Harry Potter et l'Enfant maudit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Harry Potter
et
l'Enfant maudit
Entrée du Palace Theatre de Londres lors d'une représentation de Harry Potter et l'Enfant maudit en 2017.
Entrée du Palace Theatre de Londres lors d'une représentation de Harry Potter et l'Enfant maudit en 2017.

Auteur Jack Thorne (script)
J. K. Rowling, John Tiffany et Jack Thorne (histoire originale)
Nb. d'actes 4
Durée approximative h 30
Site web harrypottertheplay.com
Version originale
Titre original Harry Potter and the
Cursed Child
Langue originale Anglais britannique
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Éditeur original Little, Brown and Company
Lieu de parution originale Londres
Date de parution originale
ISBN 978-1338099133
Date de création
Lieu de création Palace Theatre
Metteur en scène John Tiffany
Rôle principal Sam Clemmett
Jamie Parker
Version française
Traducteur Jean-François Ménard
Lieu de parution Paris
Éditeur Gallimard Jeunesse
Date de parution
Nombre de pages 352
ISBN 978-2075074209
Personnages principaux
Chronologie

Harry Potter et l'Enfant maudit (titre original : Harry Potter and the Cursed Child) est une pièce de théâtre britannique en quatre actes, écrite par Jack Thorne à partir d'une histoire originale de John Tiffany, Jack Thorne et J. K. Rowling (auteur de la série romanesque Harry Potter achevée en 2007)[1]. Mise en scène par John Tiffany, la pièce a été jouée pour la première fois le au Palace Theatre à Londres[2]. Le script de la pièce a été publié en 2016.

L'action de la pièce se déroule dix-neuf ans après les évènements du livre Harry Potter et les Reliques de la Mort et suit les aventures de Harry Potter, âgé de trente-sept ans et désormais employé au ministère de la Magie, et de son plus jeune fils, Albus Potter, l'année de son entrée à Poudlard où il sera le premier Potter à intégrer la maison Serpentard. Hermione Granger est devenue ministre de la Magie, son mari Ron Weasley tient un magasin de farces et attrapes et ils ont deux enfants, Rose et Hugo. Scorpius Malefoy, le fils de Drago Malefoy est l'autre principal protagoniste de cette pièce, et le meilleur ami d'Albus Severus.

Le texte de la pièce est édité par Little, Brown and Company le en tant que « huitième histoire[3] » puis est traduit en français par Jean-François Ménard et publié aux éditions Gallimard Jeunesse le . J. K. Rowling annonce que le livre publié n'est pas un roman Harry Potter[4], mais que la pièce de théâtre s'inscrit selon elle dans le canon de son univers sorcier[5]. Elle précise également que cette histoire sera la dernière consacrée au magicien[6].

Trame[modifier | modifier le code]

Personnages[modifier | modifier le code]

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

Personnages secondaires[modifier | modifier le code]

Résumé[modifier | modifier le code]

Un retourneur de temps a été repris par le ministère de la magie. En entendant la nouvelle, Amos Diggory se précipite chez Harry Potter pour lui demander de changer le cours des choses et ramener son fils Cedric à la vie. Harry refuse et nie l'existence d'un retourneur de temps. La nièce d'Amos, Delphi Diggory, fait en sorte qu'Albus Severus Potter s'empare du retourneur de temps pour sauver son cousin Cedric Diggory de sa mort au Tournoi des Trois Sorciers. Albus, qui est en froid avec son père et avec sa réputation, accepte cette mission. Il vole donc le retourneur de temps au ministère de la magie avec l'aide de Scorpius Malefoy et de Delphi. Albus et Scorpius retournent ensuite à l'époque du Tournoi des Trois Sorciers pour éviter à Cedric d'être en tête de la compétition et d'attraper le trophée en même temps que Harry (ce qui le conduirait auprès de Voldemort). Ils font en sorte que Cedric échoue dès l'épreuve du dragon, mais en revenant au moment présent, les deux enfants se rendent compte que changer le cours des choses a provoqué d'autres événements imprévus.

Intrigue détaillée[modifier | modifier le code]

Première partie[modifier | modifier le code]

Acte I[modifier | modifier le code]

Alors que Harry Potter dirige le Département de la justice magique au ministère, son fils Albus est mal dans sa peau. Unique enfant de la famille Potter à faire partie de la maison Serpentard, il est ami avec Scorpius Malefoy ; ces deux états de faits entraînent la moquerie des autres élèves de Poudlard.

Une rumeur selon laquelle le ministère posséderait un retourneur de temps se répand. Un soir, Amos Diggory vient demander à Harry de l'utiliser afin de ramener son fils Cedric. Harry refuse en affirmant que le ministère les a tous détruits. Albus, qui a entendu la conversation, décide d'entreprendre la quête périlleuse du sauvetage de Cedric, en compagnie de Delphini Diggory, surnommée Delphi, la nièce d'Amos — également infirmière à la résidence St Oswald pour personnes âgées où réside son oncle — et de Scorpius Malefoy, le fils de Drago Malefoy. Ensemble, ils résolvent les charades et dérobent un retourneur de temps caché dans le bureau d'Hermione Granger, ministre de la Magie.

Acte II[modifier | modifier le code]

Albus et Scorpius retournent dans le temps au moment du tournoi des trois sorciers afin d'essayer de sauver Cedric. Albus jette le sort Expelliarmus à Cedric et l'empêche ainsi de récupérer l'œuf de dragon, à l'inverse de ce qui s'était passé durant les événements du roman Harry Potter et la Coupe de feu. Le retourneur de temps les renvoie alors à leur temporalité initiale, dévoilant ainsi son principal défaut : le retour dans le passé ne dure que cinq minutes. Une fois revenus, ils découvrent que le présent a changé du fait de leurs modifications du passé : Albus est désormais dans la maison Gryffondor, Ron Weasley est marié avec Padma Patil avec qui il a eu un fils, Panju, Rose Weasley n'existe pas et Hermione est professeur de défense contre les forces du mal. Ils découvrent ensuite que dans le passé, Hermione jeune a aperçu Albus et Scorpius habillés aux couleurs de Durmstrang ; les soupçonnant d'avoir lancé un sort à Cedric, elle s'est rendue au bal en compagnie de Ron, en ami, à la place de Viktor Krum, ne rendant pas Ron jaloux, ce qui avait été à la base de leur histoire d'amour. De plus, Cedric n'a pas survécu à la troisième épreuve : l'échec d'Albus et de Scorpius est donc total.

Albus souhaite retourner une nouvelle fois dans le passé pour faire mieux mais Scorpius pense qu'il risque d'empirer les choses. Delphi parvient à le persuader d'essayer quand même, ce qui est chose aisée, puisqu'Albus a un faible pour Delphi. Scorpius et Albus retournent cette fois-ci au moment de la deuxième épreuve et, plongés tous deux dans le lac, ils empêchent Cedric de la réussir en utilisant un sortilège d'Engorgement, tout en l'humiliant assez pour qu'il ne tente même pas l'épreuve suivante. Le retour au présent s'effectue lors de la remontée à la surface du lac, dont n'émerge que Scorpius et le présent est une nouvelle fois différent : Cedric a survécu, mais il est devenu un Mangemort (à cause de l'humiliation subie), Harry a été tué lors de la bataille de Poudlard à l'inverse de Voldemort qui est désormais au pouvoir, Albus n'est pas né du fait de la mort de Harry, ce qui explique qu'il ne soit pas ressorti du lac avec Scorpius, Dolores Ombrage est la directrice de Poudlard et les seuls résistants à Voldemort sont Ronald Weasley, Hermione Granger et Severus Rogue.

Seconde partie[modifier | modifier le code]

Acte III[modifier | modifier le code]

Scorpius décide d'utiliser une nouvelle fois le retourneur de temps et il parvient à se faire aider en cela par Hermione, Ron et le professeur Rogue, devenus tous les trois des résistants dans ce monde parallèle ténébreux. Scorpius révèle à Hermione et Ron que dans l'autre monde, ils sont mariés et ont des enfants. Tous ensemble, ils retournent au moment de la première épreuve et Hermione contre le sort Expelliarmus lancé par Albus lors de son premier retour dans le passé. Le retourneur se déclenche alors et ramène les trois sorciers dans le présent. Ils sont immédiatement attaqués par des détraqueurs. Ron et Hermione s'interposent pour faire gagner du temps à Scorpius afin qu'il s'enfuie. Mais les détraqueurs tuent Ron et Hermione et s'attaquent ensuite au professeur Rogue, qui subit peu après le même sort. Au même moment, Scorpius plonge dans un lac. Quand il en ressort, Albus en ressort également, laissant comprendre par ses paroles que Scorpius est retourné dans le passé au moment de la deuxième épreuve pour annuler le sortilège d'Engorgement. Les deux enfants comprennent que personne ne doit modifier le passé, sous peine de conséquences trop néfastes.

Désormais, tout semble être redevenu comme avant les manipulations du passé. Albus prétend avoir perdu le retourneur du temps mais c'est un mensonge car il ne croit pas qu'il sera détruit s'il le rend. Il décide de procéder lui-même à cette destruction et convie pour cela Scorpius et Delphi. Mais cette dernière ligote les deux amis, détruit leurs baguettes, leur prend le retourneur du temps et tue un préfet de Poudlard. Elle souhaite qu'ils se rendent à la troisième épreuve du tournoi des sorciers afin d'humilier une nouvelle fois Cedric dans l'espoir qu'il devienne une nouvelle fois un Mangemort et qu'ainsi, Voldemort survive à la bataille de Poudlard. Mais la rencontre avec Cedric ne tourne pas comme Delphi l'avait pensé puisque ce dernier, pensant que Albus, Scorpius et Delphi font partie de son épreuve, libère les deux sorciers de l'emprise de Delphi qui ne parvient donc pas à le tuer. Delphi réussit ensuite à prendre le dessus sur les deux garçons et elle utilise ensuite le retourneur du temps avant qu'il ne les ramène au présent. Une fois arrivés dans le passé, Delphi les abandonne après avoir détruit le retourneur de temps.

Acte IV[modifier | modifier le code]

Albus et Scorpius, perdus dans le temps, parviennent à découvrir où et à quel moment ils se trouvent : ils sont à Godric's Hollow et la date est le , soit la veille de la tentative de Voldemort de tuer Harry Potter en plus du meurtre de ses parents. Ils pensent alors que Delphi est venu tuer Harry. Cherchant un moyen pour demander de l'aide à leurs parents, Albus se rappelle que son père lui a offert la couverture dans laquelle il a été trouvé à la suite du décès de ses parents et que dernièrement, une potion d'amour s'est renversée dessus. Scorpius lui apprend qu'un des ingrédients de cette potion est la poudre de nacre, qui s'enflamme au contact de la teinture de demiguise. Harry ayant révélé à Albus que tous les , il ressent le besoin de prendre avec lui cette couverture, les deux sorciers décident d'écrire à la teinture de demiguise (volée chez Bathilda Tourdesac) un message qui appelle à l'aide avec la date du jour.

Dans le présent, Harry et Ginny déchiffrent le message des deux enfants. Ils sont rejoints par Ron, Hermione et Drago. Ce dernier leur révèle que son père possédait son propre retourneur de temps parmi sa collection d'objets magiques et qu'il est beaucoup plus puissant que celui qu'avaient dérobé Albus et Scorpius. Ils se rendent tous les cinq à Godric's Hollow et retournent au . Mais au dernier moment, Ginny prend conscience que Delphi, plutôt que d'essayer de tuer Harry, cherchera sûrement à prévenir Voldemort de ne pas essayer de tuer Harry afin de ne pas le rendre plus fort. Ils décident d'un commun accord que le meilleur moyen d'empêcher cela est de métamorphoser Harry en Voldemort, même si ce sort n'est pas aussi puissant que la potion de polynectar. Une fois la métamorphose effectuée, Delphi arrive et elle annonce à Harry/Voldemort qu'elle est la fille de Bellatrix Lestrange et de Voldemort. Mais au fil de la discussion, la métamorphose commence à disparaître et Delphi comprend la supercherie. Un duel éclate alors entre elle et Harry, bientôt rejoint par Ron, Hermione, Ginny, Drago, Scorpius et Albus, qui parviennent à la neutraliser. Harry assiste alors de loin à l'attaque de Voldemort et au décès de ses parents.

Harry et ses amis retournent alors au présent : tout est redevenu normal. Delphi sera incarcérée à vie à Azkaban. Harry rejoint alors son fils Albus à Poudlard et se réconcilie avec lui.

Chronologie[modifier | modifier le code]

Représentations[modifier | modifier le code]

Harry Potter et l'Enfant maudit au Lyric Theatre de New York.

Harry Potter et l'Enfant maudit, mise en scène par John Tiffany[7], a été produite par Sonia Friedman, Colin Callender et Harry Potter Theatrical Productions. La première représentation s'est jouée le [8] au Palace Theatre de Londres (la veille de la publication du script), avec les comédiens Sam Clemmett (Albus Potter), Anthony Boyle (Scorpius Malefoy), Esther Smith (Delphi Diggory), Jamie Parker (Harry Potter), Noma Dumezweni (Hermione Granger) et Paul Thornley (Ron Weasley).

Cette huitième histoire de Harry Potter est jouée en avant-premières à New York au Lyric Theatre du 2 au , et y rapporte 2,1 millions de dollars. En une semaine, elle détrône All the Way de Robert Schenkkan (en), pièce produite en 2014 et qui était jusqu'à alors la plus rentable de Broadway[9]. Durant tout le premier semestre 2019, elle continue à être jouée au Lyric Theatre, sur la 43e rue. L'argent rapporté par la pièce de théâtre, complète jusqu'en , devrait selon Le Figaro rembourser les 68,5 millions de livres sterling de coût, dont la moitié ont été consacrés à la rénovation de la salle de spectacle[9].

En est annoncée la production de la pièce en Australie[10]. Les avant-premières ont commencé le au Princess Theatre (en) à Melbourne, et la soirée d'ouverture a eu lieu le . 200 000 billets ont été pré-vendus en quatre jours[11].

Distribution[modifier | modifier le code]

La distribution originelle pour les représentations de la pièce au Palace Theatre de Londres et au Lyric Theatre de New York est la suivante :

Personnage West End [12]
(2016–2017)
Broadway[13]
(2018)
Harry Potter Jamie Parker
Ron Weasley Paul Thornley
Hermione Granger Noma Dumezweni
Ginny Weasley Poppy Miller
Drago Malefoy Alex Price
Albus Severus Potter Sam Clemmett
Scorpius Malefoy Anthony Boyle
Rose Granger-Weasley Cherrelle Skeete Susan Heyward
Hermione jeune
Delphi Diggory Esther Smith Jessie Fisher
Craig Bowker Jr. Jeremy Ang Jones Joshua DeJesus
Mimi Geignarde Annabel Baldwin Lauren Nicole Cipoletti
Lily Potter Sr.
Polly Chapman Claudia Grant Madeline Weinstein
Vernon Dursley Paul Bentall Byron Jennings
Severus Rogue
Lord Voldemort
Rubeus Hagrid Chris Jarman Brian Abraham
Choixpeau
Yann Fredericks James Le Lacheur Jess Barbagallo
Petunia Dursley Helena Lymbery Kathryn Meisle
Rolanda Bibine
Dolores Ombrage
Amos Diggory Barry McCarthy Edward James Hyland
Albus Dumbledore
Sorcière du train Sandy McDade Geraldine Hughes
Minerva McGonagall
Cedric Diggory Tom Milligan Benjamin Wheelwright
James Sirius Potter
James Potter Sr.
Dudley Dursley Jack North Joey LaBrasca
Karl Jenkins
Viktor Krum
Bane Nuno Silva David St. Louis
Harry Potter jeune Rudi Goodman
Alfred Jones
Bili Keogh
Ewan Rutherford
Nathaniel Smith
Dylan Standen
Will Coombs
Landon Maas
Lily Luna Potter Zoe Brough
Cristina Fray
Christiana Hutchings
Olivia Bond
Brooklyn Shuck

Une grande partie des comédiens d'origine partant jouer sur Broadway, une nouvelle distribution est choisie en 2017 pour West End[14]. Jamie Glover remplace ainsi Jamie Parker pour le rôle de Harry Potter, tandis qu'Emma Lowndes joue l'épouse de celui-ci, Ginny Weasley. Thomas Aldridge joue Ron Weasley, pour remplacer Paul Thornley, tandis Rakie Ayola joue Hermione Granger, en remplaçant Noma Dumezweni. Annabel Baldwin, qui jouait le rôle de Mimi Geignarde va prendre le rôle d'Esther Smith en tant que Delphi. Les comédiens originels Helen Aluko et James Howard jouent Rose Granger-Weasley et Drago Malefoy. Samuel Blenkin et Theo Ancient feront leur début professionnel en jouant respectivement Scorpius Malfoy et Albus Potter[14]. Les nouveaux interprètes débutent les représentations le , tandis que les comédiens originels auront leur dernière performance à Londres le de la même année[14].

Pour les représentations de la pièce à Melbourne, Gareth Reeves est choisi pour interpréter Harry Potter ; Paula Arundell pour Hermione Granger ; Gyton Grantley pour Ron Weasley ; Lucy Goleby pour Ginny Potter ; Sean Rees-Wemyss pour Albus Potter ; Tom Wren pour Drago Malefoy et William McKenna pour Scorpius Malefoy[11].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Source : Harrypottertheplay.com/uk[15]

  • Mise en scène : John Tiffany
  • Décors : Christine Jones (en)
  • Musique : Imogen Heap
  • Costumes : Katrina Lindsay
  • Lumière : Neil Austin
  • Son : Gareth Fry
  • Effets visuels (illusions et magie) : Jamie Harrison
  • Chorégraphies : Steven Hoggett

Publication du script[modifier | modifier le code]

Le texte intégral de la pièce (Harry Potter and the Cursed Child Parts I & II) a été publié en anglais, sur supports papier et électronique, le [16]. Aux États-Unis et au Canada, le script s'est vendu à plus de 2 millions d'exemplaires dans les 2 jours qui ont suivi sa publication (contre 8,3 millions en un jour pour Harry Potter et les Reliques de la Mort en 2007)[17].

La traduction française du texte, effectuée par Jean-François Ménard, est publiée le [18].

Accueil[modifier | modifier le code]

Les critiques de presse sur le script sont assez mitigées[19]. Écrit par Jack Thorne, admirateur de l'univers de Harry Potter[20], le script se voit pourtant qualifié de « fanfiction » en raison de son trop grand nombre d'incohérences et de « dialogues mièvres », en comparaison de l'histoire originelle de J. K. Rowling[20] qui mettait davantage en lumière les aventures de la génération précédente[6]. Un journaliste du Figaro estime que le charme ne semble pas pour autant rompu par le « passage des planches au texte », ajoutant que cette suite parvient à « perpétuer la magie en tricotant une intrigue pleine de rebondissements »[19].

Selon Aymeric Parthonnaud de RTL, le script « se dévore » en se reposant principalement « sur le seul charme de la nostalgie », sans proposer de nouveauté ni de création[21]. Le chroniqueur met l'accent sur les nombreuses incohérences et les personnages originels devenus méconnaissables, tout en saluant le duo entre Albus Severus et son meilleur ami Scorpius, qu'il considère comme une « vraie force de la pièce »[21].

L'accueil a été particulièrement positif de la part des personnes ayant vu la pièce sur scène[22]. La performance d'Anthony Boyle, en tant que Scorpius Malefoy, a été particulièrement saluée, autant par les fans que par les critiques[23],[24],[25].

Huitième histoire Harry Potter[modifier | modifier le code]

En 2007, J. K. Rowling avait annoncé la fin de la saga Harry Potter avec la sortie du septième roman, Harry Potter et les Reliques de la Mort[26]. Le script de Harry Potter et l'Enfant maudit retranscrit une histoire écrite en premier lieu pour le théâtre et met en scène des personnages empruntés à la saga romanesque, tels que Harry Potter, jouant ici un rôle secondaire[27]. Chaque opus de la série romanesque correspond à une année scolaire du personnage de Harry Potter, tandis que le script de la pièce se déroule à lui seul sur plusieurs années de la scolarité du fils de Harry, Albus Potter, et principalement en dehors du château de Poudlard. Selon les termes de l’auteur, il s'agit « de la génération suivante »[28]. Elle ajoute qu'il n'y aura pas de suite à cette pièce.

L'idée d'une pièce de théâtre n'est pas venue de J. K. Rowling, qui a insisté pour ne pas avoir à l'écrire[29]. Elle a accepté de discuter du projet avec un dramaturge, à la condition que les producteurs trouvent une personne qu'elle approuve[29]. Le script a donc été écrit par Jack Thorne et Rowling a orienté ce dernier sur les bases d'une nouvelle histoire[29].

Le script, publié en format livre papier le , est présenté par l'équipe du site Pottermore comme une « huitième histoire officielle de la série Harry Potter[30] » et comme « huitième histoire » par les éditeurs[3],[31] (ceux-ci ne mentionnent cependant pas le script en tant que « Harry Potter 8 », contrairement aux sept romans de la série Harry Potter numérotés de cette manière[32]). Par ailleurs, l'éventualité que le script d'une pièce de théâtre puisse constituer le « tome » supplémentaire d'une série romanesque serait a priori un cas inédit. Aymeric Parthonnaud, de RTL, considère que le script serait « présenté à tort comme le 8e volet des aventures du sorcier »[33]. Même si pour J. K. Rowling, la pièce Harry Potter et l'Enfant maudit « devrait être considérée comme canon » du fait qu'elle a participé à son développement[34], elle précise également en , pour répondre aux fans au sujet d'un éventuel « huitième livre » que, s'agissant d'un « script », celui-ci n'est pas à considérer comme un « roman » Harry Potter[4].

En , la pièce est mise en avant en tant que huitième histoire du canon en incorporant le nom de J. K. Rowling à son nouveau logo[35].

Rumeur d'adaptation cinématographique[modifier | modifier le code]

Warner Bros., qui a produit la saga cinématographique Harry Potter, a déposé le le nom Harry Potter and the Cursed Child[36]. Le , le site New York Daily News annonce que la Warner souhaiterait adapter cette pièce en une trilogie dont le premier film sortirait en 2020[37]. La rumeur est finalement démentie par Warner Bros. le  : « Harry Potter et l'Enfant maudit est une pièce de théâtre, sans aucun plan pour en faire un film[38]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « About The Show », sur harrypottertheplay.com (consulté le 6 novembre 2016)
  2. (en) « Here’s How You Can See ‘Harry Potter And The Cursed Child’ Without Robbing Gringotts », sur mtv.com, (consulté le 11 février 2016)
  3. a et b (en) « HARRY POTTER AND THE CURSED CHILD - The Eighth Story. Nineteen Years Later. », sur Littlebrown.co.uk,
  4. a et b J. K. Rowling, « To be clear! The SCRIPT of #CursedChild is being published. #NotANovel #NotAPrequel », sur Twitter, .
  5. Pantalaemon, « Pottermore et la relation de Cursed Child avec le canon Harry Potter. », sur La Gzaette du Sorcier,
  6. a et b "Harry Potter, c'est fini" selon J.K Rowling
  7. (en) « World Premiere Of New Play To Open In London In 2016 », sur harrypottertheplaylondon.com.
  8. Informations précisées à la fin du script pubié par Gallimard.
  9. a et b Salomé Rouzerol-Douglas, « Harry Potter et l'Enfant Maudit, la pièce de tous les records débarque à New York », sur Le Figaro, (consulté le 27 avril 2018).
  10. (en) Nathanael Cooper, « The secret is out: How Harry Potter and the Cursed Child came to Melbourne », sur The Sydney Morning Herald, (consulté le 27 novembre 2019).
  11. a et b (en) Nathanael Cooper, « Next generation of wizards: Harry Potter and the Cursed Child cast revealed », sur The Sydney Morning Herald, (consulté le 27 novembre 2019).
  12. « Cast Announcement | Harry Potter and the Cursed Child London », Harry Potter and the Cursed Child London,‎ (lire en ligne, consulté le 2 août 2017)
  13. Ryan McPhee, « Original Harry Potter and the Cursed Child Trio to Reunite on Broadway; Additional Casting Announced | Playbill », sur Playbill, (consulté le 2 août 2017)
  14. a b et c « New Harry Potter and the Cursed Child cast announced », WhatsOnStage.com,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mars 2017)
  15. (en) « Cast & Creative Team », sur Harrypottertheplay.com/uk (consulté le 27 novembre 2019).
  16. (en) « Harry Potter and the Cursed Child to be eighth book », sur bbc.co.uk/news, BBC News (consulté le 10 février 2016)
  17. (en) « 'Harry Potter and the Cursed Child' Script Book Sells Over 2 Million Copies in 2 Days », sur The Hollywood Reporter, (consulté le 4 août 2016).
  18. « Harry Potter et l'Enfant Maudit », Gallimard (consulté le 13 octobre 2016)
  19. a et b Guillaume Narduzzi et Elena Scappaticci, « Harry Potter 8 : les critiques font un sort à l'enfant maudit », sur Le Figaro, (consulté le 15 octobre 2016).
  20. a et b « « Harry Potter et l’Enfant maudit » : une suite réussie mais dispensable. », sur Le Monde, (consulté le 6 novembre 2016)
  21. a et b Aymeric Parthonnaud, « Pourquoi "Harry Potter et l'enfant maudit" est une (non) suite incohérente », sur RTL, (consulté le 8 mai 2018).
  22. (en) Megan Willett, « Here's what fans are saying about the new 'Harry Potter' play that just premiered in London », sur Business Insider, (consulté le 27 novembre 2019).
  23. (en) Kate Maltby, « Harry Potter and the Cursed Child, Parts One and Two’ Review: The Spell of Friendship », sur The Wall Street Journal, (consulté le 27 novembre 2019).
  24. (en) Henry Hitchings, « Harry Potter and the Cursed Child, review: A magical experience », sur Evening Strandard, (consulté le 27 novembre 2019).
  25. (en) Matt Trueman, « West End Review: ‘Harry Potter and the Cursed Child’ », sur Variety, (consulté le 27 novembre 2019).
  26. « J.K. Rowling confirme un 8ème Harry Potter : Harry Potter et l’enfant maudit », sur pix-geeks.com,
  27. « Harry Potter et l’enfant maudit de J.K Rowling, Jack Thorne et John Tiffany », sur lirado.com,
  28. « « Harry Potter, c'est fini » selon J.K Rowling », sur Allociné,
  29. a b et c (en) « Who Wrote ‘Harry Potter And The Cursed Child’? J.K. Rowling Had Help », sur ibtimes.com,
  30. « New details on Cursed Child, the 'eighth Harry Potter story' », sur Pottermore,
  31. « Harry Potter et l'Enfant Maudit - La huitième histoire. Dix-neuf ans plus tard. », sur Gallimard,
  32. « Gallimard jeunesse - Harry Potter », sur Gallimard (consulté le 21 mars 2017)
  33. « Pourquoi "Harry Potter et l'enfant maudit" est une (non) suite incohérente », sur RTL,
  34. J. K. Rowling, « The story of #CursedChild should be considered canon, though. @jackthorne, John Tiffany (the director) and I developed it together », sur Twitter, .
  35. (en) « The story behind the Cursed Child’s new design », sur Pottermore, (consulté le 6 septembre 2019).
  36. Pierre, « Warner dépose le nom Harry Potter and the Cursed Child pour un film, juste au cas où… », (consulté le 16 juillet 2016).
  37. (en)NYDailyNews.com
  38. Harry Potter et l'Enfant maudit : Warner dément le projet de film

Liens externes[modifier | modifier le code]