Honorine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Honorine
Image illustrative de l'article Honorine
Illustration d'Édouard Toudouze
Publication
Auteur Honoré de Balzac
Langue Français
Parution Drapeau de la France France, 1843,
dans La Presse
Recueil Scènes de la vie privée de La Comédie humaine
Intrigue
Genre Étude de mœurs
Nouvelle précédente/suivante

Honorine est une longue nouvelle d’Honoré de Balzac, parue en 1843.

Historique[modifier | modifier le code]

Écrite à l'origine en trois parties et donnée en prépublication dans La Presse en 1843, la nouvelle est reprise en volume chez le libraire Potter en 1844, puis publiée en 1845 dans l’édition Furne dans les Scènes de la vie privée de La Comédie humaine.

Balzac reprend ici la forme du récit enchâssé ou récit dans le récit, qu’il a déjà adopté pour La Femme de trente ans et dans La Femme abandonnée.

Résumé[1][modifier | modifier le code]

Maurice de l'Hostal, ancien secrétaire du comte Octave, raconte, des années plus tard, l'histoire du comte et de sa femme. Celle-ci a abandonné son mari pour un amant, qui la quitte à son tour. Elle refuse de rentrer au domicile conjugal, et Octave, lui ayant pardonné, s’ingénie à lui rendre la vie plus facile, payant par exemple pour qu'elle ait l'impression de vivre grâce aux fleurs artificielles qu'elle fabrique. Le comte fait emménager son secrétaire dans la maison attenante, afin qu'il se lie avec sa femme et qu'il la convainque de revenir.

Étant lui-même tombé amoureux, Maurice décide de partir ; il finira consul et se mariera avec une héritière génoise. Retournée auprès de son mari, Honorine dépérit.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Jean Baudry, « George Sand, Balzac et Honorine », L'Année balzacienne, 1988, no 9, p. 395-398.
  • (en) Owen Heathcote, « Balzac’s Go-Between: The Case of Honorine », Nineteenth-Century French Studies, automne-hiver 1993-1994, no 22, vol. 1-2, p. 61-76.
  • André Lorant, « Balzac et le plaisir », L’Année balzacienne, 1996, no 17, p. 287-304.
  • Franc Schuerewegen, « Pour effleurer le sexe : à propos d’Honorine de Balzac », Studia Neophilologica, 1983, no 55, vol. 2, p. 193-197.
  • Hava Sussmann, « Honorine : un avatar du mythe de Tristan et Yseut », L’Année balzacienne, 1981, no 2, p. 297-299.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Balzac. La Comédie humaine. Notice pour Honorine », sur www.v1.paris.fr (consulté le 8 juin 2017).