La Grenadière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Grenadière
Image illustrative de l'article La Grenadière
Publication
Auteur Honoré de Balzac
Langue Français
Parution Drapeau de la France France, 1832,
dans La Revue de Paris
Recueil Scènes de la vie privée de La Comédie humaine
Intrigue
Genre Étude de mœurs
Lieux fictifs Paris
Personnages Lady Brandon, femme de lord Brandon
Ses enfants : Louis-Gaston et Marie-Gaston
Vieux domestiques
Nouvelle précédente/suivante

La Grenadière est une nouvelle d'Honoré de Balzac parue en 1832 dans La Revue de Paris.

Composition[modifier | modifier le code]

Dans le manuscrit d'origine, Balzac l'avait intitulée Les Orphelins, mais il conserve le titre de La Grenadière pour la première publication en volume en 1834. Elle figure dans les Études de mœurs publiées chez Mme Béchet, dans la série Scènes de la vie de province. Dans l'édition Furne de 1842, le texte paraît dans les Scènes de la vie privée de La Comédie humaine.

Les deux orphelins sont les deux enfants de l'héroïne, madame Augusta Willemsens. Mais curieusement, on ne connaîtra pas leur destinée. La nouvelle s'arrête à la mort de la mère, lorsque Louis-Gaston, l'aîné des deux garçons et Marie-Gaston, son très jeune frère, se lancent dans la vie en suivant les préceptes transmis par leur mère.

Tout est assez mystérieux dans ce texte ciselé, rédigé avec un soin extrême : une perle qui, d'après son amie Zulma Carraud, avait été écrite en une nuit dans sa propriété, alors que l'auteur jouait en même temps au billard, « revenant sans cesse, puis posant sa canne et retournant écrire[1] ».

Lieu du récit[modifier | modifier le code]

C'est dans la localité de Saint-Cyr-sur-Loire, où il avait été mis en nourrice qu'Honoré de Balzac situe La Grenadière, une propriété qui existait réellement et où lui-même séjourna avec Laure de Berny en 1830[2].

Balzac ouvre la nouvelle sur une description détaillée de la maison et de ses environs :

« La Grenadière est une petite habitation située sur la rive droite de la Loire, en aval et à un mille environ du pont de Tours. En cet endroit, la rivière, large comme un lac, est parsemée d'îles vertes et bordée par une roche sur laquelle sont assises plusieurs maisons de campagne, toutes bâties en pierre blanche, entourée de clos de vigne et des jardins où les plus beaux fruits du monde mûrissent à l'exposition du midi. […]
La Grenadière, sise à mi-côte du rocher, à une centaine de pas de l'église, est un de ces vieux logis âgés de deux ou trois cents ans qui se rencontrent en Touraine dans chaque jolie situation. […] »

— Honoré de Balzac, incipit de « La Grenadière ».

Résumé[modifier | modifier le code]

« La Grenadière » est le nom d'une maison de campagne, simple et confortable, où tout respire le bonheur et la simplicité, depuis les vieux domestiques jusqu'aux meubles simples, mais de bon goût et au jardin particulièrement soigné. Sa locataire, récemment installée dans les lieux avec ses deux fils auxquels elle consacre tout son temps, semble avoir connu les affres des grands malheurs. Mais elle reste belle, digne et elle s'efforce de cacher à ses enfants son état de santé déplorable. Minée par un mal mystérieux qui la ronge chaque jour, elle inspire le respect à la bonne société des environs au point que l'on admet sa vie de recluse sans se poser de questions.

En revanche, le lecteur s'interroge sur cette mystérieuse femme dont l'auteur décrit la vie antérieure par allusion. Elle est sans doute mariée à un lord anglais et se cache ici, peut-être sous un nom d'emprunt. Mais pourquoi ? A-t-elle connu un amour adultérin ou bien son mari l'a-t-il abandonnée ? Ses enfants dont elle dit dans un moment de désespoir qu'ils seront bientôt « sans père et sans mère » (puisqu'elle va mourir), sont-ils les fils du lord anglais ou de quelqu'un d'autre ? Avant de mourir, elle prend la peine de donner à chacun son acte de naissance et aussi un document attestant de son identité pour que l'on puisse l'enterrer légalement. Sur le document officiel, on découvre qu'elle s'appelle lady Brandon, femme de lord Brandon[3].

On en apprend finalement plus sur le destin de cette femme et de ses deux enfants dans la seconde partie du roman Mémoires de deux jeunes mariées. Elle est également évoquée par Félix de Vandenesse dans Le Lys dans la vallée, lorsque celui-ci se remémore plusieurs exemples de femmes malheureuses, avant de retrouver madame de Mortsauf agonisante.

Commentaire[modifier | modifier le code]

Dans cette nouvelle, comme dans Étude de femme, Autre étude de femme, La Femme abandonnée et La Femme de trente ans, Balzac témoigne d'une délicatesse, d'une grâce et d'une sobriété qui laisseraient Bouvard et Pécuchet vraiment songeurs[4].

Adaptation au cinéma[modifier | modifier le code]

En 2006, La Grenadière a fait l'objet d'une adaptation japonaise en dessin animé (40 minutes) par Kôji Fukada (深田晃司). Takeshi Fukazawa (深澤研) en est le responsable artistique et le professeur Shigeru Kashima (鹿島茂) de l'université Meiji était le conseiller littéraire[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice de Samuel S. de Sacy, dans Les Secrets de la princesse de Cadignan et autres études de femmes, Folio Classique, p. 351.
  2. Cette propriété existe toujours dans cette commune, un centre équestre est installé dans les communs de la maison principale de style Napoléon III). Le père du romancier était d'ailleurs propriétaire d'une ferme toute proche. Pierre-Jean de Béranger y habita de 1836 à 1839.
  3. Notice sur le site de la Maison de Balzac.
  4. Lord d'une discussion assez bornée, Bouvard et Pécuchet cherchent à tout prix à classer Balzac dans un genre littéraire, mais ne comprennent pas son talent. Clin d'œil de Flaubert à son auteur de référence et allusion aux imbéciles bourgeois qu'il dénigrait.
  5. Site officiel du film.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Dumayet, « La Grenadière et le colonel », Magazine littéraire, février 1999, no 373, p. 38-39.
  • Corinne Ménage, « Balzac paysagiste : La Grenadière », L'Année Balzacienne, 1982, no 3, p. 257-271.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :