Bounoura

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bounoura
Bounoura
Noms
Nom arabe بونورة
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Ghardaïa
Daïra Bounoura
Code ONS 4710
Démographie
Population 35 405 hab. (2008[1])
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 32° 29′ 10″ nord, 3° 42′ 28″ est
Superficie 810 km2
Localisation
Localisation de Bounoura
Localisation de la commune dans la wilaya de Ghardaïa.
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Bounoura
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Bounoura

Bounoura (en berbère At bounour[2], arabe : بنورة) est une commune de la wilaya de Ghardaïa en Algérie, située à 2 km à l'est du centre-ville de Ghardaïa dont elle constitue la « banlieue » est. La ville de Bounoura est une des cités du Mzab, elle est classée au patrimoine mondial de l'Humanité par l'Unesco.

Géographie[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune de Bounoura est de 810 km2[3]. Elle est située au Nord de la wilaya de Ghardaïa.

La commune de Bounoura est composée de cinq localités[4] :

  • vieux Ksar de Bounoura
  • Beni Isguen à partir du nouveau lycée et nouveau C.E.M.
  • quartier Sidi Abbaz
  • palmeraies de Bounoura
  • Beni Isguen

Bounoura est une des cités de la Pentapole (cinq villes) du Mzab[5]. Elle est située à 4 km de Ghardaïa, sur le côté ouest de l'oued Mzab[6] sur une butte[5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Bounoura signifie « la lumineuse »[7].

Bounoura est l'altération de l'authentique At Bunur « les gens de Bunur » qui est un nom géographique de souche linguistique amazighe. At Bunur provient d’une appellation découlant d’un anthroponyme amazighe dont l’histoire a rapporté aussi sous la forme plurielle Ibnuren.[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

La Grande mosquée de Bounoura.

À l'instar des autres villes de la Pentapole, la cité de Bounoura est fondée au XIe siècle, par des réfugiés ibadites de Tahert, après la destruction du royaume rostémide par les Fatimides au xe siècle[8]. Elle est fondée en 1048[5] par une fraction des Béni-Mthar d'Ouargla[9] encouragée par le succès de la jeune ville d'El Atteuf.

Vers 1250-1251, elle a été détruite, à la suite d'un conflit qui a entraîné l'exode sa population à Melika[10]. La partie haute de la colline est restée en ruines pendant des siècles, un nouveau ksar a été construit au XIIIe siècle près du lit de l'oued[11].

Bounoura a occupé un rang assez modeste dans la confédération mozabite[10], victime de querelles et de conflits entre fractions[12].

Démographie[modifier | modifier le code]

La commune de Bounoura compte 35 405 habitants selon le recensement de 2008[1], c'est la cinquième commune la plus peuplée de la wilaya de Ghardaïa[13]

Évolution démographique
1987 1998 2008
18 60027 80035 405
(Source : recensement [14],[1])

Économie[modifier | modifier le code]

Bounoura dispose d'une zone industrielle créée en 1970[15].

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Les remparts de la cité.

La cité de Bounoura et le reste de la vallée du Mzab, sont classés au patrimoine mondial de l'Humanité par l'Unesco depuis 1982[6]. L'organisation urbaine reflète l'existence de deux ksours sur le même site ; le premier noyau aujourd'hui en ruine, mais dont la mosquée et les fortifications ont été restaurées, occupait la partie la plus élevée et le deuxième actuellement habité[11].

Contrairement aux autres cités de la pentapole, la mosquée de Bounoura occupe la partie basse de la ville près du lit de l'oued, cette position excentrique est le résultat du déplacement de l'autorité vers un faubourg, à la suite de la destruction du premier noyau[9].

L'actuel ksar a la particularité d'utiliser la limite de l'assiette rocheuse avec l'oued comme assise des maisons remparts du côté ouest ; du côté opposé, à mi-hauteur de la butte, les fortifications du premier ksar constituent sa limite orientale[11]. Bounoura est entourée également de vastes cimetières qui cernent pratiquement la ville[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Wilaya de Ghardaia : répartition de la population résidente des ménages ordinaires et collectifs, selon la commune de résidence et la dispersion ». Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008 sur le site de l'ONS.
  2. Ksar de BOUNOURA - At bounour -), sur le site de l'opvm
  3. Superficie des communes de la wilaya de Ghardaïa sur son site officiel. Consulté le 26/01/2011.
  4. « Décret n° 84-365, fixant la composition, la consistance et les limites territoriale des communes. Wilaya de Ghardaïa » [archive du 2 march 2013 or before], Journal officiel de la République Algérienne, (consulté le ), p. 1578
  5. a b et c Marc Côte, Guide d'Algérie : paysages et patrimoine, Algérie, Média-Plus, , 319 p. (ISBN 9961-922-00-X), p. 242
  6. a et b Vallée du M'zab : Patrimoine mondial en quête d'attention, Info Soir du 10 janvier 2018.
  7. Daniel Babo, Algérie, Méolans-Revel, Éditions le Sureau, coll. « Des hommes et des lieux », , 206 p. (ISBN 978-2-911328-25-1), p. 160
  8. C. Agabi, « Ibadites », Encyclopédie berbère Online, document I06, Online since 01 June 2011, connection on 24 January 2020.
  9. a et b G. Camps, J. Gascou, A. Raymond and L. Golvin, « Cité », Encyclopédie berbère Online, document C74, Online since 01 March 2012, connection on 26 January 2020.
  10. a et b Y. Bonête, « Bou Noura  », Encyclopédie berbère Online, document B94, Online since 01 June 2013, connection on 25 January 2020.
  11. a b c et d Ksar de Bounoura, sur le site de l'opvm.
  12. Mohamed Brahim Salhi, « Société et religion en Algérie au XXe siècle : le réformisme ibadhite, entre modernisation et conservation », Insaniyat / إنسانيات [Online], 31 | 2006, Online since 31 January 2012, connection on 07 March 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/9699 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.9699
  13. (en) Ghardaïa Province in Algeria sur le site de citypopulation
  14. (en) ALGERIA [Djazaïria : historical demographical data of the urban centers]
  15. Yaël Kouzmine, Le Sahara algérien : Intégration nationale et développement régional, éditions de L'Harmattan, , 291 p. (ISBN 978-2-336-00418-1 et 2-336-00418-6, lire en ligne), p. 107

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]