Lieux de Harry Potter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article général Pour un article plus général, voir Univers de Harry Potter.

L'univers de Harry Potter de J. K. Rowling, sous-univers dans lequel se déroule la série Harry Potter, présente de nombreux lieux formant le décor des événements décrits. Cet article répertorie ː

Lieux des romans Harry Potter[modifier | modifier le code]

Écoles de magie[modifier | modifier le code]

Présentation[modifier | modifier le code]

Dans le monde fictif de J. K. Rowling, onze écoles de magie[1] sont répertoriées par la « Confédération internationale des sorciers ». Les principales mentionnées sont Beauxbâtons (Europe occidentale), Durmstrang (Europe de l'Est) et Poudlard (Europe du Nord).

Ces trois écoles européennes s'affrontent régulièrement lors du « Tournoi des Trois Sorciers ». Ce tournoi est composé de trois tâches, dangereuses et potentiellement mortelles[d 1], que trois sorciers, représentant chacun une école de sorcellerie, doivent surmonter. Malgré les tensions que cette compétition peut engendrer, les relations entre les élèves des trois écoles restent tout à fait cordiales[2].

Histoires et descriptions[modifier | modifier le code]

Poudlard[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Poudlard.

Histoire interne :

Armoiries de Poudlard

Dans l'histoire, l'école de Magie et de sorcellerie de Poudlard (Hogwarts School of Witchcraft and Wizardry en anglais) est donc située en Écosse[3]. La fondation du château remonte à plus de mille ans[4]. Lors de la deuxième guerre contre Voldemort, l'école de Poudlard, qui abrite Harry Potter, se retrouve assaillie par les mangemorts et en grande partie détruite. Elle sera reconstruite par la suite pour accueillir une nouvelle génération d'élèves.

Invisible des moldus[5], l'école est principalement dirigée par Albus Dumbledore, considéré comme l'un des sorciers les plus puissants. C'est un vaste château au sommet duquel se dessinent plusieurs hautes tours. Il est entouré d'un grand parc comprenant un lac, une forêt interdite aux élèves et plusieurs serres. Les élèves sont répartis dès leur arrivée dans différentes maisons[a 1] portant respectivement le nom des quatre fondateurs de l'école : Gryffondor, Poufsouffle, Serdaigle et Serpentard, et qui requièrent pour chacune d'entre elles des qualités d'esprit spécifiques.

Les élèves y étudient notamment l'astronomie, la botanique, l'histoire de la Magie, la Métamorphose, la préparation des potions, les sortilèges ou encore la défense contre les forces du mal.

Le blason de Poudlard regroupe les emblèmes de ses quatre maisons : le lion sur fond de gueules pour Gryffondor, le blaireau pour Poufsouffle, l'aigle sur fond d'azur pour Serdaigle et le serpent sur fond de sinople pour Serpentard. La devise de l'école est : Draco Dormiens Nunquam Titillandus[6] (« On ne chatouille jamais un dragon qui dort »).

Histoire externe :

Dans une entrevue avec Lindsey Fraser, J. K. Rowling indique que l'école de sorcellerie de Poudlard a été la première chose sur laquelle elle s'est concentrée en attendant son train, le jour où elle a eu l'idée du personnage de Harry Potter[i 1]. Elle imaginait alors un endroit « dangereux où règne l'ordre », situé dans un endroit isolé, et probablement en Écosse (en hommage au lieu de mariage de ses parents[i 1]). Cependant, J. K. Rowling affirme n'avoir jamais vu de château existant pouvant être comparé à celui de Poudlard ou ayant pu l'inspirer.

Tandis que Poudlard apparaît dès le premier roman et devient le théâtre de la plupart des événements de l'intrigue, les écoles de Beauxbâtons et de Durmstrang ne sont mentionnées pour la première fois que dans Harry Potter et la Coupe de feu, alors que les trois écoles doivent s'affronter lors du tournoi des Trois Sorciers.

Beauxbâtons[modifier | modifier le code]
Interprétation des armoiries de Beauxbâtons

L'Académie de Magie de Beauxbâtons (Beauxbatons Academy of Magic), dirigée par Olympe Maxime, est située dans les Pyrénées françaises et accueille principalement des étudiants français, espagnols, portugais, néerlandais, luxembourgeois et belges[2]. La fondation de l'école remonte à sept cents ans au moins (date des premières éditions du Tournoi des Trois Sorciers). L'auteur se plaît à préciser que des personnages tels que Nicolas Flamel et sa future épouse Pernelle y auraient suivi leurs études[2].

L'école possède des armoiries brièvement décrites : « deux baguettes d'or croisées qui lançaient chacune trois étoiles[d 2] ». Dans leur interprétation la plus simple, on pourrait donc les blasonner ainsi : « D'azur aux deux baguettes d'or posées en sautoir lançant chacune trois étoiles d'argent ».

Beauxbâtons apparaît comme une école de grand luxe en comparaison de Poudlard : c'est un beau château entouré de jardins et de pelouses créés par magie[2] et se détachant du paysage montagneux environnant. La nourriture y est fine et légère (Fleur Delacour se plaint de trop manger à Poudlard[d 3]). Des sculptures sur glace qui ne fondent jamais sont disposées tout autour de la grande salle à manger lors des fêtes de fin d'année[d 4], et des nymphes y chantent pendant le réveillon[d 4]. Son climat montagnard/méditerranéen en fait un endroit agréable où il fait bon vivre, ce qui explique pourquoi l'école britannique semble plutôt froide et humide aux élèves de Beauxbâtons[d 5].

Dans la Coupe de feu, une délégation de Beauxbâtons se rend le 30 octobre à Poudlard[d 6], où est organisée une nouvelle édition du tournoi des Trois Sorciers. Le cortège, mené par la directrice de l'école, arrive dans un immense carrosse bleu pastel tiré par douze gigantesques chevaux ailés[d 7] (ou Abraxans) à la robe palomino. Les élèves portent un uniforme de soie fine bleu pâle et montrent un grand respect envers leurs professeurs[d 2].

Parmi les élèves garçons et filles[d 8] de Beauxbâtons venus à l'occasion du tournoi, Fleur Delacour est finalement sélectionnée pour représenter son école lors des épreuves[d 9]. Au cours de l'histoire du tournoi, l'école de Beauxbâtons a totalisé 62 victoires (soit une de moins que Poudlard)[2].

Dans Harry Potter et le Prince de sang-mêlé, on apprend que l'équivalant des examens de BUSE que passent les élèves de Poudlard en fin de cinquième année se déroulent seulement en fin de sixième année à Beauxbâtons[f 1].

Durmstrang[modifier | modifier le code]
Reconstitution des armoiries de Durmstrang, d'après le film Harry Potter et la Coupe de Feu.

L’Institut Durmstrang (Durmstrang Institute for Magical Learning) est dirigée par Igor Karkaroff. Sa fondation n'est pas datée dans l'histoire. Dans Harry Potter et les Reliques de la mort, Viktor Krum affirme que le signe du mage noir Grindelwald (symbolisant les Reliques de la mort) a été dessiné sur l'un des murs de l'école par ce sorcier renégat en personne[g 1], alors qu'il y suivait ses études. Son emplacement exact est tenu secret[d 10]. Les uniformes comportent des capes de fourrure épaisse[d 11] et des robes de couleur rouge sang[d 12].

Les étudiants nés de parents moldus n'y sont pas admis et cette école possède la réputation d'enseigner la magie noire[7]. Selon la description de Viktor Krum faite à Hermione lors du Bal de Noël, le château s'étend sur quatre étages et on n'y allume des feux dans les cheminées que pour faire usage de la magie[d 10]. Il ajoute que le domaine est très vaste et compte des lacs ainsi que des montagnes.

La délégation invitée pour le tournoi des Trois Sorciers dans Harry Potter et la Coupe de feu arrive à bord d'un voilier ayant des airs de vaisseau fantôme[d 11], lequel émerge soudainement du lac de Poudlard. Au sein de la délégation se trouve le bulgare Viktor Krum, célèbre attrapeur de l'équipe de Quidditch de son pays d'origine, qui ne tarde pas à être désigné champion de l'école[d 13].

Drago Malefoy prétend que son père a souhaité le faire étudier à l'Institut Durmstrang mais que sa mère s'y est opposée en raison de la mauvaise réputation de l'établissement et de son éloignement géographique[d 14].

Il est probable que le nom de l'école soit une déformation de Sturm und Drang, nom d'un mouvement littéraire allemand[8].

Les écoles de Harry Potter au cinéma[modifier | modifier le code]

Costumes de l'Académie de Beauxbâtons, visibles dans le film Harry Potter et la Coupe de Feu.

Pour les besoins des deux premiers films, réalisés par Chris Columbus, le château d'Alnwick (pour les premiers plans extérieurs), l'Université d'Oxford et la cathédrale de Gloucester ont été principalement choisis pour matérialiser Poudlard[9]. Certaines scènes de l'école ont également été filmées à l'Harrow School de Londres[10]. D'autres scènes, comme les déambulations dans les couloirs, la cour de métamorphose et certaines salles de classe, ont été filmées dans la cathédrale de Durham[11],[12]. L'Oxford Divinity School a été l'infirmerie de Poudlard et les premières scènes de la bibliothèque (notamment les scènes de recherches sur l'identité de Nicolas Flamel ou sur la préparation du Polynectar) ont été filmées à la Duke Humfrey's Library[13].

Maquette de Poudlard à l'échelle 1:24, présentée au public aux studios Harry Potter.

Pour les films suivants, beaucoup de décors de Poudlard (notamment la Grande salle, le bureau de Dumbledore, la salle commune de Gryffondor, le dortoir des garçons et la cabane de Hagrid), ont été créés aux studios de Leavesden.

Article connexe : Studios Harry Potter.

À partir du troisième film, Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban, les plans extérieurs sont tournés dans les montagnes écossaises et une maquette à l'échelle 1:24 du château de Poudlard est réalisée en studio pour les plans plus larges.

Les écoles de Beauxbâtons et de Durmstrang ne sont pas visibles dans les films. Dans l'adaptation de Harry Potter et la Coupe de Feu, leurs délégations se rendent néanmoins à Poudlard où ont lieu les événements du tournoi des Trois Sorciers. À cette occasion, quelques différences sont constatées entre les romans et le film. Les armoiries de Durmstrang, par exemple, qui ne sont pas décrites dans les livres, figurent sur le pull-over de l'acteur Stanislav Ianevski, qui interprète Victor Krum, lors de l'épreuve du labyrinthe et comportent notamment en termes d'héraldique une aigle bicéphale et des rencontres massacres. L'Académie de Beauxbâtons quant à elle, est décrite comme étant mixte dans le quatrième roman[d 8], alors que dans le film de Mike Newell, la délégation de Beauxbâtons semble uniquement composée de jeunes filles.

Pré-au-Lard[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Pré-au-Lard.
Pré-au-Lard construit à Universal's Islands of Adventure (Orlando).

Le petit village écossais fictif de Pré-au-Lard (Hogsmeade) est situé non loin de l’école de sorcellerie Poudlard et de son lac, et composé de petites chaumières et de magasins. Les élèves de Poudlard peuvent, depuis 1714[14], le visiter durant certains week-ends, sous réserve d'un accord signé d'un parent et d'être au minimum en troisième année d'études[15]. Il est donc décrit à partir de l'intrigue du troisième roman, Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban, lorsque Harry Potter, Ron Weasley et Hermione Granger ont la possibilité de s'y rendre.

Les enseignes les plus mentionnées dans l'œuvre sont la confiserie Honeydukes, les pubs Les Trois Balais et La Tête de Sanglier, ou encore le magasin de farces et attrapes Zonko. Il y a également une maison abandonnée surnommée la « cabane hurlante », située un peu à l'écart du village et qui a la réputation, selon Hermione, d'être la maison la plus hantée de Grande-Bretagne[c 1].

Le village aurait été fondé à la même époque que Poudlard, par un sorcier du nom de Hengist de Woodcroft[16], qui fuyait les persécutions moldues. C’est le seul village de Grande-Bretagne peuplé uniquement par des sorciers[c 2].

Chemin de Traverse[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chemin de Traverse.

Le chemin de Traverse (Diagon Alley) est une artère fictive de Londres et l'une des principales rues commerçantes du pays pour tous les sorciers, en donnant accès au monde magique. Harry Potter s'y rend pour la première fois en passant par la cour intérieure du pub du Chaudron Baveur.

On y trouve notamment la banque Gringotts (gérée par des gobelins), un glacier, des animaleries, la librairie Fleury et Bott, la boutique de baguettes magiques Ollivander, des boutiques de vêtements pour sorciers, un magasin d'accessoires de Quidditch ou encore des apothicaires.

Lieux de résidence[modifier | modifier le code]

Sommaire de la section

Little Whinging[modifier | modifier le code]

Description

À gauche, le numéro 4 de Privet Drive, matérialisé aux studios Harry Potter. À droite, la localisation fictive de la ville de Little Whinging, dans le Comté du Surrey.

C'est au numéro 4[a 2] de Privet Drive[17], à Little Whinging (comté du Surrey), que réside la famille Dursley, composée de Vernon et Pétunia Dursley, de leur fils Dudley. Elle se trouve être la seule famille vivante de Harry Potter en 1981, contrainte de le recueillir après la mort de ses parents[a 3]. Dans cette maison, Harry, le neveu des Dursley, est sujet à la malnutrition[e 1], à l'indifférence[a 4], voire à la maltraitance de Dudley[a 5], jusqu'à ce que la famille découvre, aux onze ans de Harry, qu'il est inscrit à l'école de sorcellerie de Poudlard. Il retourne néanmoins à Privet Drive chaque année pour les vacances d'été[a 6].

La maison est large et carrée, identique à toutes les autres maisons de la même rue[18]. Le jardin de devant possède un petit muret[a 7], et celui à l'arrière contient des massifs de fleurs et une serre[19]. Au rez-de-chaussée se trouvent notamment le hall d'entrée, la cuisine (meublée d'une table carrée, d'une cheminée et donnant sur le jardin arrière[20]) et le salon (comportant une télévision et une cheminée condamnée remplacée par un feu électrique au-dessus duquel sont exposées de nombreuses photos à l'effigie de Dudley[a 4]).

Sous l'escalier, un placard fait office de chambre pour Harry[a 8] jusqu'à ses onze ans. À l'étage se trouvent quatre chambres : celle de Vernon et Pétunia, la chambre d'amis (réservée à la Tante Marge), la chambre principale de Dudley et la deuxième chambre « débarras » de Dudley[a 9] (qui devient par la suite celle de Harry).

Privet Drive est éclairée la nuit par douze lampadaires à proximité du numéro 4[a 7]. Les rues voisines se nomment Magnolia Road[e 2], Magnolia Crescent[e 2] et Wisteria Walk[e 3].

L'Encyclopédie Harry Potter propose un plan du numéro 4 ainsi qu'un plan de Little Whinging, réalisés « à partir d’éléments canoniques » présents dans les romans et de « déductions logiques »[18].

Histoire externe :

J. K. Rowling souhaitait représenter les Dursley comme étant fermement ancrés dans la bourgeoisie et très distinctement séparés du monde « sorcier » qu'elle imaginait[21]. Le nom de la ville, « Little Whinging », sonne lui-même de manière appropriée, « whinging » signifiant familièrement « se plaindre » ou « pleurnicher » en anglais britannique. L'auteure pense par ailleurs s'être inspirée de son ancienne maison pour se représenter le no 4 Privet Drive : « Chaque fois que j'écrivais quelque chose au sujet de la maison des Dursley, je visualisais inconsciemment la deuxième maison où j'étais enfant, dans la banlieue de Winterbourne, près de Bristol. Je me suis rendu compte de cela quand je suis entrée dans le no 4 Privet Drive qui avait été construit aux studios de Leavesden : je me retrouvais dans une réplique exacte de ma vieille maison, de la position du placard sous les escaliers à l'emplacement précis de chacune des chambres. Je n'avais jamais décrit ma vieille maison à l'équipe. Une autre expérience troublante que l'adaptation des livres Harry Potter m'a apporté[21] ».

Adaptation :

Chris Columbus, réalisateur des deux premiers films Harry Potter, a souhaité que Privet Drive évoque la sensation « d'étouffer la créativité ou l'originalité de ses habitants[j 1] ». Le tournage du premier film se déroule en décor réel, dans la ville de Bracknell[j 2], à l'ouest de Londres, mais le décor de quelques maisons est reproduit en studio (agrandi à l'infini par un matte painting) dès le second volet afin d'éviter de déranger les habitants de Bracknell avec les puissants éclairages nocturnes nécessaires et les vols d'oiseaux répétés[j 2]. Pour l'intérieur de la maison des Dursley, Stephenie McMillan s'est amusée à rechercher les éléments de décors (cheminée, canapés, carreaux de cuisine…) et coloris « les plus affreux qui soient »[j 3].

Le Terrier[modifier | modifier le code]

Description :

Maquette du Terrier présentée au public au département des arts des studios Harry Potter.

Il s'agit du nom de la maison familiale des Weasley (The Burrow en anglais). La maison est située près du village fictif de Loutry Ste Chaspoule[b 1], localisé par l'auteur quelque part dans le comté du Devon, au Sud-Ouest de l'Angleterre. La maison est proche du domicile des Lovegood, des Diggory et des Faucett, perdue dans un vaste paysage de champs et de bosquets[b 1].

L'endroit ressemble de l'extérieur à une grande porcherie[b 2], probablement agrandie sur plusieurs étages au fur et à mesure, lui donnant une allure bancale. Le toit, de couleur rouge, comporte entre quatre et cinq cheminées[b 2]. Le bâtiment ne tient debout que par magie[b 2]. Malgré l'apparence délabrée de la maison, Harry, qui ne peut s'empêcher de faire la comparaison avec Privet Drive où il a toujours résidé, juge à sa première visite que c'est la plus belle qu'il ait jamais vue[b 3]. Le Terrier devient le second lieu où il se sent le plus à l'aise, après Poudlard. La maison familiale est très accueillante et douillette et l'ambiance y est souvent très animée ː

« La maison des Weasley baignait dans l'étrange et l'imprévisible. […] La goule qui habitait le grenier se mettait à hurler et à jouer avec les tuyaux de plomb chaque fois que la maison lui paraissait trop calme et les petites explosions qu'on entendait retentir de temps à autre dans la chambre de Fred et George étaient considérées comme parfaitement normales[b 4]. »

Représentation de la cuisine du Terrier aux studios Harry Potter.

La cuisine est petite et encombrée. Au centre de la pièce se trouvent une table et des chaises de bois brut[b 5]. Elle contient une horloge étrange, sans aucun chiffre, qui indique par magie les corvées qu'il faut accomplir (comme aller nourrir les poulets[b 5]) ou l'emplacement de chacun des membres de la famille. Les Weasley possèdent un petit pré entouré d'arbre en haut d'une colline, à l'écart de la maison, servant de terrain de Quidditch aux enfants durant les vacances[b 6] et une colonie de gnomes infeste régulièrement le jardin. Le nom « Le Terrier » est inscrit sur un écriteau penché près de la porte d'entrée, encadrée par des bottes entassées en désordre et un chaudron rouillé[b 2].

« Le jardin était grand et correspondait exactement à l'idée que Harry se faisait d'un jardin. […] Il était envahi de mauvaises herbes et la pelouse avait grand besoin d'être tondue - mais Harry était émerveillé par les arbres noueux plantés le long des murs et les massifs débordant de plantes et de fleurs qu'il n'avait encore jamais vues, sans compter la grande mare verte remplie de grenouilles[b 7]. »

La chambre de Ronald Weasley est chaleureuse et décorée dans des tons très dominants d'orange vif, qu'il s'agisse du plafond, du couvre-lit ou des murs (ces derniers étant recouverts d'affiches à l'effigie de son équipe de Quidditch préférée, les « Canons de Chudley »). La chambre contient notamment des livres de magie entassés en désordre, un jeu de cartes « auto-battantes » ou encore une collection de bandes dessinées de Martin Miggs, le Moldu fou[b 8]. Il y a également un aquarium rempli de têtards sur le rebord de la fenêtre.

Pour se rendre sur le chemin de Traverse en deuxième année, Harry utilise la poudre de cheminette en partant de la cheminée du Terrier[b 9]. La maison est utilisée comme quartier général de l'Ordre du Phénix dans Harry Potter et les Reliques de la Mort, jusqu'au jour où sa protection est brisée.

Histoire externe :

J. K. Rowling a souhaité créer un contraste fort entre la maison familiale des Weasley, chaleureuse et atypique, et celle austère et impersonnelle des Dursley où Harry a vécu caché jusqu'à ses onze ans[22]. Il s'agissait de créer un refuge pour le héros, où l'amusement et le dialogue sont autorisés et même encouragés. Le Terrier représente la maison de famille par excellence, particulièrement animée, où l'amour que Mrs Weasley porte à Harry (qu'elle considère ouvertement comme son propre fils[e 4]) et la nourriture à la fois abondante, saine et réconfortante qu'elle lui offre sans restriction sont des détails marquants des romans[22].

Les noms de « Chudley » et « Loutry Ste Chaspoule » (Ottery St. Catchpole) s'inspirent de « Chudleigh » et « Ottery St. Mary », deux villes proches d'Exeter[23] où l'auteure a fait des études.

Adaptation :

Pour les films Harry Potter, le chef décorateur Stuart Craig a imaginé une maison de plain-pied dans un style Tudor[j 4], agrandie avec des matériaux de récupération. L'équipe installe le Terrier sur un marais, plus précisément près de Chesil Beach, dans le Dorset[24]. Pour l'intérieur de la maison, la décoratrice Stephenie McMillan apporte des objets de décoration dépareillés, pour renforcer l'idée de « récupération ». Les couleurs dominantes sont chaleureuses (rouge et orange). L'esprit de la chambre de Ron Weasley, décrit dans les romans, est respecté dans les détails, jusqu'au couvre-lit tricoté à la main[j 5]. Pour le 7e film, Craig apporte une touche à la française au décor de la tente pour la scène du mariage de Bill Weasley et de Fleur Delacour : « C'est sans doute Mr Delacour qui paie en tant que père de la mariée[j 6] » pense t-il. Le décor est raffiné et inspiré du XVIIIe siècle français[j 6], avec de la soie imprimée de motifs français, des pâtisseries (artificielles) à la française et de nombreuses bougies flottantes, dans une dominance élégante de mauve et de noir.

12, square Grimmaurd[modifier | modifier le code]

Description :

Claremont square, Islington, lieu de tournage pour la façade georgienne de la maison des Black.

Située dans un quartier de Londres[25], à un ou deux kilomètres de la gare de King's Cross et de l'hôpital Sainte-Mangouste[26], cette adresse (Number 12, Grimmauld Place) désigne la demeure ancestrale de la famille Black, une puissante et ancienne lignée de sorciers dits de « Sang-pur », dont fait partie Sirius Black. L'adresse est un jeu de mot en anglais. Grimmauld Place ressemble phonétiquement à Grim Old Place, ce qui peut se traduire par « la vieille et sinistre demeure ».

La demeure jouxte une petite place, dans un quartier triste et froid :

« Les façades crasseuses des maisons environnantes n'étaient guère accueillantes. Certaines d'entre elles avaient des fenêtres cassées qui luisaient tristement à la lumière des réverbères, la peinture des portes s'écaillait et des tas d'ordures couvraient par endroits les marches des perrons[e 5]. »

Au fil des siècles, la demeure de la famille Black s'est enrichie de nombreux sorts de protection. Un des plus efficaces est la dissimulation aux yeux des Moldus. À l'image de la Salle sur demande, la demeure est incartable[e 6] et n’apparaît pas entre les numéros 11 et 13. Pour la faire apparaître, il faut penser fortement au numéro 12, qui vient alors s'insérer par magie entre les deux autres numéros[e 7], sans que les habitants moldus des numéros 11 et 13 ne ressentent quoi que ce soit.

À l'intérieur du numéro 12, une odeur de poussière, de moisissure et d'humidité imprègne les lieux[e 8]. L'ambiance est très feutrée et étouffante de par la présence de vieux tapis élimés. Les murs du long hall d'entrée sont recouverts de papier peint décollé et éclairés par la lumière fantomatique de lampes à gaz anciennes. Beaucoup d'objets (lustre, candélabre, poignées de portes…) sont en forme de serpent[e 9], évoquant l'allégeance à la maison Serpentard de la plupart des membres de la famille, et l'une des raisons pour lesquelles Sirius ne s'y est jamais vraiment senti chez lui. La maison contient également quelques objets atypiques, comme un porte-parapluies en forme de jambe de troll[e 9] ou des plaques ornées de têtes d'elfes réduites[e 10]. La maison comprend au moins deux étages[e 10].

Généalogie des Black représentée sur une tapisserie de la maison (studios Harry Potter).

La cuisine à la taille d'une caverne avec des murs en pierre brute[e 11]. Dans le fond de la pièce, une cheminée propage la seule réelle source de lumière lorsqu'elle est utilisée. Des casseroles et marmites sont suspendues au plafond et de nombreuses chaises entourent une longue table de bois placée au centre de la pièce[e 12]. Le premier étage comprend un grand salon aux plafonds et aux murs de couleur vert olive[e 13], ornés d'une tapisserie au fil d'or décolorée et grignotée, accrochée sur toute la périphérie de la pièce[e 14]. Celle-ci représente la généalogie de la famille Black depuis le Moyen Âge[e 15]. Le salon comporte également un grand tapis, de longs rideaux de velours verts mousse, ainsi qu'une cheminée et des armoires vitrées contenant des poignards rouillés, des peaux de serpent, des boîtes en argent avec des étiquettes illisibles et une bouteille en cristal au bouchon incrusté d'une opale, contenant du sang[e 16].

Après le décès de ses plus proches parents, c'est le mouton noir de la famille Black, Sirius, qui hérite de cette maison[e 11]. À la suite de son emprisonnement à Azkaban, puis de la mort de sa mère, la maison est inhabitée pendant dix ans[e 17]. Les seules personnes qui fréquentent encore la maison sont un horrible portrait vindicatif et haineux de la mère de Sirius[e 18], un portrait de Phineas Nigellus Black (un ancêtre de Sirius et ancien Directeur de Poudlard), et un elfe de maison : Kreattur[e 17]. Pendant ces années, la saleté envahit la maison, les monstres en tous genres investissent la demeure[e 19] et la magie noire qui fut pratiquée dans ces lieux, et qui subsiste encore, rendent la maison inhospitalière voire inquiétante.

La maison de Sirius est mise à la disposition de l'Ordre du Phénix dans le roman éponyme, pour devenir leur quartier général[e 11]. Pour plus de sûreté, Dumbledore ajoute à ses protections le sortilège de Fidelitas[e 6], un sort qui rend la maison indétectable aux yeux des personnes qui ne sont pas jugées loyales, et le directeur en devient le Gardien du Secret, ce qui veut dire que personne ne peut découvrir le quartier général tant que Dumbledore ne révèle pas personnellement à la personne son emplacement. Autre avantage qui influe sur la décision d'établir le quartier général à cet endroit : le portrait magique de Nigellus permet à Dumbledore de communiquer avec les autres membres depuis son bureau à Poudlard, où son portrait jumeau y est installé, et ce sans risque d'être espionné par quiconque.

Le Ministère de la Magie étant toujours convaincu de la culpabilité de Sirius Black, celui-ci est contraint de rester caché au 12, square Grimmaurd après son évasion d'Azkaban, ce qui le rend nerveux[e 17]. À sa mort, la maison passe sous la tutelle de son plus proche parent - ce qui aurait dû être Bellatrix Lestrange. Sirius la lègue à Harry, son filleul.

Adaptation :

Dans les films, le style du square Grimmaurd est inspiré des places georgiennes de Londres[j 7] au début du XIXe siècle. Stuart Craig, le chef décorateur, a dessiné des pièces très étroites et très hautes de plafond pour renforcer la sensation d'enfermement et de claustrophobie que peut ressentir le personnage de Sirius Black[j 8]. Il choisit ensuite une palette de couleurs dans des tons de noir et de bleu foncé. Le réalisateur David Yates contacte J. K. Rowling pour lui demander la généalogie de la famille Black, afin de faire figurer les noms sur la tapisserie visible dans le film Harry Potter et l'Ordre du phénix. L'auteure lui faxe alors plusieurs pages comportant cinq générations de noms avec dates de naissance, de mariage et de décès, ainsi que les armoiries et la devise de la famille[j 9]. La graphiste Miraphora Mina effectue des recherches sur les tapisseries médiévales : « Je recherchais des visages qui se prêtaient bien au monde des sorciers »[j 9]. Stephenie McMillan récupère ensuite un grand tissu se rapprochant le plus d'une trame de tapisserie, sur lequel les visages et les noms de la famille sont peints[j 9].

Godric's Hollow[modifier | modifier le code]

Description :

Le cottage de James et Lily Potter aux studios Leavesden.

Le village de Godric's Hollow, célèbre pour avoir été le lieu où Harry Potter a survécu au sortilège de la mort lorsqu'il était bébé[g 2], n'est pas localisé avec précision dans l'histoire mais se situe quelque part dans le West Country, dans une région exposée aux vents[g 3].

Godric Gryffondor, l'un des quatre fondateurs de Poudlard, y est né[g 4]. À la signature du « Code du Secret de la Confédération Internationale » en 1689, le petit village fut nommé en son honneur[g 5]. Godric's Hollow a également été habité par de célèbres familles et sorciers dont il est dit que les fantômes rodent quelquefois autour de l'église[g 5].

C'est l'endroit où se sont cachés les Potter en 1981 pour échapper à Voldemort. Ils habitaient dans un petit cottage soumis au sortilège de Fidelitas[g 3], qui fut en partie détruit quand Voldemort les retrouva le 31 octobre 1981[g 6] et les attaqua.

Seize ans après la mort de James et Lily Potter[g 7], Harry et Hermione se rendent au village au moment de la veille de Noël dans Harry Potter et les Reliques de la Mort, persuadés d'y trouver l'épée de Gryffondor capable de détruire les Horcruxes[g 4].

« Ils se tenaient par la main dans une allée couverte de neige […]. Des maisonnettes bordaient de chaque côté le chemin étroit, des décorations de Noël étincelaient à leurs fenêtres. Un peu plus loin, des réverbères aux lueurs dorées indiquaient le centre du village[g 8]. »

Une petite place se trouve au cœur du village et comporte un monument aux morts[g 3], sous un arbre penché au fil du temps par la force du vent. Lorsque Harry et Hermione passent devant le monument, celui-ci se transforme en statue représentant James, Lily et Harry bébé[g 9]. La place est entourée par une petite église, un pub animé, quelques boutiques ainsi qu'une poste. Lorsque le duo se rend sur place, les vitraux de l'église brillent comme des joyaux aux teintes rouges, vertes et dorées[g 10] et un chant de Noël est entendu à l'intérieur[g 3].

La maison des Potter a été laissée en l'état depuis l'attaque de Voldemort en 1981 et s'est peu à peu recouverte de lierre. La plus grande partie du cottage est restée debout mais l'aile droite du dernier étage est détruite[g 6]. Une plaque commémorative, sur laquelle des anonymes ont gravé des messages de soutien à Harry Potter dans sa lutte contre Voldemort[g 11], apparait sur le seuil de la maison dès qu'une personne pose le pied dessus.

Autres personnages ayant vécu au village ː

Histoire externe :

Sur la pierre tombale de ses parents, Harry lit la citation « Le dernier ennemi qui sera détruit, c'est la mort[g 15] », tandis que sur une autre pierre tombale (celle de la mère et de la sœur de Dumbledore) est inscrit « Là où est ton trésor sera aussi ton cœur[g 10] ». Ces deux citations sont empruntées directement à Saint Matthieu et aux Corinthiens[27]. Comme Hermione l'explique à Harry peu de temps après qu'ils ont remarqué les tombes, le message de ses parents signifie « vivre au-delà de la mort. Vivre après la mort[g 15] » : l'un des fondements centraux de la théologie de la résurrection[27]. « Ce sont des livres très britanniques » précise J. K. Rowling. « Harry trouve donc des citations bibliques sur les pierres tombales mais je pense que ces deux citations particulières qu'il trouve à Godric's Hollow résument pratiquement toute la série ». L'auteure, qui se dit elle-même plutôt croyante[28], ajoute : « Pour moi, les parallèles religieux ont toujours été évidents dans l'histoire, mais je n'ai jamais voulu en parler trop ouvertement parce que je craignais que cela laisse entendre que l'histoire se tournerait uniquement dans cette direction[27] ».

Adaptation :

Pour matérialiser le village de Godric's Hollow dans le film Harry Potter et les Reliques de la Mort, le chef décorateur Stuart Craig reprend les éléments de la maison des Potter aperçus brièvement dans le premier film, ainsi que les descriptions présentes dans les livres : « Je voulais quelque chose de typiquement anglais, par opposition au style gothique et au granit de Poudlard et de Pré-au-Lard. Godric's Hollow représente parfaitement la partie sud de l'Écosse avec ses maisons à colombage de la période Tudor[j 10] ». Craig et la régisseuse Sue Quinn envisagent d'établir le décor dans le village de Lavenham, dans le Suffolk, comptant un grand nombre de maisons à colombage du XVe siècle. Finalement, l'église et le cimetière de Godric's Hollow sont construits autour d'un magnifique cèdre présent dans un ancien jardin jouxtant les studios de Pinewood[j 11], et le reste du village est construit sur le parking présent, avant d'être recouvert de neige. Le plateau est ensuite agrandi numériquement avec des vues de Lavenham[j 11].

Manoir des Malefoy[modifier | modifier le code]

Description :

À gauche, la façade du manoir de Hardwick Hall, utilisée pour matérialiser le manoir des Malefoy dans le septième film. À droite, sa localisation fictive dans les romans (comté de Wiltshire).

Le manoir des Malefoy (Malfoy Manor) est la propriété de Lucius et Narcissa Malefoy, les parents de Drago. Il est situé dans le comté de Wiltshire, au sud de l'Angleterre. Il est décrit pour la première fois dans Harry Potter et les reliques de la mort.

Pour s'y rendre, il faut emprunter un chemin bordé par des mûriers sauvages. La propriété est délimitée par une haute haie soigneusement taillée et à son entrée se dresse un immense protail de fer forgé[g 16]. Un paon majestueux au plumage blanc déambule quelquefois dans le parc[g 17]. Le manoir est situé tout au bout d'une longue allée gravillonnée bordée d'ifs, derrière lesquels peut être entendu le clapotis de quelques fontaines[g 17]. C'est un manoir élégant où des éclats de lumière se reflètent à travers ses fenêtres à croisillons à la nuit tombée.

La décoration du hall d'entrée est décrite comme étant somptueuse[g 17], avec des portraits de peinture au teint pâle accrochés aux murs et un immense tapis recouvrant un sol en pierre. De lourdes portes de bois aux poignées de bronze séparent les pièces entre-elles. Le grand salon[g 17] comporte une longue table vernie et ouvragée ainsi que de nombreux meubles. Sa cheminée au manteau de marbre supporte un miroir au cadre doré. Dans le deuxième roman de la saga, Harry Potter et la chambre des secrets, on apprend que Lucius Malefoy possède une cachette dans ce manoir, où il entrepose des possessions illégales de poisons et objets de magie noire[b 10].

Lord Voldemort se sert du manoir comme base durant tout le dernier roman, Harry Potter et les reliques de la mort. Luna Lovegood, Dean Thomas, le gobelin Gripsec et Ollivander y sont incarcérés après avoir été attrapés par un gang de rafleurs.

Adaptation :

Pour matérialiser le manoir des Malefoy au cinéma, les décorateurs Stuart Craig et Stephenie McMillan choisissent Hardwick Hall[29], un manoir de style élisabéthain datant de 1590, réputé pour avoir « plus de vitres que de murs » et ayant un aspect assez « menaçant »[j 12]. L'équipe choisit de refaire le toit en images de synthèse, reprenant les pointes gothiques de Poudlard. Selon Craig, le manoir reflète la personnalité de Lucius Malefoy : « sa demeure est à son image, imposante et sinistre[j 12] ». Le salon où Voldemort réunit ses partisans au début de Harry Potter et les Reliques de la Mort est très haute de plafond et comporte un grand chandelier (celui-là même que l'elfe Dobby fera tomber sur Lestrange pour libérer Hermione). La cheminée est l'une des plus grandes construites pour la saga. Les menuisiers ont également construit une table de neuf mètres de longueur et trente chaises de style jacobéen[j 13].

Impasse du Tisseur[modifier | modifier le code]

Description :

L'impasse du Tisseur (Spinner's End) compte parmi ses maisons le domicile de Severus Rogue[g 18]. L'endroit est détaillé dans le second chapitre de Harry Potter et le Prince de sang-mêlé, lorsque Narcissa Malefoy (accompagnée de Bellatrix Lestrange) se rend au domicile de Rogue pour lui demander de protéger son fils Drago. La rue est située dans une ancienne zone industrielle, près d'une rivière[f 2]. Le quartier est composé d'une infinité de maisons et de rues pavées parallèles presque toutes identiques[f 3], à l'image de Little Whinging. L'endroit semble délabré et très sombre :

« Elles s'enfonçaient plus profondément dans le labyrinthe désert des maisons de brique. Enfin, Narcissa se précipita dans une rue qui s'appelait l'impasse du Tisseur et au-dessus de laquelle la haute cheminée d'usine semblait planer comme un doigt géant dressé dans un geste de réprimande[f 3]. »

— Harry Potter et le Prince de sang-mêlé.

Rogue réside dans la toute dernière maison de l'impasse[f 4], qui comporte au moins un étage. Le salon est minuscule et ressemble à une cellule capitonnée[f 5]. Ses murs sont entièrement recouverts de reliures en cuir noir ou brun, accentuant la dominance sombre de la pièce. Celle-ci comprend également un canapé et un fauteuil usés, et une table branlante. Un escalier étroit est dissimulé derrière une porte secrète, camouflée dans la bibliothèque[f 5].

Lily et Pétunia Evans ont vécu dans la même ville. Rogue et Lily se sont connus enfants à cet endroit et sont devenus amis en se découvrant un don commun pour la magie[g 18].

Adaptation :

Pour matérialiser l'impasse du Tisseur dans le 6e film Harry Potter, l'équipe de Stuart Craig visite les rangées de maisons ouvrières anglaises datant du XIXe siècle. « Quand on pense aux villes industrielles d'Angleterre, on songe aux usines de coton du Lancashire et à celles de laine dans le Yorkshire, les plaques tournantes de l'industrie textile du XIXe siècle[j 14] » explique Craig. Le décor est reconstruit à Leavesden et Stephenie McMillan meuble l'espace en s'inspirant de la personnalité de Rogue : beaucoup de livres aux couvrures sombres pour respecter une sorte d'anonymat. Suivant l'avis de l'acteur Alan Rickman sur la maison de son personnage[30], McMillan retire toutes les photos de la pièce principale, lui donnant un aspect encore plus impersonnel et inexpressif.

Chaumière aux Coquillages[modifier | modifier le code]

Description :

La Chaumière aux Coquillages (Shell Cottage) est une petite maison solitaire au bord de la mer[g 19], sur les côtes des Cornouailles[31] à côté de la ville de Tinworth[g 20]. C'est dans ce cottage que vivent Bill Weasley et Fleur Delacour.

Dans Harry Potter et les Reliques de la Mort, alors que Harry, Ron et Hermione s'évadent du manoir des Malefoy, Ron choisit cet endroit pour se réfugier avec l'aide de Dobby, avant que celui-ci ne meure poignardé par Bellatrix Lestrange. Harry enterre Dobby dans le jardin[g 21], séparé du bord de la falaise par un petit muret[g 22]. Le trio, ainsi que Luna Lovegood, Dean Thomas, Gripsec et Mr Ollivander (après leur libération de chez les Malefoy), choisissent de demeurer à la chaumière durant plusieurs semaines[g 23]. C'est un endroit paisible où l'on entend constamment le flux et reflux de la mer[g 24].

Plateau de tournage de la Chaumière au Coquillages, sur la plage de Freshwater West (pays de Galles).

Des pierres blanches polies sont disposées autour des massifs de fleurs[g 25]. Les murs de la maison sont incrustés de coquillages et blanchis à la chaux[g 24]. Le cottage comprend notamment un vestibule, un joli salon aux couleurs claires avec cheminée[g 26], et une petite cuisine avec un évier installé sous une fenêtre donnant sur l'océan[g 27]. La chaumière comprend au moins un étage donnant sur trois chambres, accessibles par un escalier aux marches raides[g 28]. La chambre de Bill et de Fleur fait également face à la mer[g 28]. Une seconde chambre est composée de deux lits jumeaux et donne sur le jardin au sommet de la falaise, et sur la tombe de Dobby[g 29]. La troisième chambre, la plus petite[g 30] (à peine plus grande qu'un placard[g 23]), est utilisée par Luna et Hermione durant leur séjour. Elle est décorée de rideaux de coton rouge qui donnent à la pièce une tonalité assez sombre. C'est dans cette petite chambre tamisée que le trio, en compagnie du gobelin Gripsec, met au point durant plusieurs jours le plan qui leur permettra de récupérer l'un des horcruxes dans la chambre forte de Bellatrix Lestrange à Gringotts[g 31].

Remus Lupin fait une visite suprise à la chaumière pour vérifier que tout le monde va bien et pour annoncer la naissance de son fils Teddy. Il en profite pour demander à Harry de devenir le parrain de l'enfant[g 32].

Adaptation :

Pour le film Harry Potter et les Reliques de la Mort, le chef décorateur Stuart Craig décide d'employer les coquillages comme matériau principal de construction de la maison. Les murs sont fabriqués en coquilles d'huître, le toit en coquilles Saint-Jacques et les faîtières en couteaux de mer[j 15]. « Ça reste un bâtiment fantaisiste, mais la structure est plausible » assure Craig[j 15]. La plage de Freshwater West (Comté de Pembroke au pays de Galles) et ses dunes de sable sont choisies pour établir le décor de la chaumière[j 15]. Celle-ci est préfabriquée aux studios Leavesden, puis montée sur la plage de Freshwater West, où l'équipe est contrainte de renforcer sa structure avec un échafaudage en acier maintenu par plusieurs tonnes de bonbonnes d'eau, pour faire face aux bourrasques qui menacent la stabilité du bâtiment[j 16].

Orphelinat de Tom Jedusor[modifier | modifier le code]

Description :

« Harry remarqua que les orphelins portaient tous la même tunique grisâtre. Ils paraissaient raisonnablement bien traités mais ce n’était certainement pas l’endroit le plus joyeux pour passer sa jeunesse[f 6]. »

— Harry Potter et le Prince de sang-mêlé

L'Orphelinat de Tom Jedusor (Tom Riddle’s Orphanage en anglais) est un orphelinat moldu situé à Londres[32] et dirigé par une femme du nom de Mrs Cole[f 7]. C'est à cet orphelinat que Merope Gaunt, la mère de Voldemort, met au monde ce dernier et en confie la garde en 1926[32], avant de mourir une heure plus tard[f 8]. Tom Elvis Jedusor y vit au quotidien jusqu’à ses onze ans, puis y retourne durant les vacances scolaires jusqu'à ses dix-sept ans[32].

Tom Jedusor déteste cet endroit et s'amuse à tourmenter les autres enfants[f 9] dépourvus de pouvoirs magiques, jusqu'au jour où Albus Dumbledore vient le rencontrer en 1938[32] pour lui annoncer son inscription à Poudlard[f 10].

L'entrée de l'orphelinat est protégée par un portail en fer forgé et comporte une cour sans végétation. Le bâtiment est carré et entouré de grilles[f 7]. L'endroit est sinistre, mais d’une grande propreté[f 11]. Le sol du hall est recouvert de dalles noires et blanches. La chambre de Tom Jedusor ne comprend qu'un lit en fer, une vieille armoire et une chaise[f 6].

Dumbledore conserva le souvenir de sa visite à l'orphelinat dans sa Pensine et le revécut avec Harry dans Harry Potter et le Prince de sang-mêlé. Harry, Ron et Hermione se rendent sur les lieux dans Harry Potter et les Reliques de la Mort, mais découvrent que l'orphelinat a été démoli de nombreuses années auparavant, et remplacé par une tour de bureaux moldus[g 33].

Histoire externe :

Il est possible que J. K. Rowling se soit inspirée de l’orphelinat Stockwell pour imaginer cet endroit[32]. Ce bâtiment, fondé au milieu du XIXe siècle par le pasteur Charles Spurgeon, était le plus proche orphelinat de la rue Vauxhall Road à Londres dans les années 1920, la rue même où Tom Jedusor acheta son journal intime / horcruxe[33] durant sa jeunesse.

Adaptation :

L'orphelinat de Jedusor est appelé Orphelinat Wool dans le 6e film. En recherchant un lieu de tournage pour la maison de Severus Rogue, le chef décorateur Stuart Craig découvre par hasard près d'un quai de Liverpool un très haut bâtiment victorien en briques rouges dont il décide de s'inspirer pour matérialiser l'orphelinat de Tom Jedusor[j 17]. L'équipe a ensuite réutilisé les précédentes façades georgiennes du square Grimmaurd pour créer le nouveau décor. À l'intérieur du bâtiment, les murs sont recouverts de tuiles vernies de style victorien[j 17], réputées en Angleterre pour leur facilité d'entretien.

Little Hangleton[modifier | modifier le code]

Description :

Face nord-ouest du manoir de Beckley Park, dans le Comté d'Oxford, utilisé pour les plans extérieurs de la maison des Jedusor dans le quatrième film.

Little Hangleton est un village moldu situé entre deux collines, à environ dix kilomètres du village voisin de Great Hangleton[f 12]. Le village est connu pour être le lieu de naissance et de résidence des parents de Voldemort. Il est évoqué dès le quatrième roman, mais n'est davantage décrit qu'à partir du sixième, lorsque Harry Potter, accompagné d'Albus Dumbledore, se rend dans le souvenir d'un employé du Département de la justice magique, ayant rendu visite au grand-père maternel de Voldemort, Elvis Marvolo Gaunt[f 13].

Le village comporte un pub appelé le Pendu[d 15], une église et un cimetière. Sur l'une des deux collines avoisinantes se trouve un élégant manoir[f 12] (où habitait jadis le futur père de Voldemort), entouré d'un jardin à l'anglaise, que les habitants du village appellent la maison des « Jeux du sort »[d 16].

La maison des Gaunt, où vivaient Elvis Marvolo, son fils Morfin et sa fille Merope (future mère de Voldemort), se situe dans un enchevêtrement de végétation, un peu à l'écart du village[f 14]. Sa charpente est visible par endroits et les fenêtres sont crasseuses. Sur sa porte d'entrée est cloué un serpent mort[f 15].

Dans Harry Potter et la Coupe de feu, on apprend que les résidents du beau manoir (Tom Jedusor Senior ainsi que ses parents) y ont été retrouvés morts cinquante ans plus tôt[d 15]. Le jardinier moldu de la propriété fut alors soupçonné et interrogé par la police dans le village voisin de Great Hangleton[d 17], mais il s'avère que Voldemort lui-même était le meurtier de sa propre famille moldue[d 18]. Les Jedusor ont été enterrés dans le petit cimetière de Little Hangleton, celui-là même où Voldemot reprend sa forme humaine dans l'intrigue de ce quatrième roman. Harry en est le témoin direct, solidement attaché à la tombe de marbre envahie de végétation de Tom Jedusor Senior[d 19]. Voldemort et Harry combattent alors dans le cimetière, jusqu'à ce que Harry atteigne le portoloin qui le ramène à Poudlard.

Adaptation :

Le manoir de Beckley Park, dans le Comté d'Oxford, est utilisé dans le film Harry Potter et la Coupe de feu pour les plans extérieurs du manoir des Jedusor, lorsque le vieux jardinier moldu inspecte les lieux après avoir aperçu de la lumière par l'une de ses fenêtres. Pour réaliser le cimetière de Little Hangleton visible à la fin du même film, Stuart Craig dit s'être inspiré du cimetière londonien de Highgate créé en 1839[j 18], où la ville a laissé la nature envahir le lieu. Le décor est ensuite construit aux studios de Leavesden, avec un ajout de brouillard artificiel. Certaines pierres tombales portent le nom des animaux de compagnie de l'équipe technique[j 18]. La maison des Gaunt, quant à elle, n'apparaît pas dans les films.

Cabane de Hagrid[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cabane de Hagrid (Poudlard).

C'est une petite maison en bois, entourée d'un potager et située un peu à l'écart du château de Poudlard, au bord de la Forêt interdite. Tout y est démesurément grand. Hagrid, le garde-chasse, y vit avec son chien Crockdur.

Maison des Lovegood[modifier | modifier le code]

Description :

Il s'agit du domicile de Xenophilius Lovegood et de sa fille Luna. La maison, qui ressemble à une tour noire de jeu d'échec selon Ron[g 34], est située à Loutry Ste Chaspoule, non loin du Terrier[g 35] et de la maison des Diggory. Elle est située très en hauteur, sur une colline[g 34] au pied de laquelle s'écoule un cours d'eau[g 36]. La maison est décrite dans Harry Potter et les Reliques de la Mort, lorsque le trio souhaite en apprendre davantage au sujet du symbole des reliques.

Sur son portail sont cloués trois écriteaux : « Le Chicaneur - Directeur : X. Lovegood », « Allez cueillir votre gui ailleurs » et « Ne pas approcher des Prunes Dirigeables »[g 37]. Le jardin est garni de vieux pommiers sauvages et de buissons couverts de fruits orange en forme de radis (les Prunes Dirigeables). La porte de la maison est épaisse et noire, incrustée de clous en fer, et comporte un heurtoir en forme d'aigle[g 37]. La cuisine, décorée par Luna de fleurs, d'insectes et d'oiseaux peints, est circulaire et accessible dès l'entrée. Tous les meubles s'y trouvant sont de forme arrondie pour s'adapter aux murs. Un escalier de fer forgé en colimaçon se trouve au milieu de la pièce et mène à un salon-atelier, rempli de piles de livres et de papiers divers, comportant également un buste à l'effigie de Rowena Serdaigle[g 38] et une presse à imprimer utilisée pour les exemplaires du Chicaneur[g 39].

Le plafond de la chambre de Luna, au deuxième étage, est décoré de très beaux portraits de ses amis : Harry, Ron, Hermione, Ginny et Neville. À côté du lit se trouve une grande photographie de Luna en compagnie de sa mère défunte[g 40].

Adaptation :

Pour représenter la maison des Loveggod dans le 7e film, Stuart Craig a créé un cylindre incliné et fuselé pour évoquer la forme de la tour d'échecs décrite dans les livres. Les dessins peints sur les murs intérieurs sont inspirés de ceux créés par l'actrice Evanna Lynch (qui incarne Luna Lovegood), Stephenie McMillan trouvant les idées de l'atcrice excellentes et partiulièrement artistiques[j 19]. Comme pour les romans, les meubles épousent les courbes des murs et l'ensemble est rendu éclectique, très coloré et douillet[j 19]. La presse d'imprimerie utilisée, très imposante, est une réplique d'une presse américaine de 1889[j 20]. Le paysage utilisé pour les plans extérieurs est la lande de Grassington, dans le Yorkshire[j 20].

Budly Babberton[modifier | modifier le code]

Description :

Budly Babberton (Budleigh Babberton) est un village anglais, apparaissant dans Harry Potter et le Prince de sang-mêlé, où le professeur Slughorn se réfugie une semaine[f 16] pour ne pas être repéré par les mangemorts, alors que les propriétaires de la maison qu'il occupe sont en vacances aux Canaries.

Dumbledore vient l'y chercher pour le convaincre de reprendre son poste de professeur à Poudlard. Il est accompagné de Harry Potter.

C'est un village moldu comprenant un monument aux morts[f 17] et une église[f 18] en son centre. La maison occupée par Slughorn est une jolie petite maison en pierre[f 19], entourée par un jardin très bien entretenu. L'intérieur, à l'image de Slughorn, comprend notamment une pendule de grand-mère, un piano[f 20], une collection de cadres en argent[f 21], des fauteuils moelleux aux coussins épais[f 22], des livres et des boîtes de chocolats. Le professeur Slughorn, métamorphosé en fauteuil, est démasqué par Dumbledore, tandis que l'ensemble des bibelots qui ornent la maison sont renversés pour faire croire à une attaque des lieux.

Histoire externe :

L'homonyme le plus proche de Budleigh Babberton dans la réalité est probablement « Budleigh Salterton », ville côtière au sud-ouest d'Exeter[23] où l'auteure a fait des études. Il se trouve également près de Chudleigh et d'Ottery St. Mary, deux villes dont Rowling a également déformé les noms pour créer « Chudley » et « Loutry Ste Chaspoule »[23].

Adaptation :

Pour les scènes de Budly Babberton dans le film Harry Potter et le Prince de sang-mêlé, Stuart Craig choisit le village de Lacock[j 21] (Comté de Wiltshire), très pittoresque et ancien et comprenant de nombreuses maisons du XVIIIe siècle.

Ministère de la Magie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ministère de la Magie.

Situé au centre de Londres, le ministère de la Magie (Ministry of Magic) est l'autorité gouvernementale du monde magique britannique. Son rôle principal est d'empêcher les Moldus (personnes sans pouvoirs magiques) de se rendre compte de l'existence d'un monde magique, mais il contrôle également les relations internationales et le commerce.

À la tête du ministère, le ministre de la Magie a sous ses ordres différents fonctionnaires tels que les directeurs de département, les Aurors, les secrétaires d'État, les membres du Magenmagot ainsi que d'autres fonctionnaires aux responsabilités variables.

Prisons[modifier | modifier le code]

Azkaban[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Azkaban est la plus célèbre prison de sorciers. C'est un bâtiment sinistre situé sur une île au milieu de la mer du Nord[34]. Il est aperçu brièvement, de forme triangulaire, dans les adaptations cinématographiques. Dans le roman final, la prison tombe sous le commandement de Voldemort.

« La forteresse est située sur un minuscule îlot au large des côtes, mais il n'y a même pas besoin de mur ou d'eau pour garder les prisonniers. Ils sont enfermés dans leur propre tête, incapables d'avoir la moindre pensée agréable. La plupart d'entre eux deviennent fous en quelques semaines[c 3]. »

— Remus Lupin.

Ses gardiens sont les détraqueurs, des créatures maléfiques vêtues d'un grand manteau noir tout déchiré. Ces détraqueurs, travaillant sous les ordres du ministère de la Magie, se nourrissent du bonheur des créatures qui les entourent. Ils peuvent aussi aspirer l'âme des sorciers. Le seul sort agissant contre eux est le sortilege du Patronus.

Histoire[modifier | modifier le code]

Interne :

Matricule de détenu (studios Harry Potter).
Île d'Alcatraz, inspiration de J. K. Rowling pour Azkaban.

Le bâtiment est construit au XVe siècle et soumis dès sa construction à de puissants sortilèges qui rendent sa représentation sur une carte impossible[34]. Le premier résident de la forteresse est un mage noir du nom d'Ekrizdis[34], qui l'utilise alors comme demeure. Après sa mort, Azkaban est laissée à l'abandon pendant de nombreuses années et des détraqueurs envahissent les lieux.

Ce n'est qu'en 1718 que le ministre de la magie de l'époque trouve à cette forteresse une nouvelle utilité : une prison de sorciers, gardée par les Détraqueurs, épargnant ainsi quelques soucis aux fonctionnaires du ministère et faisant économiser du temps et de l'argent[34]. Vers les années 1730, un cimetière est construit derrière le bâtiment en vue d'accueillir les nombreux prisonniers morts de désespoir.

En 1983, la première évasion historique de la prison d'Azkaban survient : Barty Croupton Jr., un jeune mangemort, reçoit la visite de sa mère, qui échange sa place contre la sienne[d 20], avec la complicité de Bartemius Croupton père, sans que le ministère ne se doute de rien. Les Détraqueurs, dénués de sentiments et d'émotions, ne détectent pas non plus le subterfuge. Dix ans plus tard, une seconde évasion a lieu, celle de Sirius Black, qui utilise ses pouvoirs d'Animagus pour se transformer en chien et se glisser entre les barreaux de sa cellule lorsque les Détraqueurs lui apportent sa nourriture[c 4]. Depuis, deux évasions massives de mangemorts se sont également succédé.

En 1998, Kingsley Shacklebolt, élu au poste de ministre de la Magie, décide de débarrasser Azkaban des Détraqueurs. Depuis, la forteresse continue d'être utilisée en tant que prison, mais les gardes sont désormais des Aurors qui effectuent des rondes à partir de la terre ferme. Ils semblent plus efficaces que les Détraqueurs[34].

Externe :

La prison d'Azkaban est mentionnée dès l'écriture du premier roman, Harry Potter à l'école des sorciers.

Selon l'auteur, Azkaban s'inspire de la prison d'Alcatraz[34], son équivalent moldu le plus proche, également située sur une île. Le nom s'inspire également du mot hébreu « Abaddon », signifiant « lieu de destruction » ou « profondeurs de l'enfer ». Elle ajoute que l'utilisation des Détraqueurs pour garder les prisonniers était un symbole de la corruption du ministère de la Magie[35].

Les détenus[modifier | modifier le code]
Motif Entrée Sortie Détails
Sirius Black Accusé (à tort) d'avoir livré les Potter à Lord Voldemort. Il est condamné par Bartemius Croupton Sr. sans procès novembre 1981[36] fin juillet 1993[c 5] Il séjourne 12 ans à Azkaban. Sa capacité à se transformer en chien, qu'il doit à sa qualité d'Animagus, lui a permis non seulement d'échapper à la domination mentale des détraqueurs, mais également de s'évader dans Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban[c 4].
Barty Croupton Jr. Participe avec Bellatrix, Rodolphus et Rabastan Lestrange à la torture de Frank et Alice Londubat. Il est dénoncé par Igor Karkaroff et condamné par son propre père. 1981[36] 1981[36] Soi-disant décédé dans la prison, sa mère échange sa place contre la sienne en se métamorphosant[d 20]. Il quitte la prison sous les traits de sa mère en compagnie de son père.
Antonin Dolohov Assassinat des frères Gideon et Fabian Prewett, puis suite à l'attaque du département des mystères 1981[36] et 1996 1996[36] et 1997 Il s'en enfuit dans le cinquième roman et y retourne dans ce même ouvrage après la bataille au ministère. Il s'en évade à nouveau dans le roman final.
Perceval Dumbledore Pour avoir attaqué trois jeunes Moldus qui s'en étaient pris à sa fille au point de la rendre instable psychologiquement. 1891[Note 1] - Il meurt à Azkaban.
Rubeus Hagrid Accusé (à tort) d'avoir ouvert la chambre des secrets. mai 1993[36] été 1993
Igor Karkaroff Mangemort  ? 1981[36] Libéré en échange de renseignements sur les autres Mangemorts.
Bellatrix Lestrange Participe avec Barty Croupton Jr., Rodolphus et Rabastan Lestrange à la torture de Frank et Alice Londubat. 1981[36] janvier 1996[36] Elle résiste au pouvoir qu'ont les détraqueurs de rendre les gens fous, grâce notamment à son immense volonté de vaincre et finit par s'évader de la prison.
Rabastan et Rodolphus Lestrange Participent avec Barty Croupton Jr. et Bellatrix Lestrange à la torture de Frank et Alice Londubat, puis suite à l'attaque du département des mystères 1981[36] et 1996 janvier 1996[36] Ils s'évadent avec Bellatrix en 1996 puis sont réincarcérés à la fin de l'année.
Xenophilius Lovegood Envoyé par lord Voldemort décembre 1997[37] mai 1998 Gracié.
Lucius Malefoy Suite à l'attaque du département des mystères juin 1996[36] 1997 Libéré par Voldemort. Il est gracié par le ministère après la bataille de Poudlard.
Walden Macnair Suite à l'attaque du département des mystères 1996 1997 Libéré par Voldemort. Il est tué par Hagrid durant la bataille de Poudlard.
Dolores Ombrage Abus de pouvoir au sein du ministère de la Magie et discrimination contre les Nés-Moldus[38] après mai 1998[38] - Date de libération inconnue.

Nurmengard[modifier | modifier le code]

Nurmengard est une autre prison pour sorciers, en Europe continentale.

Grindelwald, arrivé au pouvoir en partie grâce à Dumbledore, l'avait fait construire afin d'y enfermer ses opposants[39]. Elle porte pour slogan « Pour le plus grand bien », inscrit au-dessus de sa porte d’entrée.

Grindelwald y fut finalement enfermé lui-même en 1945, après avoir été vaincu en duel par Dumbledore[39]. Il y mourut assassiné par Voldemort après avoir refusé de lui révéler où se trouvait la Baguette de Sureau.

Gare de King's Cross[modifier | modifier le code]

Article connexe : Gare de King's Cross (Londres).
Voie 9 ¾ matérialisée au Universal Studios Florida.

« De la fumée s'échappait de la locomotive et se répandait au-dessus de la foule, des chats de toutes les couleurs se glissaient çà et là entre les jambes des passagers et la rumeur des conversations était ponctuée par le bruit des valises traînées sur le quai et des ululements que les hiboux échangeaient d'un air grognon[a 10]. »

Le Poudlard Express, qui assure la liaison entre la capitale britannique et l'école de Poudlard, part tous les 1er septembre à 11h[a 11] d'une voie secrète située dans la Gare de King's Cross à Londres. Dans l'histoire, la « Voie 9 ¾ » (Platform Nine and Three-Quarters) est en effet dissimulée entre les voies 9 et 10 et n'est accessible qu'en traversant une voûte de pierre.

C'est à King's Cross que Harry rencontre pour la première fois la famille Weasley[a 11], et qu'il parvient grâce à elle à trouver la voie 9 ¾.

Un clin d'œil à Harry Potter à l'intérieur de la gare, où un chariot a été encastré dans un mur.

Histoire externe :

La gare de King's Cross a une importance particulière pour J. K. Rowling, qui a commencé à imaginer Harry Potter en 1990 alors qu'elle attendait un train entre la gare de Manchester et celle de Londres[40]. Ses parents se sont également rencontrés dans un train qui partait de King's Cross.

Dans la véritable gare de King's Cross, un chariot a été encastré dans un mur en guise de clin d'œil à Harry Potter, sous une pancarte « Quai 9 ¾ », dans la façade occidentale, puis déplacé pour cause de travaux. On le trouve actuellement dans la galerie commerciale de la gare, à côté d'un magasin de souvenirs dédié intégralement à l'œuvre. La Gare de King's Cross fait également d'autres clins d'œil, notamment en annonçant le départ du Poudlard Express le 1er septembre à 11h00, exactement comme dans les livres.

Adaptation :

Dans les films, les voies 9 et 10 n'étant pas en réalité adjacentes, il a fallu les renuméroter. « On a choisi une voie avec de grands piliers et de grandes arches en pierre qui la relient à un autre quai[j 22] » explique Stuart Craig, le chef décorateur. Ainsi, la voie 9 ¾ se retrouve en réalité, non pas entre les voies 9 et 10, mais entre les voies 4 et 5[j 22]. Quant aux vues d'extérieur, ce sont celles, plus impressionnantes, des façades néo-gothiques de l'hôtel St. Pancras Renaissance, adjacent à la Gare de Saint-Pancras voisine.

Hôpital Sainte-Mangouste[modifier | modifier le code]

Description :

L'hôpital Sainte Mangouste pour les maladies et blessures magiques (St Mungo's Hospital for Magical Maladies and Injuries) est un hôpital situé à Londres[41] et décrit uniquement dans le cinquième roman, Harry Potter et l'Ordre du phénix (mentionné pour la première fois dans le chapitre 4 de Harry Potter et la Coupe de feu).

Les sorciers guérisseurs y sont formés et équipés pour traiter toutes sortes d'affections ou problèmes divers provoqués par la magie. On y accède par la vitrine de Purge & Pionce Ltd., un vieux bâtiment à l'ancienne en briques rouges avec des écriteaux sur les portes signalant : « Fermé pour rénovation »[e 20].

Organisation des locaux[e 21] :

  • Rez-de-chaussée : Accidents matériels (explosions de chaudrons, courts-circuits de baguettes, chutes de balais, etc.).
  • 1er étage : Blessures par créatures vivantes (morsures, piqûres, brûlures, enfoncements d'épines, etc.).
  • 2e étage : Virus et microbes magiques (maladies contagieuses : variole du dragon, disparition pathologique, scrofulites, etc.).
  • 3e étage : Empoisonnements par potions et plantes (urticaires, régurgitations, fous rires incontrôlables, etc.).
  • 4e étage : Pathologies des sortilèges (maléfices chroniques, ensorcellements, détournements de charmes, etc.).
  • 5e étage : Salon de thé / Boutique de l’hôpital.

Mordu par un serpent (Nagini) dans le cinquième roman, Arthur Weasley est hospitalisé dans la salle « Dai Llewellyn » réservée aux morsures graves[e 22] située au premier étage de l'hôpital. Augustus Pye, guérisseur stagiaire qui s'intéresse de près à la médecine d'appoint moldue, tente d'aider Arthur à guérir en lui faisant des points de suture.

Le jour de Noël, Harry, Ron, Hermione et Ginny rencontrent Gilderoy Lockhart, l'ancien professeur de défense contre les Forces du Mal devenu amnésique, sur le palier du quatrième étage[e 23], et le raccompagnent jusqu'à la salle « Janus Thickey » réservée aux résidents de longue durée[e 24], où il séjourne. Les autres personnes présentes dans la chambre sont Frank et Alice Londubat[e 25], Broderick Moroz[e 26], et une sorcière nommée Agnès[e 27]. Durant cette visite, le quatuor croise également Neville et sa grand-mère, apprenant de cette manière la vérité sur les parents de Neville[e 25] (bien qu'Harry l'apprît l'année précédente).

L'hôpital Ste Mangouste n'apparaît pas dans les films.

Histoire externe :

« L'Hôpital St Pancras pour les maladies tropicales » (St Pancras Hospital for Tropical Diseases), dont le nom est proche de St Mungo’s Hospital for Magical Maladies and Injuries, se situe dans le quartier de King’s Cross, que fréquentait régulièrement J. K. Rowling. Il est possible que ce nom ait inspiré l'auteure pour l'hôpital des sorciers[41].

Forêt de Dean[modifier | modifier le code]

La forêt de Dean est une forêt existante située dans l'ouest du comté de Gloucestershire, en Angleterre. J. K. Rowling a vécu sur la bordure sud de cette forêt lorsqu'elle habitait dans le village de Tutshill de 1974 à 1983, ce qui a pu l'inciter à en faire mention dans l'intrigue de Harry Potter et les Reliques de la Mort[42].

Dans ce septième roman, Harry et Hermione s'y réfugient alors qu'ils sont traqués par Voldemort[g 41]. C'est notamment dans cette forêt que Severus Rogue guide Harry à l'aide de son Patronus jusqu'à l'épée de Gryffondor[g 42], leur permettant de détruire les horcruxes. Après les avoir quittés, Ron retrouve Harry et Hermione dans la forêt et y détruit le médaillon de Serpentard avec l'épée[g 43].

Lieux spécifiques à la pièce de théâtre[modifier | modifier le code]

Résidence St Oswald pour sorciers âgés[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une maison de retraite pour sorciers située près d'un viaduc[h 1], au bord de l'eau[h 2]. C'est un endroit plaisant à vivre, où les déambulateurs des résidents fonctionnent par magie et où les infirmiers s'amusent à danser le tango[h 3]. Albus Potter et Scorpius Malefoy s'y rendent pour rencontrer Amos Diggory, et sont à la fois amusés et inquiets en entrant dans le bâtiment.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Albus Dumbledore, né en 1881, est donc entré à Poudlard en tant qu'élève en septembre 1892 (à 11 ans). Dans le chapitre 2 de Harry Potter et les Reliques de la Mort, il est précisé dans la biographie de Dumbledore par Elphias Doge, que son père a été incarcéré à Azkaban l'année précédent son entrée à l'école.

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

Livres Harry Potter

J. K. Rowling, Harry Potter à l'école des sorciers, Paris, Gallimard, (ISBN 978-2-07-051842-5)

  1. chap. 7 (p. 121 édition poche)
  2. chap.1 (p. 5 de l'édition poche)
  3. chap.1 (p. 18 de l'édition poche)
  4. a et b chap.2 (p. 23 de l'édition poche)
  5. chap.3 (p. 36 de l'édition poche)
  6. chap.17 (p. 302 de l'édition poche)
  7. a et b chap.1 (p. 14 de l'édition poche)
  8. chap.2 (p. 24 de l'édition poche)
  9. chap.3 (p. 42 de l'édition poche)
  10. chap.6 (p. 97 de l'édition poche)
  11. a et b chap.6 (p. 95 de l'édition poche)

J. K. Rowling, Harry Potter et la Chambre des Secrets, Paris, Gallimard, (ISBN 978-2-07-052455-6)

  1. a et b chap.3 (p. 36 de l'édition poche)
  2. a, b, c et d chap.3 (p. 37 de l'édition poche)
  3. chap.3 (p. 47 de l'édition poche)
  4. chap.4 (p. 48 de l'édition poche)
  5. a et b chap.3 (p. 39 de l'édition poche)
  6. chap.4 (p. 52 de l'édition poche)
  7. chap.3 (p. 41 de l'édition poche)
  8. chap.3 (p. 46 de l'édition poche)
  9. chap.4 (p. 54 de l'édition poche)
  10. chap.4 (p. 58 de l'édition poche)

J. K. Rowling, Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban, Paris, Gallimard, (ISBN 978-2-07-052818-9)

  1. chap.5 (p. 89 édition poche)
  2. chap.5 (p. 88 édition poche)
  3. chap. 10
  4. a et b chap.19 (p. 397 de l'édition poche)
  5. chap.2 (p. 23 de l'édition poche)

J. K. Rowling, Harry Potter et la Coupe de Feu, Paris, Gallimard, (ISBN 978-2-07-054351-9)

  1. chap. 12 (p. 200 édition poche)
  2. a et b chap. 15 (p. 259 de l'édition poche)
  3. chap. 23 (p. 427 de l'édition poche)
  4. a et b chap. 23 (p. 442 de l'édition poche)
  5. chap. 15 (p. 260 de l'édition poche)
  6. chap. 15 (p. 250 de l'édition poche)
  7. chap. 15 (p. 258 de l'édition poche)
  8. a et b chap.15 (p. 260 édition poche)
  9. chap. 16 (p. 287 de l'édition poche)
  10. a et b chap. 23 (p. 441 de l'édition poche)
  11. a et b chap. 15 (p. 263 de l'édition poche)
  12. chap. 16 (p. 268 de l'édition poche)
  13. chap. 16 (p. 286 de l'édition poche)
  14. chap. 11 (p. 177 de l'édition poche)
  15. a et b chap.1 (p. 8 de l'édition poche)
  16. chap.1 (p. 7 de l'édition poche)
  17. chap.1 (p. 9 de l'édition poche)
  18. chap.33 (p. 676 de l'édition poche)
  19. chap.32 (p. 668 de l'édition poche)
  20. a et b chap.35 (p. 714 de l'édition poche)

J. K. Rowling, Harry Potter et l'Ordre du Phénix, Paris, Gallimard, (ISBN 978-2-07-055685-4)

  1. chap.1 (p. 15 de l'édition brochée)
  2. a et b chap.1 (p. 16 de l'édition brochée)
  3. chap.1 (p. 8 de l'édition brochée)
  4. chap.5 (p. 107 de l'édition brochée)
  5. chap.3 (p. 71 de l'édition brochée)
  6. a et b chap.6 (p. 134 de l'édition brochée)
  7. chap.4 (p. 73 de l'édition brochée)
  8. chap.4 (p. 74 de l'édition brochée)
  9. a et b chap.4 (p. 75 de l'édition brochée)
  10. a et b chap.4 (p. 76 de l'édition brochée)
  11. a, b et c chap.5 (p. 95 de l'édition brochée)
  12. chap.5 (p. 96 de l'édition brochée)
  13. chap.6 (p. 119 de l'édition brochée)
  14. chap.6 (p. 129 de l'édition brochée)
  15. chap.6 (p. 130 de l'édition brochée)
  16. chap.6 (p. 124 de l'édition brochée)
  17. a, b et c chap.5 (p. 99 de l'édition brochée)
  18. chap.4 (p. 93 de l'édition brochée)
  19. chap.5 (p. 101 de l'édition brochée)
  20. chap.22 (p. 543 édition brochée)
  21. chap.22 (p. 546 édition brochée)
  22. chap.22 (p. 547 édition brochée)
  23. chap.23 (p. 572 édition brochée)
  24. chap.23 (p. 574 édition brochée)
  25. a et b chap.23 (p. 578 édition brochée)
  26. chap.23 (p. 576 édition brochée)
  27. chap.23 (p. 575 édition brochée)

J. K. Rowling, Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé, Paris, Gallimard, (ISBN 978-2-07-057267-0)

  1. chap.5 (p. 116 de l'édition brochée)
  2. chap.2 (p. 28 édition brochée)
  3. a et b chap.2 (p. 30 édition brochée)
  4. chap.2 (p. 31 édition brochée)
  5. a et b chap.2 (p. 32 édition brochée)
  6. a et b chap.13 (p. 298 édition brochée)
  7. a et b chap.13 (p. 292 édition brochée)
  8. chap.13 (p. 295 édition brochée)
  9. chap.13 (p. 297 édition brochée)
  10. chap.13 (p. 300 édition brochée)
  11. chap.13 (p. 293 édition brochée)
  12. a et b chap.10 (p. 223 de l'édition brochée)
  13. chap.10 (p. 236 de l'édition brochée)
  14. chap.10 (p. 224 de l'édition brochée)
  15. chap.10 (p. 225 de l'édition brochée)
  16. chap.4 (p. 80 édition brochée)
  17. chap.4 (p. 69 édition brochée)
  18. chap.4 (p. 70 édition brochée)
  19. chap.4 (p. 73 édition brochée)
  20. chap.4 (p. 74 édition brochée)
  21. chap.4 (p. 76 édition brochée)
  22. chap.4 (p. 79 édition brochée)

J. K. Rowling, Harry Potter et les Reliques de la Mort, Paris, Gallimard, (ISBN 978-2-07-061537-7)

  1. chap.16 (p. 343 de l'édition brochée)
  2. a et b chap.11 (p. 236 de l'édition brochée)
  3. a, b, c et d chap.16 (p. 349 de l'édition brochée)
  4. a et b chap.16 (p. 344 de l'édition brochée)
  5. a, b, c et d chap.16 (p. 345 de l'édition brochée)
  6. a et b chap.17 (p. 358 de l'édition brochée)
  7. chap.17 (p. 357 de l'édition brochée)
  8. chap.16 (p. 348 de l'édition brochée)
  9. chap.16 (p. 350 de l'édition brochée)
  10. a et b chap.16 (p. 351 de l'édition brochée)
  11. chap.17 (p. 359 de l'édition brochée)
  12. chap.22 (p. 457 de l'édition brochée)
  13. chap.22 (p. 460 de l'édition brochée)
  14. chap.17 (p. 366 de l'édition brochée)
  15. a et b chap.16 (p. 354 de l'édition brochée)
  16. chap.1 (p. 11 de l'édition brochée)
  17. a, b, c et d chap.1 (p. 12 de l'édition brochée)
  18. a et b chap.33 (p. 710 édition brochée)
  19. chap.24 (p. 509 édition brochée)
  20. chap.23 (p. 499 édition brochée)
  21. chap.24 (p. 510 édition brochée)
  22. chap.25 (p. 537 édition brochée)
  23. a et b chap.25 (p. 544 édition brochée)
  24. a et b chap.25 (p. 536 édition brochée)
  25. chap.24 (p. 513 édition brochée)
  26. chap.24 (p. 514 édition brochée)
  27. chap.24 (p. 515 édition brochée)
  28. a et b chap.24 (p. 517 édition brochée)
  29. chap.24 (p. 525 édition brochée)
  30. chap.25 (p. 539 édition brochée)
  31. chap.25 (p. 543 édition brochée)
  32. chap.25 (p. 549 édition brochée)
  33. chap.15 (p. 314 édition brochée).
  34. a et b chap.20 (p. 426 de l'édition brochée)
  35. chap.20 (p. 424 de l'édition brochée)
  36. chap.20 (p. 432 de l'édition brochée)
  37. a et b chap.20 (p. 427 de l'édition brochée)
  38. chap.20 (p. 433 de l'édition brochée)
  39. chap.20 (p. 429 de l'édition brochée)
  40. chap.21 (p. 448 de l'édition brochée)
  41. chap.19 (p. 391 édition brochée)
  42. chap.19 (p. 392 édition brochée)
  43. chap.19 (p. 404 édition brochée)

Jack Thorne, Harry Potter et l'Enfant maudit, Paris, Gallimard, , 341 p. (ISBN 978-2-07-057420-9)

  1. p. 68
  2. p. 70
  3. p. 76
Autres

Lindsey Fraser, Rencontre avec J. K. Rowling, l'auteur de Harry Potter, Gallimard, (ISBN 2-07-054580-6)

  1. a et b p. 25

Jody Revenson, Harry Potter - Le Grand Atlas, la magie au cinéma, Huginn & Muninn, (ISBN 978-2-36480-299-5)

  1. p. 14
  2. a et b p. 17
  3. p. 19
  4. p. 203
  5. p. 204
  6. a et b p. 205
  7. p. 176
  8. p. 177
  9. a, b et c p. 180
  10. p. 184
  11. a et b p. 185
  12. a et b p. 196
  13. p. 198
  14. p. 200
  15. a, b et c p. 182
  16. p. 183
  17. a et b p. 192
  18. a et b p. 194
  19. a et b p. 186
  20. a et b p. 187
  21. p. 190
  22. a et b p. 48

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « There are eleven long-established and prestigious wizarding schools worldwide. », sur Pottermore (consulté le 25 janvier 2017)
  2. a, b, c, d et e « Pottermore - Beauxbatons Academy of Magic » (consulté le 7 août 2016)
  3. (en) « Hogwarts School of Witchcraft and Wizardry - « A massive castle in Scotland » », sur Harry Potter Lexicon,
  4. (en) « Hogwarts School of Witchcraft and Wizardry - « The four founders of the school, who established Hogwarts around 990 AD » », sur Harry Potter Lexicon,
  5. (en) « Hogwarts Castle - « All they will see is a mouldering ruin… » », sur Harry Potter Lexicon,
  6. (en) « Hogwarts School of Witchcraft and Wizardry - « The school motto, which appears on the crest, is “Draco dormiens nunquam titillandus” » », sur Harry Potter Lexicon,
  7. « Écoles de sorcellerie », sur Encyclopédie Harry Potter (consulté le 25 janvier 2017)
  8. « Pottermore - Durmstrang Institute » (consulté le 30 juin 2016)
  9. (en) « "Inside Harry Potter" » (consulté le 4 novembre 2009)
  10. (en) « "Another Hogwarts Location for Potter", IGN » (consulté le 4 novembre 2009)
  11. (en) « "Potter Privet Drive Pics", IGN » (consulté le 4 novembre 2009)
  12. (en) « "Potter Pics: Part Two, The Hogwarts Set at Durham Cathedral", IGN » (consulté le 4 novembre 2009)
  13. (en) « "Hogwarts Oxford Location Pics & Rowling Speaks", IGN » (consulté le 4 novembre 2009)
  14. (en) « 1714 Edict », sur Wikia Harry Potter,
  15. (en) « Hogsmeade - « The village is filled with Hogwarts students, who are allowed to visit beginning in their third year » », sur Harry Potter Lexicon,
  16. « Pré-au-Lard », sur Encyclopédie Harry Potter,
  17. privet signifiant troène en français, l'adresse pourrait être traduite en Chemin des troènes
  18. a et b « Little Whinging », sur Encyclopédie Harry Potter (consulté le 25 janvier 2017)
  19. « 4 Privet Drive », sur Encyclopédie Harry Potter (consulté le 25 janvier 2017)
  20. « Plans du N°4, Privet Drive », sur Encyclopédie Harry Potter (consulté le 25 janvier 2017)
  21. a et b « Number Four, Privet Drive », sur Pottermore (consulté le 26 janvier 2017)
  22. a et b (en) « 4 reasons we always wanted to run away to The Burrow », sur Pottermore,
  23. a, b et c « Atlas - "B" », sur Encyclopédie Harry Potter,
  24. (en) « Behind the scenes: The Burrow », sur Pottermore,
  25. (en) « House of Black », sur Wikia Harry Potter,
  26. « Square Grimmaurd », sur Encyclopédie Harry Potter,
  27. a, b et c (en) « 'HARRY POTTER' AUTHOR J.K. ROWLING OPENS UP ABOUT BOOKS' CHRISTIAN IMAGERY », sur mtv.com,
  28. « Un an dans la vie de JK Rowling (passage sur la croyance de l'auteure à 6:50) », sur YouTube,
  29. (en) « Behind the scenes: The making of Malfoy Manor », sur Pottermore,
  30. (en) « Behind the scenes: Spinner’s End », sur Pottermore,
  31. « Shell Cottage », sur Pottermore,
  32. a, b, c, d et e « Orphelinat de Tom Jedusor », sur Encyclopédie Harry Potter,
  33. « Le journal intime de Tom Jedusor », sur Encyclopédie Harry Potter,
  34. a, b, c, d, e et f « Azkaban », sur Pottermore,
  35. « Chat de J. K. Rowling du 30 juillet 2007 », sur La Gazette du sorcier (consulté le 19 février 2017)
  36. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l « Prisonniers gardés à Azkaban, anciens et actuels », sur Encyclopédie Harry Potter,
  37. « Xenophilius Lovegood - Aptitudes », sur Encyclopédie Harry Potter,
  38. a et b « J.K. Rowling publie une nouvelle sur Dolores Ombrage », sur Madmoizelle,
  39. a et b « Nurmengard », sur Encyclopédie Harry Potter (consulté le 19 janvier 2017)
  40. (en) « About J. K. Rowling », sur Site officiel de l'auteure,
  41. a et b « Hôpital Ste Mangouste pour les maladies et blessures magiques », sur Encyclopédie Harry Potter,
  42. (en) « JK Rowling's portrayal of 'snobby' villagers is not based on us, say West Country residents », sur The Telegraph,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :