Sprota

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (février 2011).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Sprota est la « frilla » du « duc de Normandie » Guillaume Longue-Épée, en réalité jarl des Normands et comte de Rouen. D'obscures origines, elle est dite bretonne[1] et née vers 911. De cette union, naît, vers 933, le futur duc Richard Sans-Peur. Selon l'histoire du Duché de Normandie par J.J.C de Goube -elle serait la fille d'Hébert Comte de Senlis.(2) Elle n'est pas dite "frilla" mais on y parle de leur mariage qui s'est déroulé devant tous les Seigneurs du Duché et en présence Du Comte de Paris Hugues le Grands et beaucoup de jeunes Seigneurs de France.

À la mort du duc Guillaume, assassiné en décembre 942, elle est donnée de force comme frilla à un riche noble normand nommé Esperleng. De cette union, naît Raoul d'Ivry, demi-frère du duc Richard Sans-Peur, le Raoul d'Ivry qui mate violemment la révolte paysanne en Normandie dans les années 996/97 sous la minorité de son neveu, le jeune duc Richard II de Normandie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pourtant, son nom est à consonance scandinave ou anglo-scandinave, puisqu'il semble être la forme féminine du nom d'homme *Sprot, stipulé uniquement par des toponymes comme Epreville (par exemple près de Fécamp : Sproville, v. 1025) et Epretot en Normandie, mais aussi dans les Sproatley et Sprotborough de Grande-Bretagne. François de Beaurepaire, Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, éditions Picard, ouvrage publié avec le soutien du CNRS. (ISBN 2-70840040-1).

2.Histoire du Duché de Normandie par J.J.C de Goube édité en 1815 - Volume 1 page 79.