L'Île aux pirates

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
L'Île aux pirates
Titre québécois L'Île coupe-gorge
Titre original Cutthroat Island
Réalisation Renny Harlin
Scénario Robert King
Marc Norman
Acteurs principaux
Sociétés de production Canal+
Carolco Pictures
Metro-Goldwyn-Mayer
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau de l'Italie Italie
Genre aventure
Durée 124 minutes
Sortie 1995


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Île aux pirates ou L'Île coupe-gorge au Québec (Cutthroat Island) est un film d'aventures américano-franco-germano-italien réalisé par Renny Harlin, sorti en 1995.

Le film est un grand échec, aussi bien critique que commercial, entrainant la faillite de la société de production Carolco Pictures.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1668, dans les Caraïbes, une pirate du nom de Morgan Adams (Geena Davis) essaie de sauver son père Harry le Noir. Ce dernier est aux mains de son oncle, pirate lui aussi, nommé Dawg. Morgan n'empêche pas le meurtre de son père mais hérite de celui-ci un morceau d'une carte indiquant où se trouve le trésor amassé par son grand-père jadis.

Dans le même temps, William Shaw (Matthew Modine), un aventurier, est capturé alors qu'il tentait de voler à la cour du gouverneur de Port Royal. Morgan ayant découvert que la carte était écrite en latin achète Shaw, réussit à s'enfuir de la ville avec lui malgré la canonnade d'un navire.

Shaw réussit à prendre le second morceau de la carte des mains de Mordechai, un autre oncle de Morgan. Mordechai est lui aussi assassiné par Dawg. Après de nombreuses péripéties, Dawg s'allie aux Anglais pour capturer Morgan, ses hommes, Shaw, et récupérer le trésor. Morgan arrive à s'échapper, reconquiert son navire et, après un combat acharné contre Dawg, réussit à le vaincre. Ayant récupéré le trésor, les pirates voguent vers Madagascar.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

La genèse du film remonte à 1986 alors qu'un film nommé Bloody Bess est en production. Il s'agit d'un projet de Film de cape et d'épée plutôt sombre et violent avec une femme comme personnage principal. Le projet ne se concrétise pas mais Renny Harlin, qui travaille à cettte époque chez Empire, apprécie l'idée d'une femme pirate et envisage de la réutiliser[2]. Au moment de la production, l'actrice Geena Davis et le réalisateur Renny Harlin sont mariés. Ce dernier parvient à convaincre le producteur Mario Kassar de choisir l'actrice Davis, jusqu'alors plutôt habituée aux comédies, pour en faire une star de films d'aventures[2]. Carolco Pictures, en difficultés financières au moment du lancement de la production, prévoit un budget de 60 millions de dollars. La société espère alors s'en sortir grâce au film. Les autres projets sont alors stoppés, notamment Crusade avec Arnold Schwarzenegger (qui avait déjà couté 13 millions de dollars en développement). Carolco réduit par ailleurs sa participation aux films Showgirls de Paul Verhoeven et Stargate, la porte des étoiles de Roland Emmerich[3],[4],[5]. Carolco mise donc tout sur L'Île aux pirates et fait une campagne marketing intense auprès des distributeurs[6].

Michael Douglas est initialement choisi pour incarner William Shaw. L'acteur pose cependant deux conditions : le tournage doit avoir lieu immédiatement car il ne sera plus disponible après, et il exige d'avoir le même temps de présence à l'écran que Geena Davis. Il trouve que ce personnage féminin, Morgan Adams, est trop présent. Aucun compromis n'est trouvé et Michael Douglas quitte donc le projet[2]. Le rôle est alors proposé à de nombreux acteurs (Tom Cruise, Keanu Reeves, Russell Crowe, Liam Neeson, Jeff Bridges, Ralph Fiennes, Charlie Sheen, Michael Keaton, Tim Robbins, Daniel Day-Lewis ou encore Gabriel Byrne) qui refusent. Matthew Modine accepte finalement le rôle, en partie pour son expérience comme escrimeur[2].

Occupé à trouver l'interprète du rôle masculin principal, le réalisateur Renny Harlin s'implique alors beaucoup moins dans la production, notamment les décors qui sont alors en construction et surtout les réécritures du script. Cela engendre plus tard des dépassements de budget en raison des changements à effectuer, contraignant le réalisateur à dépenser lui-même un million de dollars pour financer des réécritures[2].

Oliver Reed devait initialement faire un caméo dans le rôle de Mordechai Fingers. Il est cependant renvoyé par la production après une bagarre dans un bar et après un comportement déplacé envers Geena Davis lors d'une soirée trop arrosée[7],[8],[2]. Il est remplacé par George Murcell, pour sa dernière apparition à l'écran avant son décès en 1998.

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a lieu d'octobre 1994 à avril 1995. Il a lieu entre Malte (le fort Ricasoli, les Mediterranean Film Studios (pl), Il-Kalkara, ...) et la Thaïlande (plage de Phra Nang, ...). Les plans de maquettes ont lieu dans un hangar aquatique des Pinewood Studios[9].

Durant le tournage, le directeur de la photographie Oliver Wood se blesse à la cheville. Il est remplacé par Peter Levy. Renny Harlin se brouille ensuite avec le chef opérateur caméra et le renvoie. Plusieurs techniciens décident alors de quitter eux aussi le film[2].

Musique[modifier | modifier le code]

titre
Original Motion Picture Soundtrack

Bande originale de John Debney
Genre musique de film
Label Silva Screen

Albums de John Debney

David Arnold est initalement engagé pour composer la musique mais ses compositions sont finalement refusées[2]. C'est donc John Debney qui se charge de la musique, interprétée par l'orchestre symphonique de Londres.

Malgré l'échec commercial et critique du film, la musique est plutôt bien apprécié pour son style, rappelant les films d'aventures de l'Âge d'or d'Hollywood et les bandes originales d'Erich Wolfgang Korngold[10],[11],[12],[13],[14]. Certains critiques considèrent même la musique de John Debney comme l'une des meilleures du genre[10].

L'album est édité en 1995 par le label Silva Screen. En 2007, Prometheus publie un double album avec plus de morceaux. La-La Land Records réédite ce double album en août 2016[12].

Liste des titres (1995)
No Titre Durée
1. Main Title : Morgan's Ride 4:38
2. Carriage Chase 7:20
3. The Language of Romance 2:39
4. Setting Sail 1:03
5. To the Bottom of the Sea 2:43
6. Morgan Takes the Ship 4:30
7. The Funeral 1:30
8. The Rescue 3:41
9. Discovery of the Treasure 2:19
10. The Big Jump 2:38
11. The Storm Begins 2:33
12. Morgan Captured/Sword Fight 5:23
13. Shaw Steals the Map 3:30
14. Escape from Mordechai's 2:09
15. Charting the Course 2:19
16. First Kiss 1:54
17. The Battle 6:29
18. Dawg's Demise/The Triumph 3:31
19. It's Only Gold/End Credits 9:42

Accueil[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

L'Île aux pirates
Score cumulé
SiteNote
Metacritic37/100[15]
Rotten Tomatoes38 %[16]
Compilation des critiques
PériodiqueNote

Le film reçoit des critiques très négatives. Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, il ne récolte que 38% d'opinions favorables pour 40 critiques et une note moyenne de 4,4310[16]. Sur Metacritic, il obtient une note moyenne de 37100 pour 20 critiques[15].

Box-office[modifier | modifier le code]

L'Île aux pirates est un énorme flop au box-office. À sa sortie, il a détenu pendant des années le record de pertes au box-office. Les pertes sont estimées à environ 89 millions de dollars[17],[18].

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
10 017 322 $[1]
Drapeau de la France France 250 109 entrées[19]

Monde Total mondial 18 500 000 $[18] - -

Distinction[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Aux Razzie Awards 1996, Renny Harlin est nommé dans la catégorie pire réalisateur[20], finalement remis à Paul Verhoeven pour Showgirls, autre production de Carolco Pictures.

Analyse[modifier | modifier le code]

Le fanion de Morgan Adams est une référence à celui de Jack Rackham, un pirate surnommé « Calico Jack » qui avait pour particularité d'avoir des femmes à son bord (Anne Bonny et Mary Read)[2].

Jeu vidéo[modifier | modifier le code]

Le film a connu une déclinaison en jeu vidéo de plate-forme sorti en 1996 sur Game Boy, Game Gear, Mega Drive et Super Nintendo sous le nom de Cutthroat Island. Le jeu a été développé par Software Creations puis édité par Acclaim.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Cutthroat Island », sur Box Office Mojo (consulté le 25 mars 2020)
  2. a b c d e f g h et i (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  3. Prince, pp. 148-149.
  4. (en) « ‘RECALL’ IN NEW DIMENSION », sur Variety, (consulté le 24 juillet 2019)
  5. « Company Town : Carolco May Be Close to Restructuring », sur LA Times, (consulté le 24 juillet 2019)
  6. (en) Daniel Jeffreys, « The vanity that led to a $100m bonfire », sur The Independent, (consulté le 22 mars 2018)
  7. Hall of infamy No 21: Oliver Reed
  8. L'Île aux pirates - Horreur.net
  9. (en) Locations sur l’Internet Movie Database
  10. a et b Cutthroat Island soundtrack review at Filmtracks.com
  11. « Archived copy » [archive du ] (consulté le 7 février 2009)
  12. a et b Other reviews by Mike Brennan, « Soundtrack: CutThroat Island (2005) », Soundtrack.Net, (consulté le 12 février 2012)
  13. [1] « https://web.archive.org/web/20081015220842/http://www.moviemusicuk.us/cutthrcd.htm »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  14. (en) [2]
  15. a et b (en) « Cutthroat Island Reviews », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le 25 mars 2020)
  16. a et b (en) « Cutthroat Island (1995) », sur Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le 25 mars 2020)
  17. Guiness World Records 2007 - Hachette - p. 162 - (ISBN 2012369928)
  18. a et b « Les plus gros flops du cinéma : L'Île aux pirates, pertes estimées à 89 millions de dollars », sur L'Internaute (consulté le 25 mars 2020)
  19. « L'Île aux pirates », sur JP's Box-office (consulté le 25 mars 2020)
  20. (en) Awards sur l’Internet Movie Database

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]