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marcillac-Vallon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marcillac-Vallon

Marcillac-Vallon est une commune française située dans le département de l'Aveyron, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Nauviale Mouret Rose des vents
Saint-Christophe-Vallon N
O    Marcillac-Vallon    E
S
Valady Salles-la-Source

Site[modifier | modifier le code]

Marcillac-Vallon est située au nord-ouest du département, dans l'espace urbain Rodez-Decazeville au confluent de l'Ady et du Créneau, dans le vallon de Marcillac

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La première mention du bourg remonte au XIe siècle. Il aurait été donné par un seigneur du Rouergue au prieuré de Conques. À partir du XIIIe siècle, le bourg de Marcillac-Vallon est dirigé par des consuls. En 1351, la ville est protégée par une enceinte[1].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Jacquerie de 1643[modifier | modifier le code]

La jacquerie des croquants menée par Bernard Calmels est partie de Marcillac en juin 1643. Les révoltés ont échoué devant Villefranche-de-Rouergue. Bernard Calmels a été capturé à Najac, jugé et roué vif. Sa tête a été exposée au bout d'un pic sur une tour de Marcillac d'où était partie la révolte[2].

L'apogée du village[modifier | modifier le code]

Au XVe siècle, des maisons nobles sont construites dans le village qui connaît alors son apogée grâce à ses foires et à l'ouverture d'une école religieuse. Marcillac s'est également étendu durant le XVIIe et le XVIIIe siècle créant son faubourg le long du Cruou[1].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

À la fin du XIXe siècle, la population de Marcillac-Vallon est à son apogée. On compte plus de 2000 personnes, en partie grâce au développement de l'exploitation du minerai de fer[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Marcillac-Vallon.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1936 1950 Jean Lacaze    
1950 1977 Jean Auzel Rad. Conseiller général
1977 1983 Henri Périé RI puis RPR Conseiller général
1983 1985 François Retournard   démissionnaire
1985 2001 Joseph Monestier UDF Notaire, conseiller général
2001 2014 Jacques Raynal DVD Maire
2014 en cours Anne Gaben-Toutant PS Retraitée
Conseillère générale puis départementale

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5].

En 2015, la commune comptait 1 683 habitants[Note 1], en augmentation de 0,96 % par rapport à 2010 (Aveyron : +0,85 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3181 2161 3831 4281 6031 7361 5751 7861 803
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 8581 9741 9901 9592 0041 7991 9001 7371 622
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5951 5511 6321 3461 3051 2021 2361 2731 172
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
1 1841 3701 4931 5641 4851 5321 6131 6611 683
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Vignoble de Marcillac[modifier | modifier le code]

Vignoble AOC Marcillac à Clairvaux-d'Aveyron.
Article détaillé : Marcillac (AOC).

Le vignoble est situé à 20 km au nord-ouest de Rodez. L'aire de production s'étend sur les communes de Marcillac-Vallon, Balsac, Clairvaux-d'Aveyron, Goutrens, Mouret, Nauviale, Pruines, Salles-la-Source, Saint-Cyprien-sur-Dourdou, Saint-Christophe-Vallon et Valady.

En 1965 une poignée de producteurs ont décidé de réagir avant l'extinction complète du vignoble. Ils décidèrent de postuler pour être classé VDQS, sortir de l'anonymat et se motiver. Ils ont réaménagé le vignoble pour mécaniser à minima les travaux en créant des terrasses étroites (des faisses en Rouergat). En 1990, ils ont tout naturellement obtenu la protection de l'appellation par le biais de l'AOC.

Filtrauto[modifier | modifier le code]

Filtrauto est une filiale du groupe S.O.G.E.F.I. C'est l'une des entreprises qui emploie le plus de personnes à Marcillac-Vallon. Elle construit des filtres pour véhicules.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le collège public Kervallon a été construit en 1961[8] et compte 396 élèves à la rentrée 2017[9]. Il est situé aux abords de Marcillac-Vallon.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Chapelle Notre-Dame de Foncourrieu[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chapelle Notre-Dame de Foncourrieu.

 Inscrit MH (1988)[10]

Manoir de Curlande[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Manoir de Curlande.

 Inscrit MH (2001)[11]

Chapelle des Pénitents[modifier | modifier le code]

Vers 1600, la confrérie des Pénitents Blancs s'établit à Marcillac. La chapelle a été construite en 1666. Aujourd'hui, cette chapelle est le point de départ de la Saint-Bourrou, la fête du vin qui a lieu pendant le week-end de Pentecôte[1].

Église Saint Martial[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martial de Marcillac-Vallon a été construite à la fin du XIVe siècle[1]. Elle est située au cœur de Marcillac-Vallon.

Monument aux morts[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Marcillac-Vallon se situe sur le quai du Cruou (rue parallèle au tour de ville). Il a été réalisé par Joseph Mallet en 1923. Il représente un vigneron qui pleure ses morts avec à ses pieds ses instruments de travail spéciaux : le panier de vendanges, le coussin et la pioche à deux dents[12],[13].

Monument aux morts de la Shoah[modifier | modifier le code]

En mémoire des victimes de la Shoah, une plaque commémorative exposée contre le mur extérieur de la salle des fêtes de Marcillac-Vallon a été inaugurée le 24 janvier 2008 par Serge Klarsfeld. Elle regroupe les noms des 25 Juifs tués dans le Vallon en 1942 et 1943 pendant la Seconde Guerre mondiale.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la commune de Marcillac-Vallon

Les armes de la commune de Marcillac-Vallon se blasonnent ainsi :
De gueules au lion issant d'or, tenant une grappe de raisin du même, au chef parti au I d'azur semé de fleurs de lys d'or au chef du même et au II d'argent au sautoir de gueules.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (oc + fr) Christian-Pierre Bedel (préf. José Monestier), Marcilhac : Balsac, Claravals, Moret, Muret, Nòuviala, Prunas, Salas-Comtals, Sent-Cristòfa, Valadin / Christian-Pierre Bedel e los estatjants del canton de Marcilhac, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton », , 392 p., ill., couv. ill. ; 28 cm (ISBN 2-907279-52-1, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF38803935)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e MagicSite, « marcillac.fr - Histoire et Patrimoine », sur www.marcillacvallon.fr (consulté le 20 octobre 2017)
  2. « La révolte des Croquants »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur marcillac-histoire.over-blog.com (consulté le 16 janvier 2015)
  3. « Liste des maires de Marcillac (nouveau régime) »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur www.marcillac-vallon.fr (consulté le 16 janvier 2015)
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  8. « Une page de l'histoire locale : l'aventure du collège public », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne)
  9. « Rentrée scolaire à Kervallon, d'abord les sixièmes… », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne)
  10. Notice no PA00094053, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. Notice no PA12000022, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « Le Monument aux Morts de Marcillac », Marcillac-Vallon (Aveyron),‎ (lire en ligne)
  13. « Marcillac-Vallon. Souvenir de l'inauguration du monument aux morts en 1925 », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne)