Mouret (Aveyron)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mouret.

Mouret
Mouret (Aveyron)
Le château de la Servairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aveyron
Arrondissement Rodez
Canton Vallon
Intercommunalité Communauté de communes Conques-Marcillac
Maire
Mandat
Gabriel Issalys
2014-2020
Code postal 12330
Code commune 12161
Démographie
Gentilé Mouretois(e)
Population
municipale
536 hab. (2016 en augmentation de 4,48 % par rapport à 2011)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 31′ 05″ nord, 2° 30′ 56″ est
Altitude Min. 269 m
Max. 608 m
Superficie 31,61 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative de l'Aveyron
City locator 14.svg
Mouret

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique de l'Aveyron
City locator 14.svg
Mouret

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mouret

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mouret

Mouret est une commune française située dans le département de l'Aveyron en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Mouret est dans le nord du département de l'Aveyron. Rodez est à 35 minutes (25 km) au sud, Decazeville à 30 minutes (28 km) à l'ouest, Conques à 25 minutes (21 km) au nord-ouest[1].

Le village est à environ 330 à 335 m d'altitude sur un escarpement bordant le côté sud (rive gauche) de la vallée du Dourdou de Conques (270 m d'altitude), rivière qui forme la limite nord-ouest de la commune avec celle de Pruines. Son affluent de rive gauche le ruisseau de Cadigars prend source à la limite de commune avec Villecomtal et traverse la commune d'est en ouest, confluant avec le Dourdou au nord du village de Mouret. Ces deux cours d'eau encadrent l'escarpement de Mouret à l'est, au nord et à l'ouest. En aval de Mouret, le Dourdou reçoit de nombreux petits affluents saisonniers qui ont profondément entaillé le coteau[2].

La petite route départementale D22 passe du village, en rive droite du Dourdou[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Mouret est limitrophe avec les communes de Villecomtal, Pruines, Marcillac, Salles la Source, Nauviale et Muret-le-Château[2].

Rose des vents Pruines Saint-Félix-de-Lunel Villecomtal Rose des vents
Nauviale N
O    Mouret    E
S
Marcillac-Vallon Salles-la-Source Muret-le-Château
plan de localisation de la commune parmi ses voisines

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1294 un arbitrage a lieu entre les tuteurs de Marie de Beaumarchais fille d'Eustache de Beaumarchais d'une part, et le comte de Rodez Henri II d'autre part ; le document suggère la possibilité d'un différend à propos du contrôle de la transhumance vers l'Aubrac passant par le pont sur le Dourdou[3],[n 1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    François Combettes   Agriculteur
    Adrien Auréjac (dit Le Pages)   Agriculteur
  1945 Henri Bonhoure SE Agriculteur
1945 1959 Édouard Combettes Rad. Agriculteur
1959   Édouard Costes SE Agriculteur
    Jean Costes SE Entrepreneur
2001 En cours Gabriel Issalys DVG Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[9].

En 2016, la commune comptait 536 habitants[Note 1], en augmentation de 4,48 % par rapport à 2011 (Aveyron : +1,05 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5826141 2871 3241 2211 2971 3231 3191 463
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3741 4291 4991 5131 5231 5051 4711 4221 268
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2771 1601 1001 097949892834747670
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
626594545505464476546510535
2016 - - - - - - - -
536--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Mouret[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Château Mage et Château de la Servayrie.

Situé à Mouret, le château de la Servayrie fait partie intégrante de La Route des Seigneurs du Rouergue et de La Route du Roman. Il a été classé monument historique en 1995[12] et a été rénové il y a peu[Quand ?]. Il offre un panorama sur la vallée du Dourdou de Conques et les villages environnants : Villecomtal, Pruines et le Grand-Mas. Ce château fut la propriété de trois familles différentes du XIIe siècle au XVIIe siècle. Trois autres châteaux existaient dans le village de Mouret. Le plus ancien dit Castel Viel a été redécouvert à l'occasion de fouilles archéologiques récentes, à l'emplacement de la motte située au centre du village. Une partie d'un autre château dit "de Reilhac" est également visible, bien que non restauré. Cette tour faisait partie d'un ensemble plus important. Elle a été édifiée au XIVe siècle par un abbé de Conques. Le dernier, le château Mage était situé à l'entrée du village. Il a complètement disparu. Enfin le paysage architectural du lieu était complété par une très belle église romane qui, en ruines, a malheureusement été détruite dans les années 1960. Le village offre aussi la particularité de conserver des vestiges importants de maisons médiévales. Il correspond à un castrum typique de coseigneurie.

Grand-Mas[modifier | modifier le code]

Le Grand-Mas possède une église fondée au milieu du XVIe siècle et une chapelle dédiée à saint Jean le Froid qui, du haut de son pic, offre une vue sur le village de Marcillac et les vignes du vin de Marcillac. Outre ces deux villages, la commune est également caractérisée par un peuplement dispersé sous la forme de mas.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (oc + fr) Christian-Pierre Bedel (préf. José Monestier), Marcilhac : Balsac, Claravals, Moret, Muret, Nòuviala, Prunas, Salas-Comtals, Sent-Cristòfa, Valadin / Christian-Pierre Bedel e los estatjants del canton de Marcilhac, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton », , 392 p., ill., couv. ill. ; 28 cm (ISBN 2-907279-52-1, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF38803935)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon la carte IGN, cinq ponts sur le Dourdou existent sur la commune de Mouret : celui près de Mouret au nord du village sur la D548[2] ; deux ponts à l'ouest de Mouret, l'un près du Langousty[4] et l'autre près de la Loubatière[5] ; deux ponts au nord-est de Mouret, l'un près de Servaires[6] et l'autre près de Raynaldes[7]. Nous ne connaissons pas leurs dates de construction ou celles de ponts qui ont pu les précéder ; il nous est donc impossible de préciser quel pont était l'enjeu du différend de 1294.
Notes sur la démographie
  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Mouret », sur google.fr/maps. Les distances par route entre deux points donnés sont calculées dans le panneau latéral (voir l'onglet en haut à gauche de l'écran) – cliquer sur "Itinéraires".
  2. a b c et d « Mouret (Aveyron), carte interactive » sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques », « Limites administratives » et « Hydrographie » activées.
  3. Nelly Pousthomis-Dalle, Gérard Pradalié, Guilhem Ferrand, Sylvie Campech, Florence Escande, Florent Hautefeuille, Bernard Pousthomis et Pierrick Stephant, « Mouret en Rouergue : un castrum, des châteaux », Archéologie du Midi Médiéval, no 4 « Supplément : Résidences aristocratiques, résidences du pouvoir entre Loire et Pyrénées, Xe-XVe siècles. Recherches archéologiques récentes, 1987-2002 »,‎ , p. 307-324 (lire en ligne [sur persee], consulté le 6 juin 2019), p. 320.
  4. « Pont près de Langousty de Mouret, carte interactive » sur Géoportail.
  5. « Pont près de la Loubatière à l'ouest de Mouret, carte interactive » sur Géoportail.
  6. « Pont près de Servaires au nord-est de Mouret, carte interactive » sur Géoportail.
  7. « Pont près de Raynaldes au nord-ouest de Mouret, carte interactive » sur Géoportail.
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  12. Notice no PA00125556, base Mérimée, ministère français de la Culture