Just Eat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Just Eat
logo de Just Eat

Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Fondateurs Jesper Buch, Per Meldgaard, Henrik Østergaard
Action Bourse de Londres (JET)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Royaume-UniVoir et modifier les données sur Wikidata
Direction Jitse Groen
Activité Restauration livrée à domicile
Société mère Takeaway.com (depuis le )[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web https://www.just-eat.com/

Capitalisation 5 017 millions de livres sterling en avril 2019
Chiffre d'affaires 780 millions de livres sterling en 2018
Résultat net 82,7 millions de livres sterling en 2018

Just Eat est une entreprise britannique de livraison de plats cuisinés. La société, cotée en bourse à Londres en Angleterre, opère dans 16 pays d'Europe, en Asie, en Océanie et aux Amériques.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 2012, Just Eat, groupe britannique leader mondial de la livraison de repas en ligne, commence à racheter Allo Resto. Just Eat est présent dans 12 pays avec les marques Just Eat (Italie, Espagne, Royaume-Uni, Irlande, Norvège, Danemark, Inde et Canada), MenuLog (Australie et Nouvelle-Zélande), Eat.ch (Suisse), IFood (Brésil) et Sin Delantal (Mexique) et 10bis (Israël) et Lieferando en Allemagne.

En , Takeaway annonce l'acquisition de Just Eat pour 8,2 milliards de livres. À la suite de cette acquisition, les actionnaires de Just Eat détiendront 52,2 % du nouvel ensemble[2]. Après une bataille d'offres et de contre-offre contre Prosus, pour le contrôle de Just Eat, Takeaway annonce en , que son offre est acceptée par les actionnaires de Just Eat. L'ensemble aura un chiffre d'affaires cumulé de 1,21 milliard d'euros[3].

Modèle économique[modifier | modifier le code]

Comme ses concurrents, Just Eat est structuré sur le modèle du marketplace. Il prend 30 % de commission aux petits restaurateurs par commande et fait payer en parallèle la livraison à ses clients, calculé sur des critères tels que la distance, l'heure, la période, le nombre de colis. La plateforme fournit aussi les outils de numérisation du restaurant avec site web, application, réseaux sociaux et tablette, imprimante, ainsi qu'un service clients et restaurants[réf. nécessaire]. Les grosses structures, comme McDonald's, KFC et Burger King, ont des accords spécifiques avec des commissions réduites, de l'ordre de 12 à 15 %.

Actionnaires[modifier | modifier le code]

Au [4].

Nom Actions %
STM Fidecs Trust 91 472 442 13,4
Capital Research & Management 61 509 427 9,03
Baillie Gifford 34 185 882 5,02
FIL Investment Advisors 33 731 946 4,95
MFS International 23 512 460 3,45
BlackRock Investment Management 20 910 773 3,07
Deutsche Bank 19 979 688 2,93
Standard Life Investments 16 961 894 2,49
Massachusetts Financial Services 15 531 499 2,28
The Vanguard Group 15 196 286 2,23

Activité en France[modifier | modifier le code]

Un livreur aux couleurs de l'entreprise.

En 1998, alors étudiant, Sébastien Forest[5] lève 1,5 million d’euros auprès d’investisseurs anglo-saxons et lance Allo Resto.

En 2011, la société réalise un chiffre d’affaires de 16,5 millions d’euros. Un an plus tard le site référence près de 3 000 restaurants et sert 3,2 millions de repas[6].

En , Just Eat augmente à 80 % son emprise sur Allo Resto[7],[8].

Allo Resto by Just Eat compte 70 salariés répartis au siège social à Paris et dans toute la France[9]. Le directeur général est désormais Gilles Raison[10].

Eat On Line, filiale en France (RCS 417630514), a réalisé 27 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2016, dégagé un bénéfice de 2 millions d'euros et employé 60 salariés[11].

Le , Allo Resto, après avoir porté le nom Allo Resto by Just Eat durant toute l'année 2017, devient définitivement Just Eat. En , Just Eat annonce l'acquisition de Flyt, une jeune entreprise spécialisée dans la gestion de commande, pour 25 millions d'euros[12].

Just Eat France s'est associé au fournisseur de paiement BitPay pour permettre à ses utilisateurs de payer en Bitcoin. Les utilisateurs pourront désormais commander des plats dans quinze mille restaurants en France en payant en Bitcoin[13],[14].

Suite au départ de Gilles Raison, c'est dorénavant Méleyne Rabot qui prend la suite La société annonce le recrutement de 4 500 livreurs en CDI d'ici la fin 2021, un modèle économique tranchant avec ses concurrents où le statut d'auto-entrepreneur est plus courant.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « https://www.londonstockexchange.com/exchange/news/market-news/market-news-detail/JET/14406997.html »
  2. Paul Sandle et Bart H. Meijer, « Takeaway.com lands $10 billion Just Eat deal in food delivery race », sur Reuters, .
  3. Toby Sterling, « Takeaway seals victory in $8 billion Just Eat battle », sur Reuters, .
  4. Zone Bourse, « Bourse : Cours de bourse en temps réel sur Actions, Indices, Forex, Matières Premières », sur zonebourse.com (consulté le ).
  5. « Allo Resto : c'est l'histoire d'un patron qui a failli mettre la clef sous la porte », Widoobiz,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. « Allo Resto, rentable depuis plus de 10 ans – Entreprendre.fr », sur entreprendre.fr (consulté le ).
  7. « https://www.justeatplc.com/news-and-media/press-releases/just-eat-increases-stake-french-based-allorestofr-80 », sur justeatplc.com (consulté le ).
  8. « Comment Allo Resto voit évoluer le marché de la livraison de repas », Challenges,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. « Allo Resto by Just Eat fait sa révolution », Snacking.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. « Allo Resto by Just Eat - Équipe », sur welcometothejungle.co (consulté le ).
  11. « Eat On Line (Paris 15) Chiffre d'affaires, résultat, bilans », sur societe.com (consulté le ).
  12. Hélène Gully, « Just Eat s'offre Flyt, start-up de gestion de commandes », sur Les Échos, .
  13. « Paiement », sur just-eat.fr (consulté le ).
  14. Florent David, « France : Just Eat accepte les paiements Bitcoin pour 15 000 restaurants », sur BeinCrypto France, (consulté le ).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]