Commandos parachutistes de l'air

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Commando.

Les commandos parachutistes de l’air ou commandos de l’air sont des unités parachutistes de l’Armée de l'air française, chargées de la protection des points sensibles et des bases de cette armée (notamment des armes et matériels qui y sont stockés), ainsi que d’opérations spéciales liées aux missions dévolues à l'Armée de l’air.

Historique des commandos parachutistes de l'air[modifier | modifier le code]

Les groupements d'infanterie de l'air[modifier | modifier le code]

Créés le , à la suite de l'impulsion donnée par le commandant de l'Armée de l'air, parachutiste émérite et pilote Frédéric Geille, les groupes d'infanterie de l'air (« GIA ») préfigurent les commandos parachutistes de l'air.

Les 601eReims) et 602e GIA, (à Baraki) sont dissous en , pour former une compagnie de marche de l'infanterie de l'air. En , la 1re compagnie d'infanterie de l'air est créée par la France libre, pour constituer bientôt le Free French SAS Squadron. L'aspirant René Zirnheld, auteur de la « prière du parachutiste », vient de cette unité.

Les fusiliers de l'air[modifier | modifier le code]

Après la guerre, l'Armée de l'air crée les unités de fusiliers de l'air, pour assurer la protection des base aériennes et des points sensibles « air ».

Les commandos 10.541, 20.541, 30.541, 40.541 et 50.541[modifier | modifier le code]

Au début de l'année 1956, la France se trouve engagée dans une forme nouvelle de conflit sur le territoire algérien : la guérilla. Conscient des capacités nécessaires pour mener cette nouvelle sorte de guerre et voyant les possibilités que peuvent apporter les hélicoptères dans ces engagements d'un nouveau type, le général de Maricourt, commandant l'Armée de l'air en Algérie, propose un nouveau concept d'action pour les troupes aériennes qu'il résume par la formule : « il est plus facile à un oiseau de marcher qu'à un serpent de voler ». Il s'agit d'armer les hélicoptères qui auront à transporter des hommes capables d'interventions rapides. Ces combattants doivent être des soldats de l’Armée de l’air.

L'idée du général de Maricourt ayant été retenue après de longues interrogations, l'Armée de l'air crée le une première unité d'infanterie de l'air de type commando. Ainsi, le , l'instruction no 6168/EMAA/1, signée du général Jouhaud, major général de l'Armée de l'air, porte-t-elle création du commando 10.541 (futur commando parachutiste de l'air n° 10 ou CPA 10) et celle du commando 20.541 (futur commando parachutiste de l'air n° 20 ou CPA 20). Le CPA 10 est commandé par le capitaine Albert-Charles Meyer, entre 1956 et 1958.

La numérotation « 541 » est celle attribuée par l'Armée de l'air aux unités affectées au maintien de l'ordre en Afrique française du Nord (AFN). L'instruction no 6969/EMAA/1 du porte création du commando 30.541 (futur commando parachutiste de l'air n° 30). En 1957, sont créés le CPA 40 puis le groupement des commandos parachutistes de l'air 00/541 (G.C.P.A. 00/541). Enfin, en 1959, est créé le CPA 50, issu d'un commando expérimental mis sur pied en l'année précédente.

Chaque commando, destiné à être transporté par hélicoptère et à combattre au sol, est composé d'une centaine d'hommes. Il est articulé en un certain nombre d'éléments simples de cinq ou six hommes qui constituent l'équipe. Le groupe de commando est formé, quant à lui, de deux équipes, ce qui correspond au chargement de deux hélicoptères H-19 ou d'un hélicoptère H-34. La section de commando est constituée de quatre équipes : deux équipes de commandement et feu — avec l'officier chef de section à la tête de l'une d'elles — et deux équipes de commandos.

La prospection est effectuée parmi le personnel de l'Armée de l'air de toutes spécialités. Le recrutement se fait sur volontariat. La sélection est particulièrement sévère et les limites d'âges sont basses : 25 ans pour les hommes de troupe. Les aptitudes médicale, caractérologique et physique sont très sérieusement contrôlées. Enfin, la durée minimale du lien au service est portée à quinze mois.

Pour différencier les commandos parachutistes de leurs camarades des autres armes, ils portent un béret bleu marine (qui les distingue également des autres aviateurs, dotés de calots). Ils disposent à échéance d'un insigne spécifique.

Au , les commandos de l’air comptent plus de 550 hommes : le de la même année, ils défilent sur les Champs-Élysées.

Les cinq commandos ainsi créés sont actifs durant toutes les opérations en Algérie, avec les indicatifs : « Martel » pour le 10, « Manoir » pour le 20, « Maquis » pour le 30 et « Maxime » pour le 40 (qui porte aussi l'indicatif « Attila », choisi par les hommes).

Le , le lieutenant-colonel Émery remplace le lieutenant-colonel François Coulet, à la tête des commandos parachutistes de l'air.

Au moment du putsch des généraux, le « 40 » rallie les putschistes ; le « 10 » et le « 20 » sont alors en opérations. Le « 30 » et le « 50 » restent à disposition. Néanmoins, l'ensemble des commandos parachutistes de l'air sont dissous à la suite de la tentative de putsch.

Les hommes sont peu à peu rapatriés en métropole et dispersés ; le « 30 » et le « 50 » s'installent à Arzew le .

La compagnie des commandos parachutistes de l'air[modifier | modifier le code]

Le groupement des commandos parachutistes de l'air est dissous le . La compagnie des commandos parachutistes de l’air (la CCPA 50.541) est créée le  : elle comporte les hommes des commandos 30 et 50 et opère dans le secteur d'Aïn Sefra, principalement.

C'est le commandant Albert-Charles Meyer qui reçoit le drapeau des commandos parachutistes de l'air des mains de son gardien, le colonel François Coulet.

Le , ce drapeau est à nouveau transmis par son gardien, François Coulet, au capitaine Lovighi qui commande la CCPA 50.541 sur la base aérienne 141 Oran la Sénia.

À la suite des accords d'Évian, le , les commandos parachutistes de l'air quittent l'Algérie : peu après, a lieu le massacre du 5 juillet 1962 dans la ville d’Oran.

La CCPA 50.541 est envoyée sur la base aérienne 136 Bremgarten, en Allemagne. Les équipes sont affectées à la protection des base aériennes situées sur le sol allemand.

Le , la CCPA 50.541 est à son tour dissoute.

L'escadron des fusiliers commandos et d'intervention 02.318[modifier | modifier le code]

L'escadron des fusiliers commandos et d'intervention 02.318 prend le relais[Quand ?] du CCPA 50.541 et est installé sur la base aérienne 726 Nîmes. Le , jour de la Saint Michel, il reçoit à son tour la garde du drapeau des commandos parachutistes de l'air.

Le groupement des fusiliers commandos de l'ai r[modifier | modifier le code]

Le GFCA est créé à Nîmes, le .

Sa doctrine s'affine, les suspicions et les doutes s'éloignent, l'utilité des commandos parachutistes de l'air ne fait plus de doute.

L'Armée de l'air est fortement engagée en opérations extérieures. Le GFCA y participe activement, notamment au Tchad ou au Liban, où trois commandos de l'air sont tués.

Le GFCA comprend « l'escadron de protection et d'intervention » (EPI), ainsi que « l'escadron de formation des fusiliers commandos et des maîtres-chiens » (EFFC-MC).

La création des CPA[modifier | modifier le code]

Le , les « forces spéciales » sont créées.

Entre 1994 et 1999, s'organisent alors les commando parachutiste de l'air n° 10, commando parachutiste de l'air n° 20 et commando parachutiste de l'air n° 30 : soit en abrégé, « CPA 10 », « CPA 20 » et « CPA 30 ».

Les CPA aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Les commandos parachutistes de l'air sont affectés soit en « escadron de protection » (EP, en abrégé), soit dans les unités dites « commando parachutiste de l’air » spécialisées[1] (CPA, en abrégé).

Les commandos parachutistes de l'air sont organisés selon les principes en vigueur dans l'Armée de l'air. En particulier, les grades se répartissent entre officiers[2], sous-officiers et de militaires du rang engagés.

Mission générale des commandos de l'air[modifier | modifier le code]

Les EP participent à la protection des points sensibles et des bases de l'air[3].

Les CPA pratiquent aujourd'hui des missions communes, mais également des tâches spécialisées. Ces troupes de grande valeur contribuent aux opérations de l'Armée de l'air et aux opérations spéciales.

Les unités en activité[modifier | modifier le code]

Les unités actuellement en activité sont :

  1. le commando parachutiste de l'air n° 10 (CPA no 10), installé sur la base aérienne 123 Orléans-Bricy (Loiret) ;
  2. le commando parachutiste de l'air n° 20 (CPA no 20), installé sur la base aérienne 102 Dijon-Longvic (Côte-d'Or) depuis le [N 1] ;
  3. le commando parachutiste de l'air n° 30 (CPA no 30), installé sur la base aérienne 106 Bordeaux-Mérignac (Gironde).

Les missions communes des CPA[modifier | modifier le code]

Les missions communes des unités « commandos parachutistes de l’air » sont les suivantes :

  • la mesure « Mousquetaire », qui vise à renforcer la protection d'un site de déploiement de forces armées en métropole (exemple : renfort protection du 60e anniversaire du débarquement de Normandie à Caen en 2004) ;
  • la mesure « Rapace », qui vise à mettre en place hors métropole une force d'intervention et de protection en vue d'implanter une base aérienne projetée (exemple : opération « Héraclès », création d'un site à Douchanbé au Tadjikistan en 2002) ;
  • la mesure « SATER » (pour « sauvetage aéroterrestre »), de sauvetage d'un équipage en difficulté par un groupe de commandos aérolargués ou aéroportés (exemple : alerte permanente au Tchad dans le cadre de l'opération « Épervier ») ;
  • la mesure « TACP » (pour « tactical air control party »), qui utilise une équipe composée de cinq personnes, dont un contrôleur avancé, pour faciliter l'emploi de l'arme aérienne dans le cadre de l'appui feu rapproché (exemple : engagement auprès de l’« ISAF » en Afghanistan) ;
  • la mesure « RTPA » (pour « reconnaissance de terrains pour poser d'assaut »), qui utilise une équipe pour reconnaître un terrain sommaire en vue de faire poser un avion de la gamme tactique ; cette équipe a la charge d’effectuer des mesures de dureté du sol à l'aide d'un pénétromètre à chocs, de baliser le terrain tout en assurant une sécurisation, et de guider l'avion dans son approche finale ;
  • la mesure « RESAL » (pour « recherche et sauvetage aérolargué »), est une mission de récupération d'un équipage qui serait éjecté en zone montagneuse où l'emploi de l'hélicoptère comme moyen de mise à terre n'est pas possible du fait de l'altitude, du relief ou de la végétation ; l'équipe est larguée à haute altitude depuis un avion tactique et se pose à proximité de la position de l'équipage ; cette mission nécessite la présence de personnel capable de médicaliser l'équipage en cas de blessures.

Les missions spécifiques des CPA[modifier | modifier le code]

Les missions spécifiques des CPA sont les suivantes :

  • la mesure « RESCo » (pour « recherche et sauvetage au combat ») ; en cas d'éjection d’un équipage de pilotes en zone hostile, un groupe de récupération au sol est envoyé par hélicoptère[N 2] afin de récupérer l'équipage dans la zone ; il s'agit d'une opération aérienne combinée de grande envergure qui peut demander la participation de plusieurs dizaines d'aéronefs afin de sécuriser l'espace aérien par des avions de défense aérienne et de sécuriser au sol la zone proche du lieu d'éjection par des avions d'appui ; la présence d’avions radars AWACS et d'avions ravitailleurs Boeing C135 FR est aussi nécessaire ; cette mission implique également d'avoir au sein des équipes du personnel capable de médicaliser l'équipage si nécessaire ; actuellement, le CPA no 30 est pôle d'excellence « RESCo », il est responsable de la formation et de l'entraînement des équipes dans ce domaine ; le CPA no 20 détient également cette capacité ;
  • les mesures « MASA » (pour « mesures actives de sûreté aérienne ») ; à bord d’hélicoptères[N 3] où sont embarqués des tireurs d'élite, une équipe a pour objectif d'intercepter un éventuel aéronef à basse vitesse (avion d'aéroclub, U.L.M., hélicoptère, etc.) dont la trajectoire peut le conduire dans une zone interdite, de l'arraisonner sur ordre de la Haute autorité de la défense aérienne[Qui ?], éventuellement de le détruire sur ordre du gouvernement ; ainsi, les équipes « MASA » participent à la sécurité lors de sommets des chefs d'État, de sommets internationaux de ministres ou de grandes manifestations publiques telles que la Coupe du monde de football en 1998, les défilés parisiens du 14 Juillet ou la visite de personnalités religieuses induisant de grands rassemblements, comme le pape ; le CPA no 20 est pôle d'excellence « MASA », il est responsable de la formation et de l'entraînement des équipes ; le CPA no 30 détient également cette capacité ;
  • la spécificité du CPA no 10 ; le CPA no 10 est une unité d'intervention principalement mise au service du Commandement des opérations spéciales (COS) ; il détient des capacités importantes dans les domaines du renseignement et des opérations de type commando, ses missions ont pour principal objectif de faciliter l'engagement des moyens aériens dans la profondeur ; il est spécialisé dans la désignation d'objectifs et le guidage laser des munitions ainsi que dans la reconnaissance, la saisie et la remise en œuvre de zones aéroportuaires.

Traditions des commandos de l'air[modifier | modifier le code]

Insigne de béret[modifier | modifier le code]

Le projet de l'insigne du béret bleu-marine des commandos de l'air a été conçu au sein du commando 20. Il est adopté par le commandant François Coulet qui homologue le projet no A 688 le . Il porte une étoile (« l'étoile te guide »), une aile (« l'aile te porte »), un glaive (« le glaive te défend ») et une couronne (« la couronne t'attend »).

Si l'aile et l'étoile entrent dans la composition des brevets du personnel navigant de l’Armée de l’air, le glaive (ou dague) est spécifique aux actions de commandos ; le tout est broché sur la couronne. Un rectificatif est ensuite apporté à propos de la couleur : pour éviter que la teinte ne s’oppose à celle des éperviers des pattes d’épaule, l’insigne est doré. Il en existe plusieurs variantes.

Insigne de poitrine[modifier | modifier le code]

Insigne des commando de l'air.

Le commandant Coulet est directement à l’origine de cet insigne. Il s’inspire de celui du brevet des parachutistes polonais qu'il avait côtoyés lors de son stage d'. François Coulet est d'ailleurs titulaire du brevet no 1681 du stage 45 encadré par la 2e brigade parachutiste polonaise du général Sosabowski à Largo, en Écosse pendant la Seconde Guerre mondiale.

L'homologation date du (projet no A 690). Cet insigne en métal argenté et ajouré est fabriqué par Drago. Il présente un aigle fondant sur sa proie — ce qui correspond à la nature et aux missions des unités aéroportées de l’Armée de l’air — broché sur un carré portant la devise SICUT AQUILA (« Tel l’aigle »)[4].

Patronage[modifier | modifier le code]

Saint Michel est le patron des parachutistes et est en conséquence censé protéger les commandos de l'air. La fête de la Saint-Michel, le de chaque année, est l'occasion d'une fête traditionnelle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il était auparavant présent sur la base aérienne 107 Villacoublay, dans les Yvelines.
  2. En 2015, l'hélicoptère est du type SA330 Puma ou EC725 Caracal.
  3. Hélicoptères de type Fennec.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Commandos parachutistes de l'air.
  2. Fiche métier officier commando de l'air.
  3. Officier commando de l'air.
  4. L'Armée de l'air utilise souvent l'aigle, en symbolique, comme pour cet insigne de poitrine des commandos de l'air, mais c'est principalement l'épervier (familièrement appelé « charognard »), autre oiseau de proie, qui symbolise cette armée.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Féraud, Les commandos de l'air, contribution à l’historique des commandos parachutistes de l'air en Algérie (1956-1962), Nouvelles Éditions Latines, 1986, 332 pages

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]