Grand Prix automobile de Hongrie 2015

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Grand Prix de Hongrie 2015
Tracé de la course
Données de course
Nombre de tours 69 (1 tour décompté)
Longueur du circuit 4,381 km
Distance de course 302,249 km
Conditions de course
Résultats
Vainqueur Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel,
Ferrari,
h 46 min 9 s 985
(vitesse moyenne : 170,816 km/h)
Pole position Drapeau de la Grande-Bretagne Lewis Hamilton,
Mercedes,
min 22 s 020
(vitesse moyenne : 192,290 km/h)
Record du tour en course Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo,
Red Bull-Renault,
min 24 s 821
(vitesse moyenne : 185,940 km/h)

Le Grand Prix automobile de Hongrie 2015 (Formula 1 Pirelli Magyar Nagydij 2015), disputé le sur le Hungaroring à Budapest, est la 926e épreuve du championnat du monde de Formule 1 courue depuis 1950. Il s'agit depuis 1986 de la trentième édition du Grand Prix de Hongrie comptant pour le championnat du monde de Formule 1, et de la dixième manche du championnat 2015.

Durant le weekend, les pilotes rendent hommage à Jules Bianchi, mort le 17 juillet des suites de son accident au Grand Prix du Japon 2014, après neuf mois de coma. Des messages apparaissent sur leurs casques où en différents endroits sur les carrosseries de leurs voitures[1]. Une minute de silence est observée en compagnie de la famille du pilote avant le départ de l'épreuve[2].

Lors des trois séances d'essais libres et des trois phases des qualifications, Lewis Hamilton se monte le plus rapide. Il devance finalement son coéquipier Nico Rosberg de plus d'une demi-seconde pour obtenir sa cinquième pole position sur le Hungaroring, sa neuvième en dix Grands Prix cette saison et la quarante-septième de sa carrière. Derrière les deux Flèches d'Argent, Sebastian Vettel hisse à nouveau sa Ferrari SF15-T en troisième position ; il est accompagné en deuxième ligne par Daniel Ricciardo. Kimi Räikkönen et Valtteri Bottas suivent aux cinquième et sixièmes places sur la grille, alors que la quatrième ligne est occupée par Daniil Kvyat et Felipe Massa.

Sebastian Vettel remporte sa deuxième victoire sur Ferrari, la quarante-et-unième de sa carrière — il rejoint ainsi Ayrton Senna au troisième rang des pilotes les plus victorieux en Formule 1 — au terme d'une course qu'il mène quasiment de bout en bout, ne laissant brièvement les commandes à son coéquipier Kimi Räikkönen que lors de leurs premiers arrêts respectifs aux stands. Les deux Ferrari jaillissent en tête au départ, alors que Lewis Hamilton rétrograde au dixième rang dans le premier tour après une sortie de piste dans un bac à gravier. Alors que Ferrari s'achemine vers un doublé, Räikkönen est victime d'une panne de son système de récupération d'énergie (MGU-K) qui le contraint à l'abandon. Un accident de Nico Hülkenberg au quarante-et-unième tour entraîne la sortie de la voiture de sécurité puis toute une série de rebondissements après qu'elle s'est écartée, provoquant l'émergence des deux Red Bull de Daniil Kvyat et Daniel Ricciardo sur le podium, tout comme Max Verstappen à la quatrième place et Fernando Alonso à la cinquième : premier podium pour Kvyat, record de précocité pour le néerlandais de 17 ans et résultat inespéré pour le pilote McLaren-Honda. Pour la première fois depuis le Grand Prix du Brésil 2013, aucune Mercedes n'est sur le podium. Lewis Hamilton termine sixième et Nico Rosberg huitième, derrière Romain Grosjean. Jenson Button et Marcus Ericsson prennent les points restants. Sebastian Vettel dédie sa victoire à Jules Bianchi, en français, durant son tour d'honneur.

Lewis Hamilton marque quatre points de plus que Nico Rosberg et porte son avance en tête du championnat du monde à 21 points (désormais 202 points contre 181). Sebastian Vettel (160 points) se rapproche à 21 points de Rosberg et se détache à la troisième place devant Valtteri Bottas (77 points), Kimi Räikkönen (76 points) et Felipe Massa (74 points) qui n'ont pas marqué. Daniel Ricciardo progresse (51 points), tout comme son coéquipier Daniil Kvyat (45 points). Max Verstappen (onzième avec 22 points) et Fernando Alonso (quinzième avec 11 points) font un bond au classement. Mercedes conserve la tête du championnat avec 383 points, devant Ferrari (236 points) et Williams (151 points) ; suivent Red Bull Racing (96 points), Force India (39 points), Lotus (35 points), Scuderia Toro Rosso (31 points), Sauber (22 points), et McLaren (17 points). Manor Marussia n'a pas encore inscrit de point.

Essais libres[modifier | modifier le code]

Première séance, le vendredi de 10 h à 11 h 30[modifier | modifier le code]

Nico Hülkenberg au Grand Prix de Hongrie 2015.
Temps réalisés par les six premiers de la première séance d'essais libres[3]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau de la Grande-Bretagne Lewis Hamilton Mercedes 1 min 25 s 141
2 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 1 min 25 s 250 + 0 s 109
3 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Ferrari 1 min 25 s 812 + 0 s 671
4 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo Red Bull-Renault 1 min 26 s 053 + 0 s 912
5 Drapeau de la Russie Daniil Kvyat Red Bull-Renault 1 min 26 s 070 + 0 s 929
6 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Ferrari 1 min 26 s 395 + 1 s 254

La première séance d'essais libres du Grand Prix de Hongrie débute sous le soleil et par une température de 27 °C. Comme l'écurie Lotus F1 Team a payé en retard ses factures pour Pirelli, le manufacturier de pneumatiques agit de même et ne fournit ses pneus qu'au dernier moment à l'équipe qui ne peut donc pas s'élancer dès le début de la session. Comme les pilotes n'ont pas roulé depuis trois semaines après l'annulation du Grand Prix d’Allemagne, les premières minutes de la séance consistent en une ont une succession de tours d'installation. Nico Rosberg fixe la première référence, après dix minutes, en 1 min 27 s 306[4],[5],[6].

Alors que Rosberg enchaîne les tours, le reste du plateau regagne les stands. Rosberg espère que les problèmes de sensibilité des freins de sa Mercedes ne lui seront pas trop coûteux sur un tracé où les freinages, bien que peu appuyés, sont nombreux. S'il améliore tour après tour, son coéquipier Lewis Hamilton prend ensuite la main, en 1 min 25 s 291. Il faut attendre la fin de la première demi-heure pour que les pilotes Lotus, Pastor Maldonado et Jolyon Palmer, sortent de leur stand pour effectuer un premier tour d'installation. À la fin des trente premières minutes, les équipes rendent le train de pneus supplémentaire auquel elles ont droit. Alors que les Mercedes occupent les deux premières places, Sebastian Vettel n'a effectué qu'un tour d'installation. Williams F1 Team teste, entre autres, un nouvel aileron avant sur la monoplace de Valtteri Bottas[4],[5],[6].

Après vingt minutes de quasi-inactivité, les pilotes reprennent la piste. Si l'ensemble du plateau améliore, personne ne parvient à battre le temps de Lewis Hamilton. Les équipent se concentrent sur l'évaluation du comportement des pneus les plus durs et des apports des améliorations aérodynamiques (notamment les monkey seats). À trente minutes de la fin, la suspension arrière-droite de la Force India VJM08B de Sergio Pérez casse en plein virage après qu'il est monté sur un vibreur ; la monoplace, glissant sur l'herbe, percute le mur puis bute sur sa roue arrachée qui le fait partir en tonneau. Si le pilote mexicain est indemne, la séance est interrompue au drapeau rouge pour un quart d'heure afin de nettoyer la piste[4],[5],[6].

La session est relancée pour dix-sept minutes et Lewis Hamilton et Nico Rosberg (1 min 25 s 250), améliorent leurs temps. Le Britannique conserve le meilleur temps de la matinée, en 1 min 25 s 141. Un second drapeau rouge est déployé alors qu'il ne reste plus cinq minutes car l'aileron avant de la Ferrari SF15-T de Kimi Räikkönen (troisième temps de la matinée en 1 min 25 s 812) s'est détaché puis a volé en éclats après que la monoplace a roulé dessus, provoquant une constellation de débris de fibre de carbone sur la piste. La séance est ensuite relancée pour une minute et quelques pilotes effectuent un tour supplémentaire. Daniel Ricciardo réalise le quatrième temps, en 1 min 26 s 053, et devance son coéquipier Daniil Kvyat (1 min 26 s 070) et Vettel (1 min 26 s 395)[4],[5],[6].

Deuxième séance, le vendredi de 14 h à 15 h 30[modifier | modifier le code]

Sebastian Vettel au Grand Prix de Hongrie 2015.
Temps réalisés par les six premiers de la deuxième séance d'essais libres[7]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau de la Grande-Bretagne Lewis Hamilton Mercedes 1 min 23 s 949
2 Drapeau de la Russie Daniil Kvyat Red Bull-Renault 1 min 24 s 300 + 0 s 351
3 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo Red Bull-Renault 1 min 24 s 451 + 0 s 502
4 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 1 min 24 s 668 + 0 s 719
5 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Ferrari 1 min 25 s 134 + 1 s 185
6 Drapeau de l'Espagne Carlos Sainz Jr. Toro Rosso-Renault 1 min 25 s 599 + 1 s 650

Il fait toujours beau et chaud, avec une température ambiante de 31° C, au départ de la deuxième séance d'essais libres. Accidenté durant la matinée, Sergio Pérez ne participe pas à la session car sa Force India VJM08B a été quasiment détruite après la rupture de la suspension arrière-droite qui l'a envoyé en tonneau. Comme les techniciens de l'équipe effectuent des analyses et des tests pour s'assurer que le problème ne se reproduise pas avec la monoplace de Nico Hülkenberg, aucune Force India n'est en piste par mesure de précaution : « L'équipe ne participera pas à la séance d'essais libres de cet après-midi car nous continuons nos investigations sur le problème de suspension, rencontré dans la matinée, qui a causé l'accident de Sergio Perez. Sa voiture a souffert au niveau du châssis, des ailerons et du fond plat et les réparations sont en cours. Par précaution, l'équipe choisit de maintenir Nico Hülkenberg au stand pour trouver l'origine du problème et trouver une solution pour la journée de samedi. » D'autre part, Pérez est réprimandé par les commisaires de la FIA pour avoir effectué une simulation de procédure de départ sur la gauche de la ligne des stands, ce qui est interdit par le règlement[8],[9],[10].

Dès les premiers tours d'installation, la séance est marquée par les nombreux blocages de roue des divers pilotes : avec des températures plus élevées que dans la matinée et une piste toujours très poussiéreuse, le mélange pneumatique « medium » n'apporte pas satisfaction aux pilotes qui se plaignent d'un manque d'adhérence dans les portions sinueuses. Si le rythme n'est pas aussi élevé que le matin, Lewis Hamilton, après vingt minutes, fixe le temps de référence en 1 min 26 s 132, à une seconde de son meilleur temps des EL1 ; Nico Rosberg reste proche de son coéquipier avec un tour bouclé en 1 min 26 s 168. Hamilton améliore dans les minutes suivantes, en 1 min 25 s 613 alors que la première demi-heure s'achève et que les pilotes commencent à chausser les pneus tendres[8],[9],[10].

Ainsi chaussé, Kimi Räikkönen s'empare du meilleur temps, en 1 min 25 s 134. Il ne peut se réjouir de sa performance, immédiatement battue par Rosberg (1 min 24 s 668) puis par Hamilton (1 min 23 s 949). À cinquante minutes de la fin de séance, Sebastian Vettel part en tête-à-queue mais parvient à rejoindre la piste. Les pilotes effectuent des longs relais pour préparer la course lors de la deuxième moitié de séance et aucune amélioration n'est à signaler au niveau des temps. Romain Grosjean part à son tour en tête-à-queue, lui aussi sans conséquence. Les Red Bull RB11 sont toujours aussi performantes que le matin, intercalées aux deuxième et troisième places entre les Mercedes puisque Daniil Kvyat tourne en 1 min 24 s 300 et Daniel Ricciardo en 1 min 24 s 451[8],[9],[10].

À vingt minutes de la fin de la séance, le troisième drapeau rouge de la journée est déployé après la casse du moteur Renault de Ricciardo ; heureusement pour l'Australien, il s'agit d'un ancien bloc et il ne risque donc pas d'être pénalisé. Le drapeau vert est agité pour les seize dernières minutes ; les pilotes poursuivent leurs tests d'évaluation des deux types de pneus en vue de la course et les temps ne s'améliorent plus. Sebastian Vettel part encore une fois en tête-à-queue, au premier virage, sans conséquence. Ses ingénieurs l'informent alors du fait que le système électrique de freinage est défaillant et qu'il ne dispose que du système mécanique pour ralentir. Lewis Hamilton termine en tête de cette deuxième séance, devant Daniil Kvyat, Daniel Ricciardo et Nico Rosberg ; Kimi Räikkönen prend la cinquième place devant Carlos Sainz Jr.[8],[9],[10].

Troisième séance, le samedi de 11 h à 12 h[modifier | modifier le code]

Lewis Hamilton au Grand Prix de Hongrie 2015.
Temps réalisés par les six premiers de la troisième séance d'essais libres[11]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau de la Grande-Bretagne Lewis Hamilton Mercedes 1 min 22 s 997
2 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 1 min 23 s 095 + 0 s 098
3 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Ferrari 1 min 23 s 886 + 0 s 889
4 Drapeau de la Russie Daniil Kvyat Red Bull-Renault 1 min 24 s 215 + 1 s 218
5 Drapeau de l'Espagne Carlos Sainz Jr. Toro Rosso-Renault 1 min 24 s 326 + 1 s 329
6 Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg Force India-Mercedes 1 min 24 s 483 + 1 s 486

Le ciel est toujours bleu et la température ambiante est de 29 °C au départ de la dernière séance d'essais libres. Absentes lors de la session précédente, les deux monoplaces Force India VJM08B sont les premières en piste, avec Romain Grosjean. Les pilotes débutent avec les pneumatiques « medium » pour effectuer plusieurs tours d'installation. Max Verstappen établit le premier temps de référence, en 1 min 26 s 363 après dix minutes[12],[13],[14].

Alors que Jenson Button se plaint de la très faible adhérence du train arrière de sa McLaren MP4-30, Nico Hülkenberg perd un élément de sa carrosserie dans la ligne droite des stands. Kimi Räikkönen améliore le meilleur temps provisoire, en 1 min 25 s 943, et relègue son coéquipier Sebastian Vettel à plus de 3 dixièmes de seconde. Les Red Bull RB11 et les Mercedes AMG F1 W06 Hybrid sont toujours dans leur stand. Vettel répond à son coéquipier quelques minutes plus tard, avec un tour bouclé en 1 min 25 s 926. Räikkönen reprend ensuite la main, en 1 min 25 s 661, alors qu'il reste encore quarante minutes d'essais[12],[13],[14].

Dès sa première tentative lancée, Nico Rosberg, en 1 min 25 s 201, bat le temps des Ferrari grâce à une monoplace parfaitement stable dans les virages ; il améliore sur sa lancée, en 1 min 24 s 873. À trente-cinq minutes du terme, Sergio Pérez chausse le premier les gommes tendres, imité par son coéquipier Nico Hülkenberg qui s'empare du meilleur temps en 1 min 24 s 483. Fernando Alonso, en pneus tendres, se hisse entre les deux Mercedes alors que Max Verstappen se plaint d'un problème de récupération d'énergie[12],[13],[14].

Dix minutes plus tard, Räikkönen rentre au ralenti à son stand en pensant être victime d'une crevaison mais ses mécaniciens s'affairent sur son moteur en proie à une fuite d'eau. Rosberg chausse à son tour les pneus tendres et bat, largement, le meilleur temps : 1 min 23 s 095. Hamilton fait encore mieux quelques minutes plus tard en bouclant son tour en 1 min 22 s 997. Si personne ne parvient à battre les Mercedes, Sebastian Vettel, se hisse au troisième rang à moins d'une seconde des Mercedes, devant la Toro Rosso STR10 de Carlos Sainz Jr., Daniil Kvyat et Nico Hülkenberg. Rosberg, à une minute de la fin de séance, reste immobilisé à la sortie de la ligne des stands en proie à un problème technique[12],[13],[14].

Séance de qualifications[modifier | modifier le code]

Résultats des qualifications[modifier | modifier le code]

Session Q1[modifier | modifier le code]

Kvyat et Bottas au Grand Prix de Hongrie 2015.

Si la température ambiante est de 32 °C tandis que la piste est à 53 °C au lancement des qualifications, le franc soleil risque de laisser place à la pluie en cours de session. Nico Rosberg, victime d'un problème technique en fin d'essais libres (souci du système d'anti-calage) est au départ de cette qualification, de même que Kimi Räikkönen immobilisé dans son stand le matin. Tous les pilotes, hormis Rosberg et Hamilton, utiliseront leurs pneus les plus tendres pour tenter de passer en Q2, les pneus « medium » étant nettement moins performants. Les Mercedes sont les premières en piste et Rosberg fixe le temps de référence en 1 min 25 s 262, performance immédiatement battue par Lewis Hamilton qui tourne en 1 min 24 s 293[15],[16],[17].

Sebastian Vettel, grâce à un tour bouclé à six dixièmes de seconde d'Hamilton, s'intercale entre les Mercedes alors que Rosberg se rapproche à quatre millièmes de seconde de son compatriote. Hamilton améliore alors son temps (1 min 24 s 213) alors que Daniel Ricciardo réalise un tour sans faute, et échoue à quatre dixièmes de seconde du double champion du monde. À la mi-séance, Pastor Maldonado, Sergio Pérez, Roberto Merhi, Will Stevens et Romain Grosjean (qui n'a toujours pas signé de tempsdans les 107 % qualificatif et se plaint d'un manque d'adhérence) sont dans la zone d'élimination[15],[16],[17].

En chaussant les pneumatiques les plus tendres, Valtteri Bottas prend la tête en 1 min 23 s 649. Grosjean passe à son tour les pneus les plus performants et pointe au quatrième rang. Rosberg les imite et reprend l'avantage avec quatre dixièmes de seconde d'avance sur Vettel. À une minute de la fin de la séance, Fernando Alonso, les Sauber C34 et les Marussia MR03B sont dans la zone rouge. Jenson Button, victime d'un problème d'ERS n'est pas en mesure de défendre sa position alors que son écurie est performante depuis le début du weekend. Alonso s'extirpe in-extremis de la zone éliminatoire aux dépens de son coéquipier qui, s'il améliore son temps dans les derniers instants, ne peut ravir la quinzième place de Carlos Sainz Jr.[15],[16],[17].

Lewis Hamilton améliore une dernière fois, en 1 min 22 s 890, et devance Rosberg (1 min 22 s 979), Sebastian Vettel (1 min 23 s 312) et Daniil Kvyat (1 min 23 s 587). Les cinq pilotes éliminés sont Jenson Button, Marcus Ericsson etson coéquipier Felipe Nasr, Roberto Merhi et son coéquipier Will Stevens[15],[16],[17].

Session Q2[modifier | modifier le code]

Fernando Alonso en panne.

Tous les pilotes s'élancent avec les pneus les plus tendres pour la deuxième partie des qualifications car l'accession à la Q3 s'annonce serrée. La séance commence très calmement puisque personne ne prend la piste durant les trois premières minutes. Sebastian Vettel, le premier à réaliser un tour chronométré, fixe le temps de référence en 1 min 23 s 168, et devance son coéquipier Kimi Räikkönen de trois dixièmes de seconde[15],[18],[19].

Fernando Alonso immobilise sa McLaren MP4-30 juste avant l'entrée de la voie des stands, en proie à un problème technique, ce qui provoque l'interruption de la séance sur drapeau rouge ; l'Espagnol pousse sa voiture en direction des stands avec l'aide des commissaires sous les ovations du public mais ne parvient pas à reprendre la piste. À ce stade de la séance, alors qu'il reste un peu moins de huit minutes, seuls huit pilotes ont réalisé un tour chronométré ; Carlos Sainz Jr., Sergio Pérez, Romain Grosjean, Pastor Maldonado et Alonso se trouvent dans la zone éliminatoire[15],[18],[19].

À la relance, Lewis Hamilton réalise le meilleur tour, en 1 min 22 s 285 ; il devance Rosberg d'une demi-seconde tandis que Vettel et Daniel Ricciardo pointent à moins d'une seconde. Grosjean parvient à s'emparer du dixième temps aux dépens de Nico Hülkenberg, tandis que Maldonado prend la treizième place à Pérez qui, dans sa dernière tentative, arrache sa qualification en Q3. Les cinq éliminés sont Hülkenberg et son coéquipier Pérez, Maldonado, Sainz et Alonso[15],[18],[19].

Session Q3[modifier | modifier le code]

Nico Rosberg, le premier à s'élancer pour un tour rapide, suivi par son coéquipier Lewis Hamilton, fixe le temps de référence en 1 min 22 s 766 mais sa performance est améliorée par le Britannique qui réalise un tour en 1 min 22 s 408. Sebastian Vettel est troisième à moins de six dixièmes de seconde d'Hamilton, juste devant Kimi Räikkönen quatrième (à un dixième de son coéquipier) lorsque Daniel Ricciardo s'intercale entre les deux Ferrari. Suivent Valtteri Bottas, Daniil Kvyat, Felipe Massa et Romain Grosjean tandis que Max Verstappen reste au stand[15],[20],[21].

Alors qu'il reste cinq minutes, la majorité des pilotes est aux stands pour chausser de nouvelles gommes en vue de faire une deuxième tentative. Rosberg améliore et se rapproche à deux dixièmes de seconde d'Hamilton (1 min 22 s 595) ce n'est pas été suffisant pour lui ravir la pole position, d'autant que Hamilton améliore à son tour de quatre dixièmes de seconde (1 min 22 s 020)[15],[20],[21].

Hamilton réalise ainsi sa neuvième pole position de la saison (la quarante-septième de sa carrière) après avoir obtenu les meilleurs temps en Q1 et Q2. Il devance en première ligne son coéquipier Rosberg ; Vettel prend la troisième place à sept dixièmes de seconde, quelques centièmes devant Ricciardo. Räikkönen, cinquième et son compatriote Bottas occuperont la troisième ligne, devant Kvyat, Massa, Verstappen et Grosjean[15],[20],[21].

Grille de départ[modifier | modifier le code]

Résultats des qualifications[22]
Pos. Pilote Écurie Qualifications 1 Qualifications 2 Qualifications 3
1 Drapeau de la Grande-Bretagne Lewis Hamilton Mercedes 1 min 22 s 890 1 min 22 s 285 1 min 22 s 020
2 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 1 min 22 s 979 1 min 22 s 775 1 min 22 s 595
3 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Ferrari 1 min 23 s 312 1 min 23 s 168 1 min 22 s 739
4 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo Red Bull-Renault 1 min 24 s 408 1 min 23 s 230 1 min 22 s 774
5 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Ferrari 1 min 23 s 596 1 min 23 s 460 1 min 23 s 020
6 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas Williams-Mercedes 1 min 23 s 649 1 min 23 s 460 1 min 23 s 222
7 Drapeau de la Russie Daniil Kvyat Red Bull-Renault 1 min 23 s 587 1 min 23 s 597 1 min 23 s 332
8 Drapeau du Brésil Felipe Massa Williams-Mercedes 1 min 23 s 895 1 min 23 s 598 1 min 23 s 537
9 Drapeau des Pays-Bas Max Verstappen Toro Rosso-Renault 1 min 24 s 032 1 min 23 s 781 1 min 23 s 679
10 Drapeau de la France Romain Grosjean Lotus-Mercedes 1 min 24 s 242 1 min 23 s 805 1 min 24 s 181
11 Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg Force India-Mercedes 1 min 24 s 115 1 min 23 s 826
12 Drapeau de l'Espagne Carlos Sainz Jr. Toro Rosso-Renault 1 min 24 s 623 1 min 23 s 869
13 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Force India-Mercedes 1 min 24 s 444 1 min 24 s 461
14 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado Lotus-Mercedes 1 min 23 s 895 1 min 24 s 609
15 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso McLaren-Honda 1 min 24 s 563 pas de temps
16 Drapeau de la Grande-Bretagne Jenson Button McLaren-Honda 1 min 24 s 739
17 Drapeau de la Suède Marcus Ericsson Sauber-Ferrari 1 min 24 s 843
18 Drapeau du Brésil Felipe Nasr Sauber-Ferrari 1 min 24 s 997
19 Drapeau de l'Espagne Roberto Merhi Manor Marussia-Ferrari 1 min 27 s 416
20 Drapeau du Royaume-Uni Will Stevens Manor Marussia-Ferrari 1 min 27 s 949
Temps minimal à réaliser pour la qualification : 1 min 28 s 692 (107 % de 1 min 22 s 890)
Schéma de la grille de départ du Grand Prix de Hongrie 2015.
La grille de départ du Grand Prix de Hongrie 2015.

Course[modifier | modifier le code]

Déroulement de l'épreuve[modifier | modifier le code]

Les conditions météorologiques ont changé à quelques minutes du départ du Grand Prix puisque des nuages planent au-dessus du circuit tandis que la température chute à 20 °C et qu'un léger risque d'averse est signalé. À 13 h 45, une minute de silence est observée à la mémoire de Jules Bianchi dont la famille est présente, invitée personnellement par Bernie Ecclestone. Devant la ligne de départ, en compagnie des proches de Bianchi, les vingt pilotes forment un cercle au centre duquel le casque de Bianchi est posé, entouré de ceux des autres pilotes[23],[24],[25].

La première ligne est occupée par les deux pilotes Mercedes, Lewis Hamilton ayant réalisé la pole position devant Nico Rosberg. Les Ferrari de Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen sont en embuscade aux troisième et cinquième place, les Red Bull RB11 de Daniel Ricciardo (quatrième) et Daniil Kvyat (septième) semblent en mesure de lutter pour les place de tête alors que les Williams FW37 sont peu à leur aise ce weekend. Tous les pilotes partent en pneus tendres à l'exception de Pastor Maldonado, en configuration « medium » ; si deux arrêts sont prévus par Pirelli pour cette course, le Vénézuélien envisage un pari avec un seul arrêt aux stands. Alors que les pilotes s’apprêtent à s'élancer, la procédure départ est annulée car Felipe Massa, qui ne voit pas son emplacement, est mal positionné sur la grille. Les pilotes doivent ainsi faire un nouveau tour de formation, la course est amputée d'une boucle (il n'y a plus que 69 tours à couvrir) et le Brésilien reçoit une pénalité de 5 secondes[23],[24],[25],[26].

Lors du « deuxième » départ, Lewis Hamilton et Nico Rosberg manquent complètement leur envol et les Ferrari prennent le meilleur sur leurs rivales : Vettel et Räikkönen sont en tête après quelques virages, devant Rosberg et Hamilton qui rate complètement son deuxième secteur après être passé par le bac à gravier afin d'éviter un contact avec son équipier ; l'auteur de la pole position perd de nombreuses positions et n'est plus que dixième à l'issue du premier tour. Après trois tours, Vettel devance Räikkönen, Rosberg, Valtteri Bottas, Nico Hülkenberg, Daniil Kvyat, Daniel Ricciardo, Sergio Pérez, Massa et Hamilton. Les Ferrari SF15-T, très à l'aise sur le « tourniquet hongrois » (Vettel bat le record du tour à chaque boucle en tête de course), prennent plusieurs secondes d'avance sur Rosberg. Ricciardo passe Kvyat au huitième tour, manœuvre facilitée par une consigne d'équipe intimant au Russe de ne pas bloquer son coéquipier. Hamilton doit attendre le dixième tour pour ravir la neuvième position à Massa, Ricciardo faisant de même sur Hülkenberg. Après dix tours, Vettel précède Räikkönen, Rosberg, Bottas, Ricciardo, Hülkenberg, Kvyat, Pérez, Hamilton et Massa[23],[24],[25].

Si l'écart est de 2 secondes entre Vettel et Räikkönen en tête de la course, les Ferrari possèdent une marge de plus de 7 secondes sur Rosberg après treize tours. Hamilton dépasse Pérez pour le gain de la huitième position tandis que Ricciardo double Bottas pour s'emparer de la quatrième. Le Finlandais, le premier des hommes de tête à s'arrêter pour changer de pneus, choisit de repartir en tendres ; Kvyat, qui s'arrête en même temps, repart chaussé des gommes les plus dures. Massa, qui s'arrête au tour suivant, en profite pour purger sa pénalité. Maldonado percute Pérez à la sortie du premier virage envoie sa Force India VJM08B en tête-à-queue : le Mexicain perd de nombreuses places tandis que Maldonado écope d'une pénalité. Hamilton rentre au stand et ressort juste devant Bottas. Quand Rosberg s'arrête, un tour plus tard, Ricciardo prend la troisième place. Vettel s'arrête au vingt-deuxième tour, laissant le commandement à Räikkönen, qui fait de même un tour après, et récupère la deuxième position derrière son coéquipier. Après vingt-trois tours, Vettel devance Räikkönen, Rosberg, Ricciardo, Hamilton, Bottas, Hülkenberg, Kvyat, Max Verstappen et Fernando Alonso[23],[24],[25].

Romain Grosjean écope d'une pénalité de 5 secondes après que son écurie l'a relâché de manière jugée dangereuse lors de son arrêt au stand. Lewis Hamilton attaque Ricciardo qui défend parfaitement sa position. Rosberg peine à tenir le rythme des Ferrari portent leur avance à 17 secondes. Hamilton double Ricciardo au vingt-neuvième tour et prend la quatrième place, à 16 secondes de son coéquipier. À la mi-course, au trente-cinquième tour, Vettel possède 7 secondes d'avance sur Räikkönen, 21 s sur Rosberg, 30 s sur Hamilton, 39 s sur Ricciardo, 52 s sur Bottas et 55 s sur Hülkenberg ; Verstappen, Alonso et Carlos Sainz Jr. suivent au-delà de la minute. Hamilton et les Ferrari sont en pneus tendres tandis que Rosberg effectue son relais en « medium ». Hamilton réalise le meilleur tour en course et réduit l'écart sur Rosberg à 5 secondes à l'issue de la quarantième boucle, où Kimi Räikkönen se plaint d'une perte de puissance causée par une défaillance du MGU-K[23],[24],[25].

Au quarante-troisième tour, la Force India VJM08B de Nico Hülkenberg est victime d'une casse de l'aileron avant au bout de la ligne droite : l'Allemand, alors septième, dans l'impossibilité de freiner et de contrôler sa trajectoire, tire droit dans le mur de pneus et parsème la piste de débris de fibre de carbone, entraînant le déploiement de la voiture de sécurité virtuelle qui précède la sortie de la voiture de sécurité au bout de quelques minutes. Afin de permettre le nettoyage de la ligne droite, la voiture de sécurité et les monoplaces passent par la voie des stands à chaque tour. Force India décide de changer l'aileron avant de Sergio Pérez par mesure de précaution. Les pilotes profitent de la neutralisation pour changer de pneumatiques et Daniel Ricciardo est le seul, parmi les six premiers, à chausser des gommes tendres. Derrière la voiture de sécurité, Vettel précède Räikkönen (toujours en difficulté et perdant de plus en plus de terrain), Rosberg, Hamilton, Ricciardo, Bottas, Kvyat, Verstappen, Sainz et Button. Les pilotes retardataires sont ensuite autorisés à doubler la voiture de sécurité et la course repart pour vingt tours[23],[24],[25].

À la relance, Räikkönen est immédiatement dépassé par Rosberg qui se met en chasse de Vettel. Derrière, Hamilton, en défendant sa quatrième place face à Ricciardo, bloque ses roues avant au premier virage, heurte son rival et casse son aileron ; il écope d'un drive-through qui le relègue à la treizième place. Après cinquante-et-un tours, Vettel devance Rosberg, Ricciardo (qui a dépassé Räikkönen), Kvyat, Verstappen, Sainz, Alonso, Button et Massa. Bottas est victime d'une crevaison après un contact avec Verstappen puis Räikkönen, en perdition, abandonne au cinquante-septième tour. Verstappen et Maldonado écopent d'un drive-through pour avoir dépassé la vitesse autorisée dans la voie des stands quand Alonso dépasse Sainz et prend la sixième place[23],[24],[25].

Ricciardo est désormais très proche de Rosberg, ce dont profite Vettel pour accroître son avance en tête. Hamilton dépasse Marcus Ericsson et remonte dans les points alors que Sainz abandonne à son tour. Daniel Ricciardo attaque Rosberg mais manque son freinage et touche l'Allemand qui crève : les deux rentrent au stand faire réparer leur monoplace. Kvyat, qui vient de purger une pénalité de 10 secondes pour avoir franchi les limites de la piste, est désormais en passe de monter sur son premier podium en Formule 1. Hamilton dépasse Grosjean pour le gain de la sixième place. Sebastian Vettel s'impose finalement pour la deuxième fois de la saison et égale Ayrton Senna avec 41 victoires. Daniil Kvyat, deuxième, obtient le premier podium de sa carrière, devant son coéquipier Ricciardo. Verstappen termine quatrième devant Alonso ; suivent pour les points Hamilton, Grosjean, Rosberg, Jenson Button et Ericsson. En français, Vettel rend un dernier hommage à Jules Bianchi lors de son tour d'honneur : « Nous savons qu'un jour ou l'autre, tu aurais été dans cette équipe, Jules, cette victoire est pour toi »[23],[24],[25].

Classement de la course[modifier | modifier le code]

Classement de la course[27]
Pos. no  Pilote Écurie Tours Temps/Abandon Grille Points
1 5 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Ferrari 69 1 h 46 min 09 s 985 (170,816 km/h) 3 25
2 26 Drapeau de la Russie Daniil Kvyat Red Bull-Renault 69 + 15 s 748 (dont 10 s de pénalité) 7 18
3 3 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo Red Bull-Renault 69 + 25 s 084 4 15
4 33 Drapeau des Pays-Bas Max Verstappen Toro Rosso-Renault 69 + 44 s 251 9 12
5 14 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso McLaren-Honda 69 + 49 s 079 15 10
6 44 Drapeau de la Grande-Bretagne Lewis Hamilton Mercedes 69 + 52 s 025 1 8
7 8 Drapeau de la France Romain Grosjean Lotus-Mercedes 69 + 58 s 578 10 6
8 6 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 69 + 58 s 876 2 4
9 22 Drapeau de la Grande-Bretagne Jenson Button McLaren-Honda 69 + 1 min 07 s 028 16 2
10 9 Drapeau de la Suède Marcus Ericsson Sauber-Ferrari 69 + 1 min 09 s 130 17 1
11 12 Drapeau du Brésil Felipe Nasr Sauber-Ferrari 69 + 1 min 13 s 458 18
12 19 Drapeau du Brésil Felipe Massa Williams-Mercedes 69 + 1 min 14 s 278 8
13 77 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas Williams-Mercedes 69 + 1 min 20 s 228 6
14 13 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado Lotus-Mercedes 69 + 1 min 25 s 142 (dont 10 s de pénalité) 14
15 98 Drapeau de l'Espagne Roberto Merhi Manor Marussia-Ferrari 67 + 2 tours 19
16 28 Drapeau de la Grande-Bretagne Will Stevens Manor Marussia-Ferrari 65 Suspension 20
Abd. 55 Drapeau de l'Espagne Carlos Sainz Jr. Toro Rosso-Renault 60 Pression d'essence 12
Abd. 7 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Ferrari 55 MGU-K 5
Abd. 11 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Force India-Mercedes 53 Freins 13
Abd. 27 Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg Force India-Mercedes 41 Accident (rupture de l'aileron avant) 11

Pole position et record du tour[modifier | modifier le code]

Tours en tête[modifier | modifier le code]

Classements généraux à l'issue de la course[modifier | modifier le code]

Pilotes[31]
Pos. Pilote Écurie Points
1 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton Mercedes 202
2 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 181
3 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Ferrari 160
4 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas Williams-Mercedes 77
5 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Ferrari 76
6 Drapeau du Brésil Felipe Massa Williams-Mercedes 74
7 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo Red Bull-Renault 51
8 Drapeau de la Russie Daniil Kvyat Red Bull-Renault 45
9 Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg Force India-Mercedes 24
10 Drapeau de la France Romain Grosjean Lotus-Mercedes 23
11 Drapeau des Pays-Bas Max Verstappen Toro Rosso-Renault 22
12 Drapeau du Brésil Felipe Nasr Sauber-Ferrari 16
13 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Force India-Mercedes 15
14 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado Lotus-Mercedes 12
15 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso McLaren-Honda 11
16 Drapeau de l'Espagne Carlos Sainz Jr. Toro Rosso-Renault 9
17 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button McLaren-Honda 6
18 Drapeau de la Suède Marcus Ericsson Sauber-Ferrari 6
Constructeurs[32]
Pos. Écurie Points
1 Drapeau de l'Allemagne Mercedes 383
2 Drapeau de l'Italie Ferrari 236
3 Drapeau du Royaume-Uni Williams-Mercedes 151
4 Drapeau de l'Autriche Red Bull-Renault 96
5 Drapeau de l'Inde Force India-Mercedes 39
6 Drapeau du Royaume-Uni Lotus-Mercedes 35
7 Drapeau de l'Italie Toro Rosso-Renault 31
8 Drapeau de la Suisse Sauber-Ferrari 22
9 Drapeau du Royaume-Uni McLaren-Honda 17

Statistiques[modifier | modifier le code]

Le Grand Prix de Hongrie 2015 représente :

Au cours de ce Grand Prix :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les hommages à Jules Bianchi », sur f1i.fr, (consulté le 24 juillet 2015)
  2. (en) « Minute silence for Bianchi in Hungary », sur formula1.com, (consulté le 24 juillet 2015)
  3. (en) Formula One Management, « FORMULA 1 PIRELLI MAGYAR NAGYDÍJ 2015 PRACTICE 1 », sur formula 1.com, (consulté le 24 juillet 2015)
  4. a b c et d Paul Gombeaud, « F1 - Hungaroring, Libres 1 : Hamilton meilleur temps d’une séance animée. Deux drapeaux rouges agités. », sur nextgen-auto.com, (consulté le 3 août 2015)
  5. a b c et d Guillaume Navarro, « EL1 Hongrie - Jules Bianchi dans les esprits, Pérez en tonneau. », sur fr.motorsport.com, (consulté le 3 août 2015)
  6. a b c et d (en) Formula One Management, « FP1 - Hamilton rocks, Perez rolls », sur formula1.com, (consulté le 3 août 2015)
  7. (en) Formula One Management, « FORMULA 1 PIRELLI MAGYAR NAGYDÍJ 2015 PRACTICE 2 », sur formula 1.com, (consulté le 24 juillet 2015)
  8. a b c et d Paul Gombeaud, « F1 - Hungaroring, Libres 2 : Hamilton confirme devant les Red Bull. Les Ferrari et les Williams sont un peu plus loin. », sur nextgen-auto.com, (consulté le 3 août 2015)
  9. a b c et d Guillaume Navarro, « EL2 Hongrie - Le moteur Renault de Ricciardo part en fumée. », sur fr.motorsport.com, (consulté le 3 août 2015)
  10. a b c et d (en) Formula One Management, « FP2 - Hamilton leads the Red Bulls in Budapest », sur formula1.com, (consulté le 3 août 2015)
  11. (en) Formula One Management, « FORMULA 1 PIRELLI MAGYAR NAGYDÍJ 2015 PRACTICE 3 », sur formula 1.com, (consulté le 25 juillet 2015)
  12. a b c et d Paul Gombeaud, « F1 - Hungaroring, Libres 3 : Hamilton un souffle devant Rosberg. Prometteur en vue des qualifications. », sur nextgen-auto.com, (consulté le 3 août 2015)
  13. a b c et d Benjamin Vinel, « EL3 Hongrie - Mercedes loin devant, problème pour Räikkönen. », sur fr.motorsport.com, (consulté le 3 août 2015)
  14. a b c et d (en) Formula One Management, « FP3 - Mercedes men closely matched in Hungary », sur formula1.com, (consulté le 3 août 2015)
  15. a b c d e f g h i et j (en) Formula One Management, « Qualifying - Hamilton eases to Budapest pole », sur formula1.com, (consulté le 3 août 2015)
  16. a b c et d Benjamin Vinel, « Q1 Hongrie - Hamilton bat Rosberg, Button éliminé », sur fr.motorsport.com, (consulté le 3 août 2015)
  17. a b c et d Paul Gombeaud, « F1 - Lewis Hamilton signe la pole position sur le Hungaroring. Rosberg est à près de six dixièmes. Q1 - 18 minutes », sur nextgen-auto.com, (consulté le 3 août 2015)
  18. a b et c Benjamin Vinel, « Q2 Hongrie - Hamilton en tête, Alonso en panne ! », sur fr.motorsport.com, (consulté le 3 août 2015)
  19. a b et c Paul Gombeaud, « F1 - Lewis Hamilton signe la pole position sur le Hungaroring. Rosberg est à près de six dixièmes. Q2 - 12 minutes », sur nextgen-auto.com, (consulté le 3 août 2015)
  20. a b et c Paul Gombeaud, « F1 - Lewis Hamilton signe la pole position sur le Hungaroring. Rosberg est à près de six dixièmes. Q3 - 10 minutes », sur nextgen-auto.com, (consulté le 3 août 2015)
  21. a b et c Benjamin Vinel, « Qualifs Hongrie - Hamilton intouchable sur le Hungaroring ! », sur fr.motorsport.com, (consulté le 3 août 2015)
  22. (en) Formula One Management, « FORMULA 1 PIRELLI MAGYAR NAGYDÍJ 2015 QUALIFYING », sur formula 1.com, (consulté le 25 juillet 2015)
  23. a b c d e f g et h Paul Gombeaud, « F1 - Vettel remporte un Grand Prix de Hongrie plein de rebondissements ! Les deux Red Bull grimpent sur le podium. », sur nextgen-auto.com, (consulté le 4 août 2015)
  24. a b c d e f g et h Olivier Guillaume, « Vettel s'impose au terme d'une course folle et égale Senna. », sur motorsport.com, (consulté le 4 août 2015)
  25. a b c d e f g et h (en) Formula One Management, « Vettel beats Kvyat and Ricciardo in Hungarian thriller », sur formula1.com, (consulté le 4 août 2015)
  26. Paul Gombeaud, « F1 - Massa ne voyait pas sa ligne d’emplacement au départ. Williams va travailler pour que ça ne se reproduise plus », sur f1i.fr, (consulté le 31 juillet 2015)
  27. « Hongrie 2015 Classement », sur statsf1.com, (consulté le 27 juillet 2015)
  28. « Hongrie 2015 Qualifications », sur statsf1.com, (consulté le 26 juillet 2015)
  29. « Hongrie 2015 Meilleurs tours », sur statsf1.com, (consulté le 27 juillet 2015)
  30. « Hongrie 2015 Tours en tête », sur statsf1.com, (consulté le 27 juillet 2015)
  31. « Hongrie 2015 Championnat Pilotes », sur statsf1.com, (consulté le 26 juillet 2015)
  32. « Hongrie 2015 Championnat Constructeurs », sur statsf1.com, (consulté le 26 juillet 2015)
  33. « Lewis Hamilton Pole positions », sur statsf1.com, (consulté le 25 juillet 2015)
  34. « Sebastian VETTEL Victoires », sur statsf1.com, (consulté le 26 juillet 2015)
  35. « Victoires par nombre », sur statsf1.com, (consulté le 26 juillet 2015)
  36. « Ferrari Victoires », sur statsf1.com, (consulté le 26 juillet 2015)
  37. « Ferrari Victoires », sur statsf1.com, (consulté le 26 juillet 2015)
  38. « Daniil Kyat Podiums », sur statsf1.com, (consulté le 26 juillet 2015)
  39. « Statistiques pilotess - Points par nombre », sur statsf1.com, (consulté le 27 juillet 2015)
  40. « Statistiques constructeurs - Podiums consécutifs », sur statsf1.com, (consulté le 26 juillet 2015)
  41. « statistiques pilotes - podiums consécutifs », sur statsf1.com, (consulté le 26 juillet 2015)
  42. Vincent Lalanne-Sicaud, « F1 - GP de Hongrie : les données clés », sur sportauto.fr, (consulté le 27 juillet 2015)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :