La Messe de l'athée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Adieu.
La Messe de l'athée
Image illustrative de l'article La Messe de l'athée
Église Saint-Sulpice,
illustration de François-Étienne Villeret
Publication
Auteur Honoré de Balzac
Langue Français
Parution Drapeau de la France France, 1836
dans La Chronique de Paris
Recueil Scènes de la vie privée de La Comédie humaine
Intrigue
Genre Étude de mœurs
Personnages Horace Bianchon, médecin
Desplein, chirurgien
Un vieux porteur d'eau auvergnat
Nouvelle précédente/suivante

La Messe de l'athée est une courte nouvelle d’Honoré de Balzac parue en 1836 dans La Chronique de Paris.

Historique du texte[modifier | modifier le code]

Dans une lettre à Madame Hanska du 18 janvier 1836 Balzac affirme que cette nouvelle a été « conçue, écrite, et imprimée en une seule nuit[1] ».

Publiée en volume au tome XII des Études Philosophiques 1837[2]chez Delloy et Lecou avec une dédicace à son ami Auguste Borget, puis en 1837 dans la série des Études philosophiques, puis au tome X des Scènes de la vie parisienne de l’édition Furne de La Comédie humaine en 1844 entre Facino Cane (Balzac) et Sarrasine. Dans le Furne corrigé de 1845, le texte est placé dans les Scènes de la vie privée entre Pierre Grassou et L'Interdiction.

Résumé[modifier | modifier le code]

Le chirurgien Desplein, maître d’Horace Bianchon (le médecin le plus récurrent de la Comédie humaine), est présenté pour la première fois. Il sera encore maintes fois cité, notamment dans Illusions perdues et La Rabouilleuse[3]. Ce personnage fondamentalement honnête, violent dans son athéisme déclaré, croyant fanatique dans la science, et uniquement en elle, cache un secret que son élève découvre par hasard. Bianchon surprend Desplein en train d’écouter une messe dans l’église Saint-Sulpice. Intrigué par la conduite de son maître, contraire aux idées qu’il professe, Bianchon se livre à une véritable surveillance du chirurgien jusqu’au jour où, ayant vérifié que Desplein assiste quatre fois l'an à une messe, Bianchon lui demande franchement des explications.

Desplein ne cache nullement son passé et se confie alors à son élève. Ainsi commence le récit principal.

Desplein a été lui aussi dans la misère, il a survécu difficilement dans le lieu que Bianchon a fréquenté : la maison des Quatre-Vents, c'est-à-dire le « bocal aux grands hommes » où Daniel d'Arthez a lui-même séjourné et qui deviendra dans la Comédie humaine le Cénacle. Alors qu’il mourait de faim, le chirurgien a trouvé aide et secours en la personne d’un homme aussi pauvre que lui : un porteur d’eau auvergnat qui lui a fourni aide et nourriture. Le vieil homme a recueilli l’étudiant (alors promis à un brillant avenir), lui tenant lieu de père, et il a eu la joie d’assister aux premiers succès de son protégé. Mais Desplein n’a pu sauver son ami de la mort. Il a fondé alors, à sa mémoire, une messe trimestrielle à Saint-Sulpice, car le porteur d'eau était un croyant naïf et fervent.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stéphane Vachon, Garnier, 2008, p. 62.
  2. Stéphane Vachon, note sur La Messe de l’athée, La Comédie humaine, 24 vol. Garnier, Paris, 2008, t. I p. 62. (ISBN 978-2-35184-016-0), (ISBN 978-2-35184-017-7)
  3. Anne-Marie Meininger et Pierre Citron, Index des personnages fictifs de la Comédie humaine, Paris, « Bibliothèque de la Pléiade », 1991, t. XII, p. 1271-1272 (ISBN 978-2-07-010877-0)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :