Aller au contenu

Mouret (Aveyron)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mouret
Mouret (Aveyron)
Le château de la Servayrie.
Blason de Mouret
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aveyron
Arrondissement Rodez
Intercommunalité Communauté de communes Conques-Marcillac
Maire
Mandat
Gabriel Issalys
2020-2026
Code postal 12330
Code commune 12161
Démographie
Gentilé Mouretois(e)
Population
municipale
551 hab. (2021 en augmentation de 2,99 % par rapport à 2015)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 31′ 05″ nord, 2° 30′ 56″ est
Altitude Min. 269 m
Max. 608 m
Superficie 31,61 km2
Type Commune rurale à habitat très dispersé
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Rodez
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Vallon
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Mouret
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Mouret
Géolocalisation sur la carte : Aveyron
Voir sur la carte topographique de l'Aveyron
Mouret
Géolocalisation sur la carte : Occitanie (région administrative)
Voir sur la carte administrative d'Occitanie (région administrative)
Mouret

Mouret est une commune française située dans le département de l'Aveyron en région Occitanie.

Le patrimoine architectural de la commune comprend un immeuble protégé au titre des monuments historiques : le château de la Servayrie, classé en 1995[1].

Géographie

[modifier | modifier le code]

Localisation

[modifier | modifier le code]

La commune de Mouret est dans le nord du département de l'Aveyron. Rodez est à 30 minutes (25 km) au sud, Decazeville à 30 minutes (28 km) à l'ouest, Conques à 25 minutes (21 km) au nord-ouest[2].

Le village est à environ 330 à 335 m d'altitude sur un escarpement bordant le côté sud (rive gauche) de la vallée du Dourdou de Conques (270 m d'altitude), rivière qui forme la limite nord-ouest de la commune avec celle de Pruines. Son affluent de rive gauche le ruisseau de Cadigars prend source à la limite de commune avec Villecomtal et traverse la commune d'est en ouest, confluant avec le Dourdou au nord du village de Mouret. Ces deux cours d'eau encadrent l'escarpement de Mouret à l'est, au nord et à l'ouest. En aval de Mouret, le Dourdou reçoit de nombreux petits affluents saisonniers qui ont profondément entaillé le coteau[3].

La petite route départementale D22 passe du village, en rive droite du Dourdou[3].

Communes limitrophes

[modifier | modifier le code]

Mouret est limitrophe avec les communes de Villecomtal, Saint-Félix-de-Lunel, Pruines, Marcillac, Salles la Source, Nauviale et Muret-le-Château[3].

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Hydrographie

[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique

[modifier | modifier le code]
Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Mouret.

La commune est drainée par le Dourdou de Conques, le ruisseau de Cruou, le ruisseau de Servan, le ruisseau de Bruejouls, le ruisseau de Cadigars, le ruisseau de Fouillet et par divers petits cours d'eau[4].

Le Dourdou de Conques, d'une longueur totale de 83,7 km, prend sa source dans la commune de Lassouts et se jette dans le Lot à Conques-en-Rouergue, après avoir arrosé 12 communes[5].

Gestion des cours d'eau

[modifier | modifier le code]

La gestion des cours d’eau situés dans le bassin de l’Aveyron est assurée par l’établissement public d'aménagement et de gestion des eaux (EPAGE) Aveyron amont, créé le , en remplacement du syndicat mixte du bassin versant Aveyron amont[6],[7],[8].

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique altéré, selon une étude s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[9]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat de montagne et est dans la région climatique Sud-est du Massif Central, caractérisée par une pluviométrie annuelle de 1 000 à 1 500 mm, minimale en été, maximale en automne[10].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 12,5 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 16,3 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 974 mm, avec 11,1 jours de précipitations en janvier et 6,3 jours en juillet[9]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Salles-la-Source à 9 km à vol d'oiseau[11], est de 11,1 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 869,1 mm[12],[13]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[14].

Milieux naturels et biodiversité

[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal de Mouret comprend une ZNIEFF de type 1[Note 1],[15], les « Coteaux et Vallon du créneau et du cruou » (569 ha), couvrant 4 communes du département[16] , et une ZNIEFF de type 2[Note 2],[15], la « Vallée du Dourdou » (5 964 ha), qui s'étend sur 16 communes de l'Aveyron[17].

Au , Mouret est catégorisée commune rurale à habitat très dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à 7 niveaux définie par l'Insee en 2022[18]. Elle est située hors unité urbaine[I 1]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Rodez, dont elle est une commune de la couronne[Note 3],[I 1]. Cette aire, qui regroupe 68 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[19],[20].

Occupation des sols

[modifier | modifier le code]
Infrastructures et occupation des sols de la commune de Mouret.

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (50,8 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (42,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (40,9 %), zones agricoles hétérogènes (27,4 %), prairies (20,5 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (9,9 %), zones urbanisées (1,1 %), terres arables (0,2 %)[21].

Planification

[modifier | modifier le code]

La loi SRU du a incité fortement les communes à se regrouper au sein d’un établissement public, pour déterminer les partis d’aménagement de l’espace au sein d’un SCoT, un document essentiel d’orientation stratégique des politiques publiques à une grande échelle. La commune est dans le territoire du SCoT du Centre Ouest Aveyron approuvé en février 2020. La structure porteuse est le Pôle d'équilibre territorial et rural Centre Ouest Aveyron, qui associe neuf EPCI, notamment la communauté de communes Conques-Marcillac, dont la commune est membre[22].

La commune disposait en 2017 d'une carte communale approuvée[23].

Risques majeurs

[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Mouret est vulnérable à différents aléas naturels : inondations, climatiques (hiver exceptionnel ou canicule), feux de forêts et séisme (sismicité faible). Il est également exposé à deux risques particuliers, les risques radon et minier[24],[25].

Risques naturels

[modifier | modifier le code]
Zones inondables de la commune de Mouret.

Certaines parties du territoire communal sont susceptibles d’être affectées par le risque d’inondation par débordement du Dourdou de Conques. Les dernières grandes crues historiques, ayant touché plusieurs parties du département, remontent aux 3 et (dans le bassin du Lot, de l'Aveyron, du Viaur et du Tarn) et au (bassins de la Sorgues et du Dourdou)[26]. Ce risque est pris en compte dans l'aménagement du territoire de la commune par le biais du Plan de prévention du risque inondation (PPRI) du bassin du « Dourdou de Conques Amont»[27], approuvé le 27 octobre 2014[28].

Le Plan départemental de protection des forêts contre les incendies découpe le département de l’Aveyron en sept « bassins de risque » et définit une sensibilité des communes à l’aléa feux de forêt (de faible à très forte). La commune est classée en sensibilité moyenne[29].

Les mouvements de terrains susceptibles de se produire sur la commune sont liés au retrait-gonflement des argiles[24], conséquence d'un changement d'humidité des sols argileux. Les argiles sont capables de fixer l'eau disponible mais aussi de la perdre en se rétractant en cas de sécheresse[30]. Ce phénomène peut provoquer des dégâts très importants sur les constructions (fissures, déformations des ouvertures) pouvant rendre inhabitables certains locaux. La carte de zonage de cet aléa peut être consultée sur le site de l'observatoire national des risques naturels Georisques[31]

Risques particuliers

[modifier | modifier le code]

La commune est concernée par le risque minier, principalement lié à l’évolution des cavités souterraines laissées à l’abandon et sans entretien après l’exploitation des mines[32].

Dans plusieurs parties du territoire national, le radon, accumulé dans certains logements ou autres locaux, peut constituer une source significative d’exposition de la population aux rayonnements ionisants. Toutes les communes du département sont concernées par le risque radon à un niveau plus ou moins élevé. Selon le dossier départemental des risques majeurs du département établi en 2013, la commune de Mouret est classée à risque moyen à élevé[33]. Un décret du a modifié la terminologie du zonage définie dans le code de la santé publique[34] et a été complété par un arrêté du portant délimitation des zones à potentiel radon du territoire français. La commune est désormais en zone 3, à savoir zone à potentiel radon significatif[35].

En 1294 un arbitrage a lieu entre les tuteurs de Marie de Beaumarchais fille d'Eustache de Beaumarchais d'une part, et le comte de Rodez Henri II d'autre part ; le document suggère la possibilité d'un différend à propos du contrôle de la transhumance vers l'Aubrac passant par le pont sur le Dourdou[36],[n 1].

Politique et administration

[modifier | modifier le code]

Découpage territorial

[modifier | modifier le code]

La commune de Mouret est membre de la communauté de communes Conques-Marcillac[I 1], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Marcillac-Vallon. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[41].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Rodez, au département de l'Aveyron et à la région Occitanie[I 1]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton du Vallon pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[I 1], et de la première circonscription de l'Aveyron pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[42].

Élections municipales et communautaires

[modifier | modifier le code]

Élections de 2020

[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Mouret, commune de moins de 1 000 habitants, est élu au scrutin majoritaire plurinominal à deux tours[43] avec candidatures isolées ou groupées et possibilité de panachage[44]. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges à pourvoir lors des élections municipales de 2020 est de 15. La totalité des quinze candidats en lice[45] est élue dès le premier tour, le , avec un taux de participation de 61,18 %[46]. Gabriel Issalys, maire sortant, est réélu pour un nouveau mandat le [47].

Dans les communes de moins de 1 000 habitants, les conseillers communautaires sont désignés parmi les conseillers municipaux élus en suivant l’ordre du tableau (maire, adjoints puis conseillers municipaux) et dans la limite du nombre de sièges attribués à la commune au sein du conseil communautaire[48]. Deux sièges sont attribués à la commune au sein de la communauté de communes Conques-Marcillac[49].

Liste des maires

[modifier | modifier le code]
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1792 1795 Marc Antoine Calvet    
1795 1798 Mathieu Gales    
1798 1799 Gaspard de Camboulas    
1799 1814 Jean Antoine Passelac    
1814 1815 Augustin Bruguière    
1815 1830 Gaspard de Camboulas    
1830 1862 Marc Calvet (fils)    
1862 1884 Amans Foulquier    
1884 1896 Antoine Auréjac    
1896 1912 Joseph Devaurs    
1912 1921 Pierre Romieu    
1921 1923 Pierre Jean Foulquier    
1923 1924 Antoine Bories    
1924 1925 Henri Lestrade    
1925 1928 François Combettes   Agriculteur
1928 1929 Adrien Auréjac (dit Le Pages)   Agriculteur
1929 1945 Henri Bonhoure SE Agriculteur
1945 1959 Édouard Combettes Rad. Agriculteur
1959 1971 Édouard Costes SE Agriculteur
1971 2001 Jean Costes SE Entrepreneur
2001 En cours Gabriel Issalys[50],[51]   Ancien cadre
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie

[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[52]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[53].

En 2021, la commune comptait 551 habitants[Note 4], en augmentation de 2,99 % par rapport à 2015 (Aveyron : +0,17 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5826141 2871 3241 2211 2971 3231 3191 463
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3741 4291 4991 5131 5231 5051 4711 4221 268
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2771 1601 1001 097949892834747670
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
626594545505464476546553510
2015 2020 2021 - - - - - -
535549551------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[54] puis Insee à partir de 2006[55].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2018 (données Insee publiées en ), la commune compte 215 ménages fiscaux[Note 5], regroupant 508 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 20 790 [I 2] (20 640  dans le département[I 3]).

Taux de chômage
Division 2008 2013 2018
Commune[I 4] 2,3 % 7,2 % 5,5 %
Département[I 5] 5,4 % 7,1 % 7,1 %
France entière[I 6] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 325 personnes, parmi lesquelles on compte 81,5 % d'actifs (76 % ayant un emploi et 5,5 % de chômeurs) et 18,5 % d'inactifs[Note 6],[I 4]. Depuis 2008, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est inférieur à celui de la France et du département.

La commune fait partie de la couronne de l'aire d'attraction de Rodez, du fait qu'au moins 15 % des actifs travaillent dans le pôle[Carte 1],[I 7]. Elle compte 76 emplois en 2018, contre 83 en 2013 et 89 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 251, soit un indicateur de concentration d'emploi de 30,3 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 60,6 %[I 8].

Sur ces 251 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 62 travaillent dans la commune, soit 25 % des habitants[I 9]. Pour se rendre au travail, 83,5 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 3,2 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 13,4 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 10].

Activités hors agriculture

[modifier | modifier le code]

35 établissements[Note 7] sont implantés à Mouret au . Le tableau ci-dessous en détaille le nombre par secteur d'activité et compare les ratios avec ceux du département[Note 8],[I 11].

Secteur d'activité Commune Département
Nombre % %
Ensemble 35
Industrie manufacturière,
industries extractives et autres
7 20 % (17,7 %)
Construction 8 22,9 % (13 %)
Commerce de gros et de détail,
transports, hébergement et restauration
8 22,9 % (27,5 %)
Information et communication 1 2,9 % (1,5 %)
Activités immobilières 2 5,7 % (4,2 %)
Activités spécialisées, scientifiques et techniques
et activités de services administratifs et de soutien
2 5,7 % (12,4 %)
Administration publique, enseignement,
santé humaine et action sociale
1 2,9 % (12,7 %)
Autres activités de services 6 17,1 % (7,8 %)

Le secteur du commerce de gros et de détail, des transports, de l'hébergement et de la restauration est prépondérant sur la commune puisqu'il représente 22,9 % du nombre total d'établissements de la commune (8 sur les 35 entreprises implantées à Mouret), contre 27,5 % au niveau départemental[I 12].

Agriculture

[modifier | modifier le code]

La commune est dans le Rougier de Marcillac, une petite région agricole située dans le nord-ouest du département de l'Aveyronet correspondant au haut bassin du Dourdou de Conques[56]. En 2020, l'orientation technico-économique de l'agriculture[Note 9] sur la commune est l'élevage d'équidés et/ou d' autres herbivores[Carte 2].

1988 2000 2010 2020
Exploitations 72 48 44 41
SAU[Note 10] (ha) 1 703 1 741 1 852 1 509

Le nombre d'exploitations agricoles en activité et ayant leur siège dans la commune est passé de 72 lors du recensement agricole de 1988[Note 11] à 48 en 2000 puis à 44 en 2010[58] et enfin à 41 en 2020[Carte 3], soit une baisse de 43 % en 32 ans. Le même mouvement est observé à l'échelle du département qui a perdu pendant cette période 51 % de ses exploitations[59],[Carte 4]. La surface agricole utilisée sur la commune a également diminué, passant de 1 703 ha en 1988 à 1 509 ha en 2020[Carte 5]. Parallèlement la surface agricole utilisée moyenne par exploitation a augmenté, passant de 24 à 37 ha[58].

Culture locale et patrimoine

[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments

[modifier | modifier le code]

Situé à Mouret, le château de la Servayrie fait partie intégrante de La Route des Seigneurs du Rouergue et de La Route du Roman. Il a été classé monument historique en 1995[60] et a été rénové il y a peu[Quand ?]. Il offre un panorama sur la vallée du Dourdou de Conques et les villages environnants : Villecomtal, Pruines et le Grand-Mas. Ce château fut la propriété de trois familles différentes du XIIe siècle au XVIIe siècle. Trois autres châteaux existaient dans le village de Mouret. Le plus ancien dit Castel Viel a été redécouvert à l'occasion de fouilles archéologiques récentes, à l'emplacement de la motte située au centre du village. Une partie d'un autre château dit "de Reilhac" est également visible, bien que non restauré. Cette tour faisait partie d'un ensemble plus important. Elle a été édifiée au XIVe siècle par un abbé de Conques. Le dernier, le château Mage était situé à l'entrée du village. Il a complètement disparu. Enfin le paysage architectural du lieu était complété par une très belle église romane qui, en ruines, a malheureusement été détruite dans les années 1960. Le village offre aussi la particularité de conserver des vestiges importants de maisons médiévales. Il correspond à un castrum typique de coseigneurie.

Le Grand-Mas

[modifier | modifier le code]

Le Grand-Mas possède une église fondée au milieu du XVIe siècle et une chapelle dédiée à saint Jean le Froid qui, du haut de son pic, offre une vue sur le village de Marcillac et les vignes du vin de Marcillac. Outre ces deux villages, la commune est également caractérisée par un peuplement dispersé sous la forme de mas.

Personnalités liées à la commune

[modifier | modifier le code]

Héraldique

[modifier | modifier le code]
Blason de Mouret Blason
Écartelé : au 1er et 4e de gueules plain, au 2e de sable plain, au 3e palé de gueules et d’or de six pièces, à une tour d’argent maçonnée de sable, chargée d’une croix de Malte de gueules, brochant sur la partition, au chef cousu d’azur chargé d’un flocon de neige d’agent, accosté de deux têtes de brebis, affrontées et arrachées du même.
Détails
Mouret est essentiellement formé de deux villages : Mouret et Le-grand-Mas. Le premier est figuré par la partie basse de l’écu et le second par le chef.

Mouret était une ancienne place forte où se sont successivement dressés quatre châteaux. C’est ce qui explique la coupure en écartelé et la tour qui touche les quatre cantons (carrés) ainsi créés.

Celui de Servayrie fait l’objet d’une campagne de restauration. Il a notamment appartenu à la famille d’Entraigues dont les armoiries sont De gueules, à la tour maçonnée d’argent. C’est la raison du premier canton de gueules. La reprise intégrale des armes de famille étant interdite pour les municipalités, il suffit d’en reprendre un ou plusieurs éléments.

Le plus vieux des châteaux porte le nom de Castel-Viel. En ruines, il a été fondé par la famille Mouret. Ce nom venant du latin « More », qui désigne une personne à la peau foncée, cela explique le second canton de couleur sable (noir).

Il y a ensuite les ruines du château de Reilhac qui a appartenu à la même famille et dont les armoiries sont Palé de gueules et d’or de six pièces, figurant dans le troisième canton. La remarque concernant la reprise des armes de famille est valable ici aussi.

Le dernier château était appelé Mage. Il n’en reste plus que la motte. Il a notamment appartenu à la famille de La Roque dont les armoiries sont Écartelés au 1er et 4e de gueules, à la tour d’argent, au 2e et 3e d’azur, à trois bandes d’or. C’est la raison du quatrième canton de gueules. La remarque concernant les blasons de famille est valable ici aussi.

La croix de Malte sur la tour indique qu’il y avait une commanderie de templiers au lieu-dit Les-landes ou le Commandeur.

Le flocon de neige et les têtes de brebis traduisent le nom de Saint-Jean-Le-Froid, chapelle édifiée sur l’ancien territoire de Le-Grand-Mas et d’où l’on a une vue imposante. Les brebis indiquent également la présence d’élevage ovins sur la commune.

Les ornements sont deux pampres de sinople, fruités de pourpre, mis en sautoir par la pointe, liés d’or, afin d’honorer la viticulture et son vin AOC.

Le listel d'argent porte le nom de la commune en lettres majuscules de sable.

La couronne de tours dit que l’écu est celui d’une commune ; elle n’a rien à voir avec des fortifications[62].
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Bibliographie

[modifier | modifier le code]
  • (oc + fr) Christian-Pierre Bedel (préf. José Monestier), Marcilhac : Balsac, Claravals, Moret, Muret, Nòuviala, Prunas, Salas-Comtals, Sent-Cristòfa, Valadin / Christian-Pierre Bedel e los estatjants del canton de Marcilhac, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton », , 392 p., ill., couv. ill. ; 28 cm (ISBN 2-907279-52-1, ISSN 1151-8375, BNF 38803935)

Articles connexes

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références

[modifier | modifier le code]

Notes et cartes

[modifier | modifier le code]
  • Notes
  1. Selon la carte IGN, cinq ponts sur le Dourdou existent sur la commune de Mouret : celui près de Mouret au nord du village sur la D548[3] ; deux ponts à l'ouest de Mouret, l'un près du Langousty[37] et l'autre près de la Loubatière[38] ; deux ponts au nord-est de Mouret, l'un près de Servaires[39] et l'autre près de Raynaldes[40]. Nous ne connaissons pas leurs dates de construction ou celles de ponts qui ont pu les précéder ; il nous est donc impossible de préciser quel pont était l'enjeu du différend de 1294.
  1. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  2. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  5. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  6. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  7. L'établissement, au sens de l’Insee, est une unité de production géographiquement individualisée, mais juridiquement dépendante de l'unité légale. Il produit des biens ou des services.
  8. Le champ de ce tableau couvre les activités marchandes hors agriculture.
  9. L'orientation technico-économique est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  10. Les données relatives à la surface agricole utilisée (SAU) sont localisées à la commune où se situe le lieu principal de production de chaque exploitation. Les chiffres d'une commune doivent donc être interprétés avec prudence, une exploitation pouvant exercer son activité sur plusieurs communes, ou plusieurs départements voire plusieurs régions.
  11. Le recensement agricole est une opération décennale européenne et obligatoire qui a pour objectif d'actualiser les données sur l'agriculture française et de mesurer son poids dans l'agriculture européenne[57].
  • Cartes
  1. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).
  2. « Recensement agricole 2020 - Carte de la spécialisation de la production agricole par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Recensement agricole 2020 - Carte du nombre d'exploitations et de la surface agricole utilisée (SAU) moyenne par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Recensement agricole 2020 - Carte du nombre d'exploitations et de la surface agricole utilisée par département », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Recensement agricole 2020 - Carte de la surface agricole utilisée (SAU) par commune et de la SAU moyenne », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
Notes sur la démographie

Références

[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee

[modifier | modifier le code]

Autres sources

[modifier | modifier le code]
  1. « Le « castrum » de Mouret | HADÈS Archéologie », sur hades-archeologie.com (consulté le ).
  2. « Mouret », sur google.fr/maps. Les distances par route entre deux points donnés sont calculées dans le panneau latéral (voir l'onglet en haut à gauche de l'écran) – cliquer sur "Itinéraires".
  3. a b c et d « Mouret (Aveyron), carte interactive » sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques », « Limites administratives » et « Hydrographie » activées.
  4. « Fiche communale de Mouret », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Occitanie (consulté le ).
  5. Sandre, « le Dourdou de Conques »
  6. « EPAGE Aveyron amont », sur banatic.interieur.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Aveyron amont », sur gesteau.fr (consulté le ).
  8. site officiel du SMB2
  9. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  10. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  11. « Orthodromie entre Mouret et Salles-la-Source », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station Météo-France « Rodez-Aveyron » (commune de Salles-la-Source) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  13. « Station Météo-France « Rodez-Aveyron » (commune de Salles-la-Source) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  14. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  15. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Mouret », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  16. « ZNIEFF les « Coteaux et Vallon du créneau et du cruou » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  17. « ZNIEFF la « Vallée du Dourdou » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  18. « La grille communale de densité », sur le site de l’Insee, (consulté le ).
  19. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Rodez », sur insee.fr (consulté le ).
  20. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  21. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur statistiques.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  22. « Le SCOT du Centre Ouest Aveyron - documents », sur scot-centre-ouest-aveyron.proscot-eau.fr (consulté le ).
  23. « Etat par commune des POS, PLU et cartes communales », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  24. a et b [PDF]« Le Dossier Départemental des Risques Majeurs (DDRM) de l'Aveyron - Liste des risques par commune », sur aveyron.gouv.fr (consulté le ).
  25. « Les risques près de chez moi - commune de Mouret », sur Géorisques (consulté le ).
  26. [PDF]« Dossier départemental des risques majeurs de l’Aveyron – risque d’inondation », sur le site de la préfecture de l’Aveyron (consulté le ).
  27. « Dossier PPRI », sur le site de la préfecture de l’Aveyron (consulté le ).
  28. [PDF]« Arrêté préfectoral d’approbation du PPRI », sur le site de la préfecture de l’Aveyron (consulté le ).
  29. « Dossier départemental des risques majeurs de l’Aveyron - Le risque feu de forêt », sur le site de la préfecture départementale (consulté le ).
  30. « Argiles - Aléa retrait-gonflement des argiles - Description du phénomène », sur le site « Géorisques » du ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le ).
  31. « Carte de zonage de l'aléa retrait-gonflement des argiles sur la commune de Mouret »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur georisques.gouv.fr (consulté le ).
  32. [PDF]« Dossier départemental des risques majeurs de l'Aveyron - le risque minier », sur le site de la préfecture de l’Aveyron (consulté le ).
  33. [PDF]« Dossier départemental des risques majeurs de l'Aveyron - le risque radon », sur le site de la préfecture de l’Aveyron (consulté le ).
  34. « Article R1333-29 du code de la Santé publique », sur legifrance.gouv.fr (consulté le ).
  35. « Arrêté du 27 juin 2018 portant délimitation des zones à potentiel radon du territoire français », sur legifrance.gouv.fr (consulté le ).
  36. Nelly Pousthomis-Dalle, Gérard Pradalié, Guilhem Ferrand, Sylvie Campech, Florence Escande, Florent Hautefeuille, Bernard Pousthomis et Pierrick Stephant, « Mouret en Rouergue : un castrum, des châteaux », Archéologie du Midi Médiéval, no 4 « Supplément : Résidences aristocratiques, résidences du pouvoir entre Loire et Pyrénées, Xe – XVe siècles. Recherches archéologiques récentes, 1987-2002 »,‎ , p. 307-324 (lire en ligne [sur persee], consulté le ), p. 320.
  37. « Pont près de Langousty de Mouret, carte interactive » sur Géoportail.
  38. « Pont près de la Loubatière à l'ouest de Mouret, carte interactive » sur Géoportail.
  39. « Pont près de Servaires au nord-est de Mouret, carte interactive » sur Géoportail.
  40. « Pont près de Raynaldes au nord-ouest de Mouret, carte interactive » sur Géoportail.
  41. « communauté de communes Conques-Marcillac - fiche descriptive au 10 octobre 2020 », sur banatic.interieur.gouv.fr (consulté le ).
  42. « Découpage électoral de l'Aveyron (avant et après la réforme de 2010) », sur politiquemania.com (consulté le ).
  43. Article L. 252 du Code électoral
  44. « Municipales : le mode de scrutin dans les communes de moins de 1000 habitants », sur vie-publique.fr, (consulté le ).
  45. « Candidatures au 1er tour pour Mouret », sur site du ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  46. « Résultats du 1er tour pour Mouret », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  47. « Répertoire national des élus - version du 3 septembre 2020 », sur data.gouv.fr (consulté le ).
  48. « Conseillers communautaires : les règles de l'élection », sur vie-publique.fr (consulté le ).
  49. « Les élus de l'intercommunalité », sur cc-conques-marcillac.fr (consulté le ).
  50. « Résultats des élections municipales 2020 - Maire sortant », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le ).
  51. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  52. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  53. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  54. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  55. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  56. « Les régions agricoles (RA), petites régions agricoles(PRA) - Année de référence : 2017 », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  57. Présentation des premiers résultats du recensement agricole 2020, Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, 10 décembre 2021
  58. a et b « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Mouret - Données générales », sur recensement-agricole.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  59. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans le département de l'Aveyron » (consulté le ).
  60. Notice no PA00125556, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  61. AGORHA - Bases de données de l'Institut national d'histoire de l'art, Arnal, Léon, (lire en ligne)
  62. « 12161 Mouret (Aveyron) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).