Pollieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pollieu
Pollieu
Le lac de Barterand
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Belley
Canton Belley
Intercommunalité Bugey Sud
Maire
Mandat
Laurent Jacquier
2014-2020
Code postal 01350
Code commune 01302
Démographie
Population
municipale
161 hab. (2016 en augmentation de 3,87 % par rapport à 2011)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 48′ 01″ nord, 5° 44′ 38″ est
Altitude Min. 225 m
Max. 480 m
Superficie 3,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes

Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Pollieu

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Pollieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pollieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pollieu

Pollieu est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située à 9 km au nord-est de Belley et à 3 km du Rhône. Elle est incluse dans la zone d'appellation AOC des vins du Bugey.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Pollieu
Flaxieu Lavours
Marignieu Pollieu
Saint-Champ Cressin-Rochefort

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 novembre 1999 (décès)[Note 1] Marcel Dassin    
2000 2001 François Favre    
mars 2001 juin 2006 (décès)[Note 1] Gabriel Mathieu    
2006 2014 André Bastiand    
Les données manquantes sont à compléter.

Le premier tour des élections municipales françaises de 2014 a été annulé à Pollieu, faute de candidat[1].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du syndicat mixte du bassin versant du Séran.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3].

En 2016, la commune comptait 161 habitants[Note 2], en augmentation de 3,87 % par rapport à 2011 (Ain : +5,73 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
210140279308307310316321327
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
297287273271270261239227240
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
230223217176153129116100111
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
10910091101108122144157159
2016 - - - - - - - -
161--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Église Saint-Pierre-ès-Liens.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  •  Église Saint-Pierre-ès-Liens.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Le lac de Barterand appartenant à une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique se trouve sur le territoire de la commune.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre de l'Espine (ca 1465 - 26 mars 1526) : sans doute écuyer/gentilhomme de Marguerite d'Autriche (1480-1530), alors qu'elle était duchesse de Savoie (1501-1504), à Chambéry, puis écuyer de cuisine dans son nouvel hôtel de Malines (Belgique), sans doute dès 1507, attesté comme tel en 1510, 1514 et 1515 (en 1519, il y a désormais un autre écuyer de cuisine), capitaine-châtelain de Sanvignes (vers 1509/1510-1515) en Charolais, et enfin, portier de la grande saline de Salins (1513-1521) en Franche-Comté ; il épousa (sans doute fin 1512) Marguerite Chevrier, femme de chambre de Marguerite d'Autriche[6].
  • Marguerite Chevrier : issue d'une famille de juristes de Chambéry, apparentée à Humbert Chevrier, chancelier de Savoie (1469-1473), et à Philippe Chevrier, président de Savoie (conseil résident de Chambéry) au moins de 1484 à 1504, elle possédait un vaste domaine à Pollieu et les droits de patronage sur la chapelle Notre-Dame, en l'église paroissiale de Pollieu, dans laquelle se voit toujours la pierre tombale de son époux. Veuve, elle se remaria au plus tard en 1531 à Anthoine de Rossillon, chevalier, seigneur de Beauretour (Ain, com. Saint-Germain-des-Paroisses) et ancien président de la Chambre des Comptes de Savoie, d'où postérité de Rossillon éteints à Pollieu au début du XVIIIe siècle[6].
  • Jean-Emmanuel Ducoin, rédacteur en chef de l'Humanité, journaliste et écrivain, auteur d'une vingtaine de livres et romans, possède une maison à Leyzieu, commune de Pollieu, ayant jadis appartenu à sa grand-mère et son grand-père[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Décès en cours de mandat.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Municipales : Marlieux et Pollieu orphelines de maires », Le Progrès,‎ (lire en ligne, consulté le 7 mars 2014).
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  6. a et b A Pollieu, une pierre tombale nous livre ses secrets.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]