L'Enfant maudit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour le roman de David Gemmell, voir L'Enfant maudit. Pour la pièce de théâtre Harry Potter, voir Harry Potter et l'Enfant maudit.
L'Enfant maudit
Image illustrative de l'article L'Enfant maudit
Monographie imprimée de la première page de « L'Enfant maudit » dans les « Œuvres illustrées de Balzac. »

Auteur Honoré de Balzac
Pays Drapeau de la France France
Genre Roman historique
Éditeur Delloye et Lecou
Collection Études philosophiques
Lieu de parution Paris
Date de parution 1837
Illustrateur Tony Johannot, E. Lampsonius, Bertall, H. Monnier, etc.
Série La Comédie humaine
Chronologie

L'Enfant maudit est un roman historique d'Honoré de Balzac publié en 1837.

Historique[modifier | modifier le code]

L'enfant maudit est d'abord publié dans un état fragmentaire dans la Revue des deux Mondes en 1831. Un second fragment est livré dans La Chronique de Paris en 1836. La première édition complète, corrigée et augmentée paraît en juillet 1837 dans l'édition des Études philosophiques de La Comédie humaine chez Delloye et Lecou[1]. Le texte ne connaît ensuite que des variantes mineures lors de rééditions.

Le roman est divisé en deux parties intitulées Comment vécut la mère et Comment mourut le fils.

Résumé[modifier | modifier le code]

En 1591, en France, au temps de la huitième guerre de religion entre catholiques et huguenots, la douce Jeanne de Saint-Savin, qui aimait un cousin huguenot, a dû, pour sauver son amant et sa famille, épouser le vieux et cruel comte d'Hérouville, un royaliste de Normandie, maintenant aux ordres du roi Henri IV. Après son mariage, Jeanne a un fils que le comte bannit du château, persuadé qu'il n'est pas de lui. Étienne, cet enfant maudit, grandit chez des pêcheurs.

Détail d'une monographie imprimée des « Œuvres illustrées de Balzac. Les Proscrits. L'Enfant maudit » 02
Détail d'une monographie imprimée des « Œuvres illustrées de Balzac. Les Proscrits. L'Enfant maudit ».

Des années plus tard, les morts soudaines de la jeune comtesse, puis d'un second fils et seul héritier du domaine, rappellent au vieillard que la continuation de la famille dépend maintenant du fils qu'il a rejeté. Pendant que le comte doit s'éloigner pour une mission, Étienne est donc retiré de son ermitage et confié à un médecin qui a pour mandat de le préparer à prendre les charges et obligations liées à son titre. Mais le jeune homme ne tarde pas à tomber amoureux de Gabrielle, la fille du médecin. Quand le comte a vent de cette idylle réciproque, il revient précipitamment, accompagné de la comtesse de Grandlieu et de sa fille. Il donne alors l'ordre à Étienne d'épouser cette dernière. Quand le jeune homme, défiant la colère du comte, appelle Gabrielle à ses côtés pour réaffirmer son amour, le vieillard n'hésite pas à les tuer tous deux et s'offre lui-même comme époux à Mlle de Grandlieu.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. H. de Balzac, Études philosophiques, dans La Comédie humaine, vol. 10, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1979, p. 1701.