Coulanges-la-Vineuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Coulanges-la-Vineuse
Coulanges-la-Vineuse
Mairie de Coulanges-la-Vineuse.
Blason de Coulanges-la-Vineuse
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Auxerre
Intercommunalité Communauté d'agglomération de l'Auxerrois
Maire
Mandat
Odile Maltoff
2020-2026
Code postal 89580
Code commune 89118
Démographie
Population
municipale
815 hab. (2018 en diminution de 6,96 % par rapport à 2013)
Densité 77 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 42′ 04″ nord, 3° 34′ 55″ est
Altitude Min. 115 m
Max. 292 m
Superficie 10,59 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Auxerre
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Vincelles
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Coulanges-la-Vineuse
Géolocalisation sur la carte : Yonne
Voir sur la carte topographique de l'Yonne
City locator 14.svg
Coulanges-la-Vineuse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Coulanges-la-Vineuse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Coulanges-la-Vineuse

Coulanges-la-Vineuse est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne-Franche-Comté. Elle a obtenu le label Cité de Caractère de Bourgogne-Franche-Comté[1] en 2021.

Géographie[modifier | modifier le code]

Coulanges-la-Vineuse est située à 15 km au sud d'Auxerre (11,2 km à vol d'oiseau). Le bourg est à une altitude de 193,50 m et son point culminant est le Mont-Faucon (292 m).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Escolives-Sainte-Camille Rose des vents
Jussy N Vincelles
O    Coulanges-la-Vineuse    E
S
Migé Val-de-Mercy

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Coulanges-la-Vineuse est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Auxerre, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 104 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (85,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (86,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (55,8 %), zones agricoles hétérogènes (15,4 %), cultures permanentes (14,4 %), forêts (9,7 %), zones urbanisées (4,6 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Économie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Du latin colonica. Le paysan libre obtenait le droit de s'établir dans une colonica dont il était le colon.
Des colonicæ sont apparues dès le VIIIe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'implantation de la vigne sur ce terroir remonte à l'époque gallo-romaine, comme le montre une sculpture de vendangeur découverte sur le site voisin d'Escolives-Sainte-Camille. Tout au long de l'histoire du village, la culture de la vigne est au centre de l'activité.

Le vin était exporté vers Paris sur des bateaux qui descendaient l'Yonne et la Seine. Le phylloxera détruisit le vignoble de Coulanges à la fin du XIXe siècle. Il ne reprit vie, avec des plants résistant au phylloxéra, que dans le courant du XXe siècle.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Avec Lacour, la seigneurie de Coulanges-la Vineuse[9] est donnée en dot au XIIe siècle à Alix/Adèle de Nevers, une fille de Guillaume III, comte de Nevers, Auxerre et Tonnerre, mariée au comte de Joigny Renard IV. Leur arrière-petit-fils Guillaume III de Joigny les donne à sa fille Jeanne, femme de Guillaume d'Antigny de Ste-Croix († en 1287 avant son père Henri Ier d'Antigny de Ste-Croix, le frère cadet d'Hugues IV, comte de Vienne). Leur descendance conservera la seigneurie qui rayonne sur le village voisin de Val-de-Merci. Vallan et Escolives ont eu des liens avec cette seigneurie.

Le comte de Joigny y possède une maison tenue en fief du comte d'Auxerre et en arrière-fief de la comtesse de Champagne en 1210. Dans les hommages rendus en 1221 (au comte d'Auxerre) et 1222 (à la comtesse d'Auxerre), il est mentionné le château, tout comme dans celui de 1297.

En 1248, il est procédé aux partages d'hommes (serfs) à Coulanges, appartenant au comte Guillaume de Joigny.

EN 1337, Simon de Sainte-Croix, dernier comte héréditaire de Joigny et chanoine-doyen de St-Vincent de Mâcon, fils de Jeanne de Joigny et Guillaume d'Antigny-Ste-Croix, prête hommage pour la seigneurie[10]. On y cite, outre Coulanges et Val-de-Mercy, 1000 arpents de bois et de nombreux vassaux dont Geoffroy Trouvé d'Auxerre.

Le four (1315) et les moulins de Coulanges (1315-1323) sont le siège de fiefs.

Coulanges dispose d'une prévôté en 1399. Entre 1509 et 1535 elle s'efface au profit d'un bailliage.

Après le comte Simon, † 1338, et son neveu Philippe de Ste-Croix, évêque de Mâcon en 1360-1380, Coulanges et Lacour passent à une branche cadette des Ste-Croix, les sires de Savigny-en-Revermont, notamment à Jean de Sainte-Croix de Savigny, puis au début du XVe siècle à son petit-fils maternel Humbert de Luyrieux de la Cueille (voir l'article Lacour). Coulanges est alors vendue pour six mille saluts d'or à Charles de Savoisy de Seignelay († 1420 ; Grand-bouteiller de France en 1409-1413), pour échoir ensuite à son gendre le maréchal Claude de Beauvoir de Chastellux, vicomte d'Avallon († 1453), le mari de sa fille Marie de Savoisy († 1469).

En 1434 (donc avant le traité d'Arras de 1435), Philibert de Vauldrey gouverneur de l'Auxerrois et du Tonnerrois, et François de Vaurembon, chambellan du duc de Bourgogne, viennent assiéger Coulanges entrée au pouvoir de Charles VII. Jacques d'Espailly, dit Fort-Epice, accepte de monnayer sa reddition moyennant 5 000 écus d'or et 1.700 saluts d'or. Il rend la place le 23 juin 1435[11].

La population se développant, une enceinte est édifiée (citée en 1458[12]), qui permettra durant la guerre de Cent Ans de faire face aux opérations militaires incessantes dans la région. La ville se trouve au cœur d'un vignoble actif. Elle incorpore dans son nom cette proximité qui fait sa richesse, « lès » signifiant « près de » : Coulanges-lès-Vineuses. Cette appellation durera plusieurs siècles. La ville possède des halles en 1440[13] et 1511.

Comme tout l'Auxerrois, Coulanges-la-Vineuse est très durement éprouvé lors de l'affrontement final opposant Charles le Téméraire et Louis XI. Jean de Savigny, écuyer, seigneur de Montifault, garde probablement la ville pour le duc.

Renaissance[modifier | modifier le code]

Les familles Randoin (1469) et Courgy (1469) fondent les chapelles Saint-André et Saint-Hubert dans l'église paroissiale de Coulanges-le-Vineuse. La prospérité est donc revenue.

La famille Fouldriat, issue de la ville, gère la "recette" de l'évêché et s'approche du pouvoir depuis Auxerre. Une veuve se remarie avec Etienne Gerbault, receveur du comté de Paris ; une seconde, avec Jean du Tillet, greffier en chef du Parlement. Palamedès de Fouldriat, chanoine de la sainte-Chapelle de Paris, conseiller en Parlement, choisit d'abandonner la Ligue et de rejoindre des confrères exilés à Tours. Il sera le pacificateur du Rouergue et du Quercy, et le seigneur de Champlay.

En 1568, le prince de Condé obtient la reddition de la ville après le massacre d'Irancy. Le sieur de Pesslières y tient garnison huguenote. Son coreligionnaire le comte de La Rochefoucauld (François III ?) vole le buste en argent de saint Christophe. Hubert et André Fouldriat, Jean Dautin, Jean Miguier et Jean Merlinat sont amenés à rançonner à 1 000 écus[14].

La famille de Beauvoir de Chastellux[15] possède alors, on l'a vu, la part principale de la seigneurie [le maréchal Claude rencontré ci-dessus, † en 1453, transmet à son fils < Jean de Beauvoir de Chastellux († av. 1490 ; époux de Jeanne d'Aulnay d'Arcy), lui-même père de < Philippe (x 1502 Barbe, fille de Rodolphe IV de Hochberg et Marguerite de Vienne-Ste-Croix, petite-fille de Guillaume de Vienne), dont hérite son dernier fils < Olivier Ier de Chastellux, ci-dessous, marié à Anne de Grivel de Grossouvre de Pesselières]. Elle maintient la ville dans le giron catholique. Ainsi se justifient les attaques des Huguenots les plus proches, venus de Vézelay et de Noyers. Coulanges est lourdement rançonnée.

Au moment de l'assassinat d'Henri III, des royalistes d'Auxerre se retirent de la cité épiscopale (la famille Vincent) et occupent la ville. Pour se libérer de la menace, la Ligue vient assiéger le château et y massacrer une partie de ses adversaires le 4 juin 1589 (dont les trois frères, les Auxerrois X, Jacques et Henri Crethé).

Vers 1676/1682, les Chastellux ou leurs héritiers [car la seigneurie des Chastellux s'est divisée : Olivier Ier a pour enfants < Olivier II, Louis (x Anne de Pontvill e de Flacy), et Jeanne de Chastellux (x Jean de Giverlay de Chastres) ; Olivier II épouse en 1586 Anne, fille de Jean du Plessis-Liancourt d'Asnières, dont il a < Alexandre de Chastellux, mari d'Anne de Gauville de St-Vincent de Fessard et père de < Roger sire de Coulanges, François, Louis, et Catherine/Isabelle de Chastellux qui marie le sire de Villefranche] vendent la terre de Coulange et le Val-de-Mercy au sieur du Housset, chancelier du duc d'Orléans, dont la femme cède après 1686 à Anne-Françoise Lefebvre d'Ormesson (1678-1735)[16], fille d'André III Lefebvre d'Ormesson d'Amboile (1644-84) et femme en 1694/1695 du chancelier Henri-François d'Aguessseau (1668-1751). Les d'Aguesseau vendent en 1712 à Jean-Baptiste de Contaut, mari de Marguerite de Polastron[17]. Les Contaut/Contaud de Coulanges furent les seigneurs jusqu'à la Révolution.

Sous les rois Bourbons[modifier | modifier le code]

Comme sa rivale Saint-Bris, Coulanges-la-Vineuse est animée par le groupe des marchands de vin, puis par les marchands commissionnaires de vins. Ils dominent le peuple des vignerons et des tonneliers. Les professionnels du droit vivent de la passion procédurale de l'époque (procureurs, notaires, baillis, lieutenants, procureurs fiscaux, sergents).

La ville est victime d'un incendie qui détruit l'église paroissiale. Elle est reconstruite sur les plans du célèbre architecte Servandoni.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Du jusqu'en 1979, date de prise d'effet du décret de défusion, Escolives-Sainte-Camille a été une commune associée de Coulanges-la-Vineuse.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
2002 En cours Daniel Girard[18]    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 1660, l'Intendant compte 208 habitants à Coulanges dont les deux tiers sont pauvres[19].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[21].

En 2018, la commune comptait 815 habitants[Note 3], en diminution de 6,96 % par rapport à 2013 (Yonne : −1,17 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4331 5241 4021 3091 2241 2621 3281 3261 420
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3391 3531 3721 3421 3321 3401 2961 2291 195
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
958882900703671652662675726
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
7547201 125817878916930932884
2017 2018 - - - - - - -
826815-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Caveau et vieux pressoir. Le caveau, abritant aujourd'hui le musée de la vigne, date du XIIe siècle et le pressoir à vin, de type Clos-vougeot, date du XVIIIe siècle.
  • La Maison de Jeanne d'Arc, existante au XVe siècle, doit son nom à la venue de la Pucelle, le , qui convainc les Coulangeois, partisans des Bourguignons (au service du royaume d'Angleterre), "de se donner au Roy [de France]", et lui offrent le couvert dans cette maison.
  • La Maison de la Renaissance. Elle abrite la bibliothèque municipale ; sa façade sculptée et son plafond peint par des artistes de la Renaissance en font un chef-d'œuvre.
  • Maison à tourelle, édifiée au XVIe siècle;
  • La Fontaine du Bellay, édifiée au XVIIIe siècle sous la direction de A. Couplet, membre de l'Académie des Sciences, à la demande de François d'Aguesseau, sire de Coulanges. La première fois que l'eau coula à la fontaine de Coulanges, on sonna si fort les cloches que la plus grosse en fut démontée.
  • L'église Saint-Christophe et Saint-Pèlerin[24],[25], reconstruite au XVIIIe siècle sous la direction de l'architecte Giovanni Niccolò Servandoni, le maître de l'Irancyçois Jacques-Germain Soufflot.
  • Mairie, édifiée au XIXe siècle.
  • Monument aux morts, érigé au XXe siècle.
  • Monument commémoratif de la Résistance, érigé au XXe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Malgarni, éxécuté à Coulanges après avoir assassiné Le Lorrain, valet d'Huguenin Le Champenois peu avant 1332[26].
  • Charles Hugot (1815-1886), peintre, aquarelliste, aquafortiste et lithographe français, né à Coulanges-la-Vineuse.
  • Le Verrier. Curé-doyen de Coulanges. Sa longue vie de privations et les kermesses organisées à cette fin ne lui permettent pas de voir se réaliser son projet de reconstruction de l'église de Gy-l'Evêque. Il en est néanmoins l'initiateur.

Vignoble[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Quelles sont les deux nouvelles communes icaunaises labellisées Cités de caractère? », sur L'Yonne républicaines, (consulté le 18 mars 2021).
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 5 avril 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Auxerre », sur insee.fr (consulté le 5 avril 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 17 mai 2021)
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 17 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. « Coulange-la-Vineuse, p. 129-167, par Hippolyte Ribière », sur Annuaire historique du département de l'Yonne, 1851
  10. Bibl. mun. Auxerre, ms. 154, de dom Viole, p. 881 et 882.
  11. abbé Jean Leboeuf, Mémoires concernant l'histoire civile et ecclésiastique d'Auxerre et de son ancien diocèse, tome III, Perriquet, , p. 309.
  12. AY, H 1265, abbaye Saint-Marien d'Auxerre, 6 mai 1458 : maison tenant au sentier qui va "à une eschelle par laquelle on monte sur ladite muraille"
  13. AY, H 1265, fonds de l'abbaye Saint-Marien d'Auxerre, 5 mars 1440, maison tenant au chemin qui va des hales au four de Coulanges.
  14. abbé Jean Leboeuf, Histoire de la prise d'Auxerre par les Huguenots., .
  15. « Maison de Beauvoir de Chastelux, p. 255-256 et 259 », sur Dictionnaire de la Noblesse, t. IV, par François-Alexandre Aubert de La Chesnaye Des Bois, chez la veuve Duchesne, à Paris, 1772
  16. « Famille Lefèvre d'Ormesson, p. 5-6 », sur Racines & Histoire, par Etienne Pattou, 2004 et 2020
  17. « Contaud de Coulanges », sur Geneanet Pierfit
  18. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 17 décembre 2013.
  19. Ambroise Challe, Documents statistiques sur les villes, bourgs et autres communautés d'habitants du comté d'Auxerre recueillis et classés par l'Intendant de la province de Bourgogne en 1670., Annuaire historique du département de l'Yonne, , 318 p..
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  24. « Église Saint-Christophe et Saint-Pèlerin », Coulanges-la-Vineuse, sur yonne.catholique.fr (consulté le 15 juillet 2019).
  25. « Église Saint-Christophe et Saint-Pèlerin », Coulanges-la-Vineuse, sur patrimoine-religieux.fr (consulté le 15 juillet 2019).
  26. AN, JJ 66, f° 436, no 1052.