Essuie-tout

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Un rouleau d'essuie-tout.

Le papier essuie-tout ou essuietout[1], aussi appelé papier ménage en Suisse, est un papier très absorbant, confectionné en rouleaux d'une largeur d'une vingtaine de centimètres, servant à « éponger » les débordements et à nettoyer en cuisine. Il sert aussi à faire sécher des aliments en absorbant l'eau. Il fut inventé par la Scott Paper Company en 1907 pour permettre un confort sanitaire dans les toilettes publiques[2].

Son principe étant d'absorber les liquides, il sert aussi bien à essuyer les tables, les légumes ou les mains qu'à nettoyer des surfaces avec des produits d'entretien.

Autres appellations[modifier | modifier le code]

En 1919, l'Américain William E. Corbin perfectionne les serviettes en papier pour la Brown Company à Berlin, New Hampshire, sous le nom (anacyclique) de Nibroc Paper Towels[3]. Elles seront commercialisées à partir de 1922. En 1931, la Scott Paper Company présente ses rouleaux de papier essuie-tout à l'usage de la ménagère pour la cuisine.

En France, la Société du papier linge commercialisa le produit en 1946, la contraction des premières lettres de la raison sociale donne « So-pa-lin ». La marque Sopalin est devenue notoire en ce qui concerne les essuie-tout et a acquis une grande renommée depuis son dépôt le à l'Institut national de la propriété industrielle (INPI). Elle est couramment utilisée en France pour désigner n'importe quelle marque d'essuie-tout.

L'expression « papier absorbant » est régulièrement employée, mais davantage dans les messages publicitaires que dans la vie courante.[réf. nécessaire]

Les Belges francophones préfèrent conserver l'appellation « essuie-tout » mais ils sont appelés aussi « Scott » ou « Scottex », nom belge des essuie-tout Scott de Kimberly-Clark.

Le terme « Scottex » est couramment utilisé en Vallée d'Aoste aussi[4].

En Suisse romande, il est appelé « papier ménage » ou « Tela » (nom d'une marque).[réf. nécessaire]

Au Canada francophone, il est généralement nommé « essuie-tout » (terme recommandé par l'Office québécois de la langue française[5]), « papier essuie-tout » ou « papier absorbant », bien que le nom « Scott Towel[6] », du nom de Scott Paper Company qui le fabrique, soit souvent utilisé.

Précautions d'usage[modifier | modifier le code]

La désintégration dans l'eau des produits de type essuie-tout étant très médiocre (non solubles) puisqu'ils sont faits pour contenir l'eau, il est conseillé de ne pas les utiliser à la place du papier hygiénique, au risque d'entraîner des problèmes de plomberie dans les sanitaires.

Les produits de type essuie-tout ne sont pas recyclables (matières grasses, trop déchirés, trop humides), il serait plus écologique de remplacer le plus souvent possible leur usage par celui de simples éponges, quitte à en avoir une pour chaque fonction. Étant cependant biodégradables, ils peuvent être compostés lorsqu'ils ont été utilisés pour absorber des matières organiques.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon les rectifications orthographiques de 1990.
  2. (en) « A Long Story of Firsts », sur www.scottbrand.com (consulté le 12 juillet 2019).
  3. « Nibroc » est « Corbin » à l'envers.
  4. Jean-Pierre Martin, Description lexicale du français parlé en Vallée d'Aoste, éditions Musumeci, Quart, 1984.
  5. « essuie-tout », Le Grand Dictionnaire terminologique, Office québécois de la langue française (consulté le 12 juillet 2019).
  6. (en) Scott® Towels - Scott Paper Company.