Magasin (arme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chargeur et Magasin.

Un magasin ou chargeur est la partie d'une arme à feu où les cartouches sont stockées avant d'être chambrées puis percutées. Généralement, on utilise le terme « magasin » lorsque cette partie est incorporée dans l'arme, et « chargeur » lorsqu'elle est amovible.

On en distingue plusieurs types.

Barillet[modifier | modifier le code]

C'est un élément rotatif, abritant souvent 6 chambres, parfois moins pour les revolvers puissants ou de faible encombrement, parfois davantage (7 coups sur certains Mateba). Au XIXe siècle, il a existé des barillets comptant jusqu'à 20 chambres.

L'avantage du revolver est qu'il peut utiliser différentes cartouches dont le calibre du projectile est le même, par exemple un revolver de calibre .357 magnum peut accepter des cartouches de .38 special.

Chargeur fixe[modifier | modifier le code]

Il est inclus dans l'arme, on y introduit les cartouches une à une ou en les faisant glisser à partir d'une lame-chargeur, parfois une simple lame de métal. Il est utilisé notamment dans bon nombre de fusils militaires de la première moitié du XXe siècle ou dans les armes de chasse au gros gibier. Sa capacité dépasse rarement une quinzaine de cartouches.

Magasin tubulaire[modifier | modifier le code]

Les cartouches y sont stockées les unes derrière les autres. Ce système est notamment utilisé dans les carabines à levier de sous-garde et les fusils de chasse à âme lisse à répétition manuelle (fusil à pompe) ou semi-automatique. Ce genre de magasin est proscrit pour les munitions dont la balle est dotée d'une ogive pointue qui, en contact avec l'amorce de la munition suivante, pourrait percuter cette dernière lors d'un choc. Pour contrer ce défaut, la compagnie Marlin, en collaboration avec Hornady a créé la gamme lever evolution doté d'une pointe souple qui ne risque pas de percuter la cartouche suivante. Les tubes de calibre 12 contiennent d'ordinaire jusqu'à 8 cartouches.

Chargeur amovible[modifier | modifier le code]

C'est une sorte de boîte contenant les munitions, qui peut être introduite dans l'arme pour l'alimenter rapidement et simplement. On trouve des chargeurs amovibles sur la plupart des armes semi-automatiques ou automatiques, surtout destinées au combat. Outre leur capacité, leur dimension est un facteur important. À partir d'une certaine contenance et si l'étui a un diamètre supérieur à celui de la balle (c'est le cas de nombreuses munitions de fusil) les chargeurs présentent une forme courbe. Ils sont de plus en plus souvent partiellement transparents pour permettre de savoir très simplement combien de munitions s'y trouvent. L'empilement des munitions peut y être vertical ou en quinconce, leur contenance est variable en fonction de la munition et de l'arme. Dans les pistolets, le chargeur est le plus souvent contenu dans la poignée et la plupart stockent au moins sept et rarement plus de dix-huit cartouches. La plupart des chargeurs de pistolets mitrailleurs ou de fusils d'assaut contiennent entre vingt et trente cartouches. On trouve également des chargeurs de forte capacité :

  • chargeurs camembert ou tambour qui ont la forme d'un disque contenant jusqu'à cent cartouches d'arme de poing. La plupart d'entre eux sont peu fiables[réf. nécessaire] et laissent les cartouches bringuebaler. on trouve par exemple ce type de chargeur sur la mitraillette Thompson et le PPSh-41.
  • chargeurs hélicoïdaux, en forme de cylindre comme sur le PP-19 Bizon, contenant jusqu'à cent cartouches de 9 mm Parabellum.
  • chargeurs transversaux dans lesquels les munitions doivent opérer une rotation de 90° pour être chargées. Utilisé par exemple sur le FN P90.

On trouve également des systèmes de coupleurs de chargeurs. Un coupleur de chargeur est un système ingénieux et simple permettant de positionner deux chargeurs l'un à côté de l'autre. Ce système pratique et efficace peut être utilisé sur le pistolet mitrailleur MP5 ou sur le fusil d'assaut M4A1 par exemple.

Bande de munitions[modifier | modifier le code]

Essentiellement utilisée pour les mitrailleuses, elle est composée d'une bande de tissu ou de métal sur laquelle les cartouches sont enfilées, ou d'un ensemble de pièces métalliques liant les munitions les unes aux autres. La bande de munitions est introduite dans l'arme et peut être stockée dans une boîte qui lui est parfois fixée. Chaque bande contient d'ordinaire au moins 100 cartouches.

Sur les anciens modèles de mitrailleuses, un servant guidait généralement la bande à la main pour assurer un rechargement optimal. Les mitrailleuses modernes ne nécessitent plus cette manutention et sont souvent équipées d'une boite fixée sur le côté de l'arme contenant la bande de munitions.

Exemples :

  • bande de 105 cartouches pour mitrailleuse 12,7 mm : 14 kg
  • bande à maillons de 250 cartouches pour MAG 7,62 mm : 9 kg
  • bande à maillons de 200 cartouches pour mitrailleuse 7,62 mm : 7,7 kg

Système expérimental[modifier | modifier le code]

La Defense Advanced Research Projects Agency (ou DARPA - "Agence pour les projets de recherche avancée de défense" des États-Unis) a mis en test un système expérimental dans lequel les munitions sont stockées directement dans le canon les unes derrière les autres. Les cartouches sont mise à feu électriquement et déclenchées à la cadence souhaitée par le système de tir. Les canons sont rechargés en usine. Afin d'atteindre des capacités importante une arme peut comporter plusieurs canons. Ce système expérimental, qui est plutôt destiné à des armes militaires lourdes, permet un tir automatique à n'importe quelle cadence sans nécessiter de mécanisme de rechargement lourd et pouvant s'encrasser.

Galerie comparative[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]