Madame de Mortsauf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Madame de Mortsauf
Personnage de fiction apparaissant dans
La Comédie humaine.

Alias Comtesse de Mortsauf
Origine Blanche-Henriette de Lenoncourt
Sexe Féminin
Caractéristique Noblesse du faubourg Saint-Germain
Famille Lenoncourt-Givry apparentée aux Blamont-Chauvry
Entourage Félix de Vandenesse, le comte de Mortsauf, sa tante, la duchesse de Verneuil
Ennemi de Lady Dudley

Créé par Honoré de Balzac
Romans Le Lys dans la vallée

Madame de Mortsauf, comtesse Blanche-Henriette de Mortsauf, née de Lenoncourt, au château de Givry, est un personnage de La Comédie humaine d'Honoré de Balzac. Héroïne tragique à la vie brève (1785-1820) et émouvante, elle cumule les qualités de droiture et de dévouement qui font défaut à son contraire symétrique : Lady Dudley. On l'a comparée aux héroïnes de La Princesse de Clèves ou à La Nouvelle Héloïse.

Biographie de fiction[modifier | modifier le code]

Après une enfance malheureuse, elle a été adoptée et entourée d'affection par sa tante, la duchesse de Verneuil. Elle apparaît principalement dans le roman Le Lys dans la vallée. Elle est considérée comme une icône balzacienne de la pureté et du dévouement.

Ce personnage apparaît dans ce seul roman, mais est cité dans d'autres romans de Balzac par le personnage Félix de Vandenesse.

Son confesseur est l'abbé François Birotteau qui est aussi le vicaire de la cathédrale Saint-Gatien de Tours dans Le Curé de Tours.

Blanche-Henriette est totalement dévouée à un vieux mari, ex-émigré, aigri, hypocondriaque, et à ses deux enfants de santé fragile. Elle s'éprend d'un jeune homme d'une vingtaine d'années, Félix de Vandenesse, dont elle construit la carrière. Mais elle reste chaste et comme Félix ne peut résister aux séductions physiques de Lady Dudley ; elle en mourra de chagrin.

Références au personnage dans La Comédie humaine[modifier | modifier le code]

Elle est citée dans :